Roland Max SCHNEIDER
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Daniel BRODT
Né le 22 février 1948. Originaire de Wilen b. Wil TG et Glaris. Etudes Zürich et Genève. 1975 licence d'avocat en Thurgovie. De 1980 à 1986 dirige sa propre étude à Weinfelden. Depuis 1984 président de la Cour des recours pour les affaires liées à la circulation dans le canton de Thurgovie. 1986 vice- président du Tribunal cantonal Thurgovien. Elu juge fédéral le 16 décembre 1987. Présenté par l'Union Démocratique du Centre (UDC-Parti du Tribun Christoph BLOCHER) Il a aussi été le vice- président de la secte Shri Ram Chandra Mission, dont le siège était domicilié aux Cullayes où il réside lui-même. La Mission a ensuite déménagé dans un "ashram" de 5 étage à la ruelle de Bourg à Lausanne. Le contrat d'achat de l'immeuble  (1.0 mio de francs) avait été signé par le Gourou Indien et le vice- président Roland Max SCHNEIDER. Le "juge" Roland Max SCHNEIDER est marqué par son origine glaronnaise... C'est un fait historique : Les pires baillis de la Thurgovie étaient des Glaronnais puisqu'il n'y avait pas assez à voler chez leurs propres paysans de montagne. Roland Max SCHNEIDER est propriétaire et installé dans sa maison des Cullayes depuis 1989.
cliquer pour agrandir
Roland Max SCHNEIDER Juge Fédéral, Président de la Cour de Cassation Aujourd’hui retraité mais actif dans un réseau d’influence dangereux. En Praz Lombert 1080 Les Cullayes / VD
 ZURICH Assurances »   En   1988,   après   sa   nomination   comme   "juge"   fédéral,   Roland   Max   SCHNEIDER a   acquis   un   terrain   de   4'185   m2   constitué   par   les   parcelles   348   -   350   et   353   sises sur   la   Commune   des   Cullayes/VD.   La   construction   prévoyait   un   immeuble   de 2'700   m3,   comprenant   piscine   couverte,   engins   et   appareils   de   fitness,   sauna etc... pour un budget global de  CHF 2'960'000. -. »   Les   fonds   propres   à   hauteur   de   CHF   560'000.-   auraient   dû   être   constitués   par le   produit   net   de   la   vente   de   sa   propriété   de   Stettfurt,   comme   le   démontre   l'accord du    crédit    de    construction    de    la    BPS     (aujourd'hui    CREDIT    SUISSE).    Très exigeant   sur   le   prix   de   vente,   cette   propriété   n'a   pas   pu   être   vendue   comme   prévu et    ainsi,    lors    de    la    construction    de    sa    maison    des    Cullayes,    Roland    Max SCHNEIDER   n'a   fourni   aucun   fonds   propres,   contrairement   à   son   engagement. Cette   situation   l'a   conduit   à   un   manque   de   liquidités   qui   l'a   certainement   poussé   à l'escroquerie dont il est question ici. »   Pour   réaliser   sa   construction,   le   "juge"   fédéral   SCHNEIDER   a   fait   appel   à l'architecte    Erhard    KELLER,    sélectionné    parce    qu'il    était    au    bénéfice    d'une assurance   RC   de   la   ZURICH   Assurances,   on   comprendra   plus   loin   pourquoi... L'architecte   KELLER   aurait   mieux   fait   de   se   casser   une   jambe   le   jour   où   il   a accepté ce mandat, qui va tourner pour lui en véritable cauchemar...     » Alors   que   la   construction   touchait   à   sa   fin,   Roland   Max   SCHNEIDER   a   rompu   le contrat   qui   le   liait   à   son   architecte,   prétextant   fallacieusement   un   dépassement   de budget,   une   insuffisance   de   surveillance   de   chantier,   une   planification   mal   faite   et que   la   construction   était   affectée   de   nombreux   défauts.   C'est   sur   cette   base   qu'il   a refusé    de    payer    le    solde    des    honoraires    et    introduit    une    action    contre    la responsabilité   civile   de   l'architecte,   la   ZURICH   Assurances,   pour   un   dommage subi de CHF 530'000.-. » A   ce   stade,   le   coût   de   la   construction   avoisinait   CHF   1'200'000.