Jacques ROMANENS
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Gerhard ULRICH fait la lumière sur le régime de l’oligarchie occulte de la franc-maçonnerie et  de ses clubs de services (Rotary, Lions Club, Kiwanis, etc.),  qui  dirigent le système judicaire actuel et les pouvoirs politiques. Le citoyen qui passe à la moulinette de la machine judiciaire bien huilée, ressent instinctivement qu’il est Victime d’un complot. Mais il est incapable de le prouver, car le système cultive soigneusement la non transparence. Si une telle personne invoque l’aide des politiciens, on se débarrasse d’elle sous prétexte du dogme  de la séparation des pouvoirs. Les dogmes ont toujours servi à asservir les peuples. L’auteur de ces révélations observe depuis 16 ans le dysfonctionnement judiciaire, archivant systématiquement les résultats dans sa base de données, devenue volumineuse. A l’opposé d’autres critiques du régime, il s’est montré jusqu’à présent prudent concernant ses attaques au sujet de la Franc-maçonnerie. Il était conscient que ses connaissances de ce qui se passe dans nos prétoires, étaient assez modestes. Cependant, la persévérance et un travail continu lui permettent aujourd’hui de rejoindre la position de Marc-Etienne BURDET sur le sujet Le dossier de la Victime Jacques ROMANENS démontre une fois de plus les conséquences des coups protés aux Victimes par les Francs-Maçons qui occupent les sièges du pouvoir judiciaire. Leur activité crasse en faveur de leurs “Frères” de Secte, contribue à mettre les justiciables dans des situations insoutenables. Pour les Victimes judiciaires, il est peine perdue de vouloir prouver à leurs bourreaux qu’elles sont dans leur bon droit... C’est seulement en démontrant à l’Opinion publique que les magistrats détracteurs sont indignes et ne sont pas légitimés à exercer leurs fonctions que les choses changeront ! Nous lançons un APPEL AU PEUPLE POUR METTRE FIN À CETTE TYRANNIE !
Dénonciation de la tentative de liquidation de Jacques ROMANENS Jacques   ROMANENS   était   atteint   par   des   maladies   rares   qui   le   rendaient   handicapé et   vulnérable,   exposé   au   risque   de   fausses   routes.   Selon   sa   volonté,   il   continuait   à vivre  chez lui, à Renens, en recevant des soins à domicile. Le   17   juin   2011,   l’infirmière   Augustine   ANKER ,   av.   de   Montchosi   63,   Lausanne,   et l’aide-soignante   Aurore   BARBE    du   CMS   Renens   Nord,   ont   tenté   de   liquider   ce patient encombrant par simulation de noyade. Il   a   miraculeusement   survécu   et   pu   témoigner   et   expliquer   comment   ces   anges de la mort ont procédé. Elles ont bénéficié du soutien scandaleux de leur hiérarchie: Manon FAWER , directrice, ch. des Glycines 10, 1022 Chavannes-près-Renens Francine JECKER , responsable du DSAS, Grand’Rue 3, 1162 St-Prex Karim BOUBAKER , médecin cantonal. Se   servant   d’une   expertise   de   complaisance   établie   par   le   médecin   légiste   Patrice MANGIN ,   le   «procureur»   Pascal   GILLIÉRON   a   débouté   la   plainte   de   Jacques ROMANENS   par   une   ordonnance   de   classement,   approuvée   par   le   «   Procureur général   »   Eric   COTTIER ,   Av.   de   Jaman   11,   Lausanne,   en   faveur   d’ ANKER .   Cela dans   le   but   d’éviter   tout   risque   d’un   débat   public   lors   d’un   procès.   Les   recours   du plaignant   furent   enterrés   par   les   «juges»   cantonaux   Bernard ABRECHT ,   r.   du   Vieux- Bourg    1,    Cully,    Joël    KRIEGER ,    av.    Gratta-Paille    11,    Lausanne    et    Guillaume PERROT .   Puis      le   «   juge   »   fédéral   Christian   DENYS ,   ch.   des   Crêtes   2a,   Lausanne, qui   couvre   déjà   les   nombreux   cas   de   corruption   vaudois,   a   épaulé   ses   complices vaudois. Les   Conseillers   d’Etat   Pierre-Yves   MAILLARD ,   r.   du   Lac   34,   Renens   et   Béatrice MÉTRAUX ,   ch.   du   Ru   17,   Bottens   ont   été   mis   au   courant   de   cette   tentative   de liquidation.    Tous    deux    se    sont    barricadés    derrière    la    chimérique    séparation    des pouvoirs   et   sont   ainsi   devenus   complices   de   tentative   d’assassinat,   aux   dépens   de Jacques ROMANENS. Tout en trahissant leurs idéaux politiques. Tous    les    juges    fédéraux    étant    récusés,    cette    dénonciation    a    été    adressée    par Gerhard    ULRICH    au    Président    du   Tribunal    Pénal    Fédéral    de    Bellinzone,    Daniel KIPFER-FASCIATI, en tant que dépositaire. Au    vu    de    la    censure    ordonnée    par    les    «    magistrats    »    vaudois    contre    le    Site worldcorruption.info ,   grâce   à   la   complicité   des   «   journalistes   »,   cette   dénonciation   est répandue massivement. Les complices de la tentative de liquidation de Jacques ROMANENS
BernLeaks
Jacques ROMANENS a miraculeusement survécu et pu témoigner et expliquer comment les anges de la mort ont procédé dans le cadre des soins à domicile qui lui étaient prodigués
Gerhard ULRICH
Augustine ANKER Infirmière
Aurore BARBE Aide-soignante
Manon FAWER Directrice APREMADOL
Francine JECKER Responsable DSAS
Pascal GILLIÉRON Procureur
Patrick AUBERSON Procureur
Laurent MAYE Procureur
Eric COTTIER Procureur général
Bernard ABRECHT Juge cantonal
Joël KRIEGER Juge cantonal
Guillaume PERROT Juge cantonal
Christian DENYS Juge fédéral
Patrice MANGIN Médecin légiste
Karim BOUBAKER Médecin cantonal
Pierre-Yves MAILLARD Conseiller d’Etat
Béatrice MÉTRAUX Conseillère d’Etat
Les Autorités ont-elles commencé à liquider les vieux encombrants ? Le   vilain   mot   de   tutelle   fut   remplacé   par   l’euphémisme   de   la   curatelle,   dans   le   contexte   de   la   professionalisation de la «protection des enfants et des adultes». Le    23    avril    2014,    le    journaliste    Frederico    CAMPONOVO    /    24    Heures    a    dénoncé    le    cas    de    Rita   Agnès ROSENSTIEL   mise   sous   curatelle,   puis   placée   de   force   à   l’EMS   Nelty   de   Beausobre   à   Morges.   Tous   ses biens   mobiliers   et   pratiquement   toutes   ses   affaires   personnelles   furent   soit   vendus   à   vil   prix,   soit   jetés.   Elle   est aujourd’hui   âgée   de   93   ans,   toujours   lucide   et   mobile.   Chaque   jour,   elle   écrit   sur   son   ordinateur   sa   biographie Pourquoi ?  qui va bientôt être publiée (imprimerie Neoprint, Morges). En janvier 2015, la RTS réalisait une émission au sujet des placements forcés: http://pages.rts.ch/emissions/temps-present/societe-mœurs/6334067-places-de-force.html#6442230 Les   pouvoirs   ont   toléré   la   diffusion   de   cette   émission,   en   guise   de   scandale dosé,   purificateur.   L’opinion   publique   a   réagi   très   fortement,   car   nous   risquons tous   de   tomber   un   jour   dans   cette   situation   et   que   l’on   dispose   de   nous   contre notre   gré,   à   cause   de   la   vieillesse.   Hélas,   le   public   ne   se   rend   pas   compte   de   la censure mise en place dans notre pays, la Suisse. Nos   autorités   tolèrent   des   abus   plus   abominables   que   celui   qui   vient   d’être décrit,    aux    dépens    des    vieux    qui    coûtent    trop    cher.    