Escroquerie des brevets
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Escroquerie des brevets de Joseph FERRAYÉ
                   André STREBEL  ( onglet Luxembourg/Clesrstream ) avait confié à Joseph FERRAYÉ lors d’un entretien le                17   octobre   2003,   qu’il   (FERRAYÉ)   avait   été   écarté   des   négociations   et   du   voyage   au   KOWEIT,   parce   que   les Gouvernements   de   la   coalition   avaient   décidé   d’augmenter   par   2.6   les   coûts   des   extinctions   par   rapport   à   l’offre   que Joseph FERRAYÉ avait déposée par l’entremise de CONIRA dont il était le Président. Le   2   août   1991,   Christian   BASANO   Associé   de   Joseph   FERRAYÉ,   a   communiqué   à   l’Inventeur   depuis   le   KOWEIT, que   le   no uveau    Président    de   l’INPI   Jean-Claude   BOURDON    (suite   au   décret   ROCARD) ,   était   lui   aussi   au KOWEIT   et   présentait   les   systèmes   de   FERRAYE.   Ensuite,   BASANO   a   demandé   à   FERRAYE   de   signer   une cession   de   ses   droits   sur   les   systèmes   au   nom   de   CONIRA ,   pour   qu'il   puisse   faire   valoir   les   droits   d'antériorité   de FERRAYE   sur   ces   systèmes.   Il   s’agissait   là   d’un   plan   diabolique   –   lié   à   l’accord   antidaté   –   établi   par   TILLIE   et COLONNA, agissants sous l’égide de la DGSE (services secrets français) et du Gouvernement français de l'époque. Dans   ses   déclarations,   Christian   BASANO,   associé   de   Joseph   FERRAYÉ   au   même   titre   que TILLIÉ   et   COLONNA ,   a fait   savoir   à   l’Inventeur   qu’ils   allaient   nommer   COLONNA   comme   Président   de   CONIRA    pour   signer   les   accords avec le KOWEIT. Joseph FERRAYÉ qui détenait la majorité des parts avec sa nièce, n’a pas eu un mot à dire... La   lettre   de AL   BADER   Trading   Co    du   5   août   1991   au   Ministre   du   Pétrole   Koweitien   Hmoud AL   RAQBAH   confirme aussi   que   l’offre   a   été   présentée   officiellement   par   CONIRA,   donc   par   les   associés   de   FERRAYE,   le   samedi   3   août 1991 et ceci après les essais réussis de l’application du système de blocage. A   leur   retour   du   KOWEIT   le   13   août   1991,   BASANO, TILLIE,   COLONNA,   ont   déclaré   à   FERRAYÉ,   que   le   ministre   du pétrole   Hmoud   AL   RAQBAH,   allait   leur   envoyer   le   contrat   dans   les   15   jours   qui   suivaient,   puis   ils   ont   disparu   des Alpes   Maritimes.   De   septembre   à   novembre   1991,   pour   déstabiliser   Joseph   FERRAYE   et   pour   gagner   du   temps   ils ont manipulé l’Inventeur par des propos opposés et fait les fausses déclarations successives suivantes : Heureusement   que   nous   avons   des   amis   (il   s'agissait   du   général   Mohamed   AL   BADER   et   de   ses   frères Youssef   et   Hamad,   et   Issam   AL   SAGER)   au   KOWEIT,   qui   surveillent   les   extinctions.   Ces   amis   vont   nous envoyer les preuves de l'utilisation des systèmes Nous avons perdu une bataille et pas la guerre (octobre 1991) Nous avons perdu la guerre et nous devons accepter la défaite (novembre 1991) Etc. Depuis   le   15   août   1991,   après   leur   retour   du   KOWEIT,   les   associés   de   Joseph   FERRAYÉ   se   sont   retranchés   durant 1   mois   en   Corse    dans   la   propriété   de   François   COLONNA.   Ils   interdisaient   tout   contact   avec   eux.   