The Money plane
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
L
BernLeaks
Janvier   1996,    Une   enquête   du   New   York   Times    dénonçait   déjà   certaines voies   par   lesquelles   les   royalties   escroquées   sur   les   brevets   FERRAYÉ   ont   transité   par   centaines   de milliards    de    dollars,    avec    la    complicité    de    la    Federal    Reserve    (FED)    et    du    Gouvernement    américain, impliquant ainsi la resposabilité civile des Etats Uni s pour des milliers de milliards de dollars. Enquête de Robert I. Friedman parue le 22 janvier 1996 Chaqu e   jour,   la   Mafia   russe   recevait   une   cargaison pouvant   aller   jusqu’à   un   milliard   de   dollars   en   billets neufs    de    USD    100.-.    Les    billets    qui    provenaient direc tement   de   la   FED   (Federal   Reserve),   transitaient pa r JFK  Airport à New York. Cinq   soirs   par   semaine,   au   moins   100   millions   de   dollars en   nouvelles   coupures   de   USD   100.00   étaient   expédiés, sans    escale jusqu’à    Moscou,    où    elles    servaient    à financer   la   Mafia   russe,   permettant   ainsi   au   syndicat   du crime    international    organisé    de    croître    de    manière exponentielle.   Les   fonctionnaires   d'État   et   fédéraux   des USA     ont     estimé     que     ces     mouvements     financiers faisaient     partie     d'une     opération     de     blanchiment d’argent    de   plusieurs   milliards   de   dollars.   La   Republik National   Bank   of   New   York,   propriété   d’Edmond   SAFRA    et   la   Réserve   fédérale   des   États-Unis    dirigée   alor s par A lan GREENSPAN , ont préféré écarter cette idé e.
Propriétaire   de   la   Republic   National Bank     of     New     York,     le     banquier Edmond    SAFRA    a    été    assassiné    le 03.12.1999. Il      était      alors      l’ami      de      l’avocat genevois    Marc    BONNANT    qui    avait
The Money plane
rédigé   la   plainte   pénale   du   29   janvier   1996.   Celle- ci   avait   permis   de   faire   mettre   sous   séq uestre    les milliers      de      milliards      de      dollars      escro qués   provenant   des   royalties   sur   la   vente   des   brevets FERRAYÉ.
C’ es t      un      après-midi      sombre,        l'assortiment           habituel           de passagers   s’aglutinent   à   la   porte 14    de    JFK    (John    F.    Kennedy Internat.Airport)   de   New   York,   en attente   de   l’embarquement   du   vol Delta    30,    sans    escale    jusqu’à Moscou.    Des    hommes    d'affaires américains   qui   veulent   prospecter le   nouveau   capitalisme   russe,   des entrepreneurs          russes          qui reviennent    de    leur    chasse    aux investisseurs,    des    expatriés    qui rentrent   à   la   maison   pour   visiter leur famille, des touristes. Un   passager,   cependant,   n’est   que   pour   le   vol   de   neuf   heures,   et il     a     connaissance     de     quelque chose      qu'aucun      des      autres passagers    ne    sait.    Il    sait    que l'avion    transportera    1    million    de
nou veaux   billets   de   cent    dollars   dans   sa   soute.   Le   Boeing   76 7   rouge,   blanc   et   bleu   est   sur   le   tarmac   quand,   à environ   17   heures,   un   camion   blindé   de   couleur   crème   arrive.   Alors   que   les   manutentionnaires   de   Delta   s’activent avec   désinvolture   à   jeter   les   bagages   en   soute,   deux   gardes   armés   commencent   à   placer   de   grands   sacs   en   toile blanche   sur   un   tapis   roulant.   Les   sacs   contiennent   des   liasses   de   nouvelles   coupures   de   USD   100,   jamais   mises   en circulation.   Toutes   sont   e ncore   dans   l eurs   e mballag es d e   la   Réserve   fédérale,   des   centaines   p ar   sac.   Et   i l   y   a   des centaines de sacs.
Un   Officier   fédéral confirme :             «   Cet   argent   est   utilisé pour    soutenir    le    crime organisé;    Il    est    utilisé comme       support       des opérations     du     marché noir.                 «    De    mon    opinion personnelle,        c’est        une abomination.   mais   il   semble qu'au   moins   une   partie   du gouvernement     fédéral     ne voit rien de mal à cela ».
         Quelques   minutes   plus   tard,   un   autre   camion   blindé   arrive   et   décharge   une   autre   série   d'encore   plus   grands   sacs. Au total, ce vol transportera plus d’une tonne de coupures de USD 100 ou l’équivalent de 100 millions de dollars.          L'avion   quitte   JFK   à   17.45   H. Tout   au   long   du   vol,   un   courrier   non   armé   de   la   Republic   National   Bank   of   New York arpente   la   cabine   des   passagers   tandis   que   l'argent   "repose   sans   garde»   dans   la   soute,   selon   une   source   du bureau   de   la   law   enforcement.   À   l'arrivée   à   l'aéroport   de   Sheremetyevo   à   10.55   H,   heure   de   Moscou,   l'argent   est transporté   par   des   camions   blindés   armés,   jusqu’aux   banques   russes   qui   ont   acheté   les   coupures   de   USD   100   pour le   compte   de   clients.   Ceux-ci   paient   généralement   leur   achat   de   coupures,   par   des   virements   provenant   de   comptes bancaires à Londres.          Plutôt   remarquable,   personne   n'a   jamais   essayé   de   détourner   le   vol   Delta   30,   même   s’il   a   quitté   JFK   à   la   même heure   cinq   jours   par   semaine   -   rarement   transportant   moins   de   100   millions   de   dollars   et   parfois   avec   plus   d’un milliard   de   dollars   –   et   ceci   durant   plus   de   deux   ans.   Depuis   Janvier   1994,   les   autorités   fédérales   US   estiment   que plus   de   40   milliards   de   dollars   –   le   tout   en   coupures   neuves   de   USD   100,   des   centaines   de   tonnes   d'argent   -   ont   été expédiés   en   Russie.   Cela   dépasse   de   loin   la   valeur   totale   de   tous   les   roubles   russes   en   circulation.   Tout   cet   argent est   resté   en   sécurité   seulement   en   partie   en   raison   des   précautions   de   sécurité   lors   des   transferts:   une   autre   raison est   que   toute   personne,   qui   pourrait   être   encline   à   tenter   un   tel   hold-up,   est   aussi   bien   consciente   de   qui   achète tous ces coupures de dollars.    « Si vous volez les banques russes, vous volez la mafia russe», dit une source de la Mafia ici aux États-Unis ».    « Et personne n’a des couilles assez grosses ou un assez petit cerveau pour le faire ».          