Rita ROSENSTIEL
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2018
Worldcorruption.info
Analyse de ce ratage de l’APEA (Autorité de Protection de l’Enfant et de l’Adulte) Vaud Introduction L’opinion   publique   a   pris   note   de   ce   scandale   la   dernière   fois   en   janvier   2015   par   l émission   TV   de   CEPPI) . Les   Conseillers   d’Etat   vaudois   de   la   gauche   caviar,   Béatrice   MÉTRAUX   (Département   de   l’Intérieur),   et   Pierre- Yves   MAILLARD   (Action   sociale)   auraient   eu   l’opportunité   de   se   comporter   en   hommes   d’Etat.   Mais   ces   chefs de    la    politique    vaudoise    ont    manqué    de    probité    pour    réparer    incessamment    les    dégâts    causés    par    les magistrats   vaudois.   Cela   n’aurait   été   qu’équitable   de   présenter   des   excuses   à   la   victime,   et   de   la   dédommager au moins matériellement. Mais   non,   ces   apparatchiks   (MÉTRAUX   est   ancienne   greffière,   et   MAILLARD   ancien   syndicaliste)   ont   laissé   la «justice»   se   mettre   en   route.   Suffisant   à   lui-même   ce   système   a   traîné   l’affaire   pendant   4   ans,   laissant   Rita ROSENSTIEL   sur   le   carreau,   car   le   système   judiciaire   actuel   est   irrémédiablement   dégénéré   et   incapable   de corriger ses propres ratages. Pour    les    contribuables,    il    n’y    avait    aucune    économie.   Au    lieu    de    payer    une    indemnité    adéquate    à    Rita ROSENSTIEL   pour   réparer   la   perte   de   tout   ce   qui   lui   avait   été   cher,   ils   ont   probablement   payé   bien   davantage pour   laisser   «la   justice»   faire   son   travail.   Ce   que   cette   victime   de   l’APEA   Vaud   ressent   à   l’issue   de   ses   joutes judiciaires, est décrit dans son mémorandum à qui de droit du 15.03.18 . Rita ROSENSTIEL, broyée par la machine judiciaire emballée La mise sous curatelle Cette   dame   (née   le   17.02.1924)   avec   un   bagage   culturel   remarquable   et   multilingue,   raconte   avec   humour   le parcours   fascinant   de   sa   vie   pas   comme   les   autres,   dans   son   autobiographie   «Pourquoi   ,   rédigée   à   l’âge   de 93 ans. La   deuxième   moitié   de   sa   vie,   elle   l’a   dédié   à   promouvoir   des   artistes,   en   épuisant   ainsi   sa   fortune.   Elle   s’est finalement   installée   dans   un   appartement   de   3   pièces   à   Morges,   où   elle   se   sacrifiait   bénévolement   comme conservatrice de la fondation PADEREWSKI, fonction qu’elle a quittée en 1999. A   l’approche   de   ses   90   ans,   la   commune   de   Morges   lui   a   offert   les   services   sporadiques   d’une   assistante sociale   pour   l’aider   dans   son   ménage   et   gérer   son   budget.   Trois   fois   par   semaine,   on   lui   servait   un   repas   à domicile.   Elle   vivait   de   l’AVS   et   des   prestations   complémentaires.   Feu   son   frère   l’a   aidée   financièrement   jusque vers   2012.   Par   la   suite,   elle   a   puisé   dans   ses   dernières   réserves.   Une   assistance   de   CHF   1'000.-/mois   de   la   part de   la   commune   aurait   certainement   résolu   son   problème   matériel.   Cette   solution   aurait   coûté   assurément   3   fois moins   cher   que   son   placement   dans   un   EMS.   (Cette   pension   coûte   environ   CHF   5'300.-,   financés   probablement par moitié par la rente AVS et les prestations complémentaires – le reste par la commune de Morges). Ladite   assistante   sociale   a   commencé   à   se   faire   du   souci   pour   la   sécurité   de   Madame   ROSENSTIEL,   des soucis   injustifiés   à   la   perception   de   la   concernée.   L’assistante   a   ameuté   le   médecin   généraliste,   et   celui-ci   par lettre   du   30.01.13   à   la   justice   de   paix,   a   lancé   la   procédure   de   mise   sous   curatelle,   violant   le   secret   médical,   car il   s’est   fait   délier   de   ce   devoir   seulement   2   jours   plus   tard,   le   01.02.13 .   