Ils   insultaient Joseph   FERRAYE   sans   ménagement   pour   l’impressionner,   l’éloigner   et   tenter   de   le   décourager   de   venir   au   bureau de BASANO pour obtenir les renseignements auxquels il avait droit après leur voyage au KOWEIT. Selon   Daniel   LEVAVASSEUR,   Les   secrétaires   de   BASANO, Arlette   FOLCO,   62   ch.   de   Val   Fleuri   à   Cagnes   sur   Mer   et Marie-Rose   SAHAKIAN,   2   rue   Sévan   à   Nice,   avaient   chacune   plus   de   USD   100   millions   à   leur   nom   sur   les   comptes retrouvés. Accord antidaté en faveur de ARAMCO Crude Oil - P.B.E. Oil - Paul Marc Cet   accord   a   été   signé   le   26   juillet   1991 ,   TRADUCTION   ICI,    porte   une   date   de   validité   à   partir   du   30   avril   1990   (art.   8)   et   a   été   légalisé   le   25.09.1989    par   Adel   Mussad   AL-KHARAFI.    Il   comporte   également   le   timbre   du 15.11.1991   de   la   Chambre   du   Commerce,   toujours   légalisé   par   AL-KHARAFI.   au   travers   d’une   société   qui   avait cessé   ses   activités   le   7   avril   1989   selon   extrait   KBIS.   Il   s’agissait   de   la   Société   P.   B.   E.   Oil   (Petrol   Brokers   Energy Oil)   présidée   par   Paul   Marc   COLNE    qui   n’était   qu’un   prête   nom   et   qui   a   été   retrouvé   mort   dans   sa   cellule   de   la prison de Nice en décembre 1997. Les   associés   et   mandataires   de   FERRAYE   se   sont   ainsi   alliés   le   29   juillet   1991,   dans   cet   accord   antidaté   de   2   ans, conclu   par   P.   B   .   E   .   Oil,   portant   sur   la   vente   du   système   de   blocage   «BLOCKING   ROBOT   FOR   HIGH   PRESSURE OIL WELL », par ARAMCO . Selon   Aurélien   GARCIA,   chargé   de   mission   d’Edith   CRESSON,   HORWELL   a   été   constitué   à   parts   égales   par   l’IFP, ELF   et   FORASOL   pour   l’extinction   des   puits   au   KOWEIT.   Jean-Claude   BOURDON   qui   était   directeur   de   l’ I nstitut F rançais du P étrole (IFP) a été désigné président de HORWELL /filiale de l’IFP. Cet   accord   qui   a   été   signé   le   29   juillet   1991    a   été   antidaté    dans   sa   rédaction   au   30   avril   1990.   Ce   qui   est   très bizarre,   c’est   qu’il   a   aussi   été   antidaté   au   27   juillet   1989   par   les   autorités   étatiques   du   KOWEIT   qui   sont   ainsi directement   complices   du   Crime   organisé...Comment   est-il   possible   que   cet   accord   ait   été   établi   en   1990    et   légalisé 9   mois   avant   son   établissement   ?    prouvant   tous   les   aspects   du   complot   avec   préméditation   et   l’implication   du Gouvernement   KOWEITIEN...   L'antériorisation   de   cet   accord   avait   comme   seul   but   de   constituer   une   fausse antériorité sur les dates de priorités du système de blocage. L’accord   mentionne   que   :   “Article   8   -   Ce   contrat   est   valable   pour   une   période   de   3   ans,   à   compter   du   30   avril   1990 , renouvelable   par   lettre,   exceptant   son   arrêt   par   l'une   des   deux   parties   par   lettre   recommandée   six   mois   avant l'expiration   de   son   terme.   (Remarque   FERRAYE   :   En   1990   BASANO   et   TILLIE   ne   se   connaissaient   pas   et Mustapha   AL   ADASANI   ne   les   connaissait   pas   non   plus,   or   ils   figurent   tous   dans   l’accord...   