La   mafia   russe   –      selon   de   nombreuses   sources   bien   placées   et   chargées   de   faire   respecter   l’application   de   la   loi –   a   bénéficié   d'un   approvisionne   ment   sans   entrave   de   la   Réserve   fédérale,   de   billets   fraîchement   frappés,   pour financer   un   vaste   et   croissant   syndicat   internat.   du   crime.   Les   C-notes   américains   sont   la   monnaie   non   officielle   de la   Russie,   bien   sûr,   et   permettent   d’obtenir   des   choses   que   les   roubles   ne   peuvent   pas:   mais   les   coupures   de   USD 100   ont   également   utilisées   pour   alimenter   le   florissant   commerce   de   la   drogue   mondiale   basé   sur   le   dollar   ainsi que   pour   acheter   les   villas   nécessaires   à   Monaco   et   Cannes.   La   Mafia   russe   a   également   utilisé   des   fonds   blanchis pour   mettre   en   place   des   opérations   à   l'étranger,   y   compris   sa   branche   américaine   de   Brighton   Beach   à   Brooklyn (The   Organizatsiy   »,   New York,      7   Novembre,   1994)   et   elle   a   commencé   à   investir   dans   des   entreprises   légitimes   en Europe et aux États-Unis.          La   croissance   monstrueuse   de   la   mafia   russe   a   été   aidée   par   sa   capacité   à   blanchir   rapidement   et   facilement   le produit   de   ses   activités   criminelles   -   et   maintenant   soi-disant   garanties   propres   -   des   centaines   de   banques   russes aux   USA   se   sont   montrées   désireuses   d’aider,   ce   qui   n’est   pas   très   surprenant,   étant   donné   que   bon   nombre d’entre   elles   sont   détenues   par   des   Mafieux   russes.   «   Presque   toutes   les   banques   russes   sont   corrompues   »   a déclaré    le    Major    général   Alex    GROMOV    de    la    police    fiscale    russe    lors    d'une    conférence    internationale    en septembre    1994    sur    le    crime    organisé    russe.    Conférence    co-parrainée    par    le    Financial    Crimes    Enforcement Network,   qui   suit   le   blanchiment   des   capitaux   pour   le   Trésor   américain.   Le   Directeur   Stanley   MORRIS   est   plus direct aujourd'hui: Selon lui, « Le système bancaire russe est un cloaque ».          En   fait,   le   système   bancaire   russe,   vieux   d’un   peu   plus   de   six   ans   (en   1996),   est   déjà   devenu   l'un   des   principaux centres   de   blanchiment   d'argent   du   monde,   remplaçant   le   Panama   comme   bourse   d’échange   de   l’argent   sale   du cartel   colombien   et   de   la   mafia   italienne.   Un   rapport   de   1994   de   la   CIA   a   identifié   dix   des   plus   grandes   banques russes   controlée   par   la   Mafia.   Et   dans   son   discours   aux   Nations   Unies   d’octobre   dernier   (1995),   le   président CLINTON   a   déclaré   que   le   blanchiment   des   capitaux   était   une   menace   pour   la   sécurité   nationale   des   USA.   «   Les entreprises   criminelles   déplacent   des   sommes   considérables   de   gains   mal   acquis   par   un   système   financier   criminel international   en   toute   impunité   »,   at-il   dit,   lors   de   la   signature   d'une   directive   présidentielle   ordonnant   au   Procureur général    et    au   Trésor,    d’identifier    les    personnes    et    les    organisations    impliquées    dans    la    criminalité    financière mondiale et de saisir leurs actifs ici (USA) et à l'étranger.       Alors   pourquoi   la   Republic   National   Bank   et   la   Réserve   fédérale   des   Etats-Unis   ont-ils   continué   de   fournir   des millions   de   billets   frais   et   propres   de   USD   100   aux   banques,   alors   que   tous   les   experts   étaient   d’accord   sur l’opération   de   blanchiment   d’argent   dont   il   était   question   ?   «   Bien   que   la   culpabilité   de   la   Republic   National   bank   ait été   aveugle   et   volontaire,   elle   n’entrait   cependant   pas   techniquement   en   violation   avec   la   loi   existante   »,   selon   un ancien   fonctionnaire   du   New   York   State   Banking   Department.   «   Cet   argent   est   utilisé   pour   soutenir   le   crime organisé;   il   est   utilisé   pour   soutenir   des   opérations   du   marché   noir   »,   a   reconnu   un   fonctionnaire   du   contrôleur fédéral   du   bureau   des   changes,   qui   réglemente   la   République.   «   À   mon   avis   personnel,   cela   est   une   abomination absolue.
Ça   ne   devrait   pas   exister.   Po ur tant,   il   se mble   qu'au   moins   une   partie   du   gouvernement   f édéral   ne   voit   rien   de   mal   à cela».       Une   disposition   de   la   loi   anti   blanchiment   des   capitaux   d’Annunzio   WYLIE   de   1992,   oblige   les   banques   à   faire   en sorte   de   ne   plus   faire   sciemment   des   affaires   avec   des   criminels   ou   leurs   agents.   Pour   mémoire,   la   Republic National   Bank   [SAFRA],   qui   fait   des   millions   par   la   vente   de   devises,   insiste   sur   le   fait   qu’elle   ne   vend   certainement pas sciemment des billets de USD 100 à des Mafieux.          «   C’est   ma   responsabilité,   de   nous   assurer   que   nous   ne   vendons   pas   aux   banques   qui   ont   des   liens   avec   le   crime organisé   »,   explique   Richard ANNICHARICO,   l'un   des   responsables   de   la   conformité   de   la   Republic   National   Bank. « C'est la chose la plus difficile à trouver. En fait, si vous en avez connaissance, faites le moi savoir ».          Et   le   Trésor   des   Etats-Unis,   qui   encaisse   USD   99,96   pour   tout   billet   100   USD   qui   quitte   le   pays   et   ne   revient jamais,   a   par   intérêt   aussi,   ignoré   la   situation.   «   Que   savons-nous   des   clients   de   la   Republic   National   Bank   ?   »   dit   le porte-parole   New   York   Fed   Peter   BAKSTANSKY.   «   Rien.   Il   est   de   leur   responsabilité   de   savoir   à   qui   ils   envoient   ces dollars ».          «   Je   n’avais   pas   les   moyens   de   vérifier   »,   a   dit   ANNICHARICO   le   responsable   de   la   Republic   bank,   un   agent   du FBI   à   la   retraite.   «   Quelqu'un   m’a   dit   [les   banques   sont   corrompues]   et   m’a   donné   les   raisons   importantes   de   ses propos   -   vous   savez,   quelque   chose,   n’importe   quoi,   vraiment   –   nous   stoperons   nos   ventes   en   leur   faveur.   Je   veux dire, si quelqu'un qui nous dit de ne pas le faire, nous arrêtons demain ».         ANNICHARICO   reconnaît   qu'un   groupe   de   travail   fédéral   contre   blanchiment   d'argent   avait   communiqué   avec   lui au   sujet   du   commerce   de   devises   de   la   Républic   National   Bank   avec   la   Russie.   «   Le   groupe   de   travail   m'a   dit   qu'ils pensent   que   le   crime   organisé   russe   est   impliqué   dans   le   blanchiment   des   capitaux.   Mais   pour   quoi   »   il   dit.   «   Qui   ? Quoi ? Qui ? Personne n'a été poursuivi. Quel est le crime Dites-moi – Je vais le stoper.  Je leur dis toujours, « Dites-moi quelles banques, et nous les stopperons » ! Je ne peux pas les trouver. Je ne plaisante pas ».          Lorsque   l’UNION   SOVIETIQUE   s’est   effondrée   en   1991,   il   en   a   été   de   même   de   l’entier   du   système   bancaire contrôlé   par   le   gouvernement.   Lors   du   changement   du   Gouvernement,   les   banques   sont   devenues   des   institutions privées   agréées   et   soi-disant   réglementés   par   la   nouvelle   Banque   Centrale   de   Russie.   Mais,   comme   l’a   dit   le   Major général   GROMOV   à   la   conférence   internationale,   la   mise   en   application   de   l’agrégation   d'une   nouvelle   banque consistait   généralement   à   offrir   un   pot   de   vin   USD   100'000   à   un   agent   bancaire   officiel.   «   Un   secteur   bancaire grossièrement   sous-réglementés   s’est   constitué   presque   du   jour   au   lendemain   »,   a   dit   l’économiste   de   Harward Jeffrey   SACHS.   «   Maintenant   vous   avez   2'000   banques,   dont   beaucoup   sont   profondément   sous-capitalisées,   et donc tout est possible ».          La   Mafia   a   vu   les   possibilités. Aussi   connu   sous   la   VOROVSKOI   MIR,   ou   World   Thieves,   une   fédération   lâche   de Mafieux   soviétiques   ont   immédiatement   compris   que   la   fin   du   communisme   annonçait   l’émergence   d’un   nouvel ordre   mondial   glorieux   pour   le   crime   organisé.   En   1992,   la   criminalité   était   la   seule   industrie   en   croissance   en Russie,   avec   des   cartels   illicites   contrôlant   jusqu'à   40   pour   cent   de   la   richesse   des   nations;   le   pays   était   devenu, selon    les    propos    d'un    ancien    directeur    de    la    CIA,    une    «kleptocratie    ».    Et    après    avoir    conquis    la    Russie,    la VOROVSKOI MIR était désireuse de se développer.          Le   2   Juillet   1993,   deux   avions   loués   ont   atterri   à   Erevan,   la   capitale   de   l'ancienne   république   soviétique   ou l'Arménie,   et   vomit   une   panoplie   de   Mafieux   des   États-Unis,   d’Allemagne,   de   Turquie,   d'Italie   et   d'Amérique   du   Sud. Ils   y   avaient   été   appelés   par   Rafik   SVO,   «   l'équivalent   d’un   gangster   et   d'un   diplomate   international   »,   selon   l'expert- du   crime   organisé   russe   Stephen   HANDELMAN.   SVO   était   déterminé   à   mettre   de   l'ordre   et   de   la   prospérité   mutuelle au   Monde   des   Mafieux   en   mettant   fin   à   des   guerres   intestines   sanglantes   et   en   forgeant   des   alliances   avec   la   mafia sicilienne,   le   gang   de   Brighton   Beach,   et   les   barons   de   la   drogue   colombiens,   qui   avait   envoyé   des   émissaires.   Lors de   la   réunion   il   a   été   décidé   que   le   système   bancaire   russe,   nouveau   et   vulnérable,   serait   utilisé   pour   blanchir   des fonds,   des   prêts   favorables   aux   «amis»,   et   supplanter   Zürich   comme   refuge   pour   l'argent   sale.   La   grosse   blague   au conclave arménien était « Pourquoi voler une banque quand vous pouvez la posséder » ? (Lors   d’un   autre   sommet   en   1993,   entre   Mafieux   russes   et   siciliens   à   Prague,   les   Russes   ont   accepté   de   blanchir   les profits   de   la   drogue   de   la   Mafia,   en   échange   d'une   franchise   sur   les   choix   des   parcours   de   la   contrebande   des stupéfiants   à   travers   l'Asie   centrale.   Ensuite,   en   janvier   dernier   (1996)   à   Porto   Rico,   un   troisième   super-sommet   a été   appelé   à   régler   des   batailles   plus   intestines   et   de   se   partager   le   commerce   de   la   drogue   russe.   Peu   de   temps avant   la   réunion.   un   banquier   russe   à   New   York   a   été   entendu   lors   d’une   écoute   électronique   du   FBI,   disant   qu'il allait à Puerto Rico « pour discuter de qui nous allons tuer »).          La   Russie,   pas   exactement   déscolarisés   dans   les   voies   de   la   corruption,   a   rapidement   rattrapé   son   retard   dans   le nouveau   système;   les   politiciens,   les   flics   et   les   bureaucrates   du   gouvernement   ont   pris   le   pli.   Le   pays   était   déjà inondé   de   l'argent   sale,   et   pas   seulement   en   raison   des   activités   traditionnelles   de   la   criminalité   organisée.   Les généraux   soviétiques   ont   pillé   les   arsenaux   militaires   et   les   ont   vendus   à   des   trafiquants   d'armes   de   l'ombre   ou   des terroristes,   même   des   terroristes   plus   radicaux.   (Juste   le   mois   dernier,   l'amiral   allemand   UNGRYUMOV   a   averti   que la   Mafia   russe   pillait   des   armes   à   partir   du   dépôt   d'armes   de   la   flotte   russe   du   Pacifique   à   Vladivostok.   Ceci   après que   des   agents   de   sécurité   avaient   arrêté   un   officier   de   la   marine   et   confisqué   neuf   livres   de   platic   explosif   et   une grande quantité de munitions).          Les   responsables   américains   se   plaignent   en   privé   que   des   milliards   d'aide   sont   allés   dans   les   banques   russes,   et qu’ils   ne   seront   jamais   revus.   Dans   les   deux   premières   annéles   après   la   chute   du   communisme,   entre   60   milliards de   dollars   et   une   valeur   de   70   milliards   de   dollars   de   roubles,   d'or,   et   d'autres   biens   matériels   ont   été   galvaudés   par l'élite   criminelle   de   l'ex-URSS,   un   mélange   de   gangsters   et   de   commerçants   du   marché   noir,   de   chômeurs   espions du KGB et de pirates du Parti communiste          Le   système   bancaire   russe   est   au   centre   du   pillage.   Comme   il   n'y   a   pas   de   contrôles   réglementaires   sur   la   société, même   les   criminels   sont   autorisés   à   posséder   des   banques.   De   plus,   il   n'y   a   pas   de   lois   de   blanchiment   d'argent, d’organismes   de   réglementation,   ou   d'assurance   en   faveur   des   déposants.   La   Banque   centrale   de   Russie   est notoirement   laxiste   dans   l'exercice   de   contrôle   sur   le   système   financier   naissant   de   la   nation   -   un   point   que   les responsables   centraux   du   système   bancaire   russe   reconnaissent   volontiers.   