Birgit SAVIOZ
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Affaire Birgit SAVIOZ Introduction » Birgit SAVIOZ, d’origine finlandaise, était veuve et disposait d’un patrimoine et de revenus confortables. »   Tous   a   débuté   en   1983   lorsque   Birgit   SAVIOZ   et Aldo   FERRALIA   alors   concubins,   ont   convenu   l’achat   d’une maison   familiale   en   société   simple   (apports   doivent   être   égaux,   répartition   égale   des   bénéfices   et   des   dettes. Chacun   peut   agir   sans   le   concours   de   l’autre   et   compte   tenu   de   la   situation   fiancière   d’Aldo   FERRAGLIA, criblé de dettes et sans revenu, on verra que c’est là que résidait le problème d’une société simple). »   Tout   d’abord,   la   Notaire   Me   Emmanuelle   MÜRITH-KAELIN   qui   a   instruit   l’affaire,   n’a   pas   informé   Birgit SAVIOZ   des   conséquences   d'un   partenariat   en   société   simple,   en   raison   surtout   du   fait   que   son   partenaire n'était   pas   solvable.   De   plus,   finlandaise,   elle   ne   parlait   et   ne   comprenait   pas   bien   le   français   à   l'époque   des faits.   Le   déroulement   des   événements   nous   démontrera   au   surplus,   que   la   Notaire   Me   Emmanuelle   MÜRITH- KAELIN   a   dissimulé   des   informations   capitales   qui,   si   Birgit   SAVIOZ   en   avait   eu   connaissance,   lui   auraient permis   de   sauvegarder   son   patrimoine   lors   de   la   procédure   de   vente   de   la   propriété   et   ainsi   la   Notaire   porte assurément une lourde responsabilité dans cette escroquerie. »   Les   arrangements    des   concubins   prévoyaient   que   Mme   Savioz   produirait   des   fonds   propres   à   hauteur   de CHF 70'000.-, quant à ceux d’Aldo FERRAGLIA ils étaient de CHF 20'000.-. UBS et Aldo FERRAGLIA (Connivence malhonnête qui relève du Code Pénal) » L’intervention d’UBS SA dans cette affaire soulève dès le départ cinq questionnements... 1)   Comment   UBS   SA   a-t-elle   pu   entrer   en   matière   dans   le   cadre   de   l’octroi   d’une   hypothèque   au   nom   d’Aldo FERRAGLIA, alors que celui-ci ne déclarait aucun revenu fiscal  (0.00 - zéro) dans les années 1983/1984. 2)   Selon   confirmation   du   22   avril   19 83 ,   UBS   SA   ouvre   un   compte   hypothécaire   en   2e   rang    alors   qu'aucun crédit   1er   rang   n'existait.   En   fait,   il   ne   s’agissait   pas   d’un   prêt   hypothécaire,   mais   d’un   compte   courant   garanti par   une   hypothèque   ouvert   sous   le   numéro   416.416.04   K    utilisé   pour   les   affaires   privées   et   professionnelles d’Aldo FERRAGLIA, à l’insu de Birgit SAVIOZ. 3)   On   constate   sur   l’octroi   de   crédit   précité,   que   ce   2e   rang   est   accordé   “après   CHF   30’000.-” .   Ceci   pourrait signifier   qu’il   y   avait   déjà   un   1er   rang,   mais   alors   en   faveur   de   quoi   ?   N’était-ce   pas   de   la   responsabilité d’UBS SA de recevoir les deux titulaires du compte pour expliquer clairement la situation ? 4)   Pourquoi   Birgit   SAVIOZ   n’a-t-elle   obtenu   copie   du   1er   accord   du   22   avril   19 83   de   l’octroi   de   “l’hypothèque”, que   le   21   octobre   19 93    soit   plus   de   10   ans   après   la   signature,   alors   que   le   compte   est   commun   et   qu’elle avait   officiellement   signé   ce   document   ?   Assurément   parce   que   sa   signature   est   un   faux   et   qu’UBS   en avait connaissance. 5)   Le   21   octobre   19 93 ,   l’augmentation   d’hypothèque   selon   confirmation   du   15   juin   1987    avait   remplacé la   décision   précédente   du   22   avril   19 83 .   Dans   ce   cas,   pourquoi   UBS   SA   n’a-t-elle   pas   transmis   aussi   la   copie de   l’augmentation   du   15   juin   1987   ?   La   réponse   est   peut-être   que   là   encore   la   signature   de   Birgit   SAVIOZ est   un   faux,   ou   qu’au   travers   du   contenu   de   cette   confirmation,   Birgit   SAVIOZ   aurait   eu   des   informations qu’elle   ne   devait   pas   avoir.   Des   éléments   qui   l’auraient   conduite   à   exiger   un   accès   à   sa   propriété   (accès   qui lui   était   interdit   et   pour   cause...)    pour   constater   les   travaux...   Pragmatique,   Birgit   SAVIOZ   aurait   pu   estimer le   montant   des   transformations   effectuées   dans   son   immeuble.   Des   transformations   qui   comme   on   le   voit   sur le   relevé   du   compte   416.416.03   P    se   sont   montées   à   quelque   CHF   117’000.-.   Elle   savait   aussi   qu’elle   avait elle-même   effectué   des   versements   sur   le   compte   “Transformations”   pour   plus   de   CHF   104’000.-,   et   que   dès lors   une   consolidation   de   CHF   90’000.-   était   excessive.   En   réalité   la   consolidation   d’UBS   était   même   de   CHF 177’544.-, mais elle n’avait pas accès au compte... »   Le   complot   UBS   -   FERRAGLIA   aura   aussi   permis   de   faire   croire   à   Birgit   SAVIOZ   que   son   concubin   avait financé   les   fonds   propres   de   CHF   30'000.-    exigés   dans   le   cadre   de   la   création   de   la   Société   simple   pour l’achat de la propriété, comme le rappelle l’analyse de FIDUGEST du 7 juin 1990. »   Il   en   aura   été   de   même   des   annuités   à   charge   d'Aldo   FERRAGLIA   qui   n’avait   aucun   revenu   et   qui   étaient débitées   du   compte   416.416.04   K ,   inconnu   de   Birgit   SAVIOZ,   mais   qui   portait   pourtant   aussi   son   nom... (confirmation FIDUGEST pages 5 et 6) »   Tout   s'est   gâté   début   1988   lorsqu'en   remplissant   sa   déclaration   d'impôts,   Birgit   SAVIOZ   a   constaté   que   les crédits   des   comptes   hypothécaires   avaient   augmenté.   Voulant   obtenir   des   informations   auprès   d'UBS   SA   sur cette   situation,   Birgit   SAVIOZ   s’est   heurtée   à   une   fin   de   non   recevoir   de   l'établissement   bancaire,   bien   qu'elle ait   été   cosignataire   des   comptes   hypothécaires   et   que   son   nom   ait   figuré   sur   les   comptes   en   question.   On constate   ainsi   une   complicité   directe   d’UBS   SA   dans   cette   escroquerie.   Etre   titulaire   d’un   compte   et ne pas y avoir accès, c’est digne des BANKSTERS Francs-Maçons suisses... »   Convaincue   que   cette   situation   trouble   cachait   une   escroquerie   sérieuse,   Birgit   SAVIOZ   a   alors   interrompu le   versement   de   ses   annuités.   Elle   a   demandé   la   dissolution   immédiate   et   la   liquidation   de   la   Société   simple. On le constate sur le compte 416.416.M1 R »   Birgit   SAVIOZ   a   fini   par   quitter   sa   maison   avec   son   fils   de   4   ans,   les   serrures   ayant   été   changées   par Aldo FERRAGLIA   à   son   insu.   Une   autre   version   selon   Aldo   FERRAGLIA,   dans   laquelle   c’est   après   une   violente dispute   qu’il   a   voulu   “mettre   Birgit   SAVIOZ   sous   la   douche   pour   lui   rafraîchir   les   idées”   que   la   police   est intervenue   et   que   Birgit   SAVIOZ   a   quitté   les   lieux   escortée   par   les   policiers.   Mais   il   a   raconté   tellement   de mensonges... »   Le   compte   416.416.03   P    ouvert   pour   les   transformations   de   la   maison,   nous   démontre   que   Birgit SAVIOZ   a   financé   la   totalité   des   transformations.   Ces   écritures   démontrent   aussi   que   les   quelques versements   effectués   par Aldo   FERRAGLIA   étaient   aussitôt   prélevés   pour   ses   besoins   personnels.   Et   encore que   d’autres   versements   correspondaient   à   des   transferts   sur   le   compte   Hypothèques.   Etait-ce   pour   financer sa part de loyer ? »   Le   compte   démontre   surtout   que   seuls   deux   versements   d’un   total   de   CHF   116’911.65       correspondent   au paiement   des   factures   de   transformations.   Nous   y   reviendrons   plus   loin   dans   le   cadre   de   la   vente   de   la propriété.   On   voit   aussi   que   les   versements   de   Birgit   SAVIOZ   se   sont   élevés   sur   ce   même   compte   à   CHF 104’300.-   et   que   la   consolidation   des   hypothèques   par   UBS   se   montait   alors   à   CHF   177’544.-   Le   fait   est, qu’entre   les   versements   de   Birgit   SAVIOZ   et   la   consolidation   par   UBS   SA,   ce   sont   CHF   281’844.-   qui   ont   été portés   au   crédit   du   compte   “Transformations”   et   que   les   factures   y   relatives   ne   se   sont   montées   qu’à   CHF 116’911.65. Tout   le   reste,   soit   CHF   79’170.55,   non   compris   l’achat   de   la   propriété.   a   été   utilisé   pour   le   compte personnel   d’Aldo   FERRAGLIA.   Dans   ce   décompte,   on   doit   cependant   considérer   que   les   CHF   24’451.70 d’intérêts   du   compte   “Transformations”   devaient   être   mis   à   la   charge   d’Aldo   FERRAGLIA,   puisqu’il   n’a   pas contribué à alimenter le compte en question. »   Au   niveau   d’UBS   SA,   la   volonté   d’agir   en   ccmplot   contre   Birgit   SAVIOZ   se   constate   particulièrement   dans   le fait   que   la   banque   a   cherché   à   détourner   le   patrimoine   de   Birgit   SAVIOZ   pour   rembourser   les   dettes   de   son concubin   par   des   moyens   illégaux.   UBS   SA   bien   sûr   bénéficié   de   la   complicité   bien   sûr   d’Aldo   FERRAGLIA qui   y   avait   tout   intérêt,   mais   aussi   de   la   Notaire   Emmanuelle   MÜRITH-KAELIN,   de   même   que   celle   du défenseur d’Aldo FERRAGLIA, Me Michel TINGUELY. »   Le   compte   d’exploitation   (compte   courant)   UBS   416.416.04   K    d’Aldo   FERRAGLIA   a   été   ouvert   au nom   des   deux   concubins,   alors   que   Birgit   SAVIOZ   ignorait   son   existence    dix   ans   encore   après son   ouverture   le   22   avril   1983.   Ce   n’est   que   le   21   octobre   1993   qu’elle   en   a   pris   connaissance   pour   la première   fois...   La   signature   sur   ce   compte   est   donc   un   FAUX   et   toutes   les   plaintes   et   dénonciations faites    auprès    de    l’Institution    judiciaires    -    qui    est    rappelons-le    en    mains    criminelles    Francs- Maçonnes -  ont été rejetées pour couvrir les “Frères” de Loges... Bravo les Banksters ! »   En   1993   lorsqu’elle   s’est   adressée   à   UBS   SA   pour   avoir   des   informations   sur   ce   compte,   Birgit SAVIOZ,   pourtant   titulaire,   s’est   vue   notifier   une   fin   de   non   recevoir...   Grotesque,   mais   digne   des Banksters suisses. »   Le   compte   UBS   416.416.M1   R    sur   lequel   devaient   être   portés   les   loyers   du   crédit   hypothécaire, démontre   clairement   qu’Aldo   FERRAGLIA   ne   tenait   pas   ses   engagements   et   que   seul   Birgit   SAVIOZ respectait   les   accords   pris,   du   moins   jusqu’en   1993   lorsqu’elle   a   pris   conscience   du   complot   contre   elle. UBS   suivait   la   situation   d’Aldo   FERRAGLIA   et   si   les   Banksters   n’ont   rien   entrepris   contre   leur   Client, c’est   qu’ils   avaient   compris   que   le   “sauvetage”   de   leurs   crédits   multiples   passait   seulement   par   la   prise de   contrôle   des   avoir   de   Birgit   SAVIOZ,   mais   à   son   insu.   Il   est   évident   qu’elle   n’aurait   jamais   accepté   de financer   les   casseroles   de   son   concubin    de   son   plein   gré.   C’est   pourquoi   UBS   y   a   mêlé   Birgit SAVIOZ   malgré   elle   et   à   son   insu   au   travers   du   compte   UBS   416.416.04   K   cité   plus   haut   sur lequel   elle   figurait   comme   titulaire.    On   en   a   la   preuve   sur   le   premier   document   du   fichier   précité “casseroles”    dans    le    cadre    de    l’octroi    d’un    crédit    de    CHF    40’000.-     pour    une    société    d’Aldo FERRAGLIA,   dont   elle   n’avait   pas   à   être   débitrice.   Il   en   est   de   même   du   déficit   de    la   société Comptoir du Meuble de CHF 34’750.-  payé par le même compte. »   Enfin   la   volonté   d’escroquer   Birgit   SAVIOZ   se   constate   aussi   lors   des   étapes   du   remboursement   de l’hypothèque.   Le   compte   UBS   416.416.H1   C    révélait   un   compte   débiteur   de   CHF   595’800.-   au   30   juin 1994    lors    du    bouclement    du    compte.    En    raison    de    la    créance    ECAB    (Etablissement    Cantonal d’Assurance   des   Bâtiments)   et   d’une   autre   créance   de   RAIFFEISEN,   un   remboursement   de   créance de   CHF   573’466.45    a   été   proposé   par   UBS   dans   sa   lettre   du   20   juin   1994 ,   pour   solde   de   tout   compte, Jusque là rien d’anormal. »   Dans   cette   lettre   du   20   juin   1994   UBS   SA   demande   le   remboursement   du   prêt   hypothécaire   pour   un total   de   CHF   455’850.-   intérêts   compris,   sachant   que   la   vente   de   l’immeuble   avait   été   convenue   pour   le prix de CHF 600’000.