Etats-Unis d’Amérique / USA
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Lors   de   l’invasion   du   KOWEIT   en   1991,   les   Etats   Unis étaient    alors    sous    la    Présidence    du    Texan    (Rép.) Georges      H.W.      BUSH.      Richard      Bruce      (Dick) CHENEY   (Rép.)   était   alors   secrétaire   à   la   Défence,   et c’est   lui   qui   a   lancé   l’opération    “Tempête   du   Désert”   contre    les    troupes    de    Saddam    HUSSEIN.    Dick CHENEY    est   ensuite   devenu   vice-Président   des   USA,   sous   la   Présidence   du   plus   lamentable   président   des   Etats- Unis, Georges W. BUSH. Lors    de    l’extinction    des    puits    pétrolifères    au    KOWEIT,    diverses    sociétés    américaines    étaient    actives    dont HALLIBURTON   qui   selon   WIKIPEDIA   a   contribué   à   l’extinction   et   au   blocage   de   725   puits    au   Koweit.   Pourtant, HALLIBURTON   n’a   pas   figuré   sur   la   liste   des   sociétés   établie   par   la   KPC.    Comme   la   totalité   des   puits   éteints   et bolqués   était   de   1’164   unités   selon   extrait   Etat   du   KOWEIT ,    on   peut   en   déduire   que   les   coûts   pour   le   traitement   de quelque   469   puits,   qui   ont   bien   évidemment   été   indemnisés,   ont   tout   simplement   été   détournés...   Alors   qui   ont   été les   bénéficiaires   ?   HALLIBURTON   qui   ne   figure   pas   sur   la   liste   KPC   et   qui   a   pourtant   été   active   au   KOWEIT, ou   les   Gouvernements   sous   couverture   d’HALLIBURTON   ?   Ces   montants   ne   comprennent   pas   le   produit   de la vente des systèmes pour 2 à 3’000 milliards USD en 1992. Rappelons   que   Joseph   FERRAYÉ   avait   fait   une   offre   de   USD   30   million   /unité   pour   l’extinction   et   le   blocage des   puits   et   qu’il   a   été   écarté   des   négociations   parce   que   les   pays   de   la   coalition   ont   voulu   multiplier   le   coût par   2.6.   Dès   lors,   469   puits   à   30   mio   *   2.6   =   36’582’000’000   de   dollars   et   pour   la   totalité   des   1’164   puits   :   USD 90’792’000’000   à   la   charge   de   la   population   iraquienne   au   travers   du   programme   de   l’ONU   “Pétrole   contre nourriture”... Comme   Secrétaire   Défense,   Dick   CHENEY    était   le   Commandant   en   Chef   des   troupes   américaines,   après   le Président.   Les   groupes   d’intervention   étaient   donc   assurément   sous   son   autorité   et   ce   n’est   certainement   pas   un hasard   s’il   a   été   nommé   à   la   Présidence   de   HALLIBURTON   en   1995,   société   qui   a   obtenu   de   gros   contrats   en IRAK   en   2003.   Ce   n’est   pas   un   hasard   non   plus   s’il   est   devenu   vice-Président   des   Etats   Unis   de   2001   à   2009 après l’élection de Georges W. BUSH. La   DEA   (D rug   E nforcement   A dministration)   qui   dépend   directement   du   Service   Fédéral   de   la   Justice    est   dirigée par   un   Administrateur   désigné   par   le   Président.   Le   Département   fédéral   de   la   Justice   est   dirigé   par   le   Procureur général,    qui   lui-même   est   membre   du   Cabinet   présidentiel.   Les   membres   du   cabinet   sont   nommés   par   le   président puis   présentés   au   Sénat   des   États-Unis   pour   avis   et   consentement   (advice   and   consent,   termes   utilisés   dans   la Constitution,   procédure   par   laquelle   le   Sénat   approuve   et   confirme   cette   nomination   ou   la   rejette,   par   un   vote   à   la majorité   simple).   Si   la   nomination   est   approuvée,   le   nouveau   membre   du   cabinet   prête   serment,   reçoit   le   titre   de secrétaire (Secretary), puis débute son mandat. William   BAAR    était   du   20   novembre   1991   au   20   janvier   1993,   procureur   général   des   Etats-Unis. C’est   donc   de   lui   que   dépendait   la   DEA,    sous   la   Présidence   de   Georges   H.   W.   BUSH   lors   de   la première escroquerie des royalties FERRAYÉ. La   DEA    a   joué   un   rôle   primordial   lors   du   transfert   des   fonds   escroqués   depuis   1991,   puisque   le   sceau de   la   DEA   était   apposé   sur   tous   les   ordres   de   virements,   pour   échapper   au   organes   de   surveillance   officiels des   Etats.   Le   responsable   du   crime   précité   était   Partick   DAWSON ,   alias   Dave   ROWE,   qui   était   le   chef   de   la   DEA pour   la   France   et   résidait   alors   à   Gland   en   Suisse.   