Le   13   septembre   dernier   (1995),   lors d'une   réunion   à   Moscou   avec   Jonathan   WINER,   envoyé   par   le   Département   d'Etat,   Viktor   MELNIKOV,   directeur   de la   Banque   centrale   pour   le   contrôle   des   changes,   a   "exprimé   sa   grande   préoccupation   au   sujet   de   l'état   du   système bancaire   russe,   citant   des   estimations   selon   lesquelles   50   à   80   pour   cent   des   banques   russes   étaient   sous   le contrôle   de   la   criminalité   organisée   ",   en   accord   avec   un   câble   du   département   d'Etat   obtenu   par   New   York. MELNIKOV   a   également   averti   que   «   beaucoup   de   cet   argent   [USD   importés]   était   utilisé   à   des   fins   illégales,   y compris le trafic de stupéfiants» et trafic de devises.      Au   départ,   la   Mafia   utilisait   les   banques   russes   juste   pour   déposer   leur   argent.   Puis   ils   ont   commencé   à   «   acheter les   banques,   pour   savoir   qui   a   de   grands   dépôts   de   sorte   qu'ils   savaient   qui   kidnapper   »,   dit   Jack   BLUM,   un   avocat de   Washington   qui   a   dirigé   des   enquêtes   du   Sénat   dans   le   blanchiment   des   capitaux   à   la   fin   des   années   quatre vingt.         Les    banques    russes    ont    d'énormes    dépôts    de    narco-dollars    en    provenance    d'Amérique    du    Sud,    qu’elles convertissent    en    roubles,    puis    à    nouveau    en    dollars    grâce    à    des    banques    européennes    et    américaines.    En substance, le système bancaire russe est devenu une machine à laver géante. «   Il   est   très   difficile   de   dire   à   partir   de   l'extérieur   ce   qu’une   transaction   [avec   une   banque   russe]   signifie   vraiment   », dit   WINER   du   Département   d'Etat.   «   Il   n'y   a   pas   beaucoup   de   documents   publics.   Vous   ne   pouvez   pas   aller   à   la SEC   pour   regarder   un   bilan   pour   une   entreprise   russe   la   comme   cela   se   fait   aux   États-Unis.   Vous   ne   pouvez   pas aller   vers   un   régulateur   bancaire   et   [savoir]   quels   types   de   prêts   ont   été   faits,   quelle   est   la   source   sous-jacente   du capital, ou obtenir la réponse à toutes autres questions clés, et encore moins savoir qui sont leurs clients ». «   Ce   sont   des   questions   qui   préoccupent   la   Banque   centrale   de   Russie   »,   dit   WINER.   «   Ce   sont   des   questions   pour lesquelles l'Association russe des banquiers est préoccupée, parce qu'elles sont liées à l'assassinat de banquiers ».          Plus   d'une   douzaine   de   banquiers   russes   ont   été   tués   depuis   1994   (article   de   01.1996)   –   l’un   d’eux   pour   le   simple refus   d'un   prêt.   Beaucoup   d'autres   ont   été   menacés.   Le   surintendant   adjoint   d'Etat   du   Département   bancaire   de New   York,   Robert   H.   McCORMICK,   dit   qu'il   a   entendu   des   histoires   d'examinateurs   bancaires   russes   pourchassés dans une raffale de coups de feu. «   C’est   très   effrayant   »,   dit   Dan   GELBER   chef   minoritaire   conseil   du   Sous-comité   sénatorial   sur   les   enquêtes,   qui   a tenu   des   audiences   sur   la   criminalité   russe.   «   Qu’est-ce   que   vous   faites   avec   une   banque   qui   de   haut   en   bas   n’est pas honnête? Je veux dire, qui crée toujours une situation où il n'y a pas de remède » ?       Beaucoup   de   russes   avisés   ont   embauché   des   gestionnaires   de   fonds   sophistiqués   et   des   avocats   internationaux pour   déplacer   leur   argent   sale.   De   plus   en   plus,   ils   ont   acheté   des   entreprises   européennes   ayant   des   antécédents dans   l'activité   bancaire   légitime   et   ensuite   les   ont   utilisées   comme   canaux   pour   passer   des   fonds   illicites   dans   le système   bancaire   international.   Plus   inquiétant,   ils   ont   acquis   un   contrôle   caché   de   banques   en   Autriche,   en Allemagne,   en   France,   en   Suisse   et   en   Angleterre,   selon   des   sources   du   bureau   du   U.S.   law-enforcement.   Des américains    qui    font    des    affaires    en    Russie    ont    dû    faire    face    à    «    un    système    bancaire    qui    est    si    bizarre    et rudimentaire qu’il est difficile d’y croire ». dit BLUM. « C’est un peu comme l'Est sauvage ».       En   attendant,   le   russe   se   pavane   en   revêtant   en   style   d'années   trente   dans   un   costume   à   la   Capone   et   fait augmenter   les   prix   sur   le   marché   du   logement   de   luxe,   de   Rio   au   quartier   de   Soho   de   Londres,   achetant   des propriétés  payées en millions de dollars avec des billets mentholés de USD 100.          C’était   qu’une   question   de   temps   avant   que   ces   coupures   de   USD   100   ne   commencent   à   rentrer   à   la   maison   aux USA, et avec eux le Mir Vorovskoy.          L'Amérique   a   été   un   phare   pour   la   mafia   russe   depuis   l'ère   BREJNEV,   quand   les   gangsters   Jewisch   par   milliers ont   été   quitté   le   Goulag   et   reçu   un   visa   pour   émigrer   aux   États-Unis   en   vertu   du   statut   de   réfugié.   Un   des   plus grands   était   Marat   BALAGULA,   un   marketeur   noir   intelligent   originaire   d'Odessa   qui   a   fait   un   art   de   l’évasion   fiscale et   de   se   soustraire   à   la   taxe   d’Etat   et   fédérale   sur   l'essence   en   passant   par   une   chaîne   de   sociétés   fictives.   «   Marat a   dit   qu'il   a   lu   à   propos   de   capitalim,   et   qu’il   savait   qu'il   pouvait   bien   faire   ici   »,   a   dit   Robert   EISENBERG,   repenti   et conseiller   de   BALAGULA   et   un   avocat   de   New   York   qui   a   témoigné   plus   tard   devant   un   tribunal   fédéral   contre   les dirigeants   de   Getty   Oil   pour   la   mise   en   place   de   systèmes   de   contrebande   d'essence   avec   des   gangsters   russes. (En   1991,   Getty   basée   à   Long   Island   est   devenue   la   première   société   pétrolière   dans   l'histoire   récente   à   être condamnée   pour   la   contrebande   d’essence).   «   BALAGULA   a   dit   qu'il   était   venu   ici   parce   qu'il   détestait   les   langues européennes. Il a que l’allemand l’écorchait ».          Au   milieu   des   années   quatre-vingt,   des   centaines   de   millions   de   dollars   d'argent   illicite   de   contrebande   russe circulaient   dans   le   système   bancaire   américain,   où   il   a   été   blanchi   et   utilisé   pour   acquérir   des   entreprises   légitimes. Marvin   E.   