Grèce
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Au-delà   des   Banksters,   les   derniers   à   qui   nous   devons   faire   confiance,   sont nos     dirigeants     de     quelque     Pays     qu’ils     soient,     les     membres     de     nos Gouvernements   et   de   nos   Parlements   qui   pourtant   seraient   censés   défendre nos   intrérêts   (sic   !).   Alexis   TSIPRAS   n’a   pas   failli   à   la   règle.   Il   s’est   vendu   à ceux qu’il voulait combattre. Selon   le   Dr.   Pierre   J.   GILBERT,      ex-Franc-Maçon   repenti   (voir   détails   brochure Franc-Maçonnerie    p.   5),   «   MENTIR   doit   devenir   une   deuxième   nature   pour ceux   qui   conduisent   l’Etat    »   et   il   faut   reconnaître   qu’ils   excellent   dans   cette   tare. Combien   de   fois   avons-nous   vu   des   politiciens   certifier   les   faits   d’une   situation   qui les dénonçait, dont ils ont dû reconnaître leurs mensonges par la suite. Faire   confiance   à   Bruxelles   et   à   ses   technocrates   reviendrait   au   suicide. Alexis   TSIPRAS   le   savait   et   malgré tout il a vendu son Peuple à Bruxelles et les bijoux de la Grèce aux Allemands. Il   ne   fait   aucun   doute   que   depuis   des   mois,   les   politiciens   de   la   Commission   Européenne   n’ont   jamais   eu   pour intention   de   sauver   la   Grèce,   quoi   qu’en   dise   Jean-Claude   JUNKER    qui   n’est   rien   d’autre   qu’un   manipulateur menteur   par   métier.   Le   seul   objectif   de   la   CE   sous   la   direction   de   son   Président,   n’avait   pour   vocation   que   de   sortir les   banques   étrangères   du   bourbier   dans   lequel   elles   se   vautrent   toujours   sans   aucun   scrupule,   quels   que   soient   les dommages collatéraux, par seul appât du gain et des monstrueux bonus que les Banksters en retirent. Nous    sommes    là    face    à    un    crime    économique    organisé    en    bande    et    par    métier,    dont    les    Etats    et    leurs gouvernements   formés   de   Francs-Maçons   servils,   contribuent   à   exécuter   les   directives   des   plus   hautes   sphères maçonniques   mondiales   (Bilderberg,   Trilatérale,   CFR   (Council   Foreign   Relations)   origines   aux   USA),   dont   le   seul objectif   depuis   1954   est   de   prendre   le   contrôle   des   Peuples   et   de   l’économie   mondiale.   Ils   ne   veulent   que   restaurer l’esclavagisme   à   leur   seul   profit   et   ils   y   sont   déjà   parvenus   en   partie   puisque   les   “working   poors”   n’ont   jamais   été   si nombreux   et   que   trop   souvent   un   seul   job   ne   suffit   plus   à   survivre.   Ces   Criminels   au   nombre   desquels   on   compte   les têtes   couronnées   d’Europe,   les   plus   grands   capitaines   de   l’économie,   mais   aussi   les   membres   du   FMI,   de   la   BCE, etc.,   évoluent   en   toute   impunité   parce   que   justement   ils   sont   protégés   par   leurs   larbins   gouvernementaux   Francs- Maçons aux commandes des Etats. Les   membres   des   pouvoirs   judiciaires   étant   élus   par   les   politiques,   il   devient   alors   évident   qu’il   n’y   a   plus   rien   à attendre   des   services   de   “justice”   qui   ne   sont   en   fait   que   des   remparts   supplémentaires   pour   protéger   les criminels    qui    s’activent.    La    pseudo    “séparation    des    pouvoirs”    n’est    en    fait    qu’ un    leurre    et    un    mensonge politicien de plus... La CE et ses revendications insoutenables Pourquoi l’Europe tremble-t-elle à l’idée d’un Grexit ? LES MILLIONS EN PERTE SECHE SUR LES BONS DU TRESOR (PAR PAYS) Les    montants    ci-dessous    ne    concernent    que    la    dette    grecque    (BdT)    achetée    uniquement    par    les    banques européennes. Les banques allemandes et les françaises sont les plus exposées. 10’203 millions d'euros pour l'Allemagne   1’368 millions d'euros pour la France      923 millions pour la Hollande      800 millions pour l'Italie      301 millions pour l'Espagne      263 millions pour le Portugal        97 millions pour l'Autriche        60 millions pour l'Irlande        29 millions pour la Belgique EXPOSITION EN TERME DE CREDIT DEFAULT SWAPS Le   dimanche   7   juin   2015,   la   première   banque   allemande   DEUTSCHE   BANK    annonçait   la   démission   inattendue   de deux   co-directeurs   généraux,   Anshu   Jain   et   Jürgen   Fitschen,   ébranlés   par   une   pluie   de   scandales.   