-   pour   un   budget initial    de    CHF    1'626'800.-    sans    le    terrain,    ce    qui    rendait    l'accusation    de dépassement    de    budget    délirante.    Les    autres    griefs    n'ont    jamais    pu    être démontrés. »   Dans   un   premier   temps,   sous   l'influence   du   "juge"   SCHNEIDER,   M.   Dufour, expert   de   la   ZURICH Assurances,   après   avoir   refusé   tout   d’abord   une   quelconque indemnisation,   il   avait   finalement   admis   pouvoir   accepter   une   indemnisation de   CHF   27'000.-   bien   que   les   faits   reprochés   aient   été   infondés...   Mais   il   avait   à faire à un "juge fédéral"... »   Ces   petits   défauts   auraient   du   reste   pu   être   corrigés   si   le   "juge"   SCHNEIDER n'avait   pas   résilié   son   mandat.   Quand   au   dépassement   de   budget,   il   n'a   jamais été   démontré.   Pour   la   petite   histoire,   il   faut   savoir   que   le   "juge"   fédéral   avait déclaré   qu'il   "ne   faisait   jamais   les   choses   à   moitié"...   C'est   ainsi   qu'il   faisait   venir par   poste   des   échantillons   de   marbre   de   l'étranger   et   ne   reculait   devant   aucune dépense... »   Insatisfait   par   cette   indemnisation,   Roland   Max   SCHNEIDER   s'est   adressé   à son   "copain   d'études"   Werner   SCHWANDER ,   directeur   au   siège   de   la   ZURICH Assurances   à   Zürich   et   inscrit   au   RC   de   12   autres   sociétés   du   groupe,   pour obtenir satisfaction. »   A   l'insu   de   KELLER   et   à   l'encontre   des   promesses   qui   lui   avaient   été   faites   par les    Inspecteurs    de    sinistre,    de    ne    rien    conclure    sans    son    accord,    Werner SCHWANDER   a   organisé   une   négociation   à   Fribourg   (loin   des   yeux   de   KELLER), avec   son   copain   "juge"   et   à   laquelle   ont   participé   un   "pseudo-expert   architecte   de Lutry,   le   Prof.   GAUCH,   Prof.   en   Droit   de   la   construction   et   les   Inspecteurs   de sinistre romands. »   D'entrée   de   cause,   il   a   été   établi   qu'il   n'y   avait   ni   défaut   de   construction,   ni dépassement de budget... »   Schneider   reprochait   aussi   la   conception   de   sa   construction   sous   la   forme   de
"2   corps ".   Cet   argument   n'a   pas   été   retenu,   puisque   compte   tenu   du   volume   du   bâtiment   de   2'700   m3,   un immeuble   compact   aurait   représenté   une   masse   trop   violente,   qui   n'aurait   pas   répondu   aux   exigences   du règlement communal. »   Une   négociation   ardue   a   été   mise   en   place.   Sur   insistance   de   leur   "Directeur",    les   responsables   du "sinistre" avaient finalement consenti une indemnité de CHF 50'000.- qu'ils jugeaient déjà abusive. »   A   20.00   H,   les   intervenants   ont   alors   été   priés   de   se   retirer   et   la   discussion   s'est   poursuivie   entre   le "juge"   SCHNEIDER   et   son   "copain"   Directeur   de   la   ZURICH   Werner   SCHWANDER   pour   aboutir   à   un arrangement   définitif,   tard   dans   la   nuit...   Ce   "copinage"   a   permis   au   juge   fédéral   SCHNEIDER,   de   toucher   une indemnisation   de   CHF   440'000.-    sous   déduction   de   la   franchise   de   CHF   50'000.-,   soit   net   un   montant   de CHF 390’000.-. »   Cet   accord   a   été   conclu   sans   préjudice   pour   l'assuré   (Architecte   KELLER)   à   qui   la   franchise   n'a   jamais   été réclamée...   Si   l'architecte   avait   commis   une   quelconque   erreur   justifiant   cette   indemnisation,   il   ne   fait aucun doute que la ZURICH Assurances aurait exigé une participation financière de son assuré. »   Malgré   cet   accord   sans   préjudice   pour   l'assuré,   l'architecte   KELLER   a   protesté   contre   cet   accord   conclu   hors de   sa   présence   et   à   son   insu.   