Le    cas    de    Jacques ROMANENS,   victime   d’une   tentative   de   liquidation   par   deux   soignantes   du CMS   Renens   Nord   le   17juin   2011,   n’est   très   probablement   pas   unique,   car   les vieilles    personnes    vulnérables    et    isolées,    ayant    été    vraiment    liquidées,    ne peuvent plus témoigner… Pour quelles raisons oserais-je prononcer un tel soupçon aussi monstrueux ? La   façon   dont   les   autorités   du   Département   de   la   Santé   et   de   l’Action   Sociale (DSAS)    dirigé    par    Pierre-Yves    MAILLARD,    épaulées    par    les    magistrats judiciaires   et   les   dirigeants   politiques,   ont   étouffé   cette   affaire,   avec   une   détermination   qui   fait   froid   dans   le   dos, laisse   supposer   que   ces   gens-là   sont   au   courant   de   ces   procédés.   Et   ont   l’habitude   d’imposer   la   censure   le   cas échéant.   En   tout   cas,   les   proches   de   Jacques   ROMANENS   n’ont   jamais   réussi   à   ameuter   les   médias   pour   faire connaître cette tentative de crime. Pour   quelles   raisons   les   autorités   couvrent-elles   l’infirmière   Augustine ANKER , Avenue   de   Montchoisi   63,   1006 Lausanne,    qui    a    tenté    d’asphyxier    Jacques    ROMANENS,    handicapé    et    sans    défense    ?    Les    autorités    la protègent-elles,   car   cet   ange   de   la   mort   en   saurait   trop   ?   Serait-elle   l’exécutrice   de   ces   pratiques   sournoises   ? Nos autorités ont-elles commencé à liquider les vieux encombrants ? Les maladies de Jacques ROMANENS (10.09.1934 – 01.11.2015) Ce   patient   souffrait   de   deux   maladies   rares   :   d’un   syndrome   myasthénique   de   Lambert-Eaton,   diagnostiqué   au mois   de   juin   2010,   et   d’un   syndrome   cérébelleux,   constaté   au   mois   d’août   de   la   même   année   ( pièce   1 ).   Son langage   était   devenu   difficilement   compréhensible   et   il   était   exposé   aux   risques   de   fausses   routes.   Lourdement handicapé   et   vulnérable,   il   tenait   à   continuer   à   vivre   chez   lui,   à   Renens.   Le   CMS   Renens   Nord   lui   apportait   les soins à domicile. De plus, son ex-épouse, Suzanne SCHAER était très présente. Le   13   février   2011,   il   a   fait   une   fausse   route   catastrophique   avec   broncho-aspiration,   et   a   dû   être   hospitalisé d’urgence   au   CHUV.   (Par   broncho-aspiration   les   médecins   du   CHUV   entendent   une   fausse   route   de   la   nourriture massive,   aboutissant   dans   les   poumons.)   Marqué   par   cette   expérience   traumatisante,   le   patient   a   changé   ses habitudes   pour   se   nourrir,   de   peur   de   faire   de   nouvelles   fausses   routes,   et   a   perdu   20   kg   en   un   an.   Les   médecins décidèrent   de   l’hospitaliser   à   nouveau   du   24   mai   au   13   juin   2011   pour   mettre   en   route   sa   nutrition   artificielle partielle par une sonde gastrique (PEG). Le rapport de sortie à l’adresse du CMS Renens Nord précisait : «   Présente   une   dysphagie   aux   solides   et   aux   liquides,   fausse   route   importante.   Il   est   nécessaire   de   bien   épaissir les   liquides.   Mange   un   repas   mixé   lisse   mélangé   avec   beaucoup   de   sauce   pour   bien   lier   le   tout.   Doit   seulement utiliser la petite cuillère car sinon prend de trop grandes bouchées ». ( pièce 2 ). Le   CMS   Renens   Nord   a   continué   à   intervenir   pour   s’occuper   de   la   toilette   du   patient   et   amener   les   repas.   Une infirmière   des   laboratoires   BICHSEL,   fournisseur   de   l’alimentation   artificielle,   a   instruit   le   personnel   du   CMS Renens Nord pour qu’il sache utiliser cette sonde gastrique. Un patient encombrant L’ergothérapeute   du   CMS   Renens   Nord   en   charge   de   Jacques   ROMANENS   s’était   étonné   à   haute   voix   que Monsieur   ROMANENS   ne   soit   pas   encore   dans   un   EMS.   D’autres   comportements   humiliants    s’ajoutèrent,   de sorte   que   l’ex-épouse   du   patient,   Suzanne   SCHAER,   intervint   auprès   de   la   direction   du   CMS   Renens   Nord   pour obtenir   de   mauvaise   grâce   un   changement   de   la   personne   s’occupant   de   ce   patient   encombrant.   Il   fut   remplacé par   l’infirmière   Augustine   ANKER .   Ce   fût   pire.   Le   matin   du   17   juin   2011,   cette   infirmière   tenta   de   liquider   ce patient, en complicité avec l’aide-soignante Aurore BARBE . Extrait de la plainte pénale du 09 septembre 2011 de M. Jacques ROMANENS : «…   au   matin,   il   restait   trois   à   quatre   décilitres   dans   la   poche.   Ma   référente   au   CMS,   à   savoir   Mme   ANKER,   dont j’ignore   le   prénom,   a   alors   décidé   de   me   faire   absorber   ce   solde   par   voie   buccale   et   elle   a   donc   rempli   un   verre du   produit.   Elle   m’a   contraint   à   le   boire   malgré   ma   terreur   manifeste   et   mes   protestations.   Je   savais   en   effet   que par   cette   méthode   le   liquide   risquait   d’envahir   mes   poumons   et   en   conséquence   menacer   ma   vie.   (…)   Dès   lors, quand   je   me   suis   rendu   compte   de   ce   que   Mme   ANKER   voulait   me   contraindre   à   boire   ce   liquide,   par   ailleurs nauséabond,   j’ai   été   terrorisé.   Cela   n’a   pas   pu   échapper   à   l’intéressée   qui   a   cependant   passé   outre   ma   volonté. Ma   terreur   s’est   encore   accrue   lorsqu’après   elle   m’a   contraint   à   absorber   cette   substance   par   voie   buccale   et   que je   m’étouffais;   l’intéressée   m’a   paisiblement,   c’est   l’image   que   j’en   garde,   regardé   m’étouffer,   puis   est   partie   sans autre   en   laissant   sur   la   table   le   reste   d’isosource   (ci-dessous   on   parle   aussi   de   Novasource ,   car   2   liquides avaient   été   prescrits   pour   le   patient)   après   avoir   rempli   le   carnet   de   soins,   sans   du   reste   le   signer.   Je   produis   une copie de ce carnet de soins. Je   suis   resté   glacé,   paralysé,   ne   pouvant   plus   émettre   le   moindre   son.   C’est   dans   cet   état   que   m’a   trouvé   l’aide- soignante,   venue   comme   d’habitude   pour   ma   toilette   vers   11   heures   du   matin.   Quelle   ne   fut   ma   stupéfaction lorsque   j’ai   compris   que   mon   calvaire   n’était   pas   fini.   A   son   tour   en   effet,   cette   aide-soignante,   dont   j’ignore l’identité,   a   rempli   le   verre   avec   le   solde   d’isosource   et   tout   en   ayant   un   entretien   téléphonique   à   voix   basse,   m’a contraint   à   boire.   J’étais   incapable   du   moindre   mouvement,   anéanti   et   figé.   Forcément,   il   y   a   eu   à   nouveau   des étranglements,   fausse   route,   reflux   par   le   nez.   Ensuite,   l’aide-soignante   est   partie   sans   remplir   le   carnet   de   soins. J’ai   néanmoins   survécu,   même   si   les   souffrances   provoquées   ont   été   terribles.   A   la   suite   de   ces   faits,   j’ai   été hospitalisé au CHUV pendant 26 jours.»  ( pièce 4 ). En   effet,   ces   fausses   routes   très   conséquentes   ont   causé   des   broncho-aspirations   réitérées.   Déjà   le   lendemain,   il avait   un   accès   de   fièvre,   et   le   22.06.11,   une   pneumonie   se   déclara,   conséquence   des   actes   du   17.06.11.   Il   dut être hospitalisé d’urgence ( pièce 3 ). Le   comportement   irresponsable   des   représentants   du   Département   de   la   Santé   et   de   l’Action   Sociale (DSAS - Département dirigé par le Conseiller d’Etat Pierre-Yves MAILLARD) La    directrice    d’ APREMADOL     du    CMS    Renens    Nord,    Manon    FAWER ,    chemin    des    Glycines    10,    1022 Chavannes-près-Renens, ordonna une «enquête». En quoi cette enquête a-t-elle consisté ? Elle   a   chargé   le   médecin   conseil   de   l’AVASAD,   le   Dr.   