Il   avait   été   condamné   en   Suisse   pour   activités   financières illégales   et   blanchiment   d’argent,   avant   de   reprendre   son   rôle   au   sein   du   complot   en   1996   après   la   levée   des séquestres par le Procureur général genevois Bernard BERTOSSA. Il   est   intéressant   de   relever   que   Donald   RUMSFELD    qui   avait   été   Secrétaire   d’Etat   à   la   Défense   sous la   Présidence   de   Gérald   FORD,   et   le   sera   à   nouveau   sous   la   Présidence   de   Georges   W.   BUSH,   figurait au   RC   CH-020.3.900.058-8   comme Administrateur   de   la   Société   suisse   ABB Asea   Brown   Boveri   Ltd Zürich    de   1991   à   1993   au   moment   de   la   première   escroquerie   des   royalties   provenant   de   l’extinction des feux au KOWEIT et de la vente des systèmes, avant le séquestre de 1996. Présidence Bill CLINTON Bill   CLINTON   (Démoc.)   a   été   Président   de   1993   à   2001   et   c’est   sous   sa   présidence   que   la   plus grande   partie   des   royalties   FERRAYÉ   ont   été   escroquées   après   la   levée   du   séquestre   en   1995, puis blanchies. Janet   REMO    occupait   le   poste   de   Procureur   général   des   Etats-Unis   du   12   mars 1993   au   20   janvier   2001,   sous   la   Présidence   de   Bill   CLINTON   et   c’est   dès   lors   d’elle que   dépendait   la   DEA.   Rappelons   à   ce   titre   que   toutes   les   transactions   relatives à   l’escroquerie   des   royalties   ont   été   réalisées   en   DOLLARS   et   qu’à   ce   seul   titre, les   Etats-Unis   qui   non   seulement   n’ont   pas   veillé   aux   transferts   touchant   à   leur   monnaie,   ont   au surplus    laissé    exécuter    les    transfers    en    question    grâce    à    la    DEA    et    se    sont    ainsi    faits    complices    de l’escroquerie.   Les   USA   portent   une   très   lourde   responsabilité   envers   les   bénéficiaires    légaux   des   royalties escroquées. Sur   plainte   du   29   janvier   1996   déposée   par   Joseph   FERRAYÉ   et   rédigée   par   les Avocats   genevois   Marc   BONNANT   et   Dominique   WARLUZEL ,   après   que   Daniel   LEVAVASSEUR   ait   retrouvé   l’ensemble   des   comptes   sur   lesquels   les montants   des   royalties   avaient   été   transférés   -   il   s’agissait   de   centaines   de   milliards   de   dollars    à   travers   le   monde   - les fonds ont été séquestrés. André   SANCHEZ,   Président   de   BCS   Finance    SA   à   Sion   puis   Fribourg   (Suisse)   était   partie   à   la   convention   de séquestr e    du   12   janvier   1996   et   avait   été   chargé   de   faire   déposer   l’acceptation   et   l’offre   irrévocable   de   cession   des droits   litigieux   dès   réception   des   fonds   qui   devaient   lui   être   transmis.   Lorsque   André   SANCHEZ   a   pris   conscience que   la   convention   n’était   pas   respectée   et   que   les   fonds   étaient   détournés,   il   a   menacé   ses   partenaires   de    les dénoncer. En     décembre     1996,     Joseph     FERRAYÉ     a     fait     l’objet     d’une     tentative d’assassinat   par   les   responsables   de   la   DEA.    C’est   en   décembre   1996   que   Bill CAMPBELL ,     chef    de    la    DEA    à    l’époque    dont    William    H.    WEBSTER     était    le mentor,   a   demandé   à   FERRAYE   de   contacter   Patrick   DAWSON ,   chef   DEA   Fance, qui   voulait   le   rencontrer   pour   lui   remettre   des   documents.   Le   rendez-vous   a   été   fixé pour   le   lendemain   à   Paris,   dans   les   bureaux   de   la   DEA,   entrée   rue   de   la   Boëtie, à l’arrière de l’Ambassade des Etats-Unis. FERRAYE   en   a   informé   son   avocat   Cyril ABECASSIS   qui   a   souhaité   l’accompagner. ABECASSIS   et   FERRAYE   sont donc   allés   ensemble   à   la   DEA   où   ils   ont   été   r eçus   par   DAWSON    qui   a   contraint   Cyril ABECASSIS   à   attendre   dans une   pièce   attenante.   Durant   près   de   quatre   heures,   Patrick   DAWSON   a   posé   toutes   sortes   de   questions   pour   savoir si   FERRAYE   détenait   des   pièces   qui   le   citaient   lui   chef   de   la   DEA   France   ou   qui   impliquaient   la   DEA. A   l’issue   de   cet interrogatoire, DAWSON a congédié les deux hommes et a refusé de s’entretenir avec l’avocat. En   ressortant   de   la   DEA,   Cyril   ABECASSIS   a   conduit   FERRAYE   chez   deux   de   ses   amis   avocats   juifs   à   Paris. L’entretien   commun   a   duré   environ   deux   heures,   après   quoi   les   amis   d’ABECASSIS   ont   souhaité   s’entretenir   seuls avec l’avocat A   son   retour,   l’avocat   de   FERRAYE   avait   la   mine   déconfite   !   