Pour   cacher   cette   irrégularité,   et   couvrir le   médecin,   on   prétend   dans   la   décision   de   la   justice   de   paix   du   27.11.13    que   le   médecin   avait   écrit   cette fameuse lettre seulement le 01.02.13 . La   dame   envisageait   de   déménager   dans   un   studio,   de   préférence   sécurisé.   Elle   fut   mise   gentiment   sous pression pour se décider. Or, il n’y avait aucune raison de précipiter les choses. Le   27.11.13 ,    la   «juge»   de   paix   Véronique   LOICHAT   MIRA    a   institué   une   curatelle   de   représentation   «en faveur   de   Rita   ROSENSTIEL».   On   y   prévoyait   «une   mesure   de   placement   (…)   «en   raison   de   sa   santé   qui décline   et   du   risque   de   chutes   importants».   Une   insinuation   gratuite.   Aujourd’hui,   5   ans   plus   tard,   Madame ROSENSTIEL   se   tient   toujours   solidement   sur   ses   jambes,   et   jouit   d’une   constitution   physique   remarquable pour   son   âge.   De   ce   document   il   ne   ressort   nulle   part   que   LOICHAT   aurait   demandé   à   cette   citoyenne   son   avis, où,   quand   et   comment   cette   «mesure»   interviendrait…   Pas   une   seule   question   concernant   les   désirs   de   la concernée, où elle voulait habiter à l’avenir., etc… Le   07.01.14.   LOICHAT   a   mandaté   sans   nouvelle   audience   le   curateur   nommé,   Jean-Pierre   GOETSCHMANN   pour   implémenter   «la   mesure».   Exécution   d’une   célérité   effrayante:   le   27.01.14,   ce   bourreau   a   informé   sa victime   qu’elle   serait   placée   le   lendemain   à   l’EMS   Nelty   de   BEAUSOBRE.   Le   déroulement   est   décrit   dans l’autobiographie   « Pourquoi   ? » .      Le   jour   même,   GOETSCHMANN   a   résilié   le   bail   de   cet   appartement,   et   ensuite les assurances auprès de l’ECA et de La Mobilière pour le patrimoine mobilier. Selon   le   procès-verbal   du   16.03.15 ,    la   concierge   qui   avait   entretenu   un   excellent   contact   avec   cette   locataire,   a témoigné   que   Rita   ROSENSTIEL   a   pu   visiter   une   dernière   fois   son   appartement   le   03.02.14,   en   compagnie   de ce   GOETSCHMANN,   et   qu’elle   a   pu   emporter   avec   elle   quelques   affaires   personnelles.   Puisqu’elle   était   logée   à l’EMS   dans   une   chambre   qu’elle   devait   partager   avec   une   autre   femme,   elle   ne   pouvait   qu’emporter   les   objets de première nécessité. D’ailleurs, la concierge a décrit le comportement brutal de GOETSCHMANN. Le   05.02.14 ,   le   curateur   a   conclu   derrière   le   dos   de   sa   pupille,   un   contrat   avec   un   brocanteur,   vendant   son patrimoine   mobilier,   assuré   auprès   la   Mobilière   pour   la   somme   de   CHF   80'000   au   vil   prix   de   CHF   1'500.-,   utilisé à 80 % pour payer CHF 1'200.- de frais d’évacuation/destruction. Rendement net de l’opération: CHF 300.- Voici   un   extrait   du   témoignage   de   la   concierge   du   16.03.15 .   A   la   question,   si   Madame   ROSENSTIEL   était revenue seule pour monter dans son appartement, la concierge a répondu:   «Oui.   Le   14   février,   l’anniversaire   de   ses   nonante   ans   approchait,   et   elle   voulait   prendre   son   courrier   dans   sa boîte   à   lettres.   Nous   avons   constaté   qu’il   avait   déjà   été   détourné.   Elle   en   a   profité   pour   me   demander   de l’accompagner   à   son   appartement   au   moyen   de   ma   clé.   Nous   avons   trouvé   l’appartement   vide,   ce   qui   l’a choquée. » En fait, GOETSCHMANN a réquisitionné les clés de l’appartement à sa pupille le 28.01.14 déjà. La   vieille   dame   détroussée   a   adressé   plusieurs   lettres   à   GOETSCHMANN,   commençant   par   sa   lettre   du 18.02.14,   exprimant   succinctement   son   opinion   à   son   sujet,   doublée   d’une   lettre   recommandée,   faisant   état   de l’inventaire de son patrimoine disparu. Sa lettre du 14.03.14  est écrite en texte clair. Elle s’est sentie volée. Dans sa lettre du 21.03.14  elle a écrit : «Je   vous   demande   de   présenter   (…)   un   inventaire   complet   et   détaillé   de   tous   mes   effets   personnels   qui   sont chez vous en dépôt» . Elle ignorait encore, que son patrimoine était déjà détruit à ce moment-là. Rita   ROSENSTIEL   n’a   jamais   reçu   un   tel   inventaire.   