La   pseudo-justification   de   la   ZURICH    ne   contribue   pas   à   donner   une quelconque valeur à cet arrangement. »   Nous   avons   vu   plus   haut   que   le   "juge"   Roland   Max   SCHNEIDER   aurait   dû   financer   des   fonds   propres   à hauteur   de   CHF   560'000.-.   Nous   avons   vu   aussi   que   sa   demande   en   RC   auprès   de   la   ZURICH   se   montait   à CHF   530'000.-   sans   que   l'on   puisse   comprendre   comment   il   a   fixé   sa   demande   en   indemnités,   si   ce   n'est qu'elle   est   à   peu   près   l'équivalent   des   fonds   propres   non   encore   financés   à   ce   moment-là...   En   manque   de liquidités, il avait le couteau sous la gorge ! »   N'ayant   toujours   pas   obtenu   l'indemnisation   requise   de   CHF   530’000.-,   malgré   la   générosité   de   la   ZURICH assurances,   SCHNEIDER   a   alors   lancé   une   poursuite    à   l'encontre   de   son   Architecte   KELLER,   pour   la différence manquante de CHF 140'000.- »   L'Architecte   Erhard   KELLER   y   a   bien   sûr   fait   opposition   et   les   Tribunaux   ont   dû   trancher   l'affaire.   Mais comme   SCHNEIDER   était   "juge"   fédéral,   il   a   fallu   constituer   un   collège   de   juges   fédéraux   et   toute   cette procédure a traîné plusieurs années. »   Finalement,   le   "Collège   des   juges   fédéraux"   a   statué   contre   Roland   Max   SCHNEIDER.   Sur   une   créance requise   de   CHF   532'500.-,   le   TF   a   reconnu   le   droit   à   une   indemnisation   de   CHF   93'694.- ,   sans   avoir connaissance   que   CHF   390’000.-   avaient   été   versés   en   1992.   Ce   jugement   du   27   juin   2000    démontre   ainsi que   les   revendications   de   SCHNEIDER   étaient   largement   surfaites   et   qu’en   exigeant   une   créance   initiale   de CHF   532’500.-,   il    avait   surévalué   de   575   %   le   prétendu   dédommagement   auquel   il   aurait   finalement   eu droit. »   Dès   lors,   si   l’on   prend   en   considération   l'indemnité   de   CHF   390'000.-   versée   le   15.09.1992    discrètement   par la   ZURICH   Assurance   à   l’insu   de   l’architecte   KELLER   -   Roland   Max   SCHNEIDER   avait   toujours   dissimulé cette   information   -      à   laquelle   on   ajoute   les   CHF   93’694.-   accordés   par   le Tribunal   fédéral   dans   son   arrêt   du   27 juin    2000,    ce    sont    donc    CHF    483’694.-    d’indemnités    qu’a    touchées    abusivement    le    juge    Fédéral SCHNEIDER...   Si   l’on   tient   compte   encore   des   CHF   50’000.-   de   franchise   déduits   par   la   Zürich   Assurances lors   du   versement   des   CHF   390’000.-,   le   juge   fédéral   Roland   Max   SCHNEIDER   a   touché   CHF   533’694.00 d’indemnisation,   soit   plus   que   ce   qu’il   avait   demandé,   mais   la   franchise   a   été   mise   à   sa   charge   et   non   à   la charge   du   détenteur   le   la   police   RC   Erhard   KELLER...   En   d’autres   termes,   le   Juge   fédéral   Roland   Max SCHNEIDER   a   financé   la   presque   totalité   de   ses   fonds   propres   par   une   indemnisation   indue,   obtenue   grâce   à l’abus de pouvoir que lui a permis sa fonction. C’est   une   honte   pour   l’Etat   de   Droit...   Et   c’est   un   membre   de   la   plus   haute   Cour   nationale   du   Pays   qui pratique   ces   abus   de   Droit   cautionné   par   ses   collègues...   Nous   somme   là,   face   à   du   Crime   Organisé   en Bande !  SCHNEIDER "juge" fédéral encaisse...  les petits épargnants trinquent ! »   La   dissimulation   de   cette   information   capitale   relève   de   l’escroquerie   au   sens   de   l’Art.   146   CP   et démontre   que   la   Zürich Assurances   a   été   complice   de   ce   crime   au   détriment   de   son   Client   assuré   par une RC professionnelle. »   Il   est   évident   que   cette   indemnisation   de   CHF   390’000.