Le   personnage   avait   totalement   changé,   ses   propos antérieurs   avaient   disparu   et ABECASSI S   avait   compris   que   son   seul   moyen   de   traiter   ce   dossier   était   de   se   rallier malgré lui aux escrocs pour recevoir sa part. C’est   donc   malgré   lui,   que   Cyril   ABECASSIS   a   rejoint   le   complot   que   conduisait   Marc   BONNANT,   contre   lequel qui   il   nourrissait   pourtant   un   besoin   de   vengeance   évident   et   qu’au   surplus   il   aurait   voulu   faire   condamner.   Marc BONNANT   lui   avait   piqué   sa   femme   et   pour   un   «   cocu   »,   devoir   se   soumettre   ensuite   à   celui   qui   l’avait   cocufié   lui était insupportable, raison pour laquelle ABECASSIS, se sentait si mal. Suite   à   cet   entretien   à   Paris,   FERRAYE   s’est   souvenu   qu’il   avait   entendu   à   plusieurs   reprises   que   le   détournement de   ses   fonds,   suivait   également    la   filière   juive,    sans   connaître   encore   les   activités   du   «   gouvernement   mondial   Bilderberg etc. ». Lors   d’un   entretien   qui   a   eu   lieu   en   novembre   2001   entre   FERRAYE   et   Tullio   PONZI    (ami   de   William   WEBSTER),   ce dernier   a   confié   à   FERRAYE   qu’il   avait   eu   connaissance   de   sa   rencontre   avec   DAWSON   à   la   DEA   à   Paris   et   en   a décrit   les   détails,   particulièrement   l’entrée   secondaire   située   rue   de   la   Boëtie    où   l’attendait   DAWSON .   PONZI   a confirmé   que   ce   jour   là,   cette   entrée   avait   été   libérée   spécialement   pour   la   venue   de   FERRAYE,   qu’il   n’y   avait aucun   témoin   et   que   si   FERRAYE   n’avait   pas   été   accompagné   de   son   avocat ABECASSIS,   il   ne   serait   jamais ressorti des bureaux de la DEA. PONZI   a   aussi   révélé   à   FERRAYE   lors   du   même   entretien,   que   lorsqu’il   a   été   entendu   à   deux   reprises   par   Bill CAMPBELL    à   l’Ambassade   des   Etats-Unis   à   Berne,   en   décrivant   la   pièce,   que   leur   conversation   était   transmise en   directe   au   siège   de   la   CIA   aux   USA…    Ces   révélations   de   Tullio   PONZI   font   de   Patrick   DAWSON,   alias   Dave ROWE, un assassin en puissance et de Bill CAMPBELL son commanditaire. Comme   on   l’a   vu   plus   haut,   c’est   Bill   CAMPBELL   qui   a   envoyé   FERRAYE   chez   DAWSON   et   ceci   après   que CAMPBELL    se    soit    senti    menacé    par    l’intervention    des    escrocs    VENEAU     et    CARDI    qui    corrompaient    des fonctionnaires   de   la   DEA.    Cette   situation   est   corroborée   par   la   lettre   du   5   septembre   1996   de   William   J. CAMPBELL ,   chef   de   la   DEA   à   Berne,   à   la   Police   fédérale   Suisse.   Dans   cette   lettre,   William   J.   CAMPBELL   fait   une déclaration   contraire   à   celle   qu’il   avait   faite   le   7   février   1996   quand   il   affirmait   à   FERRAYE,   avoir   remis   tous   les comptes   bancaires   à   Gérard   CRAUSAZ   Inspecteur   N°   S8205   de   la   police   financière   de   Genève,   pour   le Procureur   KASPER-ANSERMET.   Lors   d’un   entretien   téléphonique   le   8   février   1996    avec   FERRAYÉ,   Gérard CRAUSAZ   avait   effectivement   confirmé   avoir   reçu   les   comptes   bancaires   par   l’entremise   de   Bill   CAMPBELl. Dans   son   courrier   du   5   septembre   1996,   CAMPBELL   veut   manifestement   cacher   son   implication   et   soulève    des interrogations pour masquer sa propre participation au détournement et au blanchiment des royalties. L’ère   CLINTON   est   marquée   d’un   autre   fait   important   qui   semble démontrer   que   la   corruption   de   la   plus   grande   puissance   mondiale, s’est    propagée    tant    au    niveau    économique    que    politique    et militaire, jusqu’à la Présidence. Marc   RICH   était   né   à   Anvers   (Belgique)   le   18   décembre   1934   au sein   d’une   famille   juive    émigrée   aux   USA   durant   la   guerre.   Son   vrai   nom   était   Marcell   David REICH.   Il   cumulait   les   nationalités   américaine,   espagnole,   israélienne,   belge   et   suisse.   Il   habitait   le Canton   de   ZUG   en   Suisse.   Spécialisé   dans   le   commerce   de   matières   premières,   Marc   RICH    avait   fondé   les sociétés   Marc   RICH   SA,   devenues   plus   tard   GLENCORE-XSTRATA   basées   également   à   ZUG.   La   Liste   des sociétés suisses   dans lesquelles il était enregistré, donne une idée de l’étendue de son influence économique.   Marc   Rich   a   bâti   une   grande   partie   de   sa   fortune   en   contournant   l'embargo   sur   l'Iran   établi   à   la   suite   de   la   prise d'otages   de   l'ambassade   des   États   Unis   en   Iran,   le   4   novembre   1979   à   Téhéran.   Il   fut   pour   cela   poursuivi   et condamné   aux   États-Unis   pour   violation   d'embargo.   Le   19   septembre   1983,   un   grand   jury   fédéral   américain l'accuse   de   plus   de   60   chefs   d'inculpation    :   fraude,   commerce   avec   l'ennemi,   etc.   Cette   condamnation   aurait   pu   lui valoir   jusqu'à   325   années   de   prison .   Mais   elle   a   été   prononcée   par   contumace,   Marc   RICH   s'étant   enfui   en Suisse.   Celle-ci   a   refusé   l'extradition   demandée   en   1984   par   les   États-Unis.   Marc   Rich   y   installe   le   siège   de   ses sociétés,   à   ZUG.   De   1983   à   2001,   Marc   RICH   figure   sur   la   liste   des   Dix   Fugitifs   les   plus   recherchés   du   FBI. C’est   sur   demande   du   4   décembre   2000    du   Président   de   UBS   Pierre   DE   WECK    que   Marc   RICH   a   obtenu   le “Pardon présidentiel” de Bill CLINTON.   Le   20   janvier   2001,   quelques   heures   avant   que   Bill   CLINTON    quitte   la   présidence, un   de   ses   derniers   actes   officiels   a   été   de   gracier   Marc   RICH .   Cette   amnistie présidentielle    a   déclenché   un   scandale,   amplifié   lorsque   l'on   a   appris   que   Denise RICH,   ex-épouse   de   l'homme   d'affaires,   avait   fait   des   dons   d'un   million   de dollars   au   Parti   démocrate   et   à   la   fondation   des   Clinton.   Lors   d'une   audience   du   Congrès   afin de   déterminer   si   le   pardon   a   été   accordé   en   échange   de   ses   contributions,   Denise   RICH   a invoqué    le    cinquième    amendement     de    la    Constitution    des    Etats-Unis,    qui    interdit    au    gouvernement    le pouvoir de contraindre un Citoyen à s'auto incriminer. En   avril   2013,   dans   le   cadre   de   “Offshore   leaks”   concernant   le   scandale de   l’évasion   fiscale,   certains   dossiers   financiers   dévoilés   ont   démontré que   Denise   RICH    avait   dissimulé   en   avril   2006,   USD   144   millions   aux   Îles COOK   dans   le   Pacific   sud,   sous   la   forme   d’une   fiducie   dans   un   Learjet   60 et un yacht de 157 pieds appelé le “Lady Joy”. Secrétaires d’Etat Christopher   WARREN    et   Madeleine   ALBRIGHT    ont   été   les   deux   secrétaires   d’Etat sous   la   Présidence   de   Bill   CLINTON.   Le   Département   d’Etat   aux   Etats-Unis   est   le Département   exécutif   fédéral   chargé   des   relations   internationales.   Il   est   donc   l’équivalent d’un   ministère   des   affaires   étrangères   dirigé   par   le   Secrétaire   d’Etat   qui   fait   partie   du   Cabinet   Présidentiel ,   un   organe   exécutif   à   la   disposition   du   président   des   États   Unis   et qui normalement agit comme une structure de conseil de la présidence. Christopher   WARREN   a   été   en   fonction   du   20   janvier   1993   au   17   janvier   1997.   Il avait   succédé   à   James   Addison   BAKER   III   qui   avait   occupé   la   fonction   sous   la Présidence   BUSH   du   20   janvier   1989   au   23   août   1992,   soit   la   première   période   de l’escroquerie des royalties depuis le Koweit. Le   9   février   1993,    Madeleine   ALBRIGHT   a   été   nommée   Ambassadrice   américaine   aux   Nations Unies    par   le   Président   Bill   CLINTON,   avec   r ang   au   Cabinet   Présidentiel.    Nous   connaissons   aujourd’hui   le   rôle capital   qu’ont   joué   les   Nations   Unies   dans   le   blanchiment   des   royalties   FERRAYÉ   et   on   comprend   ainsi   mieux pourquoi   l’Ambassadrice   avait   accès   au   “Cabinet”...   Madeleine   ALBRIGHT   a   été   nommée   Secrétaire   d’Etat   par   le Président CLINTON, le 5 décembre 1996 et fût investie le 23 janvier 1997. En   2001   à   la   fin   du   mandat   CLINTON,   Madeleine   ALBRIGHT    créa   l'Albright   Group,   un   cabinet   de   conseil   en stratégie   internationale   basé   à   Washington,   D.C.   Elle   compta   Coca-Cola,   Merck,   Dubai   Ports   World   et   Marsh   & McLennan parmi ses clients. En   2003,   elle   accepta   une   place   au   Conseil   des   Directeurs   du   New   York   Stock   Exchange.   En   2005,   ALBRIGHT   décida   de   ne   pas   solliciter   un   second   mandat,   suite   aux   conséquences   du   scandale   Grasso,   dans   lequel   le   président du   Conseil   des   directeurs   de   la   NYSE,   Dick   Grasso,   perçut   pour   son   départ   une   indemnité   de   187,5   millions   de dollars,  avec une gouvernance faible du Conseil dans lequel Albright siégeait... Présidence Georges W. BUSH Georges   W.   BUSH    (Rép.)   a   succédé   à   Bill   CLINTON   en   janvier   2001   et   a   présidé   les   Etats-Unis jusqu’en   2009.   Il   avait   été   élu   deux   fois   au   poste   de   Gouverneur   du Texas.   Sa   présidence   est,   entre autres,   marquée   par   les   attentats   du   11   septembre   2001,   par   les   déclenchement   des   guerres   en AFGHANISTAN et en IRAK et par le “PATRIOT ACT”, puis par la crise des subprimes. Trois procureurs ont pu pratiquer leurs idées tortionaires sous l’ère BUSH :   John ASHCROFT  01.02.2001 - 20.01.2005 Alberto GONZALES  03.02.2005 - 17.09.2007 Michael B. MUKASEY  09.11.2007 - 20.01.2009 John   ASHCROFT   a   été   à   l’origine   du   Patriot   Act   (qui   autorise   entre-autres   les   recours   à   la   torture)   après   les attentats   du   11   septembre   2001.   Son   recours   systématique   à   la   menace   terroriste   pour   justifier   ses   décisions politiques   au   risque   de   restreindre   les   libertés   civiles   ont   fini   par   le   rendre   lui-même   suspect   d'arrières   pensées électorales.  Il a fini par être  le symbole et la référence des groupes anti-BUSH. Alberto   GONZALES   a   été   à   l'origine   du   décret   présidentiel   autorisant   le   recours   aux   tribunaux   militaires    pour   juger les    suspects    de    terrorisme,    de    l'argumentaire    juridique    utilisé    pour    empêcher    le    Congrès    d'avoir    accès    aux documents   préparatoires   aux   lois   sur   l'énergie   et   l’environnement   et   de   la   mise   en   place   du   Patriot   Act   dont   il   fut un   des   premiers   défenseurs.   Il   a   été   Impliqué   dans   plusieurs   affaires   politiques   comme   l'une   liée   à   l'éviction   de procureurs   fédéraux   en   2006,   perçue   comme   une   purge   politique   ou   une   autre   sur   son   rôle   supposé   dans   un   vaste programme d'écoutes illégales. Michael   B.   MUKASEY    Il   avait   été   nommé   juge   fédéral   à   New   York   par   Ronald   REAGAN   en   1987   où   il   a   exercé durant   19   ans   avant   de   retourner   dans   le   privé.   C’est   lui   qui   a   jugé   les   dix   prévenus   de   l’attentat   du   World   Trade Center   en   1993   et   qui   a   mené   la   procédure   judiciaire   concernant   les   attentats   du   11   septembre   2001.   Il   a   été   un fervent   défenseur   du   Patriot   Act.    Lors   de   son   audition   par   le   Sénat,   MUKASEY   a   refusé   de   s'exprimer   sur   la légalité   de   la   simulation   de   noyade    contre   les   suspects   de   terrorisme,   dénoncée   par   ses   détracteurs   comme   des actes de torture. Les   liens   de   la   famille   BUSH   et   de   la   famille   BEN   LADEN   qui   géraient   leur   patrimoine   respectif   au   travers   du Groupe   CARLYLE,   vont   être   utilisés   pour   démontrer   que   le   réseau   financier   de   BEN   LADEN   a   probablement   été utilisé   pour   escroquer   et   blanchir   les   royalties   FERRAYÉ   et   que   les   attentats   du   11   septembre   2001   ne   sont   peut-être pas étrangers à cette affaire. William   WEBSTER    cité   plus   haut,   ancien   chef   de   la   CIA   et   du   FBI   aurait   déclaré   à   son   ami   Tullio   PONZI   que   Jean- Marie   GHISLAIN    Président   de   WILDROSE   et   de   EVERTON   Enterprise   Ltd,   deux   sociétés   coquilles   mises   en place   par   ERNST   &   YOUNG   par   conventions   avec   FERRAYÉ    pour   lui   escroquer   les   royalties,   apparaissait   dans le réseau de blanchiment de Oussama BEN LADEN . Si   l’on   sait   qu’au   moment   des   attentats,   plus   de   4’000   procédures   étaient   en   cours,   en   lien   avec   des   archives   qui   se trouvaient   dans   les   murs   du   World Trade   Center   et   que   ces   procédures   allaient   immanquablement   mettre   en   lumière les   auteurs   des   crimes   liés   à   l’escroquerie   FERRAYÉ,   la   thèse   du   complot   initié   par   les   plus   hauts   dirigeants   de l’Etat, devient alors plus que plausible !. Cela   compris   et   en   regard   de   l’absence   totale   d’éthique   et   de   morale   de   Georges   W.   BUSH   il   n’est   pas   improbable que   les   instigateurs   de   l’attentat   du   11   septembre   2001   ne   soient   pas   ceux   qui   ont   été   désignés,   mais   qu’ils   puissent se   trouver   dans   les   plus   hautes   instances   de   l’Etat.   