Dans   son   seul   inventaire   établi   pour   le   début   et   la   fin   de son   mandat,   daté   du   14.04.14 ,   GOETSCHMANN   fait   totalement   abstraction   du   patrimoine   mobilier   de   sa pupille. On peut donc parler d’un faux dans les titres, entériné sans hésitation par LOICHAT ! Evidemment,   Rita   ROSENSTIEL   a   immédiatement   requis   que   ce   «curateur»   soit   démis   de   ses   fonctions.   Hélas, dans sa lettre du 26.02.14   LOICHAT a défendu bec et ongle, ce curateur de son choix…   Elle    y    a    écrit:    «…    votre    curateur    a    dû    résilier    le    bail    de    votre    logement    (au    nom    de    qui    ?)    (…)    M. GOETSCHMANN   a   suivi   vos   instructions.   (…)   M.   GOETSCHMANN   a   agi   avec   l’accord   de   la   Justice   de   paix   et a   fait   son   travail   au   plus   près   de   sa   conscience,   de   sorte   que   rien   ne   peut   lui   être   reproché   à   ce   jour.   »      Entre ces contrevérités figure une seule vérité «M. GOETSCHMANN a agi avec l’accord de la Justice de paix»…   On en déduit que GOETSCHMANN a agi sur ordre de LOICHAT; les deux sont complices ! Il   a   fallu   3   requêtes   écrites   de   la   part   de   Rita   ROSENSTIEL   pour   se   débarrasser   enfin   le   31.03.14,   de   ce curateur prédateur. Il   faut   se   demander,   pour   quelle   raison   le   couple   LOICHAT/GOETSCHMANN   a   agi   avec   une   telle   précipitation aux   dépens   de   Madame   ROSENSTIEL.   Il   est   permis   de   se   poser   la   question:   À   qui   a   profité   le   crime   ?   Le bénéficiaire   de   cette   évacuation   sauvage   est   évidemment   Bernard   NICOD,   le   propriétaire   de   l’appartement   en question.   Vu   la   pénurie   de   logement,   il   a   pu   relouer   à   coup   sûr   avec   un   loyer   augmenté.   Logiquement,   il   est permis   d’émettre   l’hypothèse   que   LOICHAT/GOETSCHMANN   auraient   fonctionné   comme   videurs   à   la   solde   de la régie immobilière dominante dans le canton de Vaud. La procédure pénale Le   volume   des   documents   produits   par   le   Ministère   public   représente   seulement   ¼   du   volume   total   de   la paperasse,   bien   que   cette   procédure   a   été   ouverte   par   la   première   intervention   le   29.08.14 ,   et   la   dernière clôturée   le   27.11.17 .   Elle   a   été   ouverte   par   la   «procureure»   Hélène   SMITH   qui   a   commencé   par   laisser   trainer. Presqu’ une    année    après    la    disparition    du    patrimoine    de    Madame    ROSENSTIEL,    5    auditions    furent réalisées,   celle   de   Rita   ROSENSTIEL   (24.11.14),   du   curateur   accusé,   Jean-Pierre   GOETSCHMANN   ( 09.01.15 ), de   l’assistante   sociale Agnes   BEURET   –   témoin   ( 09.01.15 ),   du   brocanteur   REYMONDIN   –   témoin   ( 09.01.15 ),   et de    l’ancienne    concierge    de    la    plaignante,    Maria    –    témoin    ( 16.03.15 ).    Ce    dernier    témoignage    est    le    plus poignant. SMITH   a   ouvert   une   enquête   pénale   contre   GOETSCHMANN   pour   gestion   déloyale   et   infraction   contre   le patrimoine.   Or,   si   on   lit   les   déclarations   réitérées   de   Rita   ROSENSTIEL,   formulées   la   dernière   fois   dans   son mémorandum   à   qui   de   droit   du   15.03.18    l’enquête   pénale   aurait   dû   s’axer   aussi   sur   les   délits   de   vol   et l’exploitation   d’une   personne   vulnérable.   Cela   aurait   imposé   l’arrestation   de   GOETSCHMANN,   et   son   envoi en   prison   préventive.   Evidemment,   cela   n’a   même   pas   effleuré   l’esprit   de   SMITH.   Par   contraste,   les   Vaudois jettent des cambrioleurs en détention préventive pour des sommes en jeu de CHF 500.