Leurs   contrats courraient   pourtant   jusqu’à   fin   mars   2017...   Les   informations   suivantes   donnent   peut-être   une   idée   des   raisons   de ces démissions : La DEUTSCHE BANK est exposée à la Grèce pour 2 milliards d'euros La   DEUTSCHE   BANK   est   en   outre   exposée   pour   64   trilliards   (64’000   milliards)   à   travers   tous   ses   Credit Default Swaps... sachant que le PIB de l'Allemagne n’est que de 4 trilliards... En   cas   de   défaut   de   paiement   absolu   de   la   Grèce,   la   DEUTSCHE   BANK   sera   en   première   ligne   avec   la   HSBC et le Crédit Agricole. Ce sera un massacre avec du sang sur les murs, comme en 1914. C’est   assurément   aussi   la   raison   pour   laquelle   HSBC   annonçait   le   9   juin   2015,   le   licenciement   de   50.000 salariés.   Il   devient   urgent   de   parer   aux   obligations   de   réglement,   entre   autres,   en   CDS.   Bienvenue   dans   le monde de la dette par ricochet, merci Blythe **   (voir ci-dessous)  et Goldman Sachs. Nous   devons   relever   ici   tout   d’abord   que   la   DEUTSCHE   BANK   est   la   société   mère   de   DEUTSCHE BÖRSE   qui   elle   même   détient   CLEARSTREAM,   chambre   de   compensation   internationale   située   au Luxembourg,     anciennement     sous     contrôle     du     Premier     Ministre     du     Luxembourg     Jean-Claude JUNCKER, aujourd’hui Président de la Commission Européenne... L’ancienne   CEDEL   devenue   CLEARSTREAM   avec   succursale   à   Genève,   a   été   très   active   dans l’escroquerie   et   le   blanchiment   des   royalties   sur   les   brevets   FERRAYÉ   depuis   1991.   Deux   chiffres étonnants   à   retenir   :   En   1995,   avant   la   libération   des   séquestres   des   royalties   par   le   procureur genevois     Bernard     BERTOSSA,     ami     d’Ernest     BACKES     (3e     responsable     de     la     société), CLEARSTREAM   détenait   1’900   comptes.   Cinq   ans   plus   tard   en   2000,   après   la   libération   des milliers   de   milliards   des   royalties,   il   y   avait   plus   de   7’500   comptes   en   gestion   !   CLEARSTREAM était alors dirigée par André LUSSY, ex Directeur de UBS. Une   étude   de   Christian   Chavagneux,   auteur   de   «   Economie   et   politique   internationale   »   dans   le   journal   «Alternatives économiques»   N°   194   de   juillet   2001   faisait   état   de   «   4’000   milliards   d'euros   d'argent   sale   »   qui   auraient   transité par CLEARSTREAM... Suite   à   la   sortie    du   livre   RÉVÉLATION $ ,   la   justice   luxembourgeoise   (Jean-Claude   JUNCKER   était   Premier   Ministre) avait   été   contrainte   de   reconnaître   qu’environ   “15   %   des   transactions   passaient   par   la   comptabilité   occulte.   Comme CLEARSTREAM   a   passé   un   total   de   50   000   milliards   d'euros   de   transactions   en   2000,   les   15   %   en   question correspondaient   à   7’500   milliards   d'euros.   Si   la   moitié   seulement   concernait   des   opérations   douteuses,   cela   fait pratiquement 4’000 milliards d'euros d'argent sale... Blythe   Sally   Masters    citée   plus haut   est   née   le   22   mars   1969   à Oxford   au   Royaume-Uni.   Elle   est une   opératrice   de   marché   de   la banque      J.P.      Morgan      &      Co. (actuelle   JPMorgan   Chase)   dans le    secteur    des    ressources    de base    et    matières    premières    de première      nécessité      (head      of global commodities). On   lui   attribue   généralement   la création   de   la   forme   moderne du   credit   default   SWAP   (CDS) en    1994,    qui    est    un    «contrat d'échange       sur       défaut       de crédit»      ou      couverture      de défaillance. Sans    obligation    de    mettre    de    côté    des    fonds    pour    garantir    la transaction,   le   vendeur   de   protection   reçoit   des   primes   périodiques   et augmente    ses    avoirs    sans    nul    investissement    en    capital    si    aucun événement   de   crédit   n'a   lieu   jusqu'à   maturité   du   contrat.   