N’oublions   pas   que   des   centaines   de   millards   étaient   en   jeu   (il était question de 2’000 à 3’000 milliards en 1992, soit le double au moins 10 ans plus tard). Autre   fait   intrigant,   le   CREDIT   SUISSE,   l’une   des   banques   limpliquées   dans   l’escroquerie   des   royalties,   occupait   des bureaux   pour   80   personnes   dans   les   tours   du   World   Trade   Center.   Or   le   11   septembre   2001,   il   n’y   avait   aucun employé  CREDIT SUISSE présent à leur place de travail, la banque ayant “organisé” une séance à l’extérieur... L’onglet   Historique   /   Sociétés   écrans,    donne   un   aperçu   plus   complet   des   implications   BUSH   /   BEN   LADEN   dans cette   affaire.   L’implication   de   Pierre-Olivier   SARKOZY,   frère   du   président   français   déchu,   qui   avait   été   cadre   d’UBS et   de   CREDIT   SUISSE   avant   de   gérer   un   fonds   de   plus   de   USD   500   milliards   dans   le   Groupe   CARLYLE,   laisse songeur, etc. Donald   H.   RUMSFELD   et   Robert   GATES    ont   été   tous   deux   Secrétaires   à   la   Défense sous la Présidence de Georges W. BUSH. Comme    décrit    plus    haut,    Donald    RUMSFELD     figurait    au    RC    CH-020.3.900.058-8 comme   Administrateur   de   la   Société   suisse   ABB   Asea   Brown   Boveri   Ltd   Zürich    de 1991    à    1993     au    moment    de    la    première    escroquerie    des    royalties    provenant    de l’extinction   des   feux   au   KOWEIT   et   de   la   vente   des   systèmes,   avant   le   séquestre   de   1996.   Il   siégeait   à   ce   moment   aux   côtés   de   Percy   Nills   BARNEVIK ,   Josef   ACKERMANN,   Stephan   SCHMIDHEINY,   David   de   PURY,   Helmut MAUCHER, etc. La liste des liens d’influence  est représentative. Or,   après   la   levée   des   séquestres   des   royalties,   au   moment   où   il   a   fallu   faire   transiter   les   capitaux   par   la   DEA   pour les   blanchir,   Donal   H.   RUMSFELD    apparaît   à   nouveau   dans   une   autre   société   ABB,   le   RC   CH-020.3.021.615-2   de New   ABB   Ltd   Zürich    dans   laquelle   il   a   été   Administrateur   du   28   juin   1999   au   11   mai   2001   comme   on   vient   de   le voir,   là   encore   aux   côtés   de   Percy   Nills   BARNEVIK .   L'article   «How   well   control   techniques   were   refined   in KUWAIT»    transcrit   par   «   comment   les   techniques   de   contrôle   des   Puits   ont   été   perfectionnées   au   KOWEIT»:   du magazine   WORLD   OIL   de   mai   1992,   qui   a   été   écrit   par   Larry   FLAK,   ingénieur   qui   a   coordonné   les   travaux   des extinctions   des   puits   du   19   mars   au   15   novembre   1991,   décrit   les   caractéristiques   techniques   des   nouveaux systèmes,   mais   les   attribue   à   ABB   VETCO   GRAY,   dont   le   PDG   n’est   autre   que   Percy   BARNEVIC...   L’article   dit qu’ ABB   VETCO   GRAY,   qui   a   dirigé   l'atelier   mécanique   de   KOWEIT   Oil   Company   à   Ahmadi,   a   été   capable   de réaliser   des   procédés   géométriques.   Dès   ce   moment,   FLAK   rentre   techniquement   dans   la   description   des caractéristiques techniques des nouveaux systèmes appartenant à FERRAYE... Quant   à   Robert   GATES,   il   était   Directeur   de   la   CIA   du   6   novembre   1991   au   20   janvier   1993,    (successeur   de William   WEBSTER)   au   moment   de   l’escroquerie   des   royalties   avec   la   complicité   de   la   DEA,   une   complicité   dans laquelle le responsable pour la France  Patrick DAWSON, et son supérieur Bill CAMPBELL ont été très actifs. Robert   GATES    a   aussi   été   Secrétaire   d’Etat   à   la   Défense   sous   la   Présidence   de   Georges   W.   BUSH   et   celle   de Barack OBAMA jusqu’au 30 juin 2011. Il avait succédé à Donald H. RUMSFELD. Il    n’est    pas    inutile    d’ouvrir    une    parenthèse    et    de    faire    état    ici    des    liens    du Président   déchu   Nicolas   SARKOZY   avec   la   CIA...   En   1976,   la   mère   de   Nicols SARKOZY   s’est   remariée   avec   Frank   G.   WISNER,   directeur   général   de   la   CIA   chez lequel   Nicolas   SARKOZY   a   fait   plusieurs   séjours.   Cette   situation   indique   sans   doute possible    l’implication    active    de    la    CIA    et    de    la    DEA    dans    l’escroquerie    par    le Gouvernement   français,   des   royalties   sur   les   brevets   FERRAYÉ   avec   la   complicité   de   la CIA. Voir onglet Etats / France / Présidentielle - Portrait SARKOZY) En   outre,   Pierre-Olivier   SARKOZY,   frère   du   président   français   déchu,   qui   avait   été   cadre   d’UBS   et   de   CREDIT SUISSE   avant   de   gérer   un   fonds   de   plus   de      USD   500   milliards   dans   le   Groupe   CARLYLE,   laisse   songeur , etc. Secrétaires d’Etat Colin   POWELL    a   été   Chef   d’Etat-major   des   armées   de   1989   à   1993   et   a   donc   conduit les   troupes   américaines   et   alliées   lors   de   l’opération   “Tempête   du   Désert”   au   KOWEIT.   