-   n’était   qu’un   cadeau   offert   par   la   Zürich Assurances   à   un   juge   fédéral   pour   s’assurer   de   ses   bons   services   futurs...   Ceci   au   détriment   des autres   assurés   !   Si   cette   prestation   avait   réellement   été   due,   la   Zürich   Assurances   n’aurait   pas   manqué d’exiger   de   son   Client   Erhard   KELLER,   qu’il   assume   la   franchise   contractuellement   due   en   cas   de   sinistre.   Or, le règlement de cette franchise n’a jamais été demandé. »   Les   procédures   de   recours   d’Erhard   KELLER   ont   démontré   que      les   juges   fédéraux   sont   soudés   dans   leur corporation   puisqu’il   ont   suivi   partiellement   les   exigences   de   leur   “Frère”   SCHNEIDER   en   lui   octroyant   une indemnité   de   93’694.-   à   laquelle   s’est   ajoutée   une   remise   des   honoraires   de   l’architect   de   CHF   19’562.-,   soit au   total   un   dédommagement   de   complaisance   de   CHF   113’256.-.   Admettons   le   postulat   que   le   collège   des juges   fédéraux   n’ait   pas   eu   connaissance   du   versement   préalable   de   l’indemnité   de   CHF   390’000.-   citée   plus haut... »    Cependant,    si    en    fonction    de    faits    maintenant    connus ,    les    membres    du    Tribunal    Fédéral    ne poursuivent   pas   leur   “Frère”   pour   escroquerie   (crime   non   couvert   par   la   prescription),   nous   aurons alors   la   preuve   de   la   complicité   du   collège   des   juges   fédéraux   dans   le   crime.   Nous   pourrons   dès   lors parler d’un crime organisé en bande et par métier. »   Cette   situation   démontre   ainsi   la   nécessité   de   récuser   en   bloc   un   Tribunal,   lorsque   l’un   de   ses   membres   est concerné   et   ils   le   sont   tous   au   travers   de   leur   appartenance   à   la   Secte   Franc-Maçonne,   puisque   la   vision objective   du   cas   qui   se   présente   ne   peut   jamais   être   garantie   et   l’application   du   Droit   suisse   encore   moins.   La “constitution”   Franc-Maçonne   contraignant   ses   membres   à   dissimuler   leur   appartenance   à   la   Secte,   même   si un   juge   prétend   ne   pas   y   appartenir,   nous   ne   pourrons   pas   y   croire,   puisqu’il   est   obligé   de   mentir.      La   note suivante ,   donne   un   aperçu   de   la   situation   réelle.   Seule,   l’application   des   7   requêtes   déposées    le   23   mai 2015 au Conseil Fédéral pourra rétablir la situation ! »   Nous   avons   ici   la   démontration   évidente   qu'une   affaire   de   copinage   a   tourné   en   CORRUPTION   au   profit   d'un "juge"   fédéral   et   de   surcroit   au   détriment   d'assurés   qui   se   sont   vu   amputer   leurs   avoirs   vieillesse   de   dizaines ou centaines de milliers de francs, parce que les résultats de leur assureur étaient pénalisés... »   Combien   a-t-il   fallu   de   cotisations   mensuelles   de   petits   épargnants   pour   financer   l'escroquerie   du   "juge" fédéral   Roland   Max   SCHNEIDER   ?   Nous   sommes   gouvernés   par   une   bande   de   "petits   copains"   qui   s'en mettent   plein   les   poches,   à   notre   détriment,   tous   protégés   par   le   secret   maçonnique,   puisque   la   plupart   ont adhéré à la Secte. »   Bien   entendu,   toutes   les   procédures   judiciaires   entreprises   ont   permis   au   "juge"   fédéral   d'être   très   satisfait des    services    de    sa    corporation    Au    niveau    cantonal,    vaudois,    n'en    parlons    pas,    les    oppositions    aux commandements   de   payer   lancés   par   SCHNