Suisse et corruption
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Daniel BRODT
Fils de pasteur, il est le septième d'une famille de onze enfants de condition modeste. Contre la volonté de son père, il effectue un apprentissage d'agriculteur et obtient son diplôme à l'école d'agriculture de Wülflingen. Il obtient ensuite sa maturité et étudie le droit à l'Université de Zurich, avec un passage à Montpellier et à Paris, il obtient un DEA en droit puis étudie à la faculté de droit de l'Université de Zurich, en même temps que l’ex Conseiller Fédéral socialiste Moritz LEUENBERGER Christoph BLOCHER obtient son doctorat en 1971. Il est marié à l'ex institutrice du primaire Silvia BLOCHER née KAISER. Ils ont trois filles et un fils.  Christoph BLOCHER vit à Herrliberg ZH sur la “Rive dorée” (en allemand Goldküste), quartiers résidentiels très prisés du bord du lac de Zurich. Il loue aussi à vie le château fortifié de RHÄZÜNS, propriété du groupe EMS-Chemie, dans les Grisons. L'entreprise est dirigée par sa fille Magdalena MARTULLO BLOCHER. Extrait Wikipedia
Christoph BLOCHER Carrière dans le privé En   1983,   Werner   OSWALD,   le   patron   de   l'entreprise   Chemie   Holding   Ems   AG meurt.   L’offre   la   plus   élevée   pour   le   rachat   de   la   petite   entreprise   zurichoise   est parvenue   de   General   Electric   pour   un   montant   de   CHF   20   mio.   La   reprise   des brevets   par   ce   rachat   était   la   première   motivation   du   repreneur   qui   allait   supprimer plus de 800 emplois sur 1’100. Devant   cette   menace,   BLOCHER   —   alors   employé   sans   le   sou   —   s’est   alligné   sur cette   offre   et   a   obtenu   les   crédits   nécessaires   auprès   de   la   SBG/UBS    grâce   à l’appui   de   son   ami,   le   banquier   Alfred   SCHÄFER    Lieutenant-Colonel   et   Président de   SBG/UBS    de   1964   à   1976.   Il   ne   s’agit   pas   de   la   SBS    comme   le   mentionne   le documentaire L’Expérience BLOCHER . Selon   la   page   “History”   de   E MS -Chemie    on   constate   que   certaines   des   étapes   du développement   des   sociétés   d E MS    ont   été   anticipées   de   quelque   10   ans   par rapport à la réalité possible des faits,,, 1981    -   Selon   l’historique    d’ E MS ,    le   nom   de   Chemie   Holding   Ems   AG   a   été renommé en 1981 en EMS-Chermie Holding AG. Dans   la   réalité,   on   doit   constater   que   ce   changement   serait   plutôt   intervenu   en 1991  s eulement, soit 10 ans plus tard : En   outre,   l’ancienne   société   portait   le   N°   RC   CH-350.3.000.778- 3,    alors   qu’après   le changement   de   nom   en    E MS -Chermie   Holding   AG    celle-ci   a   porté   le   N°   RC   CH- 350.3.000.778- 7 ,   sans   qu’aucune   raison   du   changement   ne   soit   mentionnée   dans le   journal. A   noter   aussi   que   toutes   les   écritures   enregistrées   sous   l’ancien   numéro ne sont plus accessibles.

On  

remarque  

également  

pour  

cette  

société,  

que  

le  

capital  

action  

en  

1991,  

se

montait  

à  

CHF  

140’941’000.

-.  

Lors  

de  

la  

vente  

de  

ses  

part  

à  

Christoph  

BLOCHER

 

en  

mai  

1983  

pour  

le  

prix  

de  

CHF  

20  

mio,  

la  

famille  

de  

Werner  

OSWALD  

ne  

détenait

que  

10  

%  

du  

capital,  

mais  

contrôlait  

30  

%  

des  

droits  

de  

vote.

  

En  

1983,  

la  

valeur

boursière  

totale  

d’

E

MS

-Chermie

  

se  

situait  

entre  

70  

et  

125  

Mio  

de  

francs  

selon  

un

article  

du  

Tages  

Anzeiger.

  

De  

la  

même  

source,  

il  

est  

précisé  

que  

des  

experts

avaient  

estimé  

la  

valeur  

réelle  

de  

la  

société  

à  

CHF  

80  

mio.  

Rappelons  

que  

la

société  

avait  

été  

vendue  

par  

la  

famille  

OSWALD  

alors  

qu’elle  

était  

en  

défaut  

de

paiement  

suite  

à  

des  

impôts  

fonciers  

imprévus.  

La  

famille  

n’était  

plus  

en  

mesure  

de

financer le dividende de la société.