KRAMER,   un   avocat   de   Brooklyn   était   l’intermédiaire   qui   a   aidé   les   Mafieux   russes   à   échapper   au paiement   de   milliards   de   dollars   d’impôts   du   réseau   de   contrebande   d’essence      des   années   quatre-vingts,   jusque dans   les   années   quatre-vingt-dix.   Des   murs   entiers   de   son   Etude   sur   l'avenue   U,   près   de   Coney   Island,   ont   été plaquardés   avec   de   documents   administratifs   représentant   des   sociétés   fictives;   Des   sociétés   offertes,   que   la   Mafia russe   achetait   et   utilisait   pour   mettre   en   place   les   maillons   de   la   chaîne   qui   permettaient   d’éviter   de   payer   les   taxes sur   le   gaz   et   l’essence   vendus.   À   la   même   époque,   KRAMER   travaillait   aussi   pour   un   certain   nombre   d'entreprises légitimes,   dont   le   prometteur   fabricant   de   boisson   SNAPPLE;   les   contrebandiers   russes   rencontraient   les   cadres   de SNAPPLE   dans   le   bureau   de   KRAMER,   où   ils   étaient   sous   surveillance   d’une   task   force   de   l'État   fédéral   pour   la contrebande   d’essence.   «   Chaque   fois   que   je   suis   allé   là-bas,   je   croisais   des   gens   de   SNAPPLE   -   vous   savez,   des grands   pontes,   des   propriétaires   ou   des   directeurs   »,   explique   une   source,   un   responsable   de   la   ‘law-enforcement’ qui   a   travaillé   sur   le   cas.   «   Et   ils   étaient   toujours   là   avec   ces   Russes".   On   ignore   si   les   Russes   ont   fini   par   investir dans   cette   entreprise   privée.   (Ouaker   Oats   a   racheté   plus   tard   en   1994   SNAPPLE   pour   1,7   milliards   de   dollars, après   quoi   la   marque   a   rapidement   sombré),   mais   il   est   peu   probable   que   les   dirigeants   de   SNAPPLE   aie nt   eu   connaiss ance q ue l'inv es tiss ement d a ns l eur soci é té p rove n ait d’ a rgent sale.         La    banque    de choix    d es    c ontreb a n diers    rus ses    était     la   Re public   National   Bank of   New   York   [SAFRA],   dont   les   clients   de   comptes   suspects ont        été        cités        à comparaître    par    des    fonctionnaires    fédéraux    à    la    fin    des années         quatre-vingt. BALAGULA   et   des   dizaines   d'autres   Russes   -   ceux   qui   n'avaient   pas   été   tués   dans   des   guerres   de   clans   -   ont ensuite   été   reconnus   coupables   de   contrebande   d’essence.   KRAMER   quant   à   lui   a   échappé   aux   poursuites, témoignant   pendant   six   heures   devant   un   Grand   Jury   de   Long   Island   sur   les   contrebandiers,   contre   un   accord d'immunité.   «   Les   grands   jurés   voulaient   le   pendre   »,   a   dit   la   source.   «   Il   est   sorti   dans   une   longue   limousine,   garée juste en face de la fenêtre ».          Les   poursuites   contre   les   contrebandiers   n’ont   été   qu'un   revers   temporaire.   Longtemps   envieux   de   leurs   cousins juifs   dans   le   crime,   la   VOROVSKOI   MIR   a   envoyé   Vyacheslav   IVANKOV   à   Brighton   Beach   en   1992.   IVANKOV   était un   vory   ou   parrain,   et   l'un   des   gangsters   les   plus   redoutés   en   Russie;   une   fois   à   New   York,   IVANKOV   a   rapidement musclé   l’empire   de   la   Mafia   juive   russe,   reprenant   les   activités   d’extorsion   par   racket   et   son   trafic   lucratif   de stupéfiants.   Il   a   formé   des   «   brigades   de   combat   »   dirigées   par   un   officier   de   l'ex-KGB   pour   recueillir   le   tribut   des entreprises   légitimes   dans   le   monde   entier,   arbitrarait   les   différends   entre   les   hommes   d'affaires   russes,   et   les meurtres   de   mafieux   rivaux.   Il   a   forgé   des   alliances   avec   d'autres   gangs   russes   à   travers   l'Amérique   du   Nord   et   mis en   place   une   société   de   façade   à   New   York,   a   appelée   Slavic   Inc.,   pour   blanchir   l'argent   de   la   drogue,   tandis   que son   fils   Eduard   basé   à   Vienne   «   mène   un   large   éventail   d'opérations   financières   et   bancaires   dans   tout   le   centre   et Europe   de   l'Ouest   (y   compris   l'Angleterre)   dans   le   but   de   blanchir   les   produits   d'activités   illégales   d’IVANKOV   », selon une attestation du FBI obtenue par New York.       Ironiquement,   ce   fut   une   banque   russe   qui   a   conduit   à   la   chute   d’IVANKOV. A   l'automne   1994,   la   Banque   CHARA   à Moscou   a   fait   faillite,   et   les   déposants   ont   perdu   plus   de   30   millions   de   dollars.   Quelques   3,5   millions   de   dollars avaient   été   investis   dans   SUMMIT   International,   une   société   d'investissement   de   New   York   mise   en   place   par   deux russes   membres   du   Conseil   d’administration   de   CHARA.   Peu   après   l'effondrement   de   la   banque,   le   président   de CHARA,   Vladimir   RACHUK,   a   été   assassiné   par   des   assaillants   inconnus   à   Moscou.   Au   printemps   dernier   (1995), son   successeur,   Roustam   SADYKOV,   s’en   envolé   pour   New   York   pour   exiger   des   administrateurs   de   SUMMIT   que les    placements    perdus    dans    CHARA    soient    restitués.    Lorsque    les    administrateurs    de    SUMMIT    ont    refusé, SADYKOV   aurait   demandé   à   IVANKOV   de   récupérer   la   dette.   Le   mois   suivant,   IVANKOV   et   deux   hommes   de   main se   sont   rendus   dans   les   bureaux   de   Wall   Street   de   SUMMIT.   Les   propriétaires   de   SUMMIT   et   d'anciens   dirigeants de   CHARA, Alexander   VOLKOV   et   Vladimir   VOLOSHIN,   ont   fui   terrifiés   et   ont   fini   par   informer   le   FBI   des   menaces d’IVANKOV.   Les   deux   hommes   ont   été   plus   tard   kidnappés   sous   la   menace   d’armes   au   bar   de   l'hôtel   Hilton   à Manhattan.   Ils   ont   été   contraints   de   signer   un   contrat   promettant   de   payer   à   l'un   des   associés   d’IVANKOV   3,5 millions USD. Pour faire passer le message, le père de l'un des hommes a été abattu à Moscou.          Tôt   le   matin   du   8   Juin   (1995),   le   FBI   tira   du   lit   IVANKOV   surpris   avec   sa   maîtresse   à   Brighton   Beach   et   l'a   accusé d'extorsion. Alors   qu’il   était   conduit   dans   les   bâtiments   du   FBI,   IVANKOV   a   provoqué   les   journalistes   en   leur   donnant un   coup   de   pied   et   en   leur   crachant   au   visage.   «   Qu'ils   me   mettre   sur   le   billot   –   qu’on   me   crucifie   sur   une   croix,   a écrit le VORY plus tard un journal de Moscow Je suis un dur. Je vais survivre ».       Dans   un   sens,   IVANKOV   a   survécu.   Le   colosse   du   blanchiment   d’argent   qu’il   a   aidé   à   établir   fait   circuler maintenant   des   dizaines   de   millions   de   dollars   par   an   dans   la   région   de   New   York,   selon   des   sources   du   ‘law enforcement’,   qui   sont   plus   qu’un   peu   inquiets.   «   Chaque   fois   que   de   l’argent   sale   peut   trouver   son   chemin   dans   le système   financier   des   Etats-Unis,   il   présente   un   risque   pour   nous   »,   dit   Jerry   ROWE,   directeur   de   l'IRS   chef   du bureau   des   stupéfiants   et   du   blanchiment   d’argent.   «   Ça   peut,   en   fait,   donner   l’occasion   aux   criminels   d'opérer   dans par   un   canal   légitime,   que   ce   soit   dans   l'arène   politique   ou   pour   l'achat   d'une   entreprise.   Je   veux   dire,   nous pourrions   nous   retrouver   d’une   certaine   façon   avec   des   entreprises   qui   soutiendraient   des   candidats   politiques   qu'ils considéreraient pouvoir les aider d'une manière ou d'une autre ». Un       enquêteur       du Département        d’Etat ne   pouvait   pas   croire que   les   responsables n’avaient   rien   sur   les ventes de dollars «    Pour    nous,    c’était    une gifle   au   visage   de   Cindy Crawford    »,    dit-il.    «    J’ai dit,   mon   Dieu   n’y   a-t-il   pas quelqu'un    de    curieux    de savoir         comment         ce                   cauchemar  est arrivé là »         Parmi   les   p erson nes   inculpées   avec   IVANKOV   a   été   l'un   de   ses   associés   de   Higt   rang.   Yakov   VOLOVNIK.   Le beau-père   de   VOLOVNIK   Roman   KAPLAN,   propriétaire   du   restaurant   russe   SAMOVAR,   un   repaire   connu   de   la Mafia   russe   dans   le   centre   qui   a   également   été   nommé   dans   l’attestation   du   FBI   comme   une   base   de   choix   pour   les extorsions   d’IVANKOV.   Et   KAPLAN   -   ainsi   que   le   propriétaire   du   National   Restaurant   à   Brooklyn,   un   autre   lieu   de rencontre   de   la   Mafia   -   est   membre   du   Conseil   consultatif   de   Russie,   un   comité   essentiellement   honorifique   créé   en Octobre    dernier    (1995)    par    le    procureur    du    district    de    Brooklyn    Charles    I.    HYNES.    «    Les    propriétaires    des restaurants   sont   des   personnes   décentes,   mais   la   Mafia   russe   squatte   les   lieux",   dit Alexandre   GRANT,   rédacteur   en chef   du   NRS   russe   Daily   à   Brooklyn.   «   Ce   sont   de   bons   endroits   pour   manger,   mais   HYNES   ne   doit   pas   être associé avec eux. Ça envoie un mauvais message à la communauté russo-américaine ».       HYNES   a   également   tendu   la   main   à   la   communauté   russe   pour   ses   contributions   de   campagne.   Un   des   membres des   deux   commissions   des   finances   et   du   Comité   dirigeant   de   sa   campagne   était   Barry   SLOTRICK,   un   avocat flamboyant   qui   représente   également   un   véritable   catalogue   de   la   mafia   russe   locale,   y   compris   IVANKOV   et BALAGULA.          HYNES,   qui   a   été   critiqué   dans   le   passé   par   les   fonctionnaires   fédéraux   pour   ne   pas   prendre   le   crime   organisé russe dans sa juridiction au sérieux, a refusé de commenter.       DANS   LE   SECTEUR   BANCAIRE,   LA   RÉPUTATION   EST   TOUT,   donc   lorsque   les   agents   du   Bureau   des   enquêtes criminelles   du   Département   bancaire   de   l'Etat   de   New   York   ont   appris   il   y   a   deux   ans   que   la   Republic   National   Bank vendait   des   dizaines   de   milliards   de   dollars   la   devise   de   la   monnaie   fédérale   à   plus   de   50   banques   russes corrompues,   ils   se   sont   alarmés.   «   Cela   nous   a   posé   interpellés:   S'il   y   a   des   raisons   légitimes   -   et   il   peut   très   bien   en être    ainsi    –    pour    que    cet    argent    soit    allé    à    la    Russie,    pourquoi    a-t-il    été    envoyé    à    des    entités    qui    ont    été déterminées,   à   juste   titre   ou   à   tort,   et   je   crois   à   juste   titre,   comme   étant   contrôlées   par   le   crime   organisé?   »   dit   une source   proche   de   l'enquête   du   Département   bancaire.   «   Ça   n’a   aucun   sens   pour   moi.   L'analogie   que   je   l'utilise toujours   est   que   ce   serait   comme   envoyer   de   l'argent   à   [John   Totti]   Bergen   Hunt   and   Fish   Club.   Pourquoi   faisons nous cela ? »       Les   responsables   du   système   bancaire   de   l'Etat   étaient   si   préoccupés   par   les   conclusions   du   Bureau   des   enquêtes criminelles,   dit   la   source   qu’ils   ont   exhorté   les   organismes   fédéraux   d’examiner   les   billets   des   transactions   opérées par   la   Republic   National   Bank   avec   la   Russie.   Mais   «   de   toute   la   ligne   »   du   FBI   à   la   CIA,   «fondamentalement,   la réponse   que   nous   recevions   était,   «   Ouais,   on   dirait   que   nous   avons   un   problème   potentiel   ici,   mais   vous savez quoi ? Ce n'est pas notre problème ». «   Pour   nous,   c’était   comme   une   gifle   au   visage   de   Cindy   Crawford   !   Je   veux   dire,   c’était   là.   Et   je   l'ai   dit   «   Bon   sang,   il n’y a pas quelqu'un de curieux de savoir comment ce cauchemar est arrivé là ? »          Si   le   ‘law   enforcement’   américain   était   lent   à   admettre   les   faits,   les   Russes   savaient   certainement   ce   qui   se passait.   Lors   de   la   conférence   de   septembre   1994,   la   question   a   été   posée   à   un   général   russe   de   savoir   pourquoi les   banques   russes   achetaient   des   milliards   de   dollars   en   monnaie   des   Etats-Unis.   Selon   un   participant   à   la   réunion, il   a   répondu   en   riant   :   «   Oh,   c'est   le   blanchiment   des   capitaux   ».   Ensuite   il   est   parti.   «   Hé,   nous   avons   été   escroqués dans notre pays, l'argent a transité pour être blanchi, et il rentre à nouveau ».          Les   responsables   du   Département   d'Etat   disent   que   le   blanchiment   d'argent   fonctionne   de   la   manière   suivante:   les actifs   russes,   comme   le   pétrole,   sont   volés   par   des   figures   de   la   pègre   ou   les   directeurs   d'usine   corrompus,   et   ils sont   vendus   sur   le   marché   au   comptant   à   Rotterdam.   