Il est   devenu   le   65 e    Secrétaire   d’Etat   avec   entrée   au   “Cabinet   Présidentiel,   du   20   janvier 2001   au   26   janvier   2005.   Il   a   été   l ’auteur   de   preuves   controversées   sur   l’existence d’armes    chimiques    en    IRAK,    pour    justifier    l’entrée    en    guerre    des    Etats    Unis.    Le dossier   cité   par   Colin   POWELL   avait   été   fourni   par   l'administration   britanique   de   Tony BLAIR  qui reconnaîtra dès le 7 février 2003 des "gaffes" assurément volontaires dans le dossier. Avant   d’être   Secrétaire   d’Etat,   Condoleezza   RICE   avait   fait   partie   de   plusieurs   conseils   d'administration,   dont   celui du   pétrolier   Chevron.    Elle   était   ainsi   une   actrice   majeure   au   KOWEIT   en   1991.   Dès   l'entrée   en   fonction   de   George W.   BUSH   en   janvier   2001,   elle   est   devenue   sa   conseillère   à   la   sécurité   nationale,   fonction   qu'elle   a   occupée   jusqu'en 2005. Le   16   novembre   2004,   elle   fut   nommée   par   le   Président,   quelques   jours   après   la   réélection   de   celui-ci,   au   poste   de Secrétaire   d'État,   après   la   démission   de   Colin   POWELL.   En   avril   2009,   le   Sénat   des   États-Unis   a   révélé   que Condoleezza RICE  avait autorisé l'utilisation de méthodes de tortures musclées. Présidence Barack Hussein OBAMA Il est temps pour vous Monsieur, de quitter la Maison Blanche Bar ack   Hussein   Obama   II   (Démoc.)    est   entré   en   fonction   comme   44 e    Président   des Etats   Unis   d’Amérique   le   20   janvier   2009.   Il   avait   été   préalablement   Sénateur   de l’Illinois de 1997 à 2004 et Sénateur des Etats-Unis pour l’Illinois de 2005 à 2008. Rien   avant   son   soutien   à   Hillary   CLINTON   lors   de   la   Présidentielle,   contrairement   à   ses prédécesseurs,    ne    nous    permettait    de    faire    le    lien    entre    Barack    OBAMA     et l’escroquerie    des    royalties    FERRAYÉ,    même    s’il    aurait    été    naïf    de    penser    que l’accession   au   poste   de   1er   Citoyen   du   monde   est   possible   sans   avoir   des   casseroles cachées dans les placards. Un   bémol   toutefois   contrariant   a   été   la   nomination   d’Hi ll ary CLINTON   comme   Secrétaire   d’Etat,   en   regard   de   l’activité   machiavélique   du   Président CLINTON   et   de   son   Gouvernement   dans   l’escroquerie   et   le   blanchiment   des   royalties FERRAYÉ.    Arriviste    confirmée,    sans    éthique    ni    morale,    Hillary    CLINTON    aurait certainement   été   une   parfaite   secrétaire   d’Etat,   mais   durant   la   présidence   de   Georges   W. BUSH.   John   KERRY   a   succédé   à   Hillary   CLINTON,   mais   comme   membre   de   la   Loge Franc-Maçonne   Sculls   and   Bones   (1966)   il   ne   peut   certainement   pas   être   plus   crédible   que   ne   l’a   été   Georges   W. BUSH membre de la même loge depuis 1968. Il   reste   maintenant   moins   de   deux   ans   au   Président   OBAMA   pour   redonner   aux   Etats-Unis   leur   prestige   et   en   faire   à nouveau   une   puissance   économique   et   politique   respectée   dans   le   monde,   mais   une   telle   reconstruction    qui   ne pourra   être   basée   que   sur   des   valeurs   morales   fortes   qui   ne   s’arrêteront   pas   aux    hypocrites   “God   bless America” de Georges W. BUSH  vont nécessiter des capitaux gigantesques. Et   c’est   dans   ce   contexte   que   l’Administration   OBAMA   pourrait   jouer   son   rôle   capital   dans   la   prise   de   contrôle   de l’économie   financée   par   les   royalties   FERRAYÉ.   Remettre   cette   puissance   économique   en   mains   de   Citoyens   à   qui elle   appartient   et   montrer   au   monde   qu’escroquer   des   biens   qui   appartiennent   à   autrui   conduit   “directement   à   la   case Prison,   sans   passer   par   le   start,   sans   toucher   de   prime”   pour   reprendre   l’expression   bien   connue   du   jeu   de “Monopoly”. La    Procureur   général   des   Etats-Unis   Loretta   LYNCH   est   en   fonction   depuis   le   27   avril 2015.   