La    reprise    de    l’usine    par    Christoph    BLOCHER     a    cependant    été    un    succès puisque    3    ans    plus    tard,    l’article    du    Tages    Anzeiger    mentionne    qu’il    avait remboursé la totalité du prêt (de CHF 20 mio).
BernLeaks
MARCHIONNE Sergio
   U DC (Union Démocratique du Centre) C’est    sous   l’i m puls ion   de   Christoph   BLOCHER   que   l’ UDC    s’est   renforcée   au   début   des   années   1990,    pour s’affirmer    comme    force    réactive    de    la    politique    Suisse .    Sa    victoire    en    1992    dans    le    référendum    contre l'adhésion   de   la   Suisse   à   l'Esp ace   économique   européen,   au   taux   de   participation   exceptionnellement   élevé,   a marqué   la   politique   suisse.   Il   faut   préciser   que   l’UDC   n’a   jamais   publié   les   sources   du   financement   de   ses campagnes de progagande souvent mensongère. Christoph   BLOCHER   a   su   manipuler   l’Opinion   publique   suisse    et   tirer   profit   de   la   sensibilité   collective   pas toujours   saine   pour   accrocher   son   électorat.   Il   a   su   utiliser   cette   masse   populaire   et   lui   fournir   ce   qu’elle   avait envie   d’entendre,   faire   passer   sans   le   dire,   toutes   les   actions   politiques   en   faveur   du   capitalisme   égoïste   et outrancier qui allait profiter à ses propres intérêts et à ceux de ses “Frères” capitalistes. C’est   grâce   à   cette   politique   populiste   que   les   Citoyens   les   plus   indigents   et   ceux   de   la   classe   moyenne   ont suivi   les   mots   d’ordre   du   Parti   UDC   pour   faire   passer   une   Législation   qui   était   mise   en   place   contre   leurs propres intérêts et qui allaient profiter aux seules grandes fortunes du Pays. Stéphane   BRON   en   fait   une   synthèse   explicite    dans   le   documentaire   l’expé rience   B LOCHER ”   en   ces termes   :      “Vous   transformez   le   parti   suisse   du   Peuple   en   un   mouvement   de masse    paysanne    et    populaire.    Peut-être    parce    que    vous    radicalisez    vos positions   sur   l’asile   et   les   étrangers.   D’une   main   vous   nourrissez   la   peur,   de l’autre   vous   récupérez   les   bénéfices   politiques.   En   désignant   un   coupable,   les étrangers,   vous   ramassez   la   mise.   En   accusant   les   élites   de   complicité,   vous   la doublez...   En   faisant   de   l’immigration   un   thème   central   de   votre   politique,   vous offrez   un   exutoire   aux   colères   populaires.   Un   pied   chez   les   actionnaires,   un autre   chez   les   paysans,   c’est   tellement   vous.   Vous   transformez   le   parti   à   votre   image,   le   corps   de   paysan   et l’esprit du capitalisme. La formule fait merveille, vous volez de victoire en victoire”. En   2003,   Christoph   BLOCHER   a   été   élu   Conseiller   Fédéral   et   est   devenu   Ministre   suisse   de   la   Justice. Il   avait   ainsi   le   contrôle   pour   s’assurer   qu’aucune   révélation   sur   l’escroquerie   des   royalties   FERRAYÉ n’aboutirait   en   Justice.   La   séparation   des   Pouvoirs   n’existe   pas   !   Il   faut   se   souvenir   que   le   Procureur général   Valentin   Roschacher   (2000-2006)   entré   en   conflit   avec   le   Conseiller   Fédéral   Christoph   Blocher alors chef de Justice et Police et avait dû quitter ses fonctions. Si   les   membres   de   l’aile   conservatrice    aussi   appelée   «   aile   paysanne   »   de   l’UDC   s’intègre   dans   le   paysage politique   suisse,   la   présence   de   l’aile   souverainiste,    aussi   appelée   «   aile   zurichoise   »   —   son   leader   Christoph BLOCHER   et   Ueli   MAURER   de   Zurich   en   font   partie   —   occupe   une   grande   partie   du   débat   politique   et   tend   à supplanter   l'aile   modérée.   L'UDC   est   fréquemment   qualifiée   de   xénophobe    mais   aussi   de   «   droite   dure   »    ou parfois   de   «   nationaliste   »    en   Suisse   ainsi   que   par   une   partie   de   la   classe   politique   européenne.   (extrait wikipedia) Christoph BLOCHER - La fin d’un mythe ? Dans    l’un    de    ses    discours    du    1er    août    2011    au    Saint-Got hard,    Christoph BLOCHER   s’est   appliqué   à   relever   l’importance   de   la   signification   de s   mythes pour    les    grands    événements    de    l’histoire.    Combien    il    est    important    de comprendre   leur   signification   au   lieu   de   les   ridiculiser.   Comprendre   que   la   vraie question   n’est   pas   de   savoir   si   ça   c’est   vraiment   passé   ou   non.   Comprendre que   la   perle   de   tous   les   contes   réside   dans   leur   sens   !   Que   “La   vérité   de l’histoire des Peuples y réside inlassablement”... Selon   le   Tribun   zurichois,   il   est   difficile   de   faire   de   la   politique   quand   on   a   beaucoup   de secrets...   Pourtant,   il   ne   peut   pas   ignorer   que   les   secrets   finissent   t oujours par   être   mis   en lumière.   Son   père   lui   avait   appris   que   comme   les   chutes   du Rhin, la Parole de Dieu finit toujours par triompher. Rappelons ainsi certains - Tu ne déroberas point des 10 commandements : - Tu ne porteras point de faux témoignage - Tu ne convoiteras pas Christoph   BLOCHER   a   raconté   que   chaque   nuit   à   l’époque   (laquelle   ?   1992-1997   ?),   il   faisait   le   même   rêve. Une   montagne   s’effondre   et   il   est   le   seul   à   essayer   de   la   retenir.   Traduit   :   La   Suisse   s’effondre   et   il   est   le seul   à   essayer   de   la   retenir.    Dans   son   cauchemar,   la   boue   et   les   rochers   finissent   par   le   submerger.   Chaque nuit il se rév eille en sueur. J’y    vois    personnellement    une    toute    autre    signification    e t    un avertissement   des   voies   divines   dans   ses   cauchemars.   Dans   une interview    de    la    RTS,    Christoph    BLOCHER    reconna ît    qu’il    a    mentir    dans    sa    vie,    même    s’il    ne    veux    pas    admettre    que    le mensonge est une seconde peau des politiciens... Il   est   évident   qu’à   notre   époque   actuelle,   on   le   verra   plus   loin,   Christoph   BLOCHER   a   tiré   un   traît   sur   ses scrupules   et   qu’il   n’a   plus   de   compte   à   rendre   à   personne.   Il   a   pris   la   place   de   Dieu   !   Mais   telle   n’était   pas   le cas   dans   les   années   1992   et   suivantes,   quand   il   était   alors   Administrateur   de   SBG/UBS    et   que   la   banque escroquait   des   centaines   de   milliards   de   dollars   (taux   de   convertion   à   CHF   1.60   à   l’époq ue).   Aussi,   pour   ma part,   Christoph   BLOCHER   avait   encore   à   ce   moment-là   des   restes   de   conscience   e t   une   petite   voie   lui   dictait quel allait être son avenir s’il persistait dans l’erreur. Il n’était pas question de l’effondrement de la Suisse... Les   milliards   à   disposition   ont   permis   à   Christoph   BLOCHER   de   financer   l’UDC et   la   masse   populaire   qui   l’a   suivi,   l’a   laissé   penser   qu’il   était   dès   lors   invincible,   au-dessus   des   Lois   et   même   au-dessus   de   Dieu.   Quelle   arrogance   et   quelle suffisance ! Un syndrome de toute puissance qui relève de la folie à l’état pur ! Adulé   par   la   masse   populaire   et   par   la   Presse   d’une   part et   par   l’élite   financière   d’autre   part,   Christoph   BLOCHER a   perdu   tout   sens   avec   la   réalité   et   comme   le   pouvoir   matériel   lui   convient   mieux   que   le pouvoir   spitituel   il   a   finalement   laissé   sa   place   à   Dieu   pour   prendre   celle   d’un   Prince... même si pour ma part, il est plus proche du prince des ténèbres... ALGROUP (ALUSUISSE) - PECHINEY - ALCAN Si   Christoph   BLOCHER,   Martin   EBNER   et   Sergio   MARCHIONNE   s’en   sont   mis   plein   les   poches   lo rs   de cette opération, alors d’où venait l’argent de leurs investissements... ? Sergio   MARCHIONNE,   à   la   tête   de   ALGROUP   depuis   199 2,   a   été l’un   des   acteurs   principaux   de   la   prise   de   contrôle   de   ALUSUISSE par   ALCAN.   Nous   verrons   plus   en   détail   dans   sa   rubriq ue,   son importance dans le blanchiment des royalties FERRAYÉ. Restons     pour     l’instant     sur     le     financement     des     prises     de participation    de    Christoph    BLOCHER.    Entre    1995    et    1997,    le Tribun   a   investi   pour   la   construction   de   117   usines    dans   le   secteur de   la   chimie   en   Chine.   Si   l’on   compte   un   coût   moyen   de   USD   150 Mio   par   usine   à   l’époque,   le   coût   total   aurait   été   de   USD   17.5 Mrds...   soit   CHF   24.5   Mrds    puisque   le   taux   de   change   était   de CHF 1.40 en moyenne pour USD 1.00 en 1997... Les   chiffres   cités   sous   l’organigramme   ci-dessus,   ont   été   tirés   d’un   article   de   Bourse   Info    de   1999   où   l’on constate   qu’en   sus   des   CHF   24.5   Mrds    investis   en   Chine,   Christoph   BLOCHER   a   réussi   à   générer   encore CHF 846 Mio de francs  sur les bénéfices d’EMS Chemie pour sa participation dans ALUSUISSE. On   a   vu   plus   haut   que   Christoph   BLOCHER   avait   pu   rembourser   l’emprunt   de   CHF   20   Mio   pour   le   rachat   de ses   parts   dans   E MS -Chemie ,   en   3   ans   (1983-1986).   Mais   de   1987   à   1999,   E MS -Chemie   aurait   permis   de générer   des   bénéfices   à   hauteur   de   CHF   25,3   Mrds   (en   13   ans)   avec   un   chiffre d’affaires   proche   d u   milliard par an ? Des bénéfices deux fois supérieurs au chiffre d’affaires ??? L es   révélations   des   PANAMA-PAPERS   font   apparaître   u n individu    resté    très    discret    et    inconnu    de    nous    jusqu’à a ujourd’hui,   mais   dont   le   palmarès   se   retrouve   très   intéressant... Christoph    ZOLLINGER    (*    partenaire    de    Mossfon    depuis    2004 selon   video   Youtube   8e   minute ),   Directeur   et   Administrateur   de MOSSACK-FONSECA   -   au   service   de   la   société   depuis   1997   et p r opriétaire   de   10   %   des   actions   de   Mossack   Fonseka   &   Cie SA   -      était   enregistré   au   RC   de   SBG/UBS    du   15   avril   1994   au   14   mars   1996,   période   se   situant après   l’escroquerie   des   royalties   FERRAYÉ   et   avant   le   séquestre   des   fonds   suite   à   la   plainte   du   29   janvier 1996.   Christoph   BLOCHER    (ex   Ministre   suisse   de   la   Justice)   avait   été   inscrit   au   même   RC   de   1991   au 1er   septembre   1993,   soit   pendant   l’escroquerie   et   le   transfert   des   fonds   sur   des   sociétés   en   partie Offshore.   Johann   SCHNEIDER-AMMANN,   Président   de   la   Confédération   suisse   en   2016   était   quant   à lui   inscrit   du   1er   septembre   1993   jusqu’à   la   dissolution   suite   à   la   fusion   SBV/SBS   dans   UBS   SA . Rappelons   encore   une   fois   que    SBG/UBS    (CH-020.3.923.521-9)   –   dont   Christoph   BLOCHER   et   Johann SCHNEIDER-AMMANN    (Président   de   la   Confédération   Helvétique   en   2016)   étaient   Administrateurs    –   a participé   à   l’escroquerie.   Et   que   SBG/UBS   a   été   radiée   le   29   mars   2006,   soit   8   ans   après   la   fusion. SCHNEIDER-AMMANN   est   resté   Administrateur   jusqu’à   la   fin...   Quelles   ont   alors   été   les   activités   de cette banque illégale, durant ces 8 ans ?   Cette   situation   nous   démontre,   quelle   qu’ait   été   la   fonction   de   Christoph   ZOLLINGER   chez   SBG/UBS ,   qu’il était   proche   du   Conseil   d’Administration   dans   lequel   deux   Conseillers   Fédéraux   étaient   présents   lors   de l’escroquerie   de   centaines   de   milliards.   S’il   a   ensuite   été   engagé   chez   Mossfon   et   en   est   même   devenu Partenaire   en   2004,   c’est   qu’il   devait   être   sur   place   au   moment   de   la   levée   des   séquestres   et   des   transferts Offshore à partir de janvier 1996 . Un   individu   sans   scrupules   :   Sachons   que   c’est   sur   intervention   de   Christoph   ZOLLINGER   que   le   Cabinet MOSSACK-FONSECA   a   poursuivi   ses   relations   avec   Rami   MAKHLOUF ,   financier   du   Dictateur   Syrien   Bachar EL-ASSAD.   