-. »   Le   problème   se   présente   lorsque   les   Banksters   d’UBS   SA   exigent   que   le   produit   de   la   vente   serve aussi   à   couvrir   le   compte   “exploitation”   (compte   courant)   d’Aldo   FERRAGLIA   dont   Birgit   SAVIOZ ignorait   l’existence   jusqu’au   21   octobre   1993.   Il   était   impératif   pour   UBS   SA   de   considérer   que   les crédits   avaient   été   contractés   conjointement,   malgré   le   fait   que   durant   plus   de   10   ans   ils   n’avaient jamais    constaté    une    quelconque    intervention    de    Birgit    SAVIOZ    sur    ce    compte    et    qu’ ils    étaient conscients qu’elle n’avait jamais signé cet octroi de crédit , du moins en leur présence. »    La    volonté    complice    d’escroquer    des    banquiers    s’observe    aussi    dans    les    opérations    de remboursement.   Celles-ci   démontrent   au   surplus   la   complicité   de   la   Notaire   Emmanuelle   MÜRITH KAELIN qui s’est prêtée activement à l’escroquerie. »   Me   MÜRITH-KAELIN   a   fait   virer   le   produit   de   la   vente   sur   le   cpte   d’exploitation    UBS   416.416   04 K    au   lieu   de   le   faire   virer   sur   le   cpte   hypothécaire   UBS   416.416.H1   C .   On   constate   donc   déjà   là,   la volonté   d’avoir   voulu   exercer   une   contrainte   envers   Birgit   SAVIOZ   pour   l’empêcher   de   s’interposer   au remboursement du compte courant. »    L’activisme    complice    de    Me    MÜRITH-KAELIN    dans    cette    escroquerie    avec    la    complicité    des Banksters   d’UBS   se   confirme   aussi   dans   le   fait   qu’elle   a   obtenu   de   l’acheteur   qu’il   s’acquitte   de   son achat   en   deux   montants   distincts,   correspondants   au   crédit   hypothécaire   de   Birgit   SAVIOZ   et   Aldo FERRAGLIA   pour   le   premier   virement   de   CHF   455’850.-   et   à   CHF   118’547.90   pour   le   remboursement du compte courant d’Aldo FERRAGLIA. »   Cet   activisme   complice   se   poursuit   dans   l’ordre   de   virement   depuis   le   compte   courant   sur   le   compte hypothécaire.   MÜRITH-KAELIN   a   demandé   à   UBS   SA   -   en   sa   qualité   de   donneur   d’ordre   -   de   modifier l’adresse   du   titulaire   du   compte   courant    en   mentionnant   Birgit   SAVIOZ ,   alors   que   sur   tous   les   extraits de   ce   compte,   dans   le    passé   ou   qui   ont   suivi,   c’étaient   les   coordonnées   d’Aldo   FERRAGLIA   qui figuraient   en   lieu   et   place.   Par   cette   stratégie,   la   Notaire   MÜRITH-KAELIN   et   les   Banksters   d’UBS SA   ont   tenté   de   rendre   “formel”    le   fait   que   Birgit   SAVIOZ   ait   été   consentante   aux   transactions passées. »   L’escroquerie   est   un   crime   pénal   poursuivi   d’office   et   dans   un   Etat   de   Droit,   tous   ces   intervenants devraient faire face à la Justice. Mais pas dans un Pays sous règne Franc-Maçon ! Michel TINGUELY - Pratiques illégales pour parvenir à la vente de la propriété »   Démontrons   tout   d’abord   que   Me   Michel   TINGUELY   est   un   spécialiste   de   la   manipulation   des   faits,   de   la tromperie   et   du   mensonge.   La   présentation   déformée   du   24   novembre   2006    par   Michel   TINGUELY   du dossier   SAVIOZ   lors   du   procès   d’Appel   au   Peuple   en   regard   des   faits   décrits   sur   ce   Site,    permet d’apprécier    la    personnalité    de    l’Avocat    bullois.    Est-il    un    schizophrène    qui    s’ignore    ou    un    malhonnête manipulateur   confirmé   ?   Sa   détermination   du   19   avril   2001    sur   un   recours   de   Birgit   SAVIOZ   tend   à   écarter une maladie, ce qui le rend encore plus dangereux pour la Société. »   En   page   2   de   cet   écrit,   Me TINGUELY   fait   état   du   prix   des   transformations   se   sont   montées   selon   lui   à   CHF 780’000.-   alors   qu’en   réalité   comme   on   l’a   vu   sur   le   compte   UBS   416.416.03   P    elles   n’étaient   que   de   CHF 116’911.65. »    Me   TINGUELY    notera    au    passage    dans    ce    cadre    que    les    dettes    solidaires     envers    l’UBS ”    avaient augmenté   à   un   peu   plus   de   CHF   600’000.-   ce   qui   est   faux,   puisque   comme   on   l’a   vu   sur   les   différents comptes   cités   plus   haut   et   en   particulier   le   compte   UBS   416.416.04   K    l’augmentation   des   créances   relevait uniquement   de   l’activité   personnelle   d’Aldo   FERRAGLIA.   Me   TINGUELY   inverse   donc   la   situation    quand   il déclare   que   Birgit   SAVIOZ   qui   a   échoué   dans   son   procès   contre   l’UBS,   entend   faire   supporter   ses   pertes   par n’importe qui et s’en prend à Aldo FERRAGLIA pour commencer ”. Vente de la maison »   Dans   le   cadre   de   la   liquidation   de   la   société   simple   créée   pour   l’achat   de   leur   propriété,   Aldo   FERRAGLIA et   Birgit   SAVIOZ   avaient   fait   établir   le   28   janvier   1992,   une   “convention    établissant   les   conditions   de   la vente de leur bien commun. »   Une   audience   a   eu   lieu   le   29   mars   1994    devant   le   Président   Louis   SANSONNENS   du   Tribunal   de   la Gruyère   dans   le   cadre   de   la   dissolution   de   la   société   simple   et   de   la   vente   de   la   propriété. Aldo   FERRAGLIA représenté   par   Me   Michel   TINGUELY   a   subordonné   son   accord    à   la   condition   qu’UBS   SA   renonce   à toute   prétention   contre   lui   après   versement   de   l’argent   résultant   de   la   vente   de   l’immeuble.   Birgit   SAVIOZ quant à elle a réservé son droit de poursuivre la procédure qu’elle avait intentée à UBS SA . »   Il   s’agissait   d’une   action   en   libération   de   dette    déposée   le   04   novembre   1993,   après   que   Birgit   SAVIOZ   ait découvert   les   accords   tacites   passés   entre   Aldo   FERRAGLIA   et   UBS   SA   contre   ses   intérêts,   Cette   action avait   été   déposé      auprès   du   Tribunal   civil   de   la   Gruyère.   Dans   un   Etat   de   Droit,   les   arguments   figurant   en pages   5   et   6   de   cette   demande   auraient   suffi   à   poursuivre   immédiatement   les   criminels   et   au   minimum aurait   interdit   au   Président   de   céans   de   passer   convention   du   29   mars   1994   citée   ci-dessus   .   Mais nous   sommes   dans   un   Pays   où   règne   l’Oligarchie   contrôlée   par   la   Franc-Maçonnerie   qui   applique   la “constitution   maçonnique”   en   faveur   des   Banksters. Aussi   comme   le   disait   LA   FONTAINE,   “que   vous soyez riche ou misérable, les jugements de Cour seront blanc ou noir” . »   Par   la   clause   en   faveur   d’Aldo   FERRAGLIA   précisée   dans   la   convention   du   29   mars   1994,   Me   Michel TINGUELY   a   fait   passer   un   message   à   UBS   SA...    Il   a   clairement   stipulé   qu’après   la   vente   de   l’immeuble, les   créances   des   Banksters   d’UBS   SA   qui   n’auront   pas   été   récupérées,   ne   pourront   plus   être   présentées   à son   Client.   Il   était   donc   clair   pour   les   banquiers   qu’ils   jouaient   leur   dernier   coup   et   qu’ils   avaient   un véritable intérêt à récupérer les créances d’Aldo FERRAGLIA sur les avoirs de Birgit SAVIOZ. »   Il   était   important   d’activer   la   procédure   de   vente   pour   que   Birgit   SAVIOZ   n’ait   pas   le   temps   de   réagir.   Un projet de vente daté du 10 août 1994 a été préparé et présenté par la Notaire MÜRITH-KAELIN. »   Cependant,   en   fonction   du   litige   qui   opposait   Birgit   SAVIOZ   à   UBS   SA   sur   les   crédits   qu’elle   contestait, dans   une    lettre   du   12   août   1994 ,   Birgit   SAVIOZ   a   exigé   de   la   Notaire   MÜRITH-KAELIN   que   le   produit   de   la vente qui devait revenir à UBS SA, soit consigné jusqu’à la fin du litige. »   Sa   réponse   du   16   août   1994    de   MÜRITH-KAELIN   est   éloquente   de   sa   soumission   aux   ordre   de   l’avocat bullois   Michel   TINGUELY.   Elle   confirme   qu’après   avoir   consulté   Michel   TINGUELY   -   et   non   UBS   SA   -   elle   est obligée   de   refuser   la   consignation   des   fonds   UBS,    arguant   qu’elle   ne   pouvait   prendre   aucune   mesure supplémentaire   à   la   convention   du   29   mars   1994.   Toujours   à   la   demande   de   Me   TINGUELY,   elle   convoquait Birgit SAVIOZ pour la signature des actes de vente le 17 août 1994 à 10.30 H. Acte provisoire de vente »   La   vente   a   donc   été   signée   en   temps   et   lieu,   comme   l’avait   ordonné   Me   Michel   TINGUELY   et   ceci   bien   que Birgit   SAVIOZ   qui   refusait   les   conditions   de   cette   vente   ne   se   soit   pas   présentée   à   la   séance   de   signatures... La   secrétaire   de   Me   MÜRITH-KAELIN   a   été   chargée   de   représenter   Birgit   SAVIOZ   (sic!)   pour   la   signature   de cet   acte.   C’est   pour   cette   raison   que   l’acte   de   vente   du   17   août   1994 .   n’était   que   provisoire   comme précisé aux pages 5 et 8. Signature et validité des actes »   L’acte   de   vente   signé   le   17   août   1994    -   dans   lequel   Patricia   GRAND,   secrétaire   de   Me   MÜRITH   KAELIN a   signé   en   lieu   est   place   de   Birgit   SAVIOZ   -   sera   considéré   comme   nul   et   non   avenu   si   la   perfection   de   l’acte n’est pas obtenue avant le 31 octobre 1994 (page 5). »   La   course   contre   la   montre   débute   dès   lors   pour   Me   Michel TINGUELY   qui   allait   devoir   affronter   l’opposition de Birgit SAVIOZ pas prête à se laisser tondre. »   Dans   un   premier   temps,   le   22   août   1994,    Birgit   SAVIOZ   a   confirmé   à   la   Notaire   MÜRITH-KAELIN,   qu’elle interdisait l’inscription de l’acte au Registre foncier »   Dans   une   Ordonnance   du   16   novembre   1994 ,   le   Président   Louis   SANSONNENS   a   confirmé   que Patricia GRAND était habillitée à signer l’acte de vente en lieu et place de Birgit SAVIOZ. »   Dans   cette   même   ordonnance,   (page   3)   le   Président   a   également   habillité   Patricia   GRAND   à   convenir de   la   prolongation   du   délai   d’exécution   avec   Aldo   FERRAGLIA,   Claude   FERRIÊRE   et   les   créanciers concernés   au-delà   du   31   octobre   1994,   pourvu   qu’il   n’en   résulte   pas   pour   Birgit   SAVIOZ,   des   engagements plus importants que si elle s’était exécutée ce jour. »    Cependant,    pour    procéder    à    l’inscription    de    l’acte    de    vente    passé    avec    Claude    FERRIÊRE,    la Conservatrice    du    Registre    foncier    exigeait    une    attestation    selon    laquelle    l’ordonnance    du    Président    du Tribunal civil de la Gruyère du 16 novembre 1994 était définitive et exécutoire. »   Or,   le   Président   du   Tribunal   a   informé   Me   MÜRITH-KAELIN   qu’il   devait   attendre   un   délai   de   10   jours   dès   le 24   novembre   1994   -   date   de   la   remise   de   l’ordonnance   à   Me   Raymond   GILLARD   -   pour   délivrer   l’attestation exigée par la Conservatrice du Registre foncier. »   MÜRITH-KAELIN   précise   dans   son   courrier   du   29   novembre   1994 ,   que   dès   qu’elle   sera   en   possession   de ce   document,   elle   procédera   aux   formalités   nécessaires   pour   l’inscription   de   l’acte   de   vente   au   Registre foncier. Michel TINGUELY s’est-il substitué au Président Louis SANSONNENS ?  »   On   vient   de   le   voir,   Pour   l’enregistrement   de   la   vente,   la   Conservatrice   du   Registre   foncier   exigeait l’attestation   selon   laquelle   le   Président   du   Tribunal   de   la   Gruyère   confirmait   l’ordonnance   du   16   novembre 1994   définitive   et   immédiatement   exécutoire.   Mais   le   Président   de   son   côté,   devait   auparavant   respecter   le délai   de   10   jours   à   calculer   depuis   la   remise   de   l’Ordonnance   au   Conseil   de   Birgit   SAVIOZ,   à   savoir   Me GILLARD. L’attestation ne pouvait donc pas être établie avant le 5 décembre 1994 . »   Mais   Michel   TINGUELY   n’aime   pas   qu’on   s’oppose   à   ses   exigences   et   il   a   voulu   que   le   Registre   foncier inscriv e “immédiatement et définitivement” la vente. »   Les   deux   extraits   de   la   page   4   de   l’ordonnance   du   16.11.1994   citée   plus   haut   pose   deux   questionnements dont   le   premier   relèverait   d’une   confirmation   de   Faux   dans   les   Titres   et   le   deuxième,   de   complicité   de   Faux d ans les Titres (Au sens des Art. 251 à 253 CP). »    Bien    sûr    certains    vont    prétendre    qu’il    n’y    a    aucun    Faux    dans    les    Titres.    que    le    Président SANSONNENS   a   signé   les   deux   attestations.   Il   y   a   tant   de   gens   de   mauvaise   foi   au   sein   de   l’Institution judiciaire, avocats compris. »   Mais   si   tels   devaient   être   les   propos   à   nous   rétorquer,   ceux   qui   le   feront   devront   alors   convenir   que le    Président    Louis    SANSONNENS    était    complètement    sénile    pour    avoir    signé    ces    deux    mêmes attestations le même jour et apposé deux timbres de “Président du Tribunal de la Gruyère” différents. »   STOP   arrêtons   les   conneries   !    Le   Faux   de   gauche   a   été   signé   par   un   individu   qui   n’était   pas   le   Président SANSONNENS et il n’était même pas doué, l’imitation est grossière. »   On   l’a   vu   plus   haut,   c’était   le   Président   SANSONNENS   qui   avait   fait   part   du   délai   de   10   jours   à respecter pour le dépôt de l’attestation définitive et immédiate. Le délai était ainsi fixé au 5 décembre 1994. »   Le   faussaire   n’a   pas   voulu   attendre   le   délai   imposé   et   il   a   ainsi   contraint   le   Président   SANSONNENS   à reprendre   la   date   du   faussaire   pour   couvrir   son   acte   qui   relève   dès   lors   du   délit   pénal   et   selon   sa   fonction   un tel   faux   devient   extrêmement   grave.   Nous   ne   devons   plus   accorder   aucune   confiance   à   des   Institutions dont    les    membres    trahissent    leur    devoir    pour    couvrir    des    Criminels    !    Encore    moins    quand    les politiques cautionnent ces comportements et font emprisonner les lanceurs d’alertes ! »   Deux   problèmes   se   posent   alors   en   fonction   de   cette   reprise   de   date   avant   le   délai   imposé.   D’une   part   le Président   Louis   SANSONNENS   démontre   sa   complicité   avec   le   faussaire    en   voulant   couvrir   son   acte   et de   plus   il   a   rendu   un   acte   invalide   puisque   enregistré   hors   délai...   Au   surplus,   il   devient   évident   que cette   complicité   existait   déjà   deux   semainses   plus   tôt,   lorsque   le   Président   SANSONNENS   a   rendu l’Ordonnance   du   16   novembre   1994   instituant   Patricia   GRAND   comme   signataire   de   l’acte   de   vente   en lieu et place de Birgit SAVIOZ. »    Cette    opération    de    vente    devient    ainsi    une    pure    escroquerie    planifiée    par    les    membres    de l’Institution   judiciaire.   Dans   le   contexte   actuel   de   nos   Institutions,   on   peut   donc   affirmer   que   les Francs-Maçons en sont les commanditaires ! »   On   peut   ainsi   considérer   que   l’enregistrement   de   la   vente   est   illégal   et   comme   la   Notaire   Emmanuelle MÜRITH-KAELIN   qui   a   accepté   de   faire   enregistrer   ce   faux   en   sachant   pertinemment   que   le   délai n’était    pas    respecté,    puisque    c’est    elle-même    qui    en    avait    fait    part,    elle    en    porte    l’entière responsabilité.     Dès    lors,    L’Etat    de    Fribourg    responsable    de    l’activité    de    ses    Notaires,    va    devoir indemniser    la    Victime.    Les    Francs-Maçons    se    croient    au-dessus    des    Lois    Constitutionnelles fédérales,    ils    sont    le    cancer    de    la    Démocratie,    dès    lors    il    est    temps    que    l’Etat    assume    les conséquences  de sa complicité. Michel TINGUELY interdit la production des pièces relatives aux transformations »   Dans   le   cadre   des   procédures   qui   ont   précédé   la   vente   de   l’immeuble,   Birgit   SAVIOZ   et   son   Conseil devaient   absolument   pouvoir   obtenir   le   dossier   des   transformations   pour   définir   quelle   part   des   fonds   avait effectivement   été   utilisée   pour   les   transformations   et   dans   quelle   mesure   Aldo   FERRAGLIA   s’était   servi   pour son compte personnel. »   Une   fois   encore,   la   complicité   de   la   Notaire   Me   Emmanuelle   MÜRITH-KAELIN   est   démontrée   par   son courrier   du   7   septembre   1994    par   lequel   elle   donne   la   preuve   de   sa   partialité   en   faveur   d’Aldo   FERRAGLIA contre les intérêts de Birgit SAVIOZ. »   La   Notaire   MÜRITH-KAELIN   précise   dans   le   courrier   précité   que   ”les   factures   des   transformations   lui ont    été    transmises    par    Me    Michel    TINGUELY,    à    la    condition    que    Mme    SAVIOZ    n’entre    pas    en possession    de    ces    pièces”...    Ceci    nous    fait    comprendre    que    Me    Michel    TINGUELY    n’était    pas seulement   le   Conseil   d’Aldo   FERRAGLIA,   mais   qu’il   était   aussi   un   complice   de   l’escroquerie   en   cours !   Que   son   but   était   de   procéder   pour   que   les   Banksters   d’UBS   SA   subissent   le   moins   de   perte possible, et ceci au détriment de Birgit SAVIOZ ! »   Alors   pourquoi   Me   Michel   TINGUELY   a-t-il   exigé   que   les   pièces   relatives   aux   coûts   des   transformations soient dissimulées à Birgit SAVIOZ ? »   Pour   répondre   à   cette   question,   il   faut   peut-être   se   référer   à   une   détermination   du   19   avril   2001,   dans laquelle   Me TINGUELY   fait   état   des   valeurs   de   lla   propriété.   Il   y   précice   l’achat   à   CHF   420’000.-    et   une   valeur de   CHF   800’000.-   pour   les   transformations.    Or,   comme   on   l’a   vu   plus   haut,   les   montants   débités   du compte 416.416.03 P  ouvert pour les transformations, totalisent seulement CHF 116’911.65. »   Pour   les   Transformations,   ill   faut   tenir   compte   aussi   du   fait   que   l’entreprise   MÜRITH   SA   -   mari   de   la   Notaire MÜRITH-KAELIN   -   avait   été   chargée   d’une   partie   des   travaux   et   que   là   aussi   l’entreprise   avait   refusé   de fournir   les   factures    à   Birgit   SAVIOZ   qui   était   pourtant   leur   cliente...   A   noter   qu’on   retrouve   au   Conseil d’administration   de   la   Société   MÜRITH   SA ,   le   Conseiller   National   Jean-François   RIME.    Ceci   explique probablement   pourquoi   les   milieux   politique   et   judiciaire   fribourgeois    se   sont   tant   acharnés   contre   Birgit SAVIOZ (Finlandaise) qui n’a aucun lien avec la Franc-Maçonnerie cantonale ... »   Dans   l’optique   des   comptes   UBS   à   rembourser,   il   y   a   lieu   de   tenir   compte   du   fait   que   nous   ne   maîtrisons pas   la   totalité   des   crédits    octroyés   par   les   banques   à Aldo   FERRAGLIA.      Rappelons   que   elon   le   prononcé du   Tribunal   civil   de   la   Gruyère   du   29   mars   1994 ,   Présidé   par   Louis   SANSONNENS,   FERRAGLIA   avait subordonné   son   accord   à   la   vente,   à   la   condition   qu’UBS   SA   renons   à   toute   prétention   contre   lui   après versement de l’argent résultant de la vente de l’immeuble  (page 4) . »   Les   éléments   complémentaires   précités   soulèvent   dès   lors   beaucoup   de   questions   sur   les   raisons   qui   ont poussé    tous    les   intervenants   à   dissimuler   les   travaux   de   construction   réels.   La   seule   explication   plausible serait   que   les   transformations   ont   été   surfacturées   pour   mettre   à   la   charge   de   Birgit   SAVIOZ   le   maximum possible de remboursement des dettes d’Aldo FERRAGLIA. »   Cette   hypothèse   démontrerait   alors   une   complicité   de   l’acheteur.   Rappelons-nous   que   c’est   Birgit   SAVIOZ qui l’avait trouvé. »   Pour   terminer   sur   ce   chapitre   et   pour   revenir   à   la   lettre   du   7   septembre   1994   de   la   Notaire   MÜRITH KAELIN,   citée   plus   haut,   elle   termine   son   courrier   ainsi   :   “Quant   aux   renseignements   donnés   à   M. FERRIERE,   ceux-ci   restent   conformes   à   l’éthique   de   notre   métier   et   aucun   élément   nécessaire   n’a   pas été porté à la connaissance de l’acheteur” . »   Quand   j’ai   lu   cette   phrase   sur   l’éthique    de   la   Notaire   MÜRITH-KAELIN   à   mon   chien,   il   s’est   roulé   parterre de   rire   (sic!).   Ceci   dit,   par   cette   précision,   Me   MÜRITH-KAELIN   précise   bien   que   tous   les   éléments   on   été portés   à   la   connaissance   de   l’acheteur.   Il   ne   peut   donc   pas   se   prévaloir   de   la   bonne   foi   au   sens   de   l’Art.   661 du Code civil. Suite
Avocat à Bulle FR ex juge militaire Michel TINGUELY a été dénoncé dans les années 2002 à 2006 par Marc-Etaenne BURDET et l’association Appel-au-Peuple lanceurs d’alertes dans le cadre de l’escroquerie de Birgit SAVIOZ domiciliée alors dans le Canton de Fribourg Outre Birgit SAVIOZ spoliée pour des centaines de milliers de francs et condamnée pour avoir “osé” dénoncer ceux qui l’avaient escroquée, les lanceurs d’alerte ont été aussi condamnés sur plaintes pour calomnie et diffamation lors d’un procès arbitraire dit d’Appel-au-Peuple. Lors de cet “abattage” digne de la pire dictature, Présidé par le Franc-Maçon Pierre-Henri WINZAP, “Juges” et plaignants étaient tous Francs-Maçons. Ils ont requis des centaines de milliers de francs au civil.   Principales Victimes de Michel TINGUELY : M-E Burdet - 18 mois G. Ulrich - 21 mois B. SAVIOZ - 7 mois (sursis) D. CONUS - 50 mois alors qu’il n’est jamais intervenu dans la dénonciation du dossier SAVIOZ... Mais comme l’avait dit Michel TINGUELY au Procureur Yves NICOLET lors d’une audition : “Il est le seul solvable”...
Complot Maçonnique au service du “Frère” Michel TINGUELY : Ils remettent ça !!! Bref rappel des faits : 1er procès  - Présidence   Pierre-Henri WINZAP Du    30    octobre    2006    au    13    novembre    2006,    s’est    tenu    à Lausanne,   le   procès   dit   d’Appel-au-Peuple.   Une   ignominie judiciaire    dans    laquelles    l es    plaignants,    tous    «    Frères    »    de    Loges,    juges, avocats   ou   politiciens   n’ont   pas   hésité   à   mentir   et   à   se   parjurer    pour   faire condamner les lanceurs d’alertes... Ce   procès   qui   a   fait   l’objet   du   jugement   du   24.11.2006    ne   comportait   pas   moins   de 10   ordonnances   de   renvoi    du   Juge   d’Instruction   vaudois   Yves   NICOLET ,    et   une ordonnance   initiale   de   la   Juge   d’Instruction   Françoise   DESSAUX,   de   132   pages... A   noter   qu’ en   remerciement    des   services   rendus   à   la   Franc   Maçonnerie   et   au Crime Organisé en bande, Yves NICOLET a été nommé Procureur Fédéral ! Il    faut    préciser    que    pour    servir    les    besoins    des    plaignants,    les    deux    juges d’instructions   précités   ont   toujours   refusé   la    preuve   de   la   Vérité    aux   prévenus   et n’ont instruit qu’à charge contre ceux-ci. 2e procès  - 6 octobre 2010 - Présidence   Marc PELLET Toutes   les   plaintes   n’ayant   pas   été   traitées   lors   du   procès   du   30   octobre   2006   un deuxième   procès   s’est   tenu   le   6   octobre   2010    devant   le Tribunal   de   l’Est   vaudois à   Vevey.   Ce   procès   devait   mettre   fin   à   des   années   de   procédures,   les   premières plaintes de Michel TINGUELY ayant Coup   de   théâtre   de   Michel   TINGUELY   !    Comédien   ourdi,   l’avocat   plaignant   a réussi   à   attendrir   ses   VICTIMES   en   larmoyant   lors   de   l’audience,   qu’il   était   fatigué par   ces   années   de   procédures   et   voulait   que   ça   se   termine.   Il   y   mettait   toutefois une    condition    impérative,    que    son    nom    disparaisse    des    Sites    Internet    qui    le dénonçaient, pourtant avec preuves à l’appui. De   guerre   lasse,   Marc-Etienne   BURDET   et   Gerhard   ULRICH   ont   accédé   d’un commun    accord    à    la    proposition    de    Michel    TINGUELY    et    j’ai    retiré    du    Site Googleswiss   que   je   contrôlais   encore   à   l’époque,   tous   les   liens   du   dossier   SAVIOZ. Ce   retrait   a   été   fait   dans   le   respect   des   conditions   signées   lors   de   l’audience. Gerhard   ULRICH,   à   fait   de   même   sur   le   Site   d’Appel-au-Peuple.   Le   procès   avait donc   été   suspendu    à   ce   moment-là.   Les   procédures   auraient   ainsi   dû   se   terminer au   terme   du   délai   d’épreuve   d’un   mois   qui   avait   été   fixé   pour   remplir   les   conditions de l’accord. Manipulations   de   Michel   TINGUELY    Nous   avons   très   vite   regretté   l’accord signé   !   Il   n’a   pas   fallu   longtemps   à   Michel   TINGUELY   pour   reprendre   son   offensive contre   nous   après   ces   retraits.    Le   16   juin   2011   il   déposait   une   nouvelle   plainte pénale   contre   Marc-Etienne   BURDET   et   le   17   juin   2011   contre   Gerhard   ULRICH. Au   surplus,   le   19   juillet   2011   il   demandait   au   Ministère   Public   vaudois,   dans   le cadre   d’une   procédure   contre   un   autre   membre   d’Appel   au   Peuple,   une   Instruction à   l’encontre   de   Marc   Etienne   BURDET   -   qui   avait   pourtant   respecté   la   convention signée et n’avait plus jamais cité Me TINGUELY dans ses écrits... Cette   situation   nous   démontrait   dès   lors   que   l’opération   “d’attendrissement” jouée    lors   du   procès   du   6   octobre   2010   -   probablement   avec   la   complicité   des «juges»    -    n’avait    été    en    définitive    qu’une    astuce     pour    obtenir    le    retrait    des preuves     sur    googleswiss.com    et    Internet    en    général,    qui    démontraient    la culpabilité criminelle de Michel TINGUELY  dans l’affaire SAVIOZ ! 