Les   revenus   transitent   par   des   sociétés   écran   sur   le   Coninent et   sont   déposés   dans   les   banques   de   Londres.   Les   gangsters   passer   une   commande   pour,   disons,   40   millions   de dollars   en   monnaie   des   Etats-Unis   par   une   banque   à   Moscou.   La   banque   londonnienne   vire   le   montant   à   la     Républic   National   Bank,   en   plaçant   un   ordre   d'achat   pour   l'argent.   Républic   achète   la   monnaie   à   la   Réserve fédérale   de   New York.   En   même   temps,   la   Républic   reçoit   un   virement   bancaire   pour   le   même   compte,   de   la   banque de   Londres.   République   empoche   une   commission   et   envoie   les   fonds   de   New York   à   Moscou.   Ils   sont   utilisés   par   le mafieux   pour   acheter   des   stupéfiants   ou   des   villas,   ou   pour   financer   des   campagnes   politiques.   Les   contacts   de   la Republic   National   Bank   se   font   avec   les   banques   correspondantes   à   Londres   et   à   Moscou,   et   pas   nécessairement avec   les   clients   de   ces   banques.   En   ce   qui   concerne   la   Republic,   s'il   y   a   un   problème   avec   le   client,   c’est   à   la banque   de   Londres   ou   de   Moscou   de   l'avertir.   «   Tout   ce   qui   incombe   à   la   banque   américainec,   c’est   de   s’assurer que   sur   l'autre   rive   la   banque   a   été   dûment   constituée   et   reconnue   par   la   banque   centrale   de   ce   pays   »,   dit   la source   du   Département   de   contrôle   des   banques   de   l’État   de   New   York.   «   Pour   moi,   en   du   point   de   vue   de quelqu'un   qui   a   été   dans   la   ‘law   enforcement’   toute   ma   vie,   je   pense   que   nous   pourrions   avoir   une   certaine   cécité délibérée volontaire, que nous détournons les yeux pour ne pas voir. Je pense que oui. Puis-je le prouver ? Non ».       Dans   tous   les   cas,   la   question   est   sans   objet.   Le   Département   d'Etat   des   banques   de   New   York   n'a   pas compétence   sur   la   Republic   National   Bank,   parce   qu'elle   est   une   banque   à   charte   fédérale   régie   par   le   contrôleur   de la monnaie.du Trésor.          Officiellement,   et   la   Réserve   fédérale   soutiennent   la   vente   de   dollars   américains   aux   banques   russes,   en   disant que   les   forces   du   marché   et   la   géopolitique   –   et   non   pas   les   priorités   de   la   ‘law   enforcement’   –   devraient   conduire   le commerce.   Une   réunion   de   haut   niveau   des   responsables   de   la   Fed   et   du   Trésor   a   été   convoquée   à   Washington l'année   dernière   (1995),   spécialement   pour   discuter   des   énormes   ventes   en   dollars   faites   par   la   Republic   National Bank   à   la   Russie.   Les   responsables   de   la   Fed   ont   défendu   le   commerce,   en   disant   plutôt   que   par   le   biais   de   prêts directs,   c’était   le   meilleur   moyen   de   soutenir   le   rouble   affaissé   et   d’aider   la   Russie   à   entrer   sur   le   marché   libre mondial,   selon   un   participant.   (En   outre,   la   Fed   soutient   que   le Trésor   américain   gagne   15   milliards   de   dollars   par   an des   ventes   de   dollars   à   l'étranger,   la   différence   entre   les   4   cents   qu'il   en   coûte   pour   imprimer   le   billet   de   cent   dollars et   le   reste   de   la   valeur   nominale.   C’est   empoché   jusqu'à   ce   le   billet   soit   racheté,   ce   qui   dans   de   nombreux   cas   ne   se fera   jamais.   «   C’est   est   un   prêt   sans   intérêt   aux   États-Unis   »,   dit   Edgar   FEIGE,   professeur   d'économie   à   l’Université du Wisconsin, Consultant pour la Fed).          Quand   un   fonctionnaire   lors   de   la   réunion   a   suggéré   que   la   Republic   pourrait   faire   des   affaires   avec   les   banques contrôlées   par   le   crime   organisé,   un   autre   a   vigoureusement   défendu   la   Republic   National   Bank,   en   disant   qu’un énorme travail de vérifications préalables était fait pour s’assurer que les banques russes opéraient légitimement. «   Et   ce   qui   est   en   soi   est   un   peu   risible",   dit   le   participant.   «   Il   n'y   a   aucun   moyen   possible   pour   quiconque d'effectuer   une   vérification   diligente   sur   une   banque   russe.   Il   y   avait   là   des   gens   de   la   Fed   qui   n’avaient   aucun   bon sens ».          La   dissidence   touché   tous   les   contrôleurs   du   bureau   de   contrôle   de   la   monnaie.   Lorsqu'un   haut   fonctionnaire   a   été questionné   sur   le   commerce   du   dollar   par   la   Republic   National   Bank,   il   a   répondu.   «   Ce   que   je   comprends,   c’est qu'ils   ont   aidé   les   activités   du   crime   organisé   de   l'ex-Union   soviétique   à   travers   leurs   relations   de   soi-disant   banque correspondante ».          En   effet,   New York    a   appris   qu'un   groupe   de   travail   fédéral   interinstitutions   sur   la   criminalité   économique   a   fait   une conclusion   préliminaire   selon   laquelle   le   commerce   du   dollar   de   la   Republic   avec   la   Russie   est   compatible   avec   le blanchiment    des    capitaux,    selon    une    source    du    contrôle    des    devises    et    un    autre    enquêteur    qui    avait    la connaissance   des   activités   de   la   Republic.   Les   ébauches   de   documents   de   travail   préparés   par   les   analystes   de groupe   de   travail   ont   confirmé   cette   conclusion,   mais   les   accusations   ont   été   «   tempérées   sensiblement   »   dans   les versions finales qui ont été adressées aux décideurs politiques de haut niveau, dit le fonctionnaire. New   York:    «   Avez-vous   obtenu   un   quelconque   mot   sur   des   rapports   de   travail   qui   ont   accusé   Republic   de blanchiment d'argent et de travail avec le crime organisé russe? » Contrôleur de l'agent de change:  « Non formulé de cette façon. Non » New York : «  Comment l’ont-ils exprimé ?»          Les   Contrôleur   du   bureau   des   changes:   «   Eh   bien,   ce   qu'ils   ont   fait   est   :   Ils   ont   indiqué   que   le   volume   de   nouvelle monnaie   qui   était   transférée   hors   de   la   Republic   National   Bank   en   Russie   était   au-delà   de   ce   qui   est   nécessaire pour   soutenir   l'utilisation   normale   de   dollars   américains   dans   l'ex-Union   soviétique,   et   une   nouvelle   étude   doit   être faite   quant   à   l'utilisation   de   ces   fonds   actuels.   