Dans   le   cas contraire,   événement   plus   ou   moins   probable   mais   très   coûteux,   il   est contraint   de   faire   un   paiement   contingent,   donc   de   fournir   des   fonds   ex post. Il s'agit donc d'une exposition hors-bilan. (extrait wikipedia) L’extrait   ci-dessus   permet   de   constater   qu’en   2012,   les   engagement   SWAP   s’élevaient   à   plus   de   770’500   milliards de   dollars.    C’est   certainement   la   raison   pour   laquelle   Blythe   Masters   a   été   accusée   par   le   journal   britannique   The Guardian d'être « la femme qui a inventé les armes financières de destruction massive ». Le   tableau   des   “Ennemis   publics”   ne   serait   pas   complet   sans   les   deux   directeurs français   du   FMI,   Dominique   STRAUSS-KAHN   et   Christine   LAGARDE   qui   étaient   tous deux   Ministres   en   France,   lorsque   le   Gouvernement   français   s’est   attribué   le   brevets   à l’insu   de   l’Inventeur.   Rappelons   que   Dominique   STRAUSS-KAHN   été   alors   Ministre   de l’INPI   (Institut   National   de   la   Protection   Industrielle)   et   qu’il   avait   la   charge   de   la protection   des   brevets   déposés   à   son   Ministère.   C’est   donc   lui   qui   a   fourni   la   technique des   brevets   d’extinction   et   de   blocage   des   puits   au   KOWEIT   et   qui   a   fait   profiter l’ensemble   des   retombées   économiques   des   systèmes   à   tout   les   membres   du   Gouvernement   d’alors   (voir   page correspondante ) .   Il   était   alors   question   de   quelque   3’000   milliards   de   dollars   de   l’époque   dont   le   cours   officiel   était près du double de celui d’aujourd’hui. Il   est   indubitable   que   le   FMI    a   été   une   pièce   maîtresse   du   blanchiment   des   royalties   (voir   aussi   plus   bas   :   “Citoyens suisses   trahis   par   leurs   politiciens   /   le   plan   de   la   CIA).    Rappelons   en   outre   que   tous   les   transferts   se   sont   fait   avec   la bénédiction   du   Gouvernement   américain   sous   la   tutelle   duquel   se   trouve   le   FMI   et   que   le   sceau   de   la   DEA    était apposé   sur   chaque   transfert   pour   qu’il   échappe   à   tout   contrôle.   Patrick   DAWSON   Chef   de   la   DEA    pour   la   France était stationné à Gland en Suisse et avait assumé cette mission. Le   Gouvernement   américain    est   donc   aussi   directement   responsable    de   cette   escroquerie,   dont   la   responsabilité actuelle   se   situe   à   plus   30’000   milliards   de   dollars,   puisque   d’une   part,   les   transactions   en   dollars   dont   il   a   le contrôle   engagent   sa   responsabilité    et   que   d’autre   part   l’escroquerie   a   eu   lieu   avec   la   participation   directe   d’un haut   fonctionnaire   US.   Mais   comme   on   le   voit   ci-dessous,   les   pratiques   d’escroquerie   du   Grouvernement   américain sont usuelles ! Le   dernier   Ennemi   public   que   nous   citerons   ici,   responsable   aussi   de   cette   hécatombe   au   même titre   que   les   deux   précédents,   est   assurément   Mario   DRAGHI,    le   Président   de   la   BCE   (Banque Centrale Européenne). Directeur   général   du   ministère   du   Trésor   public   italien   et   chargé   des   privatisations   de   1991   à   2001 Mario   DRAGHI   a   également   présidé   en   Italie   le   Comité   pour   les   privatisations   de   1993   à   2001.   À   ce   titre,   il   a   été membre   du   conseil   d'administration   de   plusieurs   banques   et   sociétés   en   phase   de   privatisation.   Mario   DRAGHI    a été   de   2002   à   2005,   vice-président   de   la   branche   européenne   de   la   banque   d'affaires   américaine   Goldman   Sachs,   qui   a   participé   à   l’escroquerie   des   royalties.   Cette   fonction   prête   à   polémique   quant   à   un   éventuel   conflit   d'intérêt dans   sa   fonction   de   Président   de   la   BCE   :   contre   rémunération,   la   banque   d'affaires   Goldman   Sachs   a   notamment aidé   la   Grèce   à   dissimuler   son   déficit   public   via   un   procédé   considéré   comme   relevant   de   l'inventivité   comptable.   Le député   européen   Pascal   Canfin   considère   qu'il   est   directement   impliqué   dans   l'échange   de   SWAPS   avec   des États   aujourd'hui   en   difficulté ,   ce   que   nie   Mario   DRAGHI   qui   précise   que   ce   type   de   contrats   étaient   engagés avant   son   entrée   en   fonction   à    Goldman   Sachs    ;   il   soutiendra   lors   d'une   audition   par   les   députés   européens   avoir travaillé   uniquement   avec   le   secteur   privé,   alors   qu'il   était   chargé   aussi,   selon   les   communiqués   de   Goldman   Sachs, du    travail    avec    les    gouvernements    et    les    agences    gouvernementales    (acteurs    publics)    et    du    développement stratégique en Europe avec les principaux dirigeants de la firme. (extrait wikipedia) Mais   nous   savons   bien   évidemment   que   «   MENTIR   doit   devenir   une   deuxième   nature   pour   ceux   qui   conduisent l’Etat  » ( Dr. Pierre J. GILBERT,  ex-Franc-Maçon) . Les Etats-Unis  ont pillé l’or de l’Europe et refondu les lingots d’autres Pays... Le   3   mars   2008,   le   Prof.   Werner   Wüthrich,   docteur   ès   sciences   politiques.   écrivait   dans   le   magasine   web   suisse “Horizons   &   Débats”   que   la   Banque   Nationale   Suisse    (BNS)   possédait   encore   2’600   tonnes   d’or   et   qu’elle   en   avait déjà   vendu   la   moitié.    On   peut   donc   considérer   que   les   réserves   d’or   de   la   BNS   avant   2008    s’élevaient   à   quelque 5’200   tonnes...    Il   est   encore   précisé   que   250   tonnes   supplémentaires   allaient   être   vendues   contre   des   dollars   US, un papier qui n’a aujourd’hui plus aucune valeur réelle puisqu’il n’a plus de couverture or. Pendant   la   même   période,   alors   que   d’autres   pays   étaient   invités   à   vendre   leur   or   pour   que   leur   monnaie   n’y   soit plus   rattachée   et   s’apparente   à   la   situation   du   dollars,   il   est   à   relever   que   la   Federal   Reserve   (détenue   par   des banques   privées)   n’a   pas   vendu   1   seul   gramme   de   son   or...   Si   la   Federal   Reserve   est   constituée   de   12   banques régionales   US,   celles-ci   sont   elles-mêmes   contrôlées   en   liens   directs   par   Rothschild,   la   Banque   d’Angleterre   et les   maisons   bancaires   londoniennes   qui   contrôlent,   en   fin   de   compte,   les   banques   de   la   Réserve   Fédérale   par l’intermédiaire   de   leurs   participations   dans   le   capital    de   ces   banques   et   leurs   filiales   new-yorkaises.   Les   deux principales   banques   représentant   Rothschild   à   New York,   J.P.   Morgan   Co.   et   Kuhn,   Loeb   &   Co.,    sont   les   groupes financiers   qui   ont   organisé   la   conférence   de   Jekyll   Island,   au   cours   de   laquelle   la   Loi   de   Réserve   Fédérale   fut élaborée.   Elles   ont   dirigé   la   campagne   victorieuse   qui   a   suivi   afin   d’obtenir   que   le   Congrès   des   Etats-Unis   vote   de   ce projet   de   loi   et   elles   ont   pris   une   participation   de   contrôle,   en   1914,   dans   la   Banque   de   la   Réserve   Fédérale   de New   York.   Les   principaux   dirigeants   de   ces   sociétés   furent   nommés   au   Conseil   des   Gouverneurs   de   la   Réserve Fédérale   et   au   Comité   Consultatif   Fédéral,   en   1914.   80%   de   la   New   York   Federal   Reserve   Bank   -   qui   détient   le pouvoir   de   décision   de   la   Fed   -   serait   entre   les   mains   de   seulement      familles,   dont   quatre   résident   aux   USA...   Il s’agit   de   Goldman   Sachs,   Rockefellers,   Lehmans   and   Kuhn   Loebs   de   New   York;   Les   Rothschilds   de   Paris   et Londres; Les Warburgs de Hamburg; Les Lazards de Paris, les Israel Moses Seifs de Rome. Illégalité de la Federal Reserve ? La   loi   de   la   Reserve   Federale      (Federale   Reserve Act   de   1913)   est   établie   sur   des   bases   tres   peu   solides   comme   le (National   Recovery Act).   La   loi   NRA   a   été   contestée   dans   l'affaire   Shelter   Poultery   c/   Les   Etats   Unis   d'Amerique,   29 U.S.   495,   55   us   837.842   (1935),   la   NRA   fut   déclarée   inconstitutionnelle   par   la   Cour   Suprême   sur   base   que   "le congrès    ne    peut    pas    abdiquer    ou    transferer    à    des    tiers    ses    fonctions    regaliennes.    Le    congrès    ne    peut    pas, constitutionnellement,   déléguer   son   autorité   législative   à   des   sociétés   commerciales   ou   industrielles    ou   à   des groupes, afin de leur céder le pouvoir de faire des lois. Doit-on   dès   lors   en   déduire   que   la   Federal   Reserve   est   en   mains   de   Criminels   qui   escroquent   les   autres nations   en   toute   impunité   et   que   l’or   des   nations   en   question   déposé   dans   ses   coffres   est   détenu   par   une Organisation du Crime en bande et par métier ? Les réserves d’or de l’Allemagne (extrait livre 666 - Pierre JOVANOVIC) L’histoire   de   la   disparition   des   réserves   d’or   de   l’Allemagne   qui   étaient   entreposées   dans   les   coffres   de   la   Fed,   nous laisse penser que l’Organisation du Crime précitée pourrait bel et bien être confirmée. Les   lingots   déposés   par   l’Allemagne   étaient   numérotés   et   la   Banque   Centrale   allemande   la   “Bundesbank”   était censée   pouvoir   en   disposer.   Dans   la   réalité,   dès   le   moment   où   la   Bundesbank   a   souhaité   pouvoir   rapatrier   son   or,   il lui   a   été   déclaré   que   ce   n’était   pas   possible   et   que   le   rapatriement   se   ferait   progressivement   sur   une   longue   période de 7 ans... Et le scandale ne s’arrête pas là. A   fin   2013,   370   tonnes   d’or   allemand   auraient   dû   avoir   été   restituées.   Ce   ne   sont   cependant   que   30   tonnes   qui avaient   été   restituées.   De   plus,   ce   ne   sont   pas   les   lingots   germaniques   estampillés   999   %   déposés   50   ans   plus   tôt   à New   York   qui   ont   été   restitués,   mais   des   lingots   même   pas   allemands,   dont   la   pureté   n’était   que   de   991   %...   Les ingénieurs   allemands   ont   en   plus   considéré   que   300   autres   tonnes   d’or   ne   répondaient   pas   aux   normes   attendues d’un lingot d’or... Conclusion   logique,   la   banque   US   a   ouvert   un   coffre   qui   ne   lui   appartenait   pas   et   sans   la   permission   du   détenteur,   a vendu   son   contenu...   Ce   comportement   est   criminel   et   comme   de   nombreuses   Nations   avaient   confié   leur   or   à   la Federal   Reserve,   tout   laisse   penser   que   cette   procédure   était   ou   est   usuelle.   En   d’autres   termes,   les   Gouvernements successifs   américains   ont   joué   aux   Banksters   !   Etait-ce   pour   financer   les   multiples   guerres   à   travers   le   monde   pour promouvoir faire tourner leur économie militaire, toujours sans tenir compte des dommages collatéraux ? S’en   est   suivi   une   panique   à   la   Fed   New York   qui   a   entraîné   une   extraordinaire   baisse   du   cours   de   l’or   durant   l’année 2013,   baisse   orchestrée   par   la   Maison   Blanche   en   compagnie   des   patrons   des   plus   grandes   banques   américaines, afin que la Fed puisse racheter des lingots à bas coût pour commencer la restitution. La   parution   du   “Die   Welt”    du   19   janvier   2014   qui   révélait   que   sur   les   réserves   d’or   allemand   qui   devaient   être restituées,   seules   5   tonnes   avaient   été   rapatriées,   a   aussitôt   provoqué   une   pression   tellurique   sur   les   organismes internationaux   de   stockage   d’or,   comme   le   COMEX,   censés   gérer   les   lingots   pour   les   banques,   les   fonds   de   pension et gestionnaires privés. Cette   situation   ne   fait   alors   que   conforter   la   responsabilité   des   USA   dans   les   crimes   d’escroquerie   commis par   la   Federal   Reserve   -   qui   serait   alors   une   organisation   du   Crime   agissant   au   nom   des   Etats   Unis   -   pour piller   ainsi   les   Etats   de   la   planète   au   profit   du   Crime   organisé   et   des   huit   familles   qui   détiennent   la   Federal Reserve...   Al   capone   n’était   en   définitive   qu’un   enfant   de   coeur   en   regard   des   Présidents   successifs   qui dirigent les USA ! Nicolas SARKOZY trahit son Pays En   2004,   alors   qu’il   venait   d’être   nommé   Ministre   des   Finances,   l’une   des   premières   actions   de   Nicolas   SARKOZY   a été   de   vendre   600   tonnes   de   l’or   de   la   France   alors   que   rien   ne   l’exigeait.   Pas   de   guerre,   ni   de   nécessité   monétaire et   encore   moins   de   crise   budgétaire   massive   ou   de   crise   financière   internationale.   Pire   pour   les   français,   Nicolas SARKOZY   a   vendu   l’or   français   alors   que   le   cours   était   au   plus   bas,   cours   plancher   obtenu   par   la   vente   soudaine (elle   aussi),   peu   avant   par   le   Ministre   des   Finances   anglais   qui   lui,   a   jeté   400   tonnes   de   l’or   des Anglais   en   pâture   sur les marchés. Selon   un   article   du   Parisien   du   23   avril   2004,   il   faut   savoir   que   4   mois   avant   cette   vente,   Nicolas   SARKOZY    avait été   invité   par Alan   GREENSPAN   patron   de   la   Fed    et   grand   argentier   de   la   Fed   depuis   17   ans,   avec   les   secrétaire au   Trésor   John   SNOW,   et   enfin   avec   le   Président   de   la   Banque   Mondiale   James   WOLFENSOHN.   Un   accueil   digne d’un   Chef   d’Etat   avait   été   réservé   à   Nicolas   SARKOZY,   alors   qu’il   n’était   que   Ministre. A   sa   demande,   il   avait   même rencontré   Colin   POWELL   Chef   de   la   diplomatie   américaine   et   Condoleeza   RICE   proche   Conseillère   du   Président BUSH.   Ces   demandes   ont   été   satisfaites   en   30   minutes,   a   raconté   un   brin   impressionné   un   membre   de   l’ambassade   de France à Washington ,s’est étonné le journaliste du Parisien. Le   passage   précité   de   Pierre   JOVANOVIC   sur   l’épisode   SARKOZY   nous   interpelle   sur   la   façon   dont   Nicolas SARKOZY   a   obtenu   en   30   minutes,   le   moyen   de   rencontrer   le   Chef   de   la   diplomatie   américaine   Colin   POWELL   et   la plus   proche   Conseillère   du   Président   BUSH   Condolezza   RICE   qui   allait   devenir   Secrétaire   d’Etat   en   novembre   2004. Tous deux ont été directement liés à l’escroquerie des royalties FERRAYÉ comme en témoigne ce lien ICI . Or,   durant   l’épisode   “Tempête   du   Désert”   au   KOWEIT   dont   il   est   question,   Nicolas   SARKOZY    était   lui-même Ministre   de   François   MITTERRAND   et   collègue   de   Dominique   STRAUSS-KAHN    qui   avait   détourné   les   brevets.   On peut dire que dans le cas présent, il y a des liens privilégiés qui unissent ! Citoyens suisses trahis par leurs politiciens Le   20   septembre   2011   le   Conseiller   National   suisse   Luzi   STAMM   (UDC)   a   découvert   que   la   Banque   Nationale Suisse   (BNS)   détenait   une   partie   de   l’or   helvète   dans   les   coffres   de   la   Fed   de   New   York.   Avec   plus   de   100’000 signatures   de   citoyens   pour   son   projet   “sauvez   l’or   de   la   Suisse”,   Luzi   STAMM   a   voulu   contraindre   la   Banque Centrale   (BNS)   de   stopper   ses   ventes   d’or   et   de   ramener   en   Suisse   tout   l’or   stocké   à   l’étranger.   Il   était   question également   de   reconstituer   des   réserves   d’or   pour   au   moins   20   %   de   ses   actifs...   Le   texte   de   l’initiative   faisait   état   des 1’550   tonnes   d’or   bradées   depuis   2001   qui   avaient   entraîné   une   perte   de   plus   de   50   milliards   de   francs.   Cette initiative   n’a   pas   passé   la   rampe   du   Conseil   National   et   a   été   rejetée.   Il   faut   savoir   que   la   majorité   des   membres   du Conseil   National   ont   des   liens   Francs-Maçons   et   obéissent   ainsi   aux   hauts   dignitaires   BILDERBERG   et   Consorts des   USA,   cités   précédemment.   De   plus   une   majorité   des   membres   du   Conseil   National   et   du   Conseil   des   Etats semblent avoir été corrompus dans l’escroquerie des royalties FERRAYÉ, selon les liens de notre base de données. Les   Agents   de   la   CIA   ont   donc   manoeuvré   d’une   main   de   fer   dans   un   gant   de   velours...   La   Constitution   Suisse contraignait   la   BNS   à   couvrir   le   franc   suisse   en   réserve   d’or,   à   hauteur   de   40   %    de   la   monnaie   émise.   C’est ce qui rendait les américains complètement fous face aux réserves d’or de la Suisse. Le   plan   de   la   CIA    mis   en   place   a   été   simple.   Il   fallait   convaincre   les   politiques   helvètes   de   rejoindre   le   Fonds Monétaire   International   (FMI)   qui,   comme   le   Diable   dans   Faust,   leur   a   ouvert   ses   bras    en   leur   permettant    mille   et une   chose,   à   une   seule   petite   condition    en   revanche,   oh   si   mineure   et   si   insignifiante   :   “que   la   Suisse   abandonne aussitôt   la   couverture   de   sa   devise   par   40   %   d’or”.    Le   FMI   était   dirigé   de   1987   à   2000   -   au   moment   de l’escroquerie   des   royalties   -   par   le   français   Michel   CAMDESSUS   et   de   fait   il   n’a   donc   pas   été   difficile   au   Président français   François   MITTERRAND   de   faire   intervenir   son   compatriote.   Il   est   intéressant   de   connaître   les   changements intervenus   au   FMI   sous   l’ère   CAMDESSUS   :   Libéral   convaincu,   il   a   donné   un   tournant   particulièrement   brutal   au FMI ,   en   imposant   aux   pays   les   plus   pauvres    ou   en   voie   de   développement,   des   mesures   de   privatisations   ou   de réductions   des   dépenses   publique   d’éducation   et   de   santé   en   échange   de   prêts   aux   pays   concernés , aggravant   des   crises   existantes   ou   menant   ces   pays   à   des   crises   sans   précédent.   Par   la   suite,   il   est   chargé   par   des organisations    mondiales,    conseillères    officielles    et    officieuses    de    l’ONU,    d’imaginer    les    financements    des infrastructures   nécessaires   pour   réduire   de   moitié   le   nombre   de   personnes   qui   n’ont   pas   accès   à   l’eau   d’ici   à   2015.   Il proposera   l’introduction   du   secteur   privé   dans   un   secteur   très   majoritairement   détenu   alors   à   plus   de   90   % par   les   puissances   publiques,   ainsi   que   des   partenariat   public-privé.   En   2004,   à   la   demande   du   ministre   de l’économie   d’alors,   Nicolas   Sarkozy,   il   rédige   un   rapport,   le   «   rapport   Camdessus   »,   intitulé   Le   sursaut,   vers   une nouvelle   croissance   pour   la   France,   qui   préconise   entre   autres   la   suppression   des   trente   cinq   heures,   l’arrêt   de l’augmentation   du   SMIC   ou   le   non   remplacement   d’un   fonctionnaire   sur   deux,   et   inspirera   en   partie   le   programme   du futur        candidat        à        la        présidence        (le        qualifiant        même        d’être        son        «livre        de        chevet»). http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Camdessus (extrait wikipedia). Les   accords   de   la   Suisse   avec   le   FMI   ont   été   signés   alors   que   le   Conseiller   Fédéral    Kaspar   VILLIGER    était   Chef du   Département   des   Finances.    C’est   le   même   Kaspar   VILLIGER   qui,   au   nom   du   Gouvernement   Suisse,   a   participé au   grounding   de   SWISSAIR   (flotte   immobilisée   sur   tous   les   tarmacs   du   monde)   et   qui   est   devenu   ensuite   Président de   UBS   dont   la   décision   du   Président   précédent   Marcel   OSPEL   avait   conduit   au   grounding...   Rappelons qu’ensuite    SWISSAIR,    devenue    SWISS,    a    été    offerte    à    l’Allemand    LUFTHANSA.    Comme    traître    au    sein    du Gouvernement d’une nation c’est difficile de faire mieux. Pour   obéir   aux   USA,   le   métal   jaune   suisse   a   donc   été   vendu   massivement   entre   1994   et   1999,   juste   au   moment   le   séquestre   sur   les   capitaux   provenant   des   royalties   précitées   était   levé.   Ce   n’est   certainement   pas   un   hasard.   De plus,   si   l’on   tient   compte   des   tonnes   d’or   entreposées   aux   Etats-Unis   pour   le   compte   d’autres   Pays   d’Europe   sous prétexte   de   sécurité,   la   situation   entraîne   une   suspicion   qui   est   tout   à   fait   justifiée   et   nous   amène   aux   questions suivantes : 1 . A qui a profité la vente de ces tonnes d’or bradées par les traîtres en place dans les Gouvernements ? 2 . La   Fed,   qui   comme   on   la   vu   plus   haut   est   formée   de   12   banques   US   en   fait   détenues   par   8   familles ,   a-t-elle prêté   son   statut   pour   que   les   entités   privées   qui   la   détiennent   puissent   escroquer   l’or   de   l’Europe   pour   en appauvrir   son   système   financier   au   profit   de   huit   familles   pour   la   plupart   juves   ? Avant   la   vente   des   stocks   d’or, le    cours    des    monnaies    nationales    était    trop    fort    face    au    dollars.    Du    coup,    après    les    ventes,    le    dollars retrouvaient de la vigueur... 3 . Les   Francs-Maçons   (Bilderberg,   Trilatérale,   CFR,   origines   aux   USA)   auxquels   appartiennent   les   8   familles précitées,   qui   n’ont   aucune   frontière   nationale   et   agissent   selon   leur   propre   constitution,   ont-ils   financé   le pillage de l’or des Pays européens en le finançant par le blanchiment des royalties FERRAYÉ ? 4 . Les   Prêts   inconsidérés   accordés   par   le   FMI,   la   BCE   et   les   Banques   privées   garantis   ensuite   par   les   CDS,   ont- ils été financés par le blanchiment des royalties ? OFFRE Si   tel   devait   être   le   cas,   ce   n’est   pas   avec   l’Union   Européenne,   le   FMI   et   la   BCE   que   la   Grèce   devrait   négocier sa   dette,   mais   avec   nous   qui   sommes   les   bénéficiaires   des   royalties   escroquées,   nous   devrions   alors négocier    directement    avec    le    Gouvernement    GREC    et    dans    ce    cas,    il    ne    fait    aucun    doute    que    nous trouverons    très    rapidement    une    solution    à    la    crise.    Nous    prendrons    alors    ensemble    le    contrôle    de    la situation contre les prédateurs. La   Grèce   pourrait   devenir   notre   centre   des   affaires   et   ainsi   l’une   des   plus   grandes   puissances   économiqures mondiale,   sachant   que   le   contrôle   de   l’économie   financée   par   l’escroquerie   des   royalties   FERRAYÉ   dont nous allons reprendre le contrôle, représente des dizaines de milliers de milliards d’euros. Ainsi,   toute   l’Union   Européenne   et   les   Etats-Unis   se   placeront   en   situation   de   détresse,   incapables   de   répondre   à   la responsabilité   financière   qui   pèsera   sur   eux   si   nous   ne   parvenons   pas   à   trouver   des   accords   adéquats.   Une   certitude dans ce cas, aucun accord ne sera trouvé tant que des voyous seront à la tête de l’UE. En   conclusion,   nous   ne   pouvons   qu’encourager   le   Peuple   grec   à   sortir   de   l’Union   Européenne.      Il   est   évident que   c’est   la   seule   voie   qui   laissera   une   chance   à   la   population   grecque   de   retrouver   sa   dignité   et   de   se reconstruire. Puissent   les   Citoyennes   et   Citoyens   de   Grèce   avoir   la   force   et   l’abnégation   nécessaire   pour   surmonter   cette épreuve et parvenir à retrouver la prospérité.
Grèce Les   Grecs   ont   montré   leurs   désaccords   avec   la   politique d’austérité.   La   suite   nous   la   connaissons,   ils   ont   été   trahis par leur Premier Ministre Alexis TSIPRAS ! L’actualité     nous     démontre     que     si     la     dette     grecque correspond     à     186     %     du     PIB     de     la     Grèce,     celui     de l’Allemagne n’est qu’à un petit % inférieur, soit à 185 % .
Le     tableau     ci-contre     fait     état     des créances   remboursables   par   la   Grèce selon échéancier jusqu’au 31.12.2015 Ce   sont   ainsi   plus   de   €   25.5   milliards qui   devraient   être   remboursés   avant   la fin de 2015... Dans   la   situation   actuelle   de   la   Grèce, tout    individu    sensé    conviendra    que laisser   croire   qu’un   plan   de   sauvetage reste possible relève de l’utopie. Seuls    des    manipulateurs    menteurs, qui   n’ont   pour   objectif   que   de   servir des   intérêts   privés   auxquels   ils   sont associés,     peuvent     trahir     l’Opinion Publique  comme ils le font ! C’est   ce   que   sont   les   membres   de   la CE   et   malheureusement   pour   eux,   le Premier   Ministre   Alexis   TSIPRAS   ne s’est     pas     laissé     prendre     à     leurs magouilles.
Alexis TSIPRAS Le Héros déchu

Les informations suivantes sont extraites du blog : La Revue de Presse Internationale” Pierre JOVANOVIC

André LUSSY
Ch. Lagarde
D. Strauss-Kahn

Les  

informations  

suivantes  

sont  

partiellement  

extraites  

du  

livre  

de  

Pierre  

JOVANOVIC  

”666  

La  

planche  

à  

billets  

américaine  

qui  

va  

amener  

les  

banques

à leur faillite et déclencher la grande révolte de peuples”

cliquez l’image

Cliquez l’image pour agrandir