3e procès  - 4 février 2013 - Présidence Philippe GOERMER Reprise    de    la    cause    suspendue    le    6    octobre    2010.    Dans    l’intervalle,    Michel TINGUELY    a    déposé    trois    nouvelles    plaintes    les    16.06.2011,    7.09.2011    et 21.03.2012   qui   sont   étroitement   connexes   au   procès   en   cours.   Ces   plaintes   sont étroitement   connexes   au   présent   procès   et   leur   instruction   impliquera   l’analyse   de l’exécution    ou    de    l’inexécution    de    la    convention    du    5    octobre    2010,    plus particulièrement en ce qui concerne Marc-Etienne BURDET. Un    nouvelle    suspension    paraît    ainsi    nécessaire    pour    que    le    Tribunal    puisse connaître   de   l’entier   de   la   cause   et   se   prononcer   en   un   seul   jugement.   La   cause   est suspendue   jusqu’à   droit   connu   sur   le   sort   des   nouvelles   plaintes   déposées   par Michel TINGUELY auprès du Ministère Public central ( Yves NICOLET ). 4e procès   - 11 décembre 2015 - Présidence   Anne-Catherine PAGE
Accès direct
au Dossier SAVIOZ
E xtrait 1
E xtrait 2
            L’image   de   gauche   démontre que    l’attestation    du    01.12.1994 correspond aux écritures habituelles de l’Etude TINGUELY                Exemple
L’image de droite démontre que l’attestation du 01.12.1994 correspond aux écritures habituelles du Tribunal Exemple          de la Gruyère
cliquez l’image
cliquez l’image
BernLeaks
Michel TINGUELY
Marc-Etienne   BURDET   et   Gerhard   ULRICH   ont   été   libérés   des   chefs   d’infractions   pesant   sur   eux   après constatation   que   les   infractions   pour   lesquels   ils   étaient   poursuivis   (mais   que   tous   deux   contestent)   étaient prescrites. CHF 2’000.- de frais ont toutefois été mis à charges des deux accusés... La   présidente Anne-Catherine   PAGE   a   également   ordonné   le   maintien   sous   scellés   de   la   pièce   154 .   Il   y   a   un intérêt tout particulier à comprendre pourquoi, en consultant le lien PAGE - fausses vérités forgées . 5e procès  - 13 mai 2016 - Présidence Patrick STOUDMANN         Assisté des juges Bertrand SAUTEREL  et Yasmina BENDANI  / ( COLELOUGH ) Cour d’Appel pénale vaudoise Fort   du   soutien   que   doivent   lui   apporter   les   petits   «   Frères   »   Francs-Maçons   selon   leur   constitution   satanique, le plaignant et avocat Michel TINGUELY a déposé un appel contre le procès N°4 du 11 décembre 2015. Le   Tribunal   Cantonal   a   cependant   confirmé   le   jugement   de   première   instance   et   ordonné   le   maintien   sous scellés de la fameuse pièce 154 qui ferait tomber le système judiciaire si elle était révélée... Il   a   en   outre   confirmé   les   indemnités   dues   aux   deux   avocats   de   la   défense   pour   un   montant   total   de CHF   51’739.10   qui   seront   mis   à   charge   du   Contribuable    puisque   nous   avons   été   ruinés   par   l’Etat   Voyou dans   lequel   nous   vivons.   Il   a   également   confirmé   les   CHF   1’000.-   de   frais   pour   chacun   des   accusés,   montant que   je   conteste   et   pour   lequel   je   suis   poursuivi   aujourd’hui   (affaire   traitée   par   le   Juge   de   paix   Jacques-André NICOD     proche    du    “JI”     RUEDE    cité    plus    bas    dans    le    lien     relatif    au    Président    Pierre    BRUTTIN     et    à l’escroquerie des royalties). Michel   TINGUELY   continue   à   poursuivre   les   lanceurs   d’alertes   qui   l’ont   dénoncé.   Il   bénéficie   de   la   complicité de ses “Frères”, les juges et Procureurs Francs-Maçons vaudois et fribourgeois ! Depuis   le   début   de   l’année   2002,   il   a   déposé   des   dizaines    de   plaintes   pénales   pour   calomnie,   diffamation, chantage, concurrence déloyale, etc. à l’encontre de ceux qui avaient osé dénoncé son comportement criminel. Expertise   psychiatrique    :   En   fonction   de   l’acharnement   passionnel   que   démontre   Me   Michel   TINGUELY depuis   2002   à   notre   encontre,   par   des   déclarations   démagogues   et   conspirationnistes,   Me   Alain   VUITHIER, avocat   de   Marc-Etienne   BURDET   avait   requis   une   expertise   psychiatrique   pour   définir   la   crédibilité   du plaignant. Bien   évidemment,   la   “famille”   Franc-Maçonne    a   rejeté   cette   demande   qui   aurait   été   contraire   à   l’application de   la   “constitution”   maçonnique   qui   contraint   un   “Frère”   à   un   soutien   indéfectible   envers   un   autre   “Frère”   dans   la   difficulté.   Ou   encore   à   le   combler   dans   ses   souhaits   les   plus   absurdes   !   Au   surplus,   Michel TINGUELY tient   le   couteau   par   le   manche.   Comme   on   l’a   vu   dans   le   cadre   de   la   pièce   154    mise   sous   scellés,   les   juges vaudois   sont   complices   des    fausses   vérités   qu’il   a   forgées    et   il   les   ferait   tous   tomber   avec   lui,   s’il   devait ne   pas   être   suivi...   Le   détail   de   ces   fausses   vérités   et   des   manipulations   de   Michel   TINGUELY   est   précisé dans   l’évalutation   Yves   NICOLET ,   dans   la   lettre   retranscrite   du   10   décembre   2012   l’Arroseur   arrosé   (à   partir de la page 12 de l’évaluation, plus particulièrement pages 14 à 17) Ce   sont    du   reste   bien   ces   principes   maçonniques   qui   interdisent   tout   accès   à   l’impartialité   et   au   non arbitraire   garantis   par   la   Constitution   fédérale,   à   tout   Citoyen   qui   n’est   pas   Franc-Maçon   ou   membre   de l’un ou l’autre de ses Clubs de services (ROTARY, LIONS CLUB, KIWANIS, AMBASSADOR, etc.). 6e procès  - 28 juin 2017 - Tribunal d’Arrondissement d’Yverdon-les-Bains         Présidence Sébastien SCHMUTZ - Réserves civiles et récusation ,         2 juin 2017 Transmission Récusation au Tribunal L’expertise    psychiatrique    de    Miche    TINGUELY     écartée,    la    pièce    154    maintenue    sous    scellés,    Michel TINGUELY se croit invinscible et poursuit sur sa lancée. Dans   une   nouvelle   ordonnance   du   5   octobre   2016,   le   successeur   d’Yves   NICOLET   -   le   Procureur   Stéphane COLETTA    -   reprend   les   plaintes   pénales   suivantes   de   Michel   TINGUELY   des   25   mai   2013,   6   novembre   2013, 16 janvier 2014, 30 janvier 2015, 7 août 2015 et 3 novembre 2015 pour ordonner les condamnations suivantes   M-E BURDET         Daniel CONUS 75 jours-amende avec sursis à CHF 30.- 60 jours peine privative de liberté       + 30 jours-amende ferme à CHF 30.-      + 50 jours-amende à CHF 30.-       +      Participation aux frais CHF 1’560.-.      +      Participation aux frais CHF 2’340.- Indemnités   totale   des   deux   défenseurs   :   CHF   13’198.70   à   charge   du   Contribuable    puisque   nous   avons   tous deux été ruinés par l’Etat Voyou dans lequel nous vivons. Il   est   important   de   préciser   que   le   procureur   Stéphane   COLETTA    n’a   jamais   pris   la   peine   d’entendre   les prévenus  et qu’il a rendu son ordonnance de condamnation selon les demandes de Michel TINGUELY... Nous   avons   recouru   contre   cette   ordonnance   arbitraire   et   aurions   donc   dû   être   renvoyés   le   28   juin   2017   devant le   Tribunal   d’Arrondissement   d’Yverdon-les-Bains.   Les   témoins   cités   par   la   défense   auraient   dû   permettre   de faire   la   preuve   de   la   Vérité   sur   la   complicité   de   Michel   TINGUELY   dans   l’escroquerie   du   patrimoine   SAVIOZ   et par là lever les accusation de calomnie et diffamation pour lesquelles nous sommes poursuivis depuis 2002. Le   23   mai   2017   Marc-Etienne   BURDET   a   eu   confirmation   par   son   avocat,   que   le   Tribunal   a   refusé   les témoins ,   ce   qui   signifie   que   le   Tribunal,   à   l’instar   du   «   procureur   »   Stéphane   COLETTA,   a   déjà   rendu   son verdict   avant   même   le   procès   et   que   cette   audience   ne   sera   qu’une   nouvelle   parodie   de   «   justice   »   au   profit   de leur « Frère » de la Secte Franc-Maçonne. Détails de la situation et du jugement   ICI Cette   situation   m’amène   à   constater   que   Sébastien   SCHMUTZ   qui   aurait   dû   présider   l’audience,    est   vice- Président   du   Tribunal   d’arrondissement   d’Yverdon   les   Bains ,   dont   le   Président   principal   est   Eric   ECKERT . Ce   dernier   individu   avait   porté   plainte   contre   moi   quand   je   l’avais   dénoncé   suite   au   jugement   criminel   qu’il   avait rendu   dans   le   cadre   de   l’escroquerie   de   la   famille   BURDET    en   ordonnant   la   distribution   des   deniers.   A l’époque,    le    Tribunal    d’arrondissement    d’Yverdon-les-Bains    s’était    récusé    en    bloc    pour    toutes    les affaires Burdet, tant les collusions étaient évidentes... !   En    outre,    Sébastien    SCHMUTZ     est    inscrit    au    RC    de    la    Fondation    vaudoise    de    probation     où    figure également   les   noms   d’ Eric   COTTIER ,   procureur   général   complice   du   Notaire   Pierre   MOTTU    pour   organiser mon   emprisonnement   en   juillet   2008   dans   l’affaire   FERRAYÉ .   Apparaît   aussi   Jacques   ANTENEN    accusé   de chantage   sur   un   Inspecteur   assermenté ,   pour   qu’il   taise   la   vérité   sur   l’escroquerie   de   la   famille   BURDET. Apparaît   encore   Pierre   BRUTTIN ,   lié   à   l’escroquerie   des   royalties    et   l’assassinat   d’André   SANCHEZ chargé   du   séquestre   des   royalties.    Sébastien AEBY    était   Directeur   du   Pénitencier   de   BOCHUZ   et Alexandre VISCARDI    responsable   de   mes   conditions   de   détention,   durant   les   deux   ans   de   ma   séquestration,   alors   que tous   mes   élargissement   de   régime   ont   été   refusés.   Durant   la   même   période,   Catherine   MARTIN    qui   figure   à   ce même   registre,   était   cheffe   du   service   pénitentiaire.   François   JOMINI ,   Raymond   GREC    et   Muriel   EPARD ,   qui ont   tous   trois   contribué   à   l’escroquerie   du   patrimoine   de   la   famille   BURDET    y   figurent   aussi,   tout   comme Denis   FROIDEVAUX    concerné   dans   un   dossier   d’arnaque   aux   bénéficiaires   de   l’aide   sociale   que   je   dénonce, ou   encore   l’ex   juge   d’Instruction   Jean TRECCANI ...   Je   citerai   pour   finir   l’ex   candidate   au   Conseil   d’Etat   vaudois Sylvie   BULA ,   inscrite   aussi   aux   RC   de   Berney   et   Associés   SA   Sté   Fid.   Genève   et   Lausanne   et   Horwath Berney Audit SA Genève, des sociétés directement impliquées dans le blanchiment des royalties... Les   explications   précitées   et   les   liens   complémentaires,   permettent   donc   de   comprendre   que   le   procès   agendé au   28   juin   2017   à   Yverdon-les-Bains   n’est   mis   sur   pied   que   pour   garantir   l’arbitraire   en   faveur   des   intérêts   de Michel   TINGUELY   et   de   ses   Frères   Francs-Maçons   et   que   l’impartialité   qui   devrait   pourtant   m’être   garantie   par la Constitution fédérale sera absolument impossible. C’est   dans   ce   contexte   de   manque   absolu   d’objectivité   et   de   suspiscion   justifiée   et   en   fonction   de   ce   qui précède,   que   je   récuse   TOUS   les   Tribunaux   et   Magistrats   vaudois,   compte   tenu   de   leur   partialité   et   de   leur arbitraire   contre   moi.   J e   ne   me   présenterai   pas   au   Tribunal   du   28   juin   2017.    Aux   éléments   précités,   j’ajoute la motivation transmise antérieurement  dans d’autres procédures, qui complète ce qui précède. Réserves   civiles   solidaires   contre   l’Etat   (Cantons   et   Confédération),   les   membres   des   Gouvernements respectifs,   les   membres   des   Parlements   et   des   Chambres   fédérales,   les   fonctionnaires   et   Magistrats   et toute personne concernée qui violeront mes droits. En   l’état   actuel   de   corruption   des   Institutions,   il   serait   peine   perdue   de   chercher   à   intervenir   juridiquement   pour faire   valoir   mes   droits   dans   les   escroqueries   et   autres   préjudices   dont   je   suis   la   Victime.   C’est   pourquoi,   je forme   mes   réserves   civiles   solidaires    à   l’encontre   de   toutes   les   personnes   physiques   et   morales   citées   plus haut,   réserves   que   je   ferai   valoir   en   temps   opportun,   certainement   proche   selon   les   indices   dont   je   dispose.   La valeur   approximative   actuelle   -   probablement   sous-estimée   -   des   plus   de   3’600   milliards   d’USD   escroqués entre   1991   et   1996   et   blanchis   depuis   lors,   devrait   être   supérieure   à   CHF   30’000   milliards   (au   taux   de   7   % an),   voire   du   double   aujourd’hui.    C’est   donc   dans   un   premier   temps,   sur   ce   montant   que   je   base   notre préjudice à l’encontre de l’Etat et des personnes phyisques et morales concernées. Lettre ouverte pour le dépôt de prétentions civiles Mail de transmission des réserves civiles