HONGLER,   d’interroger   l’infirmière   accusée   et   se   fit confirmer   par   le   fournisseur   de   la   nourriture   artificielle   que   leur   produit   n’était   pas   toxique,   ingéré   par   voie   orale. Ensuite,   la   directrice   FAWER   s’empressa   de   délivrer   un   certificat   de   blanchiment   en   faveur   d’ANKER,   sous   forme d’une lettre à l’adresse de Suzanne SCHAER, datée du 30 septembre 2011. Extraits : «   Dès   lors,   et   compte   tenu   de   ce   qui   précède,   nous   pouvons   confirmer   que   notre   collaboratrice   n’a,   à   aucun moment,   contraint   le   client   à   boire   le   Novasource.   […]   Au   vu   des   éléments   exposés   ci-dessus,   la   direction   de l’APREMADOL    ne    reconnaît    aucune    faute    professionnelle    dans    l’acte    médico-délégué    effectué    par    notre collaboratrice.   […]   Nous   regrettons   vivement   les   propos   diffamatoires   que   vous   mentionnez   dans   votre   courrier   et que nous ne pouvons en aucun cas, accepter….»  ( pièce 5 ). Ce   comportement   de   Manon   FAWER   est   scandaleux   et   irresponsable.    Dans   sa   lettre,   elle   a   passé   sous silence   l’intervention   de   l’aide-soignante   complice,   Aurore   BARBE.   On   peut   présumer,   que   BARBE   et ANKER   se sont   parlé   via   leurs   téléphones   portables   mis   à   disposition   par   le   CMS   Renens   Nord.   Il   aurait   donc   été   facile   pour la   direction   de   vérifier   sur   les   extraits   mensuels   des   appels   téléphoniques,   s’il   y   avait   eu   un   contact   téléphonique, comme   rapporté   par   Jacques   ROMANENS.   De   toute   façon,   FAWER   aurait   dû   faire   interroger   Aurore   BARBE séparément   et   comparer   les   déclarations   de   ces   deux   soignantes   avec   celles   du   patient.   Elle   aurait   pu   organiser une   confrontation   de   Jacques   ROMANENS   avec   les   deux   infirmières   séparément.   Hélas,   les   plaintes   de   Jacques ROMANENS   ont   été   ignorées   par   Madame   FAWER.   Elle   n’a   même   jamais   parlé   avec   lui   !   Ceci   correspond   au comportement d’une complice et certainement pas à celui d’une directrice d’une entité socio-médicale. Sur   la   base   de   cette   attestation   de   complaisance,   la   responsable   de   la   gestion   des   plaintes   du   Département   de   la Santé    et    de    l’Action    Sociale    (DSAS),    Francine    JECKER ,    Grand’Rue    3,    1162    St-Prex,    a    corroboré    le    1er novembre   2011,   le   faux   constat   «   qu’il   n’y   a   pas   eu   de   fautes   professionnelles   commises   par   l’infirmière   sur laquelle   reposaient   les   soupçons   de   maltraitance   » ,   et   ce   torchon   a   été   contresigné   par   le   médecin   cantonal Karim BOUBAKER  ! ( pièce 9 ). Encore aujourd’hui, BOUBAKER se retranche derrière ce faux ( pièce 49 ). Les   Vaudois   ont   le   droit   de   savoir   qui   est   ce   Karim   BOUBAKER   :   un   homme      qui   trahit   ses   devoirs   de médecin et de fonctionnaire. «L’enquête» du «procureur» Pascal GILLIÉRON La   procédure   pénale   fut   attribuée   le   12   septembre   2011   au   «   procureur   »   Pascal   GILLIÉRON   ( pièce   30 ),   qui termina   son   «   enquête   »   3   années   et   7   mois   plus   tard   par   une   ordonnance   de   classement   en   faveur   d’Augustine ANKER ( pièce 35 ). On comprend du coup que ce Seigneur ne s’est pas tué à la tâche. Le   premier   témoin   qu’il   interrogea   fut,   après   3   mois   d’incubation,   le   8   décembre   2011,   Madame   Suzanne SCHAER   ( pièce   06 ).   Deux   mois   plus   tard,   le   17   février   2012,   son   agenda   lui   permit   d’entendre   les   témoins Nathalie   BELLO   –   l’infirmière   du   laboratoire   BICHSEL   ayant   instruit   le   personnel   du   CMS   Renens   Nord   au maniement   de   la   sonde   gastrique   ( pièce   07 ),   et   la   logopédiste   de   Jacques   ROMANENS,   Madame   Séverine ISOARD ( pièce 8 ). Presque   une   année   après   les   faits,   GILLIÉRON   interrogea   enfin   Augustine   ANKER    «   en   qualité   de   personne appelée   à   donner   des   renseignements   »   ( pièce   10 ).   Celle-ci   se   présenta   avec   l’attestation   de   blanchiment établie    par    la    fonctionnaire    Francine    JECKER ,    attestation    contresignée    par    le    médecin    cantonal    Karim BOUBAKER  ( pièce 09 ). Il   va   de   soi   que   les   déclarations   d’Augustine   ANKER   sont   en   contradiction   directe   avec   la   plainte   de   Jacques ROMANENS.   Elle   prétendait   notamment   qu’on   ne   lui   avait   pas   dit   qu’il   ne   fallait   pas   prendre   la   nourriture artificielle   par   voie   buccale.   Elle   l’a   même   répété.   Extraits,   dont   les   passages   équivoques   sont   imprimés   en gras: «   Lorsque   je   suis   venue   à   08h00,   le   17   juin,   pour   vérifier   l’état   de   M.   ROMANENS,   j’ai   constaté   qu’il   restait   du liquide   dans   la   poche   nutritive.   Cette   poche   était   dans   la   chambre   de   M.   ROMANENS.   Quant   à   ce   dernier,   il   avait déjà   quitté   son   lit,   il   était   dans   la   cuisine,   dans   son   fauteuil   roulant.   La   sonde   avait   déjà   été   rincée.   Lorsque   j’ai constaté   qu’il   y   avait   encore   du   liquide   dans   la   poche,   je   lui   ai   proposé   de   le   boire.   Je   me   souviens   très   bien   de lui   avoir   d’abord   demandé   s’il   voulait   bien   goûter   le   liquide.    Il   l’a   fait.   A   ma   grande   surprise,   il   m’a   dit   que ce   n’était   pas   mauvais    (On   sait   que   ce   liquide   a   un   goût   nauséabond).    Il   a   alors   bu   l’entier   de   ce   liquide   que j’avais   versé   dans   un   verre.   Il   n’y   a   pas   eu   de   problème.   Il   n’a   pas   fait   de   fausse   route.   Il   n’a   pas   semblé   étouffer.   Il   n’a   pas   protesté.    Quant   à   moi,   j’ai   pensé   qu’il   n’y   avait   aucun   risque   à   agir   de   la   sorte.    En   effet, à   cette   époque,   M.   ROMANENS   se   nourrissait   tout   seul   la   journée   et   les   aliments   liquides   qu’on   trouvait   dans son   frigo   étaient   soit   aussi   épais   que   le   produit   de   la   sonde,   soit   plus   liquide   encore   que   ce   produit.   Je   n’ai   donc absolument   pas   craint   une   éventuelle   fausse-route.   J’ai   donné   pratiquement   tout   le   contenu   de   la   sonde   à   M. ROMANENS.   Selon   mes   souvenirs   j’ai   jeté   le   reste   (en   contradiction   avec   ce   qu’elle   a   dit   auparavant).   Pour vous   répondre,   je   n’ai   pas   donné   l’entier   du   solde   pour   ne   pas   surcharger   l’estomac   de   M.   ROMANENS   (C’est aussi   en   contradiction   avec   ce   qu’elle   a   dit   auparavant   !).   Vous   me   donnez   connaissance   de   la   description   qu’a fait   M.   ROMANENS   dans   sa   plainte.   Je   suis   extrêmement   surprise.   A   aucun   moment   je   n’ai   constaté   que   M. ROMANENS   était   terrorisé,   même   réticent   à   l’idée   de   boire   le   liquide.   Comme   je   vous   l’ai   dit,   je   n’ai   absolument pas   constaté   qu’il   étouffait.   Lorsque   je   suis   partie,   vers   9h00   –   9h15    (Comment   expliquer   qu’elle   soit   restée   75 minutes,   alors   que   d’habitude,   elle   ne   restait   que   20   à   30   minutes   ?   –   pièce   29    ),   M.   ROMANENS   était   toujours   à la cuisine. Il s’apprêtait à déjeuner et à prendre ses médicaments. Mme SCHAER. Il était parfaitement calme. Une   auxiliaire   de   soins   est   venue   dans   la   matinée   pour   faire   la   toilette   de   M.   ROMANENS.   J’ignore   qui   était   en charge.   Vous   m’indiquez   que   M.   ROMANENS   précise   qu’il   s’agissait   d’une   personne   prénommée   Aurore.   Nous avons   bien   une   auxiliaire   qui   porte   ce   prénom.   J’ignore   son   nom   de   famille.   Normalement,   si   l’auxiliaire   constate un   problème,   elle   doit   me   le   dire,   et   je   note   l’incident   au   journal.   Comme   vous   le   constatez,   il   n’y   a   aucune indication   en   ce   sens   (Aurore   BARBE   était   sous   ses   ordres,   elle   l’a   connaissait   donc   très   bien,   et   ce   jour-là, contrairement   à   l’habitude,   BARBE   n’a   fait   aucune   inscription   dans   ce   journal   –   pièce   29 ).   Je   n’ai   pas   le   souvenir non   plus   qu’une   auxiliaire   soit   venue   me   trouver.   Je   précise   qu’il   y   a   également   un   journal   des   événements   au domicile   du   patient   sur   lequel   les   intervenants   peuvent   noter   des   observations.   Vous   me   montrer   les   pièces   6/2, 6/3   et   6/4.   C’est   bien   de   cela   qu’il   s’agit.   Pour   vous   répondre,   l’auxiliaire   qui   est   allée   au   domicile   de   M. ROMANENS ce 17 juin au matin ne m’a pas téléphoné pendant son service ». GILLIÉRON    aurait    pu    ordonner    l’écoute    rétroactive    des    conversations    téléphoniques    interceptées    sur    les téléphones   mobiles   des   deux   soignantes.   Il   ne   l’a   pas   fait   avec   préméditation.   Et   il   n’a   jamais   convoqué   BARBE, pour éviter toute contradiction. Il   est   aussi   étonnant   que   l’avocat   de   Jacques   ROMANENS   n’ait   pas   eu   l’idée   de   requérir   la   mise   en   examen d’Augustine   ANKER,   pour   prévenir   la   collusion   avec   sa   subordonnée,   Aurore   BARBE.   Ou   au   moins   d’insister pour   convoquer   ANKER   à   un   deuxième   interrogatoire   pour   provoquer   davantage   de   contradictions   dans   ses dépositions, car cet avocat n’avait pas pu assister à l’interrogatoire du 14 mai 2012 de Mme ANKER. Quand   un   procureur   vaudois   veut   faire   condamner   un   innocent   sans   preuve,   il   le   met   à   l’isolement   pendant   des semaines   et   le   harcèle   jour   et   nuit   par   des   interrogatoires,   répétant   toujours   les   mêmes   questions,   en   espérant   le faire   déprimer   et   obtenir   une   nouvelle   version   des   faits.   Puis   il   le   traite   de   menteur.   Répéter   les   interrogatoires   de manière   dosée,   échelonnés   dans   le   temps,   est   certainement   une   tactique   valable.   Il   y   a   une   bonne   chance   de récolter   ainsi   des   contradictions   exploitables.   Pour   quelles   raisons,   diable,   GILLIÉRON   a-t-il   renoncé   en   l’espèce à utiliser cette méthode si chère aux magistrats vaudois ? Les   prétextes   d’Augustine ANKER ,   selon   lesquels   elle   aurait   ignoré   qu’on   ne   devait   pas   faire   boire   à   ce   patient des   liquides   non   épaissis,   sont   totalement   invraisemblables.   Tout   le   personnel   du   CMS   Renens   Nord   était   au courant que le tout grand problème de ce patient était le risque de fausses routes. Elle l’a déclaré elle-même : «Je   me   souviens   aussi   que   tout   le   personnel   du   CMS   se   posait   beaucoup   de   question   sur   la   manière   dont   il fallait   traiter   ce   patient.      Je   me   souviens   d’avoir   parlé   à   l’infirmière   de   liaison   du   CHUV   qui   émettait   des   doutes sur   l’opportunité   et   le   risque   de   ramener   à   la   maison   un   patient   sur   qui   l’on   venait   de   poser   une   sonde   gastrique. (…)   De   plus,   il   fallait   qu’il   dorme   avec   le   haut   du   corps   en   position   haute,   ceci   pour   éviter   les   risques   de   fausse route.   Je   vous   remets   à   cet   égard   un   extrait   du   journal   du   CMS   relatif   à   ce   patient.   Comme   vous   pouvez   le constater,   j’ai   noté   cette   nécessité   le   10   juin   2011   après   un   contact   téléphonique   avec   Mme   DONZALLAZ, diététicienne au CHUV »  ( pièce 10 ). Elle   a   aussi   eu   connaissance   des   instructions   données   par   le   CHUV   dans   ce   contexte   ( pièce   02 ).   Rien   que   la présence d’une sonde gastrique ne pouvait pas laisser ANKER dans l’ignorance ! GILLIÉRON   s’est   tout-de-même   adressé   au   CHUV   pour   obtenir   la   confirmation   que   le   patient   avait   bien   été hospitalisé    à    cause    d’une    pneumonie,    survenue    quelques    jours    après    les    broncho-aspirations    réitérées provoquées par ANKER ( pièce 11 ). Le plaignant n’avait donc pas fabulé. Pour    le    Procureur    Pascal    GILLIÉRON,    une    tentative    d’assassinat    passe    après    les    infractions    au patrimoine   !   Et   il   occulte   les   preuves   qu’il   a   omis   d’établir,   en   évitant   de   mener   une   enquête   méritant   ce nom. Par   lettre   du   13   juin   2012,   l’avocat   de   Jacques   ROMANENS   a   requis   que   le   Chef   du   service   MENH   du   CHUV   (le spécialiste   en   la   matière)   fournisse   une   expertise   plus   approfondie   sur   les   causes   et   les   effets   des   broncho aspirations   ( pièce   14 ).   N’ayant   obtenu   aucune   suite,   cet   avocat   a   finalement   été   contraint   d’adresser   un   recours pour   déni   de   justice   auprès   du   Tribunal   cantonal   ( pièce   18 ).   Invité   à   expliquer      son   retard,   GILLIÉRON      s’est exprimé d’une façon  qui le démasque ( pièce 19 ). Citations : «   Les   acteurs   de   la   chaîne   pénale   doivent   de   plus   faire   face   à   une   explosion   du   nombre   de   cas   de   certains   délits, notamment   en   matière   de   cambriolages   ou   trafic   de   stupéfiants.   (…)   Dans   ces   circonstances,   le   Ministère   public doit   faire   le   choix   de   consacrer   en   priorité   son   temps   à   certaines   enquêtes   plus   sensibles   sur   le   plan   de   la politique   criminelle   (…).   Le   soussigné   estime   que   l’infraction   dénoncée   par   Jacques   ROMANENS   entre   dans la   catégorie   de   dossier   dont   le   traitement   est   moins   prioritaire.   D’une   part   parce   que   l’on   peut   d’ores   et   déjà exclure, au vu des preuves déjà administrées, une volonté criminelle inquiétante chez la personne dénoncée … » «   Le   soussigné   estime   que   le   Ministère   public   n’a   pas   à   ordonner   aveuglement   toute   mesure   qui   serait   requise par   les   parties,   mais   qu’il   lui   appartient   d’en   jauger   l’opportunité   avant   d’ordonner.   