D’autre   part,   les puits au KOWEIT n’ont été explosés et incendiés que le 20 février 1991…). L'accord   précité   a   été   légalisé   par   M.   R.   PRATT   attaché   à   l'Ambassade   de   France   au   Koweït   le   15   novembre 1991,   soit   10   jours   après   la   fin   des   extinctions.   Il   faut   savoir,   que   le   dernier   puits   explosé   avait   été   maîtrisé   le   5 novembre   1991,   et   que   les   systèmes   ont   été   exposés   du   23   au   29   novembre   1991   à   la   «   FRENCH   TRADE   WEEK   » à   KOWEIT   CITY   où   ils   ont   été   vendus   en   tant   que   procédés   stratégiques,   à   tous   les   autres   pays   producteurs   de pétrole dans le monde… C’est   donc   la   France,   pays   dans   lequel   les   brevets   avaient   été   déposés   7   mois   auparavant   et   qui   en   avait   la garde   et   la   responsabilité,   qui   a   permis   de   légaliser   l’escroquerie   et   la   vente   des   systèmes   de   blocage,   à l’insu   de   FERRAYE.   Sans   compter   qu’une   vente   officielle   aurait   rapporté   des   dizaines   de   milliards   d’impôts   à la   France   et   que   son   Gouvernement   a   préféré   y   renoncer...   Etait-ce   sans   raison   ou   les   politiciens   en   place   y ont-ils   eu   un   intérêt   personnel...   Ce   qui   est   grave,   c’est   que   pour   la   plupart,   ils   continuent   à   faire   de   la politique aujourd’hui et et prétendent être candidats à la Présidence... Durant   la   période   d’extinction   des   puits   au   KOWEIT,   le   gouvernement   Koweitien   assumait   la   responsabilité   du détournement   des   systèmes,   mais   quand   il   s’est   agi,   après   le   15   novembre   1991,   de   vendre   les   systèmes   aux   autres Pays    pétroliers,    le    KOWEIT    a    voulu    reporter    la    responsabilité    du    détournement    des    brevets    sur    le Gouvernement   français .   C’est   la   raison   qui   a   justifié   les   «   anti-datés   »   commis   pas   le   KOWEIT   et   la   légalisation   par la France, datée du 15.11.1991. (Il faut savoir que le KOWEIT ne reconnaît pas la propriété intellectuelle) . Non   seulement,   les   commanditaires   gouvernementaux   français   de   ce   complot   ont   violé   les   Droits   de   FERRAYE,   mais ils   se   sont   permis   au   surplus   de   promouvoir   son   système   lors   d’une   foire   spécialisée   dans   le   cadre   de   la   FRENCH TRADE   WEEK   à   KOWEIT   CITY   du   23   au   29   novembre   1991,   ceci   au   bénéfice   de ARAMCO,   société   étrangère   à   la France   !   Les   intérêts   français   ont   donc   transité   par   ARAMCO .    Selon   BASANO,   les   systèmes   ont   également   été présentés dans une foire similaire à Rio de Janeiro au Brésil. L’imbécillité   et   la   bêtise   des   3   associés   de   Joseph   FERRAYE   est   sans   limite   ! Alors   que   dans   l’accord   qui   précède   ils   figurent   comme   actionnaires,   dans   leur   lettre   du   10   août   1991 ,   ils   essaient   de   se   blanchir   mutuellement   (eux- mêmes,   la   Premier   Ministre   Edith   CRESSON   et   l’Ambassadeur   R.   