-. Les   dépositions   de   GOETSCHMANN   sont   en   flagrante   contradiction   avec   les   dires   de   sa   victime.   Selon   lui,   elle lui   a   donné   son   porte-monnaie   le   28.01.14   de   son   initiative.   Elle   l’a   prié   de   résilier   les   assurances   concernant son   mobilier   etc.   etc.   Encore,   SMITH   n’a   jamais   fait   état   de   ces   contradictions   monstrueuses.   Elle   n’a jamais   organisé   une   confrontation   entre   GOETSCHMANN   et   Rita   ROSENSTIEL.   Elle   n’a   même   jamais   songé   à ré-auditionner   cet   homme   à   des   dates   ultérieures,   pour   le   confronter   à   ses   propres   contradictions.   Pourtant, c’est   une   stratégie   récurrente   des   Vaudois   de   questionner   et   re-questionner   des   innocents   jusqu’à   l’épuisement total, pour arracher de telles «contradictions»… Voir affaires LÉGERET et SÉGALAT. Ensuite,   l’enquête   a   été   poursuivie   par   une   autre   «procureure»,   Hélène   RAPPAZ .   La   seule   mesure   d’enquête ordonnée   par   elle   qu’on   déniche   dans   le   dossier,   est   d’avoir   fait   séquestrer   les   29.09   et   08.10.15,   sur   demande de   Me   Robert   FOX   (défenseur   de   GOETSCHMANN)   le   dossier   Rita   ROSENSTIEL,   en   main   de   l’EMS   Nelty   de BEAUSOBRE,   en   violant   le   secret   médical.   Ceci   s’est   fait   contre   l’opposition   formulée   par   l’avocate   de   Madame ROSENSTIEL   le   02.04.15,   et   sans   notification   aux   parties.   Voir   lettre   de   Me Anne-Rebecca   BULA   du   22.02.16 . Cette   mesure   d’enquête   était   donc   dirigée   contre   la   plaignante   !   Après   ce   08.10.15,   il   n’y   a   plus   eu   aucune mesure   d’enquête,   et   cette   procédure   aurait   donc   pu   être   clôturée   fin   octobre   2015   –   2   ans   avant   que   cet heureux évènement eut finalement lieu (2017). Pour   le   reste,   RAPPAZ   a   continué   l’œuvre   de   sa   consœur   SMITH,   consistant   à   faire   traîner   l’affaire.   Le   fait   que l’accusé   y   a   contribué,   est   presque   naturel.   Mais   c’est   contre   nature   que   BULA,   la   prétendue   défenderesse de   la   plaignante,   ait   rejoint   ce   jeu   démoniaque   –   demande   de   prolongation   de   délai   du   02.04.15.   On     reviendra sur ce procédé dans la procédure civile. Enfin,   le   06.06.16,   BULA   a   réclamé   la   clôture   de   la   procédure   auprès   du   Ministère   public.   RAPPAZ   a   promis   par retour   du   courrier   du   17.06.16   «un   avis   de   prochaine   clôture»   imminent.   N’ayant   rien   reçu,   BULA   s’est   adressée au   procureur   général,   Eric   COTTIER,   en   date   du   11.07.16.   Celui-ci   ne   s’est   pas   étonné   de   voir   une   affaire pénale   simple   trainer   depuis   plus   de   2   ans.   Il   a   tout   juste   demandé   gentiment   à   RAPPAZ   d’avoir   sa   prise   de position   dans   les   10   jours.   Cette   «procureure»   s’est   conformée   en   couchant   sur   papier   une   page   de   prétextes ridicules.   Néanmoins,   elle   a   expédié   le   même   jour   son   avis   de   prochaine   condamnation   et   classement   (cela   lui   a pris   presqu’une   année   de   réflexion   depuis   sa   dernière   mesure   d’enquête.   Elle   a   laissé   comprendre   dans   les grandes   lignes,   qu’elle   allait   blanchir   le   responsable   du   malheur   de   Madame   ROSENSTIEL.   Pour   faire   joli,   elle   a indiqué   vouloir   le   sanctionner   pour   un   détail   relatif   au   bradage   d’un   meuble   particulier.   La   suite:   questionnée   par l’avocate   BULA,   RAPPAZ   a   laissé   entendre   5   mois   plus   tard,   le   15.11.16   que   «les   ordonnances   allaient   être notifiées   aux   parties   dans   les   meilleurs   délais» ,   pour   se   corriger   2   mois   plus   tard   (le   30.01.17)   que   cet événement   aurait   lieu   au   plus   tard   fin   février   2017.   