Dans   le   cas   présent,   la   requête du   plaignant   tendant   à   la   mise   en   œuvre   d’une   expertise   menée   dans   un   milieu   médico-social   nuit   forcément   à   la réputation   de   la   personne   qui   en   est   l’objet   […]. Au   vu   de   la   situation   où   se   trouve   aujourd’hui   le   Ministère   public, le   soussigné   estime   que   les   reproches   d’inertie   qu’on   lui   fait   sont   infondés,   ce   d’autant   plus   que   des   mesures d’instruction ont bel et bien été effectuées dans ce dossier ». C’est   l’arrogance   même   qui   parle   et   Monsieur   le   procureur   a   le   toupet   de   prétendre   qu’il   n’aurait   pas   été   inactif. En fait, le premier avocat du plaignant a dû relancer GILLIÉRON par deux douzaines de missives. Exemples: pièce 12  – pièce 14  – pièce 15  – pièce 16  – pièce 17  – pièce 24   Et le second avocat de Jacques ROMANENS a dû intervenir encore dans plus d’une douzaine d’occasions ! Sans   être   impressionné   le   moins   du   monde,   le   «   procureur   »   Pascal   GILLIÉRON   a   continué   à   refuser   d’ordonner l’expertise médicale requise ( pièce 20 ). Le   recours   pour   déni   de   justice   fut   néanmoins   accepté   ( pièce   21 ).   Alors,   GILLIÉRON,   pour   ne   pas   «   ordonner aveuglement   toute   mesure   qui   serait   requise   par   les   parties   »   a   mandaté   le   médecin   légiste   du   canton   de   Vaud, et non un spécialiste en la matière, pour fournir une expertise de complaisance. Voir le prochain chapitre. L’avocate   d’Augustine   ANKER    a   suggéré      au   Procureur   GILLIÉRON   le   13   juin   2012   ( pièce   13 )   d’entendre comme   témoin   l’infirmière   Kelly   QUINTON,   qui   aurait   soi-disant   prodigué   des   soins   à   M.   ROMANENS   de   18h32 à   18h52   le   17   juin   2011.   C’était   une   tentative   d’introduire   un   faux   témoin.   En   fait,   c’est   l’infirmière   Laurence VILLARS   qui   était   intervenue   et   avait   été   choquée   par   ce   qu’elle   apprenait.   L’avocat   de   M.   ROMANENS   a   insisté pour obtenir le témoignage de Mme VILLARS, en vain  ( pièce 15 ). GILLIÉRON n’a pas réagi dans les deux cas. Comme   signalé   ci-dessus,   GILLIÉRON   a   rendu   son   ordonnance   de   classement   en   faveur   d’Augustine ANKER   le 13 avril 2015, avec l’aval du procureur général, Eric COTTIER  ( pièce 35 ). L’expertise de complaisance rendue par le médecin légiste Patrice MANGIN Evidemment,   GILLIÉRON   n’a   pas   donné   suite   à   la   requête   de   l’avocat   de   Jacques   ROMANENS   de   mandater   le Chef   de   clinique   du   Service   oto-rhino-laryngologie   du   CHUV   afin   d’établir   une   expertise   médicale   en   l’espèce, bien que ce choix s’imposait. Probablement   qu’après   s’être   arrangé   avec   son   patron,   Eric   COTTIER ,   GILLION   a   mandaté   pour   cette   expertise le   médecin   légiste   du   Centre   Universitaire   Romand   de   Médecine   Légale   (CURML),   Patrice   MANGIN    ( pièce   23 ). C’est    surprenant,    car    MANGIN    est    toxicologue    de    formation,     donc    profane    concernant    les    maladies    de Jacques    ROMANENS.    On    ignore    dans    quel    domaine    le    co-auteur    de    cette    «    expertise    »,    le    Dr.    Raquel VILARINO, excelle. Il   faut   connaître   les   liens   qui   unissent   MANGIN   avec   le   Ministère   public   vaudois.   Voir   pièce   50 .   MANGIN   est   le fiable   complice   du   Ministère   public   vaudois.    Il   est   utilisé   pour   fournir   des   expertises   de   complaisance   à Eric   COTTIER.   Par   exemple   celles   qui   ont   permis   à   ce   dernier   de   commettre   ses   crimes   judiciaires   aux dépens de François LÉGERET  et Laurent SÉGALAT . Voir : L’affaire Légeret – un assassin imaginaire. Jacques SECRETAN, éditions Mon Village, 2016. Et une condamnation bâtie sur du sable – L’affaire Ségalat. Jacques SECRETAN, éditions Mon Village, 2015. Suzanne   SCHAER   pense   que   MANGIN   n’avait   pas   reçu   le   dossier   médical   au   complet.   En   tout   cas   le   rapport   du CHUV   du   22   mars   2011,   qui   décrit   les   maladies   dont   souffrait   M.   ROMANENS   ( pièce   01 ),   n’est   cité   nulle   part dans   les   expertises   de   MANGIN.   Elle   a   observé   que   la   lettre   de   l’avocat   de   M.   ROMANENS,   datée   du   6 septembre 2013, contenant en annexe ledit rapport du CHUV avait tout simplement disparu du dossier pénal. ( pièce 27 ). Quoi    qu’il    en    soit,    cette    fois-ci,    MANGIN    s’est    également    exécuté    selon    les    attentes    du    commanditaire, GILLIÉRON   ( pièce   25 ).   Hélas,   la   toute   grande   faille   dans   ce   torchon   est   le   fait   que   MANGIN   occulte   tout bonnement   la   tentative   de   liquidation   vécue   par   Jacques   ROMANENS,   pour   se   concentrer   sur   la   question   des effets   des   fausses   routes.   L’ange   de   la   mort   ANKER    était   sûre   que   sa   victime,   lourdement   handicapée   et vulnérable,   n’allait   pas   survivre   à   son   attentat.   Cependant,   Jacques   ROMANENS   a   survécu   et   a   pu   témoigner   de ce qu’il lui était arrivé. Occulter ce fait prouve le parti pris de MANGIN. MANGIN   a   ergoté   de   long   en   large   sur   les   fausses   routes   quotidiennes   du   patient.   A   l’évidence   pour   lui,   fausse route   rime   avec   broncho-aspiration.   Ceci   est   faux,   comme   Suzanne   SCHAER   l’explique   dans   l’une   de   ses   lettres à l’avocat de Jacques ROMANENS ( pièce 29  ). Citation : « A   propos   des   fausses-routes.   Dans   le   DVD   que   nous   vous   avons   remis,   Jacques   fait   une   fausse   route   avec   un café   mal   épaissi.   Vous   observez   que   la   première   gorgée   est   toujours   prudente   afin   de   tester   l’épaississement   et la   chaleur   du   liquide.   Il   s’ensuit   forcément   une   toux   désagréable   et   il   faut   un   moment   pour   reprendre   sa respiration. C’est angoissant. Il   s’agit   de   ce   type   bénin   de   fausses   routes   que   rabâche   la   procédure.   Elles   sont   sans   conséquences.   (Par contraste,   une   fausse   route   massive   fait   aboutir   la   nourriture   dans   les   poumons,   ce   que   les   médecins   du   CHUV désigne comme broncho-aspiration). Or,   en   février   Jacques   fit   sa   première   grave   fausse-route,   une   «   dyspnée   aiguë   »,   due   à   sa   dysphagie.   Elle   fut sévère parce qu’il ne s’y attendait pas. C’est   à   ce   moment,   que   les   médecins   ont   diagnostiqué   sa   pathologie.   Jacques   aurait   pu   mourir,   non   pas   de pneumonie, mais d’asphyxie ! Depuis cet événement, il est devenu prudent. Je   soupçonne   fortement   que   c’est   cet   événement   qui   a   inspiré   le   funeste   scénario   des   membres   du   CMS,   peut- être même ont-ils pensé que ce serait facile ». Dans   son   rapport,   le   Dr.   Gontran   BLANC,   médecin   traitant   de   Jacques   ROMANENS   a   confirmé   le   11   décembre 2013   que   son   patient   n’avait   subi   que   deux   fausses   routes   graves,   entraînant   broncho-aspiration   et   pneumonie comme   conséquences.   Celle   du   mois   de   février   2011   et   les   broncho-aspirations   réitérées   provoquées   par ANKER le 17 juin 2011 ( pièce 32 ). Le 11 décembre 2013 BLANC précise : «   Avec   deux   ans   et   demi   de   recul,   nous   pouvons   analyser   avec   une   meilleure   finesse   l’évolution   des   fausses routes. Durant   cette   période   de   deux   ans,   Mr   ROMANENS   n’a   plus   présenté   de   nouvelles   pneumonies   sur   broncho aspiration.   Il   est   donc   clair   que   Mr   ROMANENS   sait   adapter   ses   habitudes   et   sa   manière   de   manger   pour   éviter un   événement   malheureux.   […]   En   tenant   compte   des   faits   précités   (qui   sont   clairs,   précis,   et   acceptés   par tous),    les    faits    qui    sont    survenus    le    17    juin    2011,    sont    de    nature    exceptionnelle    et    totalement inhabituelle». Les   conclusions   de   MANGIN,   selon   lesquelles   il   n’y   aurait   pas   de   lien   «   de   manière   formelle   »   entre   «   l’épisode du   17   juin   2011   et   la   pneumonie   diagnostiqué   le   23   juin   2011   »   sont   en   conséquence   archifausses.   ( pièce   25 , point 6). Pour   MANGIN,   avoir   fait   ingurgiter   à   Jacques   ROMANENS,   souffrant   de   graves   problèmes   de   déglutition,   de   la nourriture   artificielle   liquide   non   épaissie   «a   constitué   une   non-observation   des   consignes   prévues   pour   ce   cas particuliers,   plutôt   qu’une   violation   des   règles   de   l’art   ».   Il   s’agit   clairement   d’une   attestation   de   complaisance commanditée par le Ministère public. Une ineptie prononcée par un érudit. Evidemment,         l’avocat         du      plaignant      a   violemment   critiqué      cette      «   expertise   »   ( pièce   27 ).   Cela   a   eu   pour résultat un «complément d’expertise», ajoutant du volume aux premières allégations bidons ( pièce 33 ). Par    cette    expertise    de    complaisance,    MANGIN    et    son    co-auteur    se    sont    abaissés    pour    devenir    les complices d’assassins en puissance. L’ordonnance de classement  PE11.015201-PGN du 13.04.2015 GILLIÉRON   s’est   servi   aisément   de   l’expertise   /   complément   d’expertise   d’une   futilité   manifeste   de   MANGIN   pour débouter le plaignant. Le mensonge le plus culotté est présenté par cette formule: «   Aucun   élément   dans   le   dossier   ne   parle   en   faveur   d’une   action   délibérée   d’un   quelconque   membre   du personnel responsable des soins du plaignant à son domicile, tendant à attenter à sa vie »  ( pièce 35 ). Juste   au-dessus,   GILLIÉRON   mentionne   la   pièce   maîtresse   du   dossier,   c’est-à-dire   le   DVD   produit   par   le plaignant   intitulé   «   Jacques   ROMANENS   –   17   juin   2011   –   le   jour   où   tout   a   basculé.   1h45   de   cauchemar   !   ».   Il semble   que   GILLIÉRON   ne   se   soit   pas   donné   la   peine   d’écouter   ce   témoignage   historique,   autrement   il   n’aurait pas pu mentir aussi grossièrement. Il   est   établi   par   les   constats   des   médecins   du   CHUV   ( pièce   3    et   pièce   11 )   ainsi   que   par   l’attestation   du   médecin traitant,   Dr.   G.   BLANC   ( pièce   32 )   que   la   pneumonie   du   plaignant   a   été   causée   par   les   broncho-aspirations subies   le   17juin   2011.   Le   13   février   2011,   Jacques   ROMANENS   a   failli   mourir   suite   à   une   seule   broncho aspiration   par   étranglement.   Suzanne   SCHAER   a   fait   le   calcul   qu’un   demi   litre   de   Novasource   représente l’équivalent   de   30   gorgées   moyennes   =   30   broncho-aspirations   ( pièce   22 ).   «   Les   événements   »   du   matin   du   17 juin   2011   étaient   donc   l’équivalent   d’un   waterboarding   (simulation   de   noyade),   méthode   de   torture   administrée par   les   services   secrets   américains   sur   leurs   prisonniers   à   Guantanamo   sous   l’administration   BUSH.   Sûr   et certain,   c’était   un   spectacle   atroce.   Il   est   inconcevable   que   les   deux   soignantes,   Augustine   ANKER   et   Aurore BARBE     n’aient    rien    remarqué    d’anormal.    Rappelons    qu’Augustine   ANKER    a    avoué    avoir    fait    ingurgiter    à Jacques   ROMANENS   le   solde   du   liquide   se   trouvant   dans   la   poche.   Les   souffrances   de   leur   victime   ont   dû   se manifester   avec   violence.   La   phrase   équivoque   de   la   première,   prononcée   le   14mai   2012   devant   GILLIÉRON   «   Il n’a   pas   semblé   étouffer   »   est   un   leurre.   Un   interrogateur   avisé   l’aurait   immédiatement   coincée.   Il   lui   aurait demandé   comment   il   était   possible   qu’elle   n’ait   pas   vu   les   souffrances   de   sa   victime,   exposée   à   des   broncho aspiration réitérées et avérées. C’est   un   miracle,   respectivement   grâce   à   sa   constitution,   que   Jacques   ROMANENS   ait   survécu   à   cette   torture pour   pouvoir   témoigner   que   les   deux   anges   de   la   mort, Augustine ANKER   et Aurore   BARBE ,   couvertes   par   le médecin cantonal Karim BOUBAKER  et son entourage, ont tenté de l’assassiner. ANKER    n’a    jamais    eu    le    moindre    geste    de    regret.   Au    contraire,    questionnée    au    téléphone    par    Suzanne SCHAER,   trois   jours   après   l’attentat,   pour   savoir   qui   avait   eu   l’idée   de   faire   avaler   le   liquide   de   la   sonde, AugustineANKER   s’est   mise   à   rire   en   disant   que   c’était   elle   ( pièce   06 ).   Il   faut   rappeler   le   témoignage   de   Jacques ROMANENS   :   «    …   je   m’étouffais,   l’intéressée   m’a   paisiblement   -   c’est   l’image   que   j’en   garde   -   regardé m’étouffer,   puis   est   partie…   »    -      Il   serait   d’intérêt   public   de   connaître   le   passé   de   cette   Autrichienne   d’origine. Son   assurance   à   agir   de   la   sorte   nous   permet   de   soupçonner   que   ce   personnage,   d’un   caractère   très   particulier, a   l’habitude   de   liquider   des   vieilles   personnes   vulnérables,   sans   défenses.   Le   fait   que   Jacques   ROMANENS   ait survécu et pu témoigner, profite à toute notre société. Le   but   de   l’ordonnance   de   classement   en   faveur   de   cette   infirmière   de   la   mort,   s’imposait   du   point   de   vue   de   la Nomenklatura,   pour   éviter   tout   risque,   lors   d’un   procès,   d’un   débat   public   sur   ce   sujet   sur   lequel   la   population est naturellement très sensible. Le copier/coller des instances supérieures Les   instances   supérieures   confirment   en   règle   générale   les   décisions   des   premiers   juges/procureurs   par   un copier    /    coller…    Les    exceptions    sont    rarissimes.    Telle    l’annulation    récente    par    le    Tribunal    fédéral    de    la condamnation   par   les   juges   Genevois,   sans   preuves   et   sans   aveu,   d’Erwin   SPERISEN,   après   un   calvaire   inutile de   5   ans   d’incarcération.   C’est   pour   faire   joli   et   nourrir   l’illusion   de   l’opinion   publique   que   le   système   judiciaire fonctionne   presque   à   la   perfection.   La   réputation   du Tribunal   fédéral   est   particulièrement   soignée   par   nos   médias manipulés   par   les   pouvoirs   occultes.   En   fait,   l’ancien   président   du   Tribunal   fédéral   Gilbert   KOLLY    2013   –   2016 s’est   vanté   devant   le   Congrès   des   avocats   suisses,   le   15   juin   2017   à   Lucerne,   que   le   taux   d’acceptation   des recours a pu être comprimé à 2.3 % à la fin de sa présidence. Voir la page 53 de cette publication : www.worldcorruption.info/index_htm_files/gu_2017-06-21_ohchr-f.pdf Il   est   temps   que   l’opinion   publique   suisse   se   réveille   et   découvre   ce   scandale   :   au   moins   80   %   des recourants de l’année 2016 ont été escroqués et traités de quérulents par nos « juges » fédéraux. Le   recours   de   l’avocat   de   Jacques   ROMANENS   ( pièce   36 )   a   été   balayé   le   6   juillet   2015   par   les   «   juges   » cantonaux    vaudois,    connus    pour    leur    lourd    passé    –    Bernard    ABRECHT ,    Joël    KRIEGER ,    et    Guillaume PERROT.    ( pièce   37 ).   