La   Procureur   LYNCH   a   forgé   sa   carrière   entre-autres   en   travaillant   sur   plusieurs   cas   de corruption   politique   impliquant   le   Goubernement   de   Brookhaven,   New-York.   De   1998   à 1999,   elle   était   la   Cheffe   adjointe   du   Procureur   général   des   Etats-Unis   dans   le   distric   de   l’Est et a dirigé le bureau de Brooklyn. Le    dossier    MONEY    PLANE     nous    démontre    aujourd’hui    qu’elle    a    été    active    dans l’escroquerie   et   le   blanchiment   des   royalties   FERRAYÉ   et   le   blanchiment   par   la   FED   de milliers   de   milliards   de   dollars.   Une   plainte   pénale   contre   la   Procureur   Loretta   LYNCH va    être    déposée    avant    fin    novembre    2016.    Rappelons    que    c’est    à    elle    qu’ont    été adressées   les   plaintes   des   13   mai   2015   et   13   octobre   2016   et   qu’elle   n’y   a   donné   aucune   suite,   confirmant ainsi sa complicité ! Le   bureau   de   Loretta   LYNCH   a   poursuivi   le   Député   républicain   Michael   GRIMM   et   les   démocrates   Pedro   ESPADA Jr.   et   William   Boyland   Jr.   Elle   a   enquêté   sur   les   titres   hypothécaires   vendus   par   Citigroup   qui   a   conduit   à   un règlement   de   USD   7   milliards   et   a   été   impliquée   dans   les   accords   contre   HSBC   relevant   de   la   loi   sur   les   violations   du secret bancaire dont l’issue a été un règlement de USD 1.2 milliard. La   confirmation   de   la   nomination   de   Loretta   LYNCH   a   été   la   plus   longue   de   l’histoire   des   Etats-Unis   pour   la nomination    d’un    Procureur    Général,    suite    à    des    oppositions    républicaines    dont    le    Président    du    Sénal    Chuck GRASSLEY.   Il   était   alors   qestion   de   reproches   sur   le   rôle   de   Loretta   LYNCH   en   1999   -   alors   qu’elle   était   Procureur   à New   York   -   dans   le   cadre   d’un   règlement   de   USD   1.9   milliard   dans   lequel   était   condamée   HSBC   pour   blanchiment d’argent. A   noter   que   Loretta   LYNCH   a   été   membre   du   Conseil   d’Administration   de   la   Federal   Reserve   Bank   of   New York. La   nouvelle   Procureur   général   des   Etats-Unis   semble   donc   avoir   le   baggage   utile   pour   combattre   le   crime   organisé entre-autres   par   le   système   bancaire.   Il   devient   urgent   que   le   secret   bancaire   suisse   doit   disparaître,   tout   comme   les paradis   fiscaux   où   qu’ils   soient   sur   la   planète,   y   compris   au   DELAWARE   et   des   signes   clairs   doivent   être   donnés dans   ce   sens.   Ces   intruments   de   la   finance   n’ont   pas   été   mis   en   place   pour   la   seule   évasion   fiscale,   mais   surtout pour   permettre   au   Crime   organisé   de   pratiquer   son   commerce   en   toute   impunité.   Et   Dieu   sait   si   les   banquiers   sont en   tête   du   crime   organisé   en   question   !   Tous   les   banquiers   qui   ont   contribué   à   cette   escroquerie   et   qui   gèrent aujourd’hui   quelque   USD   30’000’000’000’000   provenant   des   2’000   à   3’000   milliards   de   la   vente   des   systèmes   en 1992,   doivent   restituer   l’économie   financée   par   la   totalité   de   ce   qu’ils   ont   escroqué   et   ils   doivent   tous   être   traduits   en justice.   Il   en   est   de   même   des   réviseurs   ERNST   &   YOUNG,   KPMG,   DELOITTE,   PRICEWATERHOUSE,   ARTHUR ANDERSEN   (qui   exerce   maintenant   en   Suisse   sous   le   nom   de   ALH   Plano   AG   Zürich),   BDO,   etc.   Les   Agences   de notation   financière   STANDARD   &   POORS,   MOODY’s,   FITCH   RATINGS,   etc.   ne   doivent   pas   non   plus   échapper   à   la Justice, L’économie   mondiale   doit   être   conduite   par   des   capitaines   d’entreprises   qui   sauront   la   faire évoluer   au   service   des   Citoyens.   Le   temps   où   les   populations   sont   les   esclaves   du   capital   est définitivement   révolu   et   la   mise   en   lumière   de   cette   titanesque   escroquerie   peut   changer   le cours du monde.
Implication   des   Etats-Unis   d’Amérique   dans   l’escroquerie   et   le   blanchiment   des royalties FERRAYE
Marc RICH
Pierre de WECK / UBS
JJohn ASCROFT
Alberto GONZALES
Michael B. MUKASEY
Bill CAMPBELL
Willim H. WEBSTER
Donald H. RUMSFELD
 Robert GATES
Warren Christopher
Albright Madeleine
James BAKER
BAKER KOWEIT 22.04.1991
Colin POWELL
Condoleezza RICE
Hillary CLINTON
John KERRY
Nicolas SARKOZY
Frank WISSNER
Il a trahi les attentes des Peuples du Monde entier ! En soutenant Hillary CLINTON, Michèle et Barack OBAMA ont démontré leur soutien à la corruption.