PRATT),   par   une   mise   en   scène   en   plusieurs points qui confirme ainsi l’implication de CRESSON et du Gouvernement français... : Ils   ont   créé   une   entreprise   pour   intervenir   efficacement   dans   l’EXTINCTION   et   la   FERMETURE   CONTROLEE des puits de pétrole en feu. Ils   mentionnent   dans   leur   lettre   que   la   Sté   CONIRA   développait   les   systèmes   depuis   12   ans   ( la   preuve   du contraire est formelle ) Ils restent au Koweit à la suite d’amitiés depuis 20 ans (En réalité en mai 1991 ils ne se connaissaient pas les uns et les autres ). Leur offre a été rejetée et ils n’ont pas eu l’appui du Gouvernement. L’ambassadeur BRESSOT a négocié les systèmes avec les Stés FORASOL et HOREWEL On   constate   en   outre   dans   le   présent   accord   antidaté,   que   Mustapha AL ADASANI    (Ami   du   groupe   B )   figure   parmi les   actionnaires   aux   côtés   de   TILLIE   –   BASANO   –   COLONNA   (Groupe   A) ,   ce   qui   prouve   le   ralliement   des   deux groupes. Mustapha   AL   ADASANI   est   comme   dit   ci-dessus,   un   proche   ami   des   3   mandataires   de   FERRAYE   ( groupe   B   GEBRANE,   HOBEICH   et   REBOURS)   qui   avaient   déjà   escroqué   le   système   d’extinction   et   n’étaient   pourtant   pas censés collaborer avec le groupe A  – BASANO COLONNA et TILLIE. Selon   Mme   Naguy   BRESSOT,   épouse   de   Jean   BRESSOT,   ambassadeur   de   France    à   l’époque   des   faits   au KOWEIT,   suite   à   un   litige   entre   les   Ministres   STRAUSS   KAHN   et   CRESSON,   c’est   François   MITTERRAND,   alors Président,   qui   a   rallié   les   deux   groupes   A   et   B   pour   qu’il   n’y   ait   pas   de   fuite    et   que   le   Gouvernement   puisse maîtriser   l’escroquerie   des   deux   systèmes.   Mme   BRESSOT   a   révélé   aussi   que   les   Ministres   JOXE,   DUMAS   etc.   se réunissaient régulièrement chez leur domicile concernant les extinctions. C’est    assurément    de    cette    situation    que    le    Notaire    genevois    Pierre    MOTTU     a    conçu    ensuite    son “organigramme”   des   groupes   A   et   B   pour   l’établissement   des   conventions   de   cession   des   droits   litigieux, qu’on retrouve dans l’onglet Historique / Conventions. L’authenticité   de   l’antidaté    de   l’accord   est   au   surplus   démontrée   clairement   par   différents   détails.   Au   moment   des faits   vers   le   30   juillet   1991   et   non   1989,   le   désordre   régnait   au   KOWEIT   suite   à   la   guerre.   TILLIE   et   BASANO   ont révélé   qu’ils   avaient   dû   sortir   de   vieilles   machines   à   écrire   manuelles   des   caves,   compte   tenu   des   circonstances   dues à la guerre. L'accord   qui   est   écrit   en   anglais   comporte   enfin   de   très   graves   fautes   d’anglais   propres   à   TILLIÉ.   On   relève particulièrement   en   fin   d’Art.   6,   le   nom   de   AMRA CO   CRUDE   OIL   SALES   au   lieu   de   ARAM CO.   Ce   lapsus   de   TILLIE commis   à   plusieurs   reprises   démontre   qu’il   en   est   le   rédacteur.   Il   parlait   systématiquement   d’ AMRA CO,   y   compris dans son audition du 28 novembre 1996 . D’autre   part,   si   ce   document   avait   été   établi   en   1989,   il   aurait   été   rédigé   par   le   secrétariat   de   l’ambassade   ou   par   le ministère du pétrole, dans un parfait anglais.
COLNE
Pose du système d'extinction Fixation du système de blocage Situation du puits après extinction / Avant la pose du système de blocage Système de blocage pour puits à haute pression Résultat final d'un puits éteint et bloqué avec les systèmes FERRAYÉ
Cliquez l’image pour démarer le diaporama
Champs pétrolifère en feu Puits de pétrole en feu