Dans   leur   arrêt   de   12   pages   -   un   copier   /   coller   du   jugement   de   1ere   instance   -   ils   ont souligné   que   l’ordonnance   de   classement   avait   été   approuvée   par   le   Procureur   général,   Eric   COTTIER .   Le lecteur   doit   savoir   qu’ ABRECHT   et   KRIEGER   sont   repérés   comme   membres   du   complot   maçonnique   dans le    canton    de    Vaud,     dirigé    par    ce    même    COTTIER.     PERROT,    juge    cantonal    depuis    décembre    2012 seulement, figure déjà dans notre base de données par 4 références négatives. En   rejetant   ce   recours,   ces   «   juges   »   cantonaux   ont   violé   le   principe   in   dubio   pro   duriore   (dans   le   doute   il   faut opter   pour   la   voie   la   plus   sévère).   Il   faut   savoir   qu’au   stade   de   l’enquête   au   niveau   du   procureur,   le   principe   in dubio   pro   reo   (le   doute   doit   profiter   à   l’accusé)   ne   peut   pas   être   appliqué.   Le   prévenu   doit   être   impérativement envoyé   devant   un   tribunal.   En   l’espèce,   il   n’y   a   pas   de   res   iudicata   (chose   jugée),   ce   qui   est   la   grande   faille dans cette affaire. De   plus,   le   plaignant   ROMANENS   n’a   pas   eu   droit   à   un   procès   public   et   équitable,   ce   qui   enfreint   l’article 6 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Le   4   septembre   2015,   un   recours   a   été   adressé   au   Tribunal   fédéral   ( pièce   38 ).   Par   ATF   6B_856/2015   du   16 septembre   2015,   il   fut   déclaré   irrecevable   ( pièce   39 ).   Un   seul   «   juge   »   fédéral   aux   commandes   :   Christian DENYS .   DENYS   a   montré   en   l’espèce   ses   capacités   novatrices   en   matière   de   jurisprudence.   Selon   DENYS, l’avocat   du   recourant   a   omis   de   déclarer   les   conclusions   civiles.   Citons   le:   «   …   la   jurisprudence   entend   se montrer   restrictive   et   stricte,   de   sorte,   que   le   Tribunal   fédéral   n’entre   pas   en   matière   que   s’il   ressort   de façons   suffisamment   précise   de   la   motivation   du   recours   que   les   conditions   précitées   sont   réalisées,   à moins   que   l’on   puisse   le   déduire   directement   et   sans   ambiguïté   compte   tenu   notamment   de   l’infraction alléguée ». Gerhard   Ulrich,   l’auteur   de   ces   lignes,   recourt   pratiquement   chaque   mois   auprès   du   Tribunal   fédéral   et   a l’habitude   d’être   débouté   par   cette   institution.   Hélas,   je   n’ai   jamais   encore   été   débouté   par   une   telle   motivation écervelée.    Déclarer   un   recours   irrecevable   offre   le   grand   avantage   de   ne   même   pas   devoir   motiver   la décision abusive. Que   le   Vaudois    DENYS    ait   couvert   en   l’espèce   les   agissements   de   ses   confrères   vaudois   n’est   pas   surprenant. En effet, DENYS couvre les affaires de corruption vaudoise en série depuis des années. Voir : www.worldcorruption.info/index_htm_files/gu_2017-06-21_ohchr-f.pdf Cette fois-ci, il a couvert un assassin en puissance, pour épauler ses complices vaudois. Par   la   suite,   ROMANENS   s’est   adressé   à   un   expert,   le   médecin   français   Yvon   LESEC ,   afin   d’établir   une nouvelle   expertise   médicale   ( pièce   40 ).   Mais   Jacques   ROMANENS   est   décédé   le   1er   novembre   2015.   Alors, Suzanne   SCHAER,   munie   des   procurations   des   fils   qu’elle   a   eus   avec   Jacques   ROMANENS,   a   requis   une révision   ( pièce   43 ),   récoltant   un   refus   de   suivre   du   «   procureur   »   Laurent   MAYE    ( pièce   46 ).   Suzanne SCHAER,   déçue   par   l’inefficacité   des   avocats   de   son   ex-mari   a   recouru   elle-même   au   Tribunal   cantonal   vaudois ( pièce   47 ).   Elle   a   été      déboutée   par   les      «   juges   »   cantonaux   vaudois   Christophe   MAILLARD ,   Bernard ABRECHT    et   Guillaume   PERROT   par   arrêt   du   27   avril   2017,   au   motif   farfelu   que   l’expertise   médicale   LESEC   ne constituait    «    aucun    élément    nouveau    justifiant    une    reprise    de    la    procédure    préliminaire    …    »     ( pièce    48 ). ABRECHT   et   PERROT,   ayant   déjà   pris   auparavant   des   décisions   dans   cette   procédure,   n’ont   même   pas eu la décence de se récuser spontanément. Cette affaire n’a donc jamais été jugée !  La pieuvre a des tentacules partout dans l’administration vaudoise Il est connu que  le système judiciaire vaudois est gangréné de A à Z. Voir : www.worldcorruption.info/index_htm_files/gu_2017-06-21_ohchr-f.pdf  et les dossiers BernLeaks Et cette pieuvre a des tentacules dans toute l’administration du canton de Vaud. Police : Jacques ANTENEN ,   commandant   de   la   Gendarmerie   vaudoise,   est   franc-maçon,   comme   son   sous-fifre   Philippe DESARZENS,   commandant   de   la   Police   Région   de   Morges.   Le   5   avril   2017,   lors   de   la   campagne   électorale vaudoise    des   mois   d’avril/mai   2017,   ces   individus   aux   ordres   des   Francs-Maçons,   ont   fait   disparaître   notre colonne   d’information   publique   roulante   dénonçant   les   crimes   commis   en   bande   organisée   par   leur   organisation secrète anti-constitutionnelle. Colonne d’information publique roulante disparue le 5 avril 2017 à Morges Plainte   a   été   déposée   le   jour   même.   Impossible   d’obtenir   la   moindre   réponse   de   la   part   de   la   Police   de   Morges. Suite   à   la   plainte   pour   vol   déposée   par   le   propriétaire   de   la   colonne,   son   assureur   a   été   informé   3   mois   plus   tard que   cette   colonne   se   trouverait   dans   un   dépôt   de   la   Police   de   Morges,   mais   aucune   information   formelle   écrite n’a été rendue à ce jour... Détails voir : www.worldcorruption.info/elections.htm De   par   ce   fait,   les   manipulateurs   qui   ont   le   contrôle   de   la   Police   vaudoise   ont   interdit   la   liberté   d’expression   et entravé    le    débat    politique    pendant    la    campagne    électorale    2017.    La    valeur    de    ces    élections    est    en conséquence nulle ; le gouvernement et les députés actuellement en place n’ont aucune légitimité. Offices des poursuites Lors   du   détournement   du   patrimoine   de   la   famille   BURDET,   début   des   années   2000,   le   préposé   de   l’ Office des poursuites d’Yverdon-les-Bains, Gilbert LAURENT  a joué des mauvais tours. Voir : www.worldcorruption.info/burdet.htm De   même,   le   préposé   de   l’Office   des   poursuites   de   Lavaux-Oron,   Christian   TSCHANZ,    trahit   actuellement ses devoirs aux dépens de Michèle HERZOG. Offices d’impôt Le   Conseiller   d’Etat   Pascal   BROULIS ,   en   tant   que   Ministre   des   finances   du   canton   pendant   15   ans,   a   réussi   à effacer   une   dette   de   15   milliards   de   francs   suisses   en   pressant   les   contribuables   modestes   comme   des   citrons, tout   en   octroyant   des   indulgences   fiscales   aux   oligarques.   