Il   n’en   était   rien   :   l’ordonnance   de   classement   (même   plus une   ordonnance   de   condamnation   pour   la   bricole   du   meuble   bradé)   est   datée   du   27.11.17    –   3   ans   et   demi   de minutieuses investigations. Honni soit qui mal y pense. La procédure civile La   justice   de   paix   avait   confirmé   le   placement   de   Madame   ROSENSTIEL   le   24.06.14.   Elle   a   recouru   auprès   de la   chambre   de   curatelle   du   Tribunal   cantonal,   qui   lui   a   donné   gain   de   cause   sur   ce   point.   Hélas,   tout   son ménage étant détruit, et le bail résilié, elle est restée clouée dans l’EMS Nelty de BEAUSOBRE. En   date   du   01.06.15,   l’avocate   BULA   a   ouvert   une   requête   de   conciliation   contre   l’Etat   de   Vaud   auprès   du Tribunal   d’arrondissement   de   la   Côte,   doublée   par   une   autre   requête   de   conciliation   du   08.09.15,   et   redoublée par   une   troisième   requête   du   08.10.15.   Mais   avant   de   se   lancer,   elle   s’est   assurée   par   requête   du   23.09.14   que l’assistance   judiciaire   gratuite   en   faveur   de   sa   cliente   fauchée   soit   allouée,   y   inclus   ses   honoraires   d’avocate d’office. Elle avait officié pro bono au pénal, mais sa philanthropie avait ses limites. Le   09.07.15,   le   «juge»   Lionel   GUIGNARD    a   autorisé   gracieusement   de   procéder,   et   le   12.10.15,   la   «juge   » Anouk NEUENSCHWANDER  ré-autorisait encore de procéder. Intervint    l’offre    du    Service    juridique    et    législatif    de    l’Etat    de    Vaud,    transmise    au    téléphone    par    Marlène PARMELIN   à   BULA,   avec   l’appât   d’offrir   une   indemnité   de   CHF   20'000   pour   solde   de   tout   compte.   Madame ROSENSTIEL s’est sentie offensée par cette démarche inouïe. Elle a refusé ! On   a   produit   des   kilos   de   papiers   d’échanges   de   correspondances.   L’un   des   soucis   premiers   de   Me   BULA   était ses   honoraires.   Ensuite,   à   l’instar   de   la   procédure   pénale,   a   recommencé   le   jeu   pour   requérir   des   prolongations de   délais.   Marlène   PARMELIN,   au   nom   de   l’Etat   de   Vaud   a   ouvert   le   bal   le   09.11.15.   Le   20.04.16,   BULA   s’est plainte   auprès   du   Tribunal   d’arrondissement   de   la   Côte   à   cause   de   la   demande   de   prolongation   de   délai formulée par PARMELN au nom de l’Etat de Vaud. Cette dernière réagit le 25.04.16, et on y lit : «   …   il   est   pour   le   moins   piquant   de   constater   que   Me   BULA   qui   a   attendu   la   fin   du   délai   de   3   mois   à   compter   de la   délivrance   de   l’autorisation   de   procéder   pour   déposer   sa   demande   et   a   requis   non   pas   une,   mais   deux prolongations   de   délai…   ».   Eh   oui,   BULA   a   quémandé   encore   à   7   reprises   des   prolongations   (14.07.16, 29.08.16,   05.10.16,   21.10.16,   18.11.16,   15.12.16,   09.01.17).   «   La   complexité   de   l’affaire   »   a   donc   contraint   Me BULA   à   demander   9   fois   des   prolongations   de   délai   au   nom   de   sa   cliente   nonagénaire.   Vraiment,   c’était rendre service au pouvoir de l’Etat, et contraire aux intérêts de sa mandataire. Entre-temps,   le   22.07.16   la   procureure   RAPPAZ   avait   rendu   son   ordonnance   de   classement/condamnation, faisant    comprendre    à    la    représentante    de    l’Etat    de    Vaud    PARMELIN,    que    la    plainte    pénale    de    Madame ROSENSTIEL   était   vouée   à   l’échec.   Exploitant   cette   aubaine,   PARMELIN   a   lancé   le   18.02.16   une   requête   de suspension   de   la   procédure   civile,   jusqu’à   droit   connu   sur   la   procédure   pénale.   Cette   requête   fut   rejetée   par   le «Président»    CORNAZ    le    15.08.16    –    c’est-à-dire    que    l’Etat    de    Vaud    avait    gagné    encore    ½    année    sur l’ennemi    de    92    ans    !    Ainsi,    les    protagonistes    ont    essayé    d’avoir    Rita    ROSENSTIEL    à    l’usure,    et PARMELIN   a   réitéré   le   02.09.16   au   nom   de   l’Etat   de   Vaud   par   le   biais   de   son   avocate,   l’offre   d’une indemnité de CHF 20'000.- Enfin,   la   «juge»   CORNAZ   a   daigné   tenir   une   audience   finale   le   01.02.17 .   Au   programme   était   l’interrogatoire des   acteurs   de   la   médecine,   ceux-ci   n’ayant   aucun   rapport   avec   la   requête   de   Rita   ROSENSTIEL   d’obtenir satisfaction   d’être   indemnisée   pour   la   destruction   de   son   patrimoine   mobilier.   La   bataille   fut   livrée   sur   un   théâtre de   guerre   secondaire   –   3   ½   heures   de   débats   savants   stériles.    Le   06.02.17 ,   CORNAZ   a   débité   le   dispositif   de son   jugement,   rejetant   les   demandes   de   Rita   ROSENSTIEL   sur   toute   la   ligne.   Mais   son   avocate   BULA   a obtenu CHF 12'292.- d honoraires pour sa collaboration… S’en   est   suivi   une   démarche   insolite:   au   lieu   d’attendre   le   jugement   motivé,    pour   recourir   au   Tribunal cantonal,   BULA   a   pondu   une   réplique   volumineuse   à   l’adresse   du   Tribunal   d’arrondissement   de   la   Côte. Puisqu’il   n’y   a   aucune   trace   d’un   suivi,   on   peut   supposer   que   ce   document   important   n’a   jamais   été   lu   par   les destinataires.   A   ce   moment-là,   le   futur   «César   de   l’ordre   judiciaire»,   Eric   KALTENRIEDER    est   monté   au créneau. Par   lettre   du   11.04.17 ,   BULA   a   annoncé   à   sa   cliente   trompée   qu’ elle   allait   rencontrer   César   le   28.04.17   à   15   h, car   l’Etat   de   Vaud   était   revenu   à   son   offre   généreuse   d’une   indemnité   pour   tort   moral   de   CHF   20'000.   En conséquence,   ce   fut   KALTENRIEDER ,   le   futur   Président   du   Tribunal   cantonal   VD    qui   a   rédigé   la   transaction du 24.05.17 . Teneur de l’acte de transaction : I. A    bien    plaire    et    sans    reconnaissance    de    responsabilité,    l’Etat    de    Vaud    versera    à   Agnes    Rita ROSENSTIEL   un   montant   de   CHF   20'000   (vingt   mille   francs)   à   titre   de   tort   moral   dans   un   délai   d’un   mois   dès   la signature de la présente convention. II. L’Etat   de   Vaud   prend   en   charge   l’intégralité   des   frais   de   justice   pour   les   trois   procédures   en   cours susmentionnées (PE14.021312, PT15.042781, PT16.001617) III. Agnes   Rita   ROSENSTIEL   retire   sa   plainte   pénale   contre   Jean-Pierre   GOETSCHMANN   et   renonce à participer à la procédure pénale comme demanderesse au pénal et au civil. […] VIII. Le contenu de la présente convention est confidentiel. Justice de cabinet oblige. Puisqu’il   s’agissait   d’une   affaire   de   chefs,   ladite   transaction   a   été   signée   par   les   dignes   représentants   de   l’Etat de   Vaud,   Jean-François   MEYLAN ,   Président   du   Tribunal   cantonal   de   l’époque,   et   Pierre   SCHOBINGER, Secrétaire général de l’ordre judiciaire. Le   28.06.17,   BULA   a   demandé   par   courriel   à   la   curatrice   de   Rita   ROSENSTIEL,   Vanesa   CASAS   sur   quel compte   il   fallait   transférer   les   CHF   20'000   versés   entre-temps   par   l’Etat   de   Vaud,   et   cette   indemnité   pour   tort moral   a   abouti   sur   un   compte   géré   en   exclusivité   par   CASAS,   servant   à   payer   les   frais   de   pension   du mouroir à Morges. L’affaire dans sa globalité 4,6   kg   de   documents   produits,   dans   3   procédures.   Les   souffrances   causées   par   Jean-Pierre   GOETSCHMANN à Rita ROSENSTIEL n’ont toujours pas pris fin après 4 années de joutes judiciaires. BULA   a   encaissé   CHF   12'292.30   d’honoraires.   Selon   les   derniers   jugements   au   pénal   et   au   civil,   les   frais   de justice s’élevaient à 3'675.- + 8'582.-, soit au total CHF 12‘257.-. Frais   +   honoraires   pour   l’auxiliaire   de   la   justice   +   indemnité   pour   tort   moral   donnent   un   coût   total   au   final   de CHF 44‘549.30. En   réalité   on   peut   deviner   que   cela   a   coûté   à   l’Etat,   bien   davantage   que   les   CHF   80'000.-   réclamés   par   la   vieille dame pour la destruction de son  patrimoine… Les   protagonistes   au   service   du   crime   organisé   en   bande,   ont   a   fait   tourner   la   machine   à   Tinguely,   en   rusant avec la vérité, sans aucun égard pour la fragilité d’une nonagénaire !!! C’est   une   honte   pour   la   Suisse,   pour   l’Etat   de   Vaud   et   pour   l’Etat   de   Droit   !   Ces   comportement   démontrent   la dégénérescence   de   nos   Institutions   dont   le   fonctionnement   n’est   plus   aujourd’hui   assuré   que   par   des   Criminels dont les actes sont cautionnés par l’Etat. La responsabilité de l’APEA VD dans l’affaire de Rita ROSENSTIEL L’équivalent    de    l’APEA    (Suisse    romande)    est    la    KESB    en    Suisse    allemande    (signifiant    Kinder-    und Erwachsenen-Schutz-Behörde).    Cette    organisation    a    une    réputation    exécrable    outre-Sarine.    Bizarrement, l’APEA   échappe   à   cette   levée   de   bouclier   en   Suisse   romande. A   tort.   L’auteur   de   cette   analyse   connait   des dérapages   de   l’APEA   dans   tous   les   cantons   romands,   à   l’exception   du   Jura   (ce   qui   n’exclut   pas   du   tout   que cette autorité ne dysfonctionne pas aussi dans ce canton périphérique. L’APEA,   respectivement   l’Autorité   de   Protection   de   l’Enfant   et   de   l’Adulte,   réalise   sans   doute   un   travail   utile dans   bien   des   cas.   Mais   en   cas   de   dysfonctionnement,   comme   celui   de   Rita   ROSENSTIEL,   cette   institution   est incapable de se corriger et de réparer les dégâts, car il n’y aucun contrôle de qualité effectif. En   l’espèce,   l’employé   de   l’APEA   Vaud,   la   curatrice   Vanesa   CASAS    aurait   eu   le   devoir   de   protéger   sa   pupille Rita   ROSENSTIEL.   Au   lieu   d’agir   pour   la   défendre,   elle   et   l’avocate   Anne-Rebecca   BULA   ont   cosigné   la «transaction» odieuse du 24.05.17 . Elles ont trahi leur devoir. Selon    les    principes    de    la    SUVA,    les    chefs    sont    toujours    responsables,    soit    qu’ils    ont    mal    choisi    leurs collaborateurs,    soit    qu’ils    ne    les    ont    pas    formés    convenablement,    soit    qu’ils    ne    les    ont    pas    contrôlés suffisamment. En   conséquence,   le   patron   de   l’APEA   Vaud,   le   Conseiller   d’Etat   Pierre-Yves   MAILLARD,   responsable   du Département de la santé publique, est aussi un grand coupable. PS   :   Une   des   raisons   invoquée   pour   mettre   Rita   ROSENSTIEL   sous   curatelle   fut   qu’il   lui   arrivait   d’avoir   oublié de   régler   des   factures.   Hélas,   dans   sa   correspondance,   on   découvre   plusieurs   rappels   de   la   pupille   à   sa curatrice,   la   rendant   attentive   que   telle   et   telle   facture   n’a   pas   été   réglée.   Faut-il   songer   à   mettre   la   curatrice sous curatelle ? GU / 15.03.18 Ce   dossier,   à   l’instar   de   tous   les   dossiers   en   ligne   sur   BernLeaks,   sont   une   honte   pour   la   Suisse,   pour   les Cantons   et   pour   l’Etat   de   Droit   !   Ces   comportements   démontrent   la   dégénérescence   de   nos   Institutions   dont   le fonctionnement   n’est   plus   aujourd’hui   assuré   que   par   des   Criminels   dont   les   actes   sont   cautionnés   par   l’Etat   pris en otage. Il appartient aujourd’hui et sans délai, d’indemniser Madame ROSENSTIEL pour le crime dont il a été Victime. Pour   tous   les   Citoyens   de   notre   Pays   qui   constatent   la   dégénérescence   de   nos   Institutions,   nous   devons résolument   envisager   la   constitution   d’un   «   Conseil   National   de   Transition   »    proclamé   au   niveau   Suisse   et déclaré à l’ONU. La   situation   en   mains   de   dirigeants   dès   lors   illégitimes   qui   bafouent   les   valeurs   démocratiques   et   foulent   au   pied les Droits constitutionnels, ne peut et ne doit plus être tolérée.
BernLeaks
  Gerhard ULRICH
Rita ROSENSTIEL, victime des apparatchiks vaudois
A l’attention des Député(e)s VD L’espoir meurt en dernier. Vous me tromperez sans doute une troisième fois après ma dernière pétition en faveur du paysan vaudois Jakob GUTKNECHT. Cette tragédie ne vous aura pas attendri(e)s. Néanmoins, je lance par la présente ma 4ème pétition, cette fois-ci en faveur de Rita ROSENSTIEL. Je requiers d’être reçu en audience publique et contradictoire pour débattre avec les coupables principaux du malheur de cette nonagénaire – Eric KALTENRIEDER, Président du Tribunal cantonal, et Pierre- Yves MAILLARD, Conseiller d’Etat, avec le but de faire reconnaître leur tort, afin que Rita ROSENSTIEL obtienne satisfaction pour le crime subi. Gerhard ULRICH de Guntalingen
Le cadavre à la cave d’Eric KALTENRIEDER Président du Tribunal Cantonal vaudois Résumé Le   23.04.14,      le   journaliste   Frederico   CAMPONOVO   /   24   Heures   a   dénoncé   le   cas de   Rita Agnès   ROSENSTIEL   (94   ans)   mise   sous   curatelle,   puis   placée   de   force   à l’EMS   Nelty   de   Beausobre   à   Morges.    Tous   ses   biens   mobiliers   et   pratiquement toutes    ses    affaires    personnelles    furent    soit    vendus    à    vil    prix,    soit    jetés.    Le 08.01.15,   Jean-Philippe   CEPPI   de   la   RTS   réalisait   une   émission   au   sujet   des placements forcés: œ  - de-force.html#6442230 L’opinion   publique   en   Suisse   romande   s’est   insurgée.      Rita   ROSENSTIEL,   qui   a   de grands    mérites    comme    patronnesse    de    l’art,    fut    comblée    de    témoignages    de compassion. Le   27.11.13,   elle   a   été   mise   sous   curatelle   par   la   «juge   de   paix»   Véronique LOICHAT   MIRA,    Morges,   qui   a   ordonné   le   jour   même   son   placement   dans   un EMS,   réalisé   le   28.01.14   par   le   curateur   désigné,   Jean-Pierre   GOETSCHMANN.    Il n’y   avait   aucune   urgence.   Dû   à   son   âge,   sa   mémoire   récente   et   sa   résistance   aux pressions   sont   affaiblies,   mais   elle   jouit   jusqu’à   ce   jour   d’une   autonomie   au   niveau des   activités   de   la   vie   courante   (se   laver,   s’habiller,   se   mobiliser).   Elle   a   conservé le    discernement,    travaillant    chaque    jour    sur    son    ordinateur.    Sa    constitution physique est exceptionnelle. Rita   ROSENSTIEL   a   déposé   une   plainte   pénale   contre   GOETSCHMANN   le 29.08.15,   et   a   lancé   une   procédure   civile   contre   l’Etat   de   Vaud   le   08.10.15 , assistée    par    l’avocate    Anne-Rebecca    BULA .    Les    deux    procédures    se    sont terminées    en    queue    de    poisson,    grâce    aux    soins    des    «procureures»    Hélène SMITH / Hélène RAPPAZ  (pénale), et la «juge» Patricia CORNAZ  (civil). La   machine   à   Tinguely   de   la   «justicerie»   a   produit   au   moins   4,6   kg   de   documents au    cours    de    4    ans.    La    cause    fut    finalement    liquidée    par    la    «transaction»    du 24.05.17,    préparée    par    Eric    KALTENRIEDER     (à    l’époque    vice-président)    et contresignée   par   le   président   du   Tribunal   cantonal   VD,   Jean-François   MEYLAN , et   le   secrétaire   général   de   l’ordre   judiciaire,   Pierre   SCHOBINGER.   Par   cette   « transaction   »,   Rita   ROSENSTIEL   fut   astucieusement   grugée   par   des   auteurs   qui ont     abusé     d’un     état     de     faiblesse     d’une     personne     vulnérable.     On     lui     a gracieusement   offert   CHF   20'000   pour   tort   moral,   contre   la   retraite   de   ses   plaintes pénale   et   civile.   La   perte   de   tous   ses   biens   mobiliers   a   été   passée   sous   silence. V oilà le cadavre à la cave d’ Eric KALTENRIEDER .
Rita ROSENSTIEL « Jetée » dans un EMS qui ne lui plaît pas Biographie de Madame ROSENSTIEL - 94 ans