L’une   des   sociétés   de   Rami   MAKHLOUF,   Drex   Technologies   SA   aux   Iles   Vierges   Britaniques (BVI) avait des liens très étroits avec HSBC   Private Bank à Genève. * Source : “Le secret le mieux gardé du monde” Editions Seuil” Toute cette situation nous démontre trois points importants : Christoph   ZOLLINGER,   Partenaire   de   MOSSACK-FONSECA   était   au   service   de   SBG/UBS   au   moment de l’escroquerie des royalties par la banque précitée. A   la   même   période,   l’ex   Ministre   Suisse   de   la   Justice   Christoph   BLOCHER   et   le   Président   de   la Confédération    en    2016,    Johann    SCHNEIDER-AMMANN     étaient    tous    deux   Administrateurs    de    la banque précitée. Selon   la   video   ci-dessus,   MOSSACK-FONSECA   était   antérieurement   domiciliée   dans   un   immeuble   de UBS MOSSACK-Fonseca   sont   certifiés   par   SGS   (Sergio   MARCHIONNE)    qui   a   été   très   actif   aux   côtés   de Christoph BLOCHER dans la prise de contrôle de sociétés (voir organigramme plus haut). Christoph    ZOLLINGER    était    en    contact    avec    Rami    MAKHLOUF ,    financier    du    Dictateur    BACHAR ELASSAD qui est sur une liste rouge aux Etats-Unis et en Europe. Au   moins   une   des   sociétés   de   Rami   MAKHLOUF   Drex   Technologies   SA    était   en   liens   étroits   avec HSBC Private Bank à Genève, selon les révélations “ SwissLeaks ”. Se posent alors deux questions légitimes d’intérêt international : o UBS    et   ses Administrateurs   et   autres   dirigeants   ou   quelque   soient   leurs   partenariats,   ont-ils   utilisé les   centaines   de   milliards   des   royalties   escroquées   sur   les   brevets   FERRAYÉ   pour   déstabiliser les   régimes    d’Afrique   du   Nord   et   lancer   des   guerres    qui,   ce   n’est   plus   un   secret   pour   personne, rapportent beaucoup d’argent à ceux qui les fomentent ? o Des Ministres du Gouvernement Suisse ont-ils pu être actifs dans ces crimes contre l’Humanité ? Joseph   FERRAYÉ   s’est   fait   escroquer   quelque   USD   3’000.-   milliards   sur   les   brevets   d’extinction   et   de blocage   des   puits   au   KOWEIT   en   1991   et   sur   la   vente   de   ses   systèmes   en   1992.   Je   suis   aujourd’hui bénéficiaire   de   la   moitié   des   royalties   à   recouvrer,   selon   mandat   du   24   septembre   2004.   La    SBG/UBS    dont Christoph   BLOCHER    et   Johann   SCHNEIDER-AMMANN    étaient   Administrateurs   à   ce   moment-là,   a   joué   un rôle   majeur   dans   cette   escroquerie   et   les   faits   nous   démontrent   aujourd’hui   que   certains   des   acteurs   ne peuvent   tout   simplement   pas   avoir   pu   construire   leur   fortune   et   celle   de   leurs   entreprises,   par   le produit de leur travail. La   situation   nous   démontre   aussi   que   si   toutes   nos   démarches   pour   faire   valoir   nos   Droits   sur   le   plan   légal, contre   l’escroquerie   dont   nous   avons   été   Victimes,   ont   été   rejetées,   c’est   parce   que   certains   des   acteurs   se sont   fait   élire   au   Gouvernement   fédéral,   ont   même   été   Ministre   de   la   Justice   et   s’activent   directement   ou   par leurs   liens   d’influence,   pour   empêcher   l’aboutissement   des   procédures.   Que   d’autre   part,   des   magistrats impliqués   dans   l’escroquerie   au   moment   des   faits,   ont   été   mis   à   des   postes   clés   pour   verrouiller   le   système. Qu’enfin,   les   membres   du   complot   ont   corrompu   à   large   échelle   les   magistrats   et   les   politiciens   et   bien d’autres,   pour   assurer   leur   impunité   !   Le   secret   Maçonnique   et   les   règles   de   soumission   à   la   “constitution” Franc-Maçonne, ont fait le reste !!! Complicité des Parlementaires et du Gouvernement Depuis   2004,   les   Autorités   fédérales   (Membres   du   Parlement   et   du   Gouvernement)   ont   été   informés   de   nos démarches   entreprises   légalement   pour   faire   valoir   nos   Droits   dans   une   escroquerie   dont   la   responsabilité civile va porter sur des dizaines de milliards de francs suisses. Lorsque    ce    film    a    été    diffusé    aux    membres    des    Chambres    fédérales,    aucun    Parlementaire,    qu’il    sot politiquement   du   centre,   de   l’aile   gauche   ou   de   celle   de   droite   des   partis   politiques,   n’a   eu   publiquement   la moindre   réflexion   sur   les   révélations   dont   ils   venaient   de   prendre   connaissance   et   qui   son t   démontrées   plus haut. Devons-nous    encore    nous    poser    la    question    de    savoir    pourquoi    ?    Ou    suffit-il    de    prendre conscience   que   si   nos   Partis   politiques   acceptent   le   démantèlement   des   entreprises,   de   vendre notre   Etat   fédéral    à   d’autres   Nations,   ou   d’organiser   l’immigration ,   etc.   ils   ne   font   que   servir ceux   auxquels   ils   se   sont   soumis...   Les   méthodes   d’appâts    nous   ont   été   démontrées   avec   le vice-Président   du   PDC    suisse   Yannick   BUTTET . A   partir   de   là,   nos   Politiciens   n’ont   plus   aucune indépendance et ils doivent obéir !   L’UDC   s’est   construite   depuis   1992,   sur   une   base   de   corruption   et   ceci   nous   démontre   qu’il   est   maintenant indispensabl e que le Peuple souverain exige que le financement des Partis soit rendu public. En     cautionnant     la     propagande     mensongère,     DOCUMENTAIRE RÉVISIONNISTE   à   la   gloire   de   Christoph   BLOCHER,   le   Parlement   et le   Gouvernement   Suisse   ont   voulu   laisser   croire   au   bon   Peuple, dont   30   %   de   celui-ci   est   représenté   par   l’UDC,   que   notre   Pays   va bien...    Que   même   si   des   divergences   sont   remarquées,   le   Pays   peut compter   sur   l’aile   conservatrice    appelée   «   aile   paysanne   »,   pour   garder ses   valeurs.   Manifestement   le   Parlement   a   pris   au   sérieux   les   menaces de     Christophe     BLOCHER      lors     de     sa     “vestiture”     (éviction)     du Gouvernement   le   12.12.2007.   Chaque   Parlementaire   a   compris   ce   jour- là   que   le   Tribun   zürichois   peut   mettre   en   lumière   le   rôle   de   chacun   dans le blanchiment des royalties... Mais   il   ne   faut   pas   perdre   de   vue   que   la   dangerosité   de   l’UDC   vient   de   son   aile   souverainiste,    «   l’aile zurichoise    »,    les    purs    et    durs    du    capitalisme    libéral,    ceux    qui    pratiquent    par    métier    l’escroquerie    et    le blanchiment   en   toute   impunité...   ALUSUISSE,   SWISSAIR,   WINTERTHUR,   CIBA-GEIGY,   SWISSMETAL,   etc. toutes des sociétés qui ont disparu au nom du blanchiment des royalties FERRAYÉ. Alors   pour   verrouiller   leur   cautionnement   à   ce    DOCUMENTAIRE RÉVISIONNISTE ,   nos Autorités   fédérales,   mais   aussi   nos   services culturels   et   Médias   subventionnés    de   l’information   (RTS,   etc.)   qui ont     contribué     à     la     réalisation     et     au     financement     de     ce DOCUMENTAIRE    RÉVISIONNISTE,    se    sont    assurés    que    les Citoyens   lambdas   n’en   prendraient   pas   connaissance...      Ils   ont ainsi    interdit    sa    diffusion,    même    partielle,    dans    les    écoles, transports publics, hôpitaux, prisons, etc. La   Constitution   Fédérale   condamne   pénalement   le   RÉVISIONNISME   sur   l’existence   des   camps   durant la   dernière   guerre.   Et   dans   le   cas   présent,   ils   pensent   pouvoir   interdire   à   nos   Concitoyens   de   prendre connaissance   d’un   document   capital   qui   démontre   que   les   30   %   du   Peuple   qui   font   confiance   à   l’UDC, sont   trompés   ?   que   tout   un   Peuple   voit   les   fleurons   de   son   industrie   disparaître   parce   que   des   voyous de   capitalistes   ultra   libérals   ont   pris   le   contrôle   des   Institutions   politiques   et   judiciaires   pour   pouvoir agir en toute impunité ? Alors   Mesdames   ou   Messieurs   les   Détenteurs   du   droit   de   diffusion,   déposez   vos   plaintes   et   vos demandes   en   réserves   civiles   !   J’attends   avec   impatience   que   le   débat   public   soit   ouvert   !   Ce   sera peut-être   le   moyen   de   comprendre   comment   on   peut   détourner   des   brevets   qui   valent   des   centaines de   milliards   de   francs   et   exiger   une   responsabilité   civile   pour   un   documentaire   RÉVISIONISTE   sur   le sujet... Ou préférerez-vous invoquer la censure du Site ? c’est dans vos habitudes ! www.censure.info Il en va du DROIT du Public à connaître une information CAPITALE pour l’avenir du Pays  ! Oserez-vous remettre en question ce Droit fondamental inscrit dans la Constitution Fédérale ? Je vous poursuivrai alors pénalement pour trahison, tant l’enjeu pour le Pays est grand ! Conclusion Christoph    BLOCHER     et    d’autres    vont    désormais    nager    dans    les problèmes,   parce   que   nous   reprendrons   le   contrôle   de   tout   ce   qui   a   été   financé   par   les   royalties   escroquées.    Je   ne   serai   dès   lors   pas surpris    que    les    cauchemars    dans    lesquels    Christo ph    BLOCHER    est englouti sous les rochers et la boue,  reprennent... Mais     contrairement     au     Réalisateur     du DOCUMENTAIRE   RÉVISIONNISTE,   je   ne laisserai    pas    Christophe    BLOCHER,    pas    plus    que    les    membres    de    l’Etat Fédéral   à   leurs   ombres   et   je   vais   tout   mettre   en   oeuvre   pour   que   la   lumière   soit faite sur leurs secrets quels qu’ils soient.
1995-1997    (Historique)   E MS -TOGO    étend   sa   présence   locale   en   Asie   du   Sud   Est   (Singapour,   Thaïlande, Inde)    et    en    Chine    (Shanghai,    Changchun),    afin    de    fournir    l'industrie    autom obile en    matériaux    produits localement. Le   documentaire   L’Expérience   BLOCHER    comparé   à   l’Historique sur   le   Site   de   la   société   E MS -Chemie,   semble   ne   pas   refléter   les réelles   étapes   des   investissements   du   tribun   zurichois   en   Asie.   Le commentaire   précise   :   “Nous   somme   le   1er   septembre   1983   [...]   vous n’avez   pas   encore   beaucoup   d’argent,   beaucoup   de   pouvoir,   mais   de grandes   perspectives   s’offrent   à   vous.   Le   mur   de   Berlin   est   encore debout   (il   est   tombé   en   1989),   mais   vous   avez   l’intuition   que   le   coeur économique   du   monde   va   basculer.   Vous   pariez   alors   sur   l’Asie.   [...] Vous faites construire 117  usines en Chine... Pour   mémoire,   jusqu’en   1990,   la   Chine   était   hermétique    aux   investisseurs   étrangers.   L’ouverture   des capitaux   extérieurs   a   réellement   débuté   à   partir   de   1992   sous   l’appellation   “d’économie   de   marché socialiste”. Or,   c’est   à   partir   de   1991   pour   les   royalties   du   KOWEIT   et   de   1992   pour   la   la   vente   des   brevets,   que   SBG/UBS   CH-020.3.923.521-9    –    dont    Christoph    BLOCHER    et    Johann    SCHNEIDER-AMMANN         (Président    de    la Confédération   Helvétique   en   2016)   étaient   Administrateurs   de   la   banque    –   a   participé   à   l’escroquerie.   A noter   que   SBG/UBS   a   été   radiée   le   29   mars   2006,   soit   8   ans   après   la   fusion   et   que   SCHNEIDER- AMMANN   est   resté Administrateur   jusqu’à   la   fin...   Quelles   ont   été   les   activités   de   cette   banque   illégale, durant   ces   8   ans   ?    CREDIT   SUISSE   et   la   plupart   des   banquiers   privés   ont   contribué   à   cette   escroquerie   des capitaux qui devaient revenir à Joseph FERRAYÉ. Toujours    à    cette    époque,    Christoph    BLOCHER    siégeait    dans    la    société    CH-020.3.929.046-1    Wunderly Immobilien-   und   Verwaltungs   AG   à   Meilen.   Plus   tard   Mark   BRUPPACHER ,   avocat   à   Zürich   qui   avait   la signature      individuelle   pour   tous   les   virements   relatifs   aux   transferts   des   fonds   escroqués,   est   entré   comme administrateur dans cette même société... Autre   signe   de   manipulation   des   faits   :   Dans   son   historique ,    E MS -Chemie   fait   mention   de   reprise   de   TOGO Group    basé   à   Romanshorn   TG   en   1985.   Or,   ici   encore   les   extraits   du   Registre   du   Commerce   situent   cette reprise   12   ans   plus   tard   en   1997.   Et   là   encore,   1997   correspond   au   début   du   blanchiment   des   royalties, après   que   le   “procureur”   général   genevois   Bernard   BERTOSSA,   ait   eu   levé   les   séquestres   sur   les fonds,   en   faveur   de   ses   complices   du   crime   organisé   en   bande.   Manifestement,   la   date   de   changement des status confirme là aussi la   supercherie... En fonction de la chronologie des faits cités ci-dessus, plusieurs constatations doivent être faites : Après    le    rachat    de    Chemie    Holding    Ems   AG    en    mai    1983,    il    est    apparu    qu’en    3    ans     Christoph BLOCHER a réussi à rembourser les CHF 20 mio   du crédit contracté (source : Tages Anzeiger). Selon   le   commentaire   du   documentaire,   Christoph   BLOCHER   investit   en Asie   avant   1989,   puisque   c’est le   9   novembre   1989   que   le   mur   de   Berlin   est   tombé.   C’est   assurément   après   1986   que   le   document   situe ces   investissements,   puisque   jusque-là   les   bénéfices   de   la   Holding   ont   servi   à   rembourser   le   prêt.   Alors se   pose   la   réselle   question...   Oû   Christoph   BLOCHER   aurait-t-il   trouvé   les   dizaines   de   milliards nécessaires   pour   construire   ses   117   usines   en   Chine    à   cette   époque-là,   sans   compter   les   autres investissement considérables mentionnées dans l’historique  d’ E MS -Chemie ? Une   seule   hypothèse   répond   à   cette   question.   Les   investissements   n’ont   pas   été   réalisés   selon   le planning    décrit    dans    le    documentaire,    mais    probablement    après    1992    ou    1995    quand    le blanchiment   des   centaines   de   milliards   des   royalties   escroquées   à   Joseph   FERRAYÉ   par   entre- autres SBG/UBS  dont BLOCHER avait été Administrateur, a débuté. Se   pose   aussi   la   question   de   savoir   pourquoi   un   cinéaste   réputé,   financé   par   des   sponsors   dont   la plupart sont subventionnés par l’Etat, s’est prêté à la manipulation de faits aussi graves ? Cette   fois-ci   encore ,   une   seule   hypothèse   répond   à   la   question   !   Les   membres   du   Gouvernement   et   du Parlement   Suisse,   l’Etat   fédéral   politique   et   judiciaire   sont   complices   et   devaient   blanchir   l’image de   Christoph   BLOCHER   pour   sauver   la   politique   Suisse   corrompue   de   gauche   à   droite   depuis   l’escroquerie des royalties ! Dominique   DE   BUMAN,   Conseiller   National   PDC   n’avait   pas   manq ué   de   parler publiquement   de   la   politique   suisse   corrompue   Tout   est   pourri   chez   nous ”   et qu’il   ferait   trembler   la   Suisse   fédérale   s’il   racontait   tout   ce   qu’il   savait.   Il   s’était ensuite    excusé,    mais    depuis    lors    il    a    quand    même    été    viré    de    6    conseils d’administration.   Daminique   DE   BUMAN   savait   de   quoi   il   parlait,   si   l’on   consulte   les liens d’influences de son frère Jean-Luc DE BUMAN... Depuis   15   ans,   nous   dénonçons   inlassablement   l’escroquerie   des   royalties.   Toutes   les   plaintes   déposées   sont systématiquement   rejetées   et   on   comprend   mieux   pourquoi   lorsque   l’on   voit   que   les   Procureurs   du   Ministère Public   de   la   Confédération    sont   liés   de   près   au   blanchimes   des   royalties.   La   dernière   plainte   pénale   et   le mémoire   transmis    dans   le   cadre   du   dossier   GIROUD   Vins   SA    a   mis   en   évidence   l’implication   du   Procureur général   Michael   LAUBER    qui   a   refusé   d’entrer   en   matière.   Le   T ribunal   P énal   F édéral   a   fait   de   même   sur recours   et   nous   avons   alors   pris   conscience   que   le   Président   de   la   Cour   des   plaintes    au   TPF,   Stephan BLÄTTLER ,    est   un   ex   collaborateur   de   Ernst   &   Young    à   Zürich   -   qui   a   créé   la   Société   WILDROSE    c/o Mossack   Fonseka    et   qu’il   est    en   poste   pour   garantir   l’impunité   de   ceux   qui   ont   escroqué   les   royalties. ( Convention TILLIÉ  solde créditeur USD 5,263 milliards à titre d’exemple)... Stephan   BLÄTTLER    a   été   élu   sous   la   bannière   UDC    en   2009,   alors   que   Christoph   BLOCHER   était   encore vice-Président   de   l’UDC.   Ueli   MAURER   -   ex   Président   du   Parti   et   bras   droit   de   Christoph   BLOCHER   - était déjà Conseille r Fédéral UDC.
CH-170.3.000.753-5
Les videos peuvent prendre quelques secondes pour démarrer
MARCHIONNE Sergio
EBNER Martin
Agrandir
Deutsch
English
Extrait Youtube