Les   fonctionnaires   de   son   département   soutiennent ces magouilles. Voir : www.worldcorruption.info/index_htm_files/gu_2016-12-10_broulis-f.pdf Bien   qu’informé   par   lettre   recommandée,   également   remise   en   mains   propres,   BROULIS   n’a   jamais   contesté l’exactitude de cette dénonciation, et pour cause. Silence    complet    également    sur    le    dossier    scandaleux    de    taxes    d’imposition    en    violation    de    la    Législation fédérale,   à   l’encontre   des   bénéficiaires   de   l’aide   sociale   et   des   étudiants   mâles   sans   revenus   et   de   nationalité suisse… www.worldcorruption.info/aide_sociale.htm   Médecin légiste et Médecin cantonal, fonctionnaires du Département de la Santé et de l’Action Sociale Voir ci-dessus. Il   faudra   un   jour   compléter   le   tableau   en   analysant   les   cas   d’abus   commis   par   les   notaires,   par   exemple.   Nous   ne connaissons   certainement   qu’une   fraction   des   fonctionnaires   /   auxiliaires   de   l’Etat   intouchables   sous   influence. Mais    ce    que    nous    avons    découvert    suffit    pour    extrapoler    que    la    mafia    occulte    et    secrète    de    la    Franc Maçonnerie  a pris soin d’occuper par leurs pions, tous les postes clés de l’Etat de Vaud. L’implication des politiciens vaudois Au   sein   du   collège   du   gouvernement   vaudois,   on   trouve   deux   maîtres-chanteurs    radicaux-libéraux    –   Philippe LEUBA  et Jacqueline DE QUATTRO. Voir www.worldcorruption.info/elections.htm La   corruption   est   en   premier   lieu   l’apanage   de   la   droite   –   des   libéraux-radicaux,   des   UDC   et   des   verts-libéraux. Cependant,   les   politiciens   de   gauche   vaudois   sont   très   au   courant   des   cas   concrets   de   corruption   et   laissent passer. Le   Conseiller   d’Etat   socialiste,   Pierre-Yves   MAILLARD,   a   été   le   leader   bien   informé   du   syndicat   UNIA   à   l’époque. Il    doit    certainement    avoir    eu    vent    du    blanchiment    d’argent    du    clan    MARCOS    des    Philippines,    réalisé    par surfacturation   organisée   par   la   maison   BAUMGARTNER   Papiers   SA   à   Crissier   (disparue   entre-temps).   La Banque   Cantonale   Vaudoise,   où   Pascal   BROULIS   a   officié   en   tant   que   directeur,   s’est   occupée   des   transactions. Le directeur BCV BROULIS n’aurait-il pas au courant ? … Cela   n’a   pas   empêché   Pierre-Yves   MAILLARD   de   s’engager   dans   une   concordance   politique   à   outrance,   laissant passer    les    magouilles    de    la    droite    sans    broncher,    comme    le    dossier    de    l’aide    sociale    cité    plus    haut.    En conséquence,   les   magistrats   judiciaires   socialistes   obéissent   aux   directives   de   leur   parti   socialiste   vaudois,   alors que   le   socialiste   Pierre-Yves   MAILLARD   et   le   radical   Pascal   BROULIS   (dits   Malice   et   Brouillard)   sont   cul   et chemise   au   sein   du   gouvernement   vaudois   actuel.   De   fait,   au   nom   de   la   «   collégialité   »   synonyme   de   complicité, les   magistrats   gauchistes   couvrent   également   la   corruption   dans   le   canton   de   Vaud.   Ils   participent   activement   à la   répression   de   la   liberté   d’expression,   en   violant   les   Droits   de   l’Homme   fondamentaux,   pour   servir   les   intérêts de leur parti politique ! La   gauche   cohabite   de   façon   perverse   avec   la   droite   dans   le   canton   de   Vaud.   Les   juges   de   gauche   ferment   les yeux,   laissant   passer   les   magouilles   de   leurs   collègues   de   droite.   En   contrepartie,   le   parti   socialiste   obtient   sur   le plan   politique   des   concessions   en   faveur   de   son   électorat.   Cela   se   fait   sur   le   dos   des   victimes   judiciaires,   en trahissant les idéaux du parti. Les    politiciens    vaudois    de    gauche    ont    été    informés    du    vol    de    la    colonne    d’information    publique    roulante, dénonçant    le    complot    franc-maçon,    donc    de    la    répression    de    la    liberté    d’expression    flagrante    pendant    la campagne électorale vaudoise 2017. Ils ont fait semblant de l’ignorer. La   Conseillère   d’Etat   des   Verts,   Béatrice   MÉTRAUX,   ancienne   greffière,   est   également   une   opportuniste.   Elle   est responsable   des   agissements   illicites   de   ses   fonctionnaires   subordonnés   et   plus   particulièrement   du   complice de    faussaire    et    Maître    chanteur    Jacques    ANTENEN,    Commandant    de    la    Police    cantonale.    Elle    est responsable   des   agissements   illicites   de   ses   fonctionnaires   subordonnés.   En   sa   qualité   de   Présidente   de   la chambre   des   notaires   du   canton,   elle   couvre   les   actes   illicites   d’un   couple   de   notaires,   dénoncés   par   Michèle HERZOG. En   l’espèce,   les   Conseillers   d’Etat   vaudois   MAILLARD   et   MÉTRAUX   ont   été   mis   au   courant   de   cette   tentative   de liquidation de Jacques ROMANENS. Voir Dokument 31  – Dokument 44  – Dokument 45 . Tous   les   deux   se   sont   barricadés   derrière   la   chimérique   séparation   des   pouvoirs   et   se   sont   faits   complices de   la   tentative   d’un   assassinat,    aux   dépens   de   Jacques   ROMANENS,   en   trahissant   leurs   idéaux   politiques.   Ils se prostituent pour s’accrocher à un semblant de participation au pouvoir. Par   avis   de   droit   du   professeur Thierry TANQUEREL,   Université   de   Genève,   du   09   mai   2014,   la   Commission   de Haute    Surveillance    du    Tribunal    Cantonal    (CHSTC)    a    été    castrée,    respectivement    «    tanquerellisée    ». L’échange   de   correspondance   entre   Suzanne   SCHAER   et   le   Président   de   la   CHSTC,   Régis   COURDESSE,   en est    la    preuve.    Voir    Dokument    41     et    Dokument    42 .    L’abolition    de    cette    commission    serait    une    mesure d’économie   pour   les   contribuables.   Pour   le   débat   politique,   elle   est   aujourd’hui   totalement   superflue,   car   cette commission   ne   fait   que   gérer   des   papiers,   sans   exercer   la   moindre   surveillance.   Quand   un   citoyen   se   plaint   de dénis   de   justice   répétitifs,   la   CHSTC   répond   avec   humour   qu’il   suffit   d’utiliser   les   voies   de   recours   (expérience vécue par plusieurs citoyens vaudois), alors qu’elle sait que les voies de recours ont déjà été utilisées, en vain. Le tout est assorti d’une censure de certains sites Internet ordonnée par le Ministère public vaudois www.worldcorruption.info/index_htm_files/gu_2016-10-11_cottier_censure-f.pdf Et   par   la   chape   de   plomb   imposée   aux   médias   au   sujet   des   dysfonctionnements   gravissimes   du   système judiciaire. Voir : www.worldcorruption.info/index_htm_files/gu_2016-09-05_de_weck_rts.pdf   La   censure   ordonnée   aux   journalistes   et   autres   Médias   complices   est   telle,   qu’ils   prêtent   leur   concours   à   l’Ometa sur    l’information    concernant    les    crimes    d’Etat    dénoncés.    Ils    engagent    ainsi    directement    leur    responsabilité personnelle et individuelle, de manière solidaire. www.worldcorruption.info/reserves_civiles.htm Les   Journalistes   sont   parvenus   à   considérer   leurs   Lecteurs,   ceux-là   même   qui   les   font   vivre,   comme   leurs ennemis   !   Résiliez   vos   abonnements   !   Seule   la   Presse   alternative   sur   Internet   permet   d’avoir   accès   à   une information objective… « Viel Feind, viel Ehr ». (Beaucoup d'ennemis, beaucoup d'honneur) Georg VON FRUNDSBERG
Rita ROSENSTIEL
In memoriam Jacques ROMANENS (10.09.1934 – 01.11.2015, témoin contemporain d’une tentative de liquidation d’un patient encombrant
Est-il dangereux de vieillir dans le Canton de Vaud