Mais   les   personnes   qui   sont   en   charge   de   la   recherche   de   tout   ce   qui touche   à   cette   situation,   en   fait,   ont   eu   pour   habitude   de   soutenir   le   marché   noir   et   le   crime   organisé.   Mais   bien   sûr cela n'apparaît pas dans le rapport final qui a été soumis aux décideurs ».          Jusqu'à   présent,   la   seule   mesure   prise   en   ce   qui   concerne   le   contrôle   des   banques   par   la   Mafia   russe,   est   venu au   niveau   de   l'Etat.   «   Nous   avons   franchement   eu   un   certain   nombre   de   démonstration   d'intérêt   des   institutions bancaires    russes    »,    dit    Robert    H.    McCORMICK,    qui    dirige    la    division    banques    commerciales    étrangères    au Département   d'Etat   de   New   York.   Cependant,   McCormick   dit,   «   il   y   a   tout   un   pot-pourri   de   problèmes   liés   aux banques    russes,    [y    compris]    les    activités    de    blanchiment    d’argent    et    les    connexions    avec    la    pègre.    Nous déconseillons généralement aux banques russes de demander une licence ou des licenses d’agences ».       En   raison   des   normes   d’octroi   de   licences   d’Etat   et   fédérales   strictes,   seules   quatre   banques   russes   ont   demandé le   statut   de   bureau-représentatif   à   New   York,   ce   qui   leur   permettrait   de   faire   un   travail   de   relations   publiques,   mais qui   ne   permet   pas   de   fonctionner   comme   une   banque:   d'autres   banques   russes   ont   fait   marche   arrière,   après qu’elles   ont   appris   qu’elles   seraient   soumises   à   une   enquête   rigoureuse   de   l'Etat   et   des   membres   du   Conseil d’Administration   de   la   Fed.   «   Nous   devons   être   préoccupés   par   la   compétence   des   gens   qui   dirigent   une   banque, leur   expérience,   leurs   antécédents   »,   dit   McCORMICK.   «   Et   parfois,   quand   les   vérifications   sont   trop   brèves,   les nouvelles ne sont pas bonnes ».          En   1992,   la   STOLICHNY   Bank,   l'une   des   cinq   plus   grandes   institutions   financières   privées   russes   et   principal bénéficiaire   des   transferts   de   fonds   de   la   Republic   National   Bank,   a   rencontré   des   responsables   officiels   du   système bancaire   pour   se   renseigner   sur   leur   charte.   Après   avoir   été   découragés,   ils   n'ont   jamais   transmis   leur   demande d’adhésion.   La   STOLICHNY   est   identifié   dans   un   rapport   de   la   CIA   classé,   comme   un   front   pour   le   crime   organisé: L’hebodmadaire   autrichien   respecté   Wirtschafts   Woche   a   cité   les   dossiers   d’enquêtes   de   police   sur   le   propriétaire de   la   STOLICHNY,   Alexander   SMOLENSKY,   désigné   comme   un   trafiquant   de   drogue   international   dans   le   peloton de   tête   de   la   Mafia   russe.   Deux   autres   banques   qui   ont   acheté   du   cash   à   la   Republic   National   Bank   seraient   liées   à la    Mafia    –    INKOMBANK    et    PROMSTROY    –    et    elles    ont-elles    aussi    présenté    des    demandes    d’adhésion.    La demande   de   license   de   PROMSTROY   pour   ouvrir   un   bureau   de   représentation   a   été   approuvée   par   le   département bancaire   de   l'État   en   juin   (1995),   mais   est   en   suspens   à   la   Fed.   La   demande   du   24   avril   (1995)   de   INKOMBANK   est en   suspend   dans   les   deux   organismes.   «   Pourquoi   est-ce   qu'il   ya   si   peu   de   banques   russes   qui   opèrent   à   New   York ?   »   Demande   la   source   du   bureau   de   serveillance   bancaire.   «   La   principale   raison   est   qu'aucune   d'entre   elles   ne sont de confiance ».          MALGRÉ   TOUS   LES   ENQUÊTES   et   toutes   les   réunions   de   haut   niveau   et   les   conférences   internationales   qui semblent   impliquer   la   Republic   National   Bank   of   New   York,   l’Agent   conformité   Richard ANNICHARICO   insiste   sur   le fait   que   la   banque   n’a   jamais   été   officiellement   accusée   de   vendre   des   dollars   à   une   banque   contrôlée   par   la   Mafia russe. « Non, je n’en ai jamais entendu parler », dit-il. « Mais l'insinuation est là parce que nous vendons à la Russie. Mais alors quoi ? »          Interrogé   sur   un   récent   rapport   de   la   CIA   qui   parle   des   dix   plus   grandes   banques   russes   -   parmi   lesquels   de nombreux   clients   de   la   Republic   National   Bank   -   qui   sont   actifs   dans    le   crime   organisé, ANNICHARICO   a   répondu:   « Nous   avons   regardé   cela,   et   nous   avons   stoppé   nos   affaires   avec certains   d’entre   elles   à   la   suite   de   cette   constatation   ».   En   fait, ANNICHARICO   dit,   la   Republic   aurait   complètement   mis   à   terre   le commerce     du     dollar     si     les     fonctionnaires     fédéraux     avaient démontré   les   preuves   tangibles   que   les   cliens   russes   de   la   banque étaient   corrompus.   «   Croyez-moi,   j’aurais   voulu   qu’ils   le   fassent   » dit-il.    «    Mais    vous    avez    une    grande    partie    du    gouvernement améri cain   qu i   pense   que   c’est   génial   !   Vous   avez   certaines   des person nes   du   bureau   de   la   ‘law-enforcement’   en   Ontario   qui   sont négatifs    sur    le    sujet.    Donc,    vous    avez    une    double    vision    du problème ».          De nombreux   représentants   du   bureau   de   la   ‘law-enforcement’ disent   qu'ils   ne   sont   pas   surpris   que   la   Republic soit impliquée   dans   une   telle   controverse.   «   Republic   a un     passé     mouvementé     »,     dit     la     source     du Département   d’État   de   New   York   pour   les   affaires bancaires. « Ils ont été un sujet de suspicion au fil des ans »... Les   gens   ont   en   quelque   sorte   souri   quand   ils   ont   entendu   le   nom de   Republic   National   Bank   liée   aux   banques   contrôlée   par   la   Mafia en Russie »  
En   janv ier   dernier   (1996)   les   Mafieux   russes   se   sont   rencontrés à   Puerto   Rico   pour   régler   leurs   luttes   internes   de   plus   en   plus sang lantes.   Peu   de   temps   avant   la   réunion,   un   banquier   russe   à New   York   a   été   entendu   sur   une   écoute   du   FBI   disant   qu'il   allait là-bas « pour discuter de qui nous allons tuer » .
1
2
3
9
4
5
6
7
8
Survolez   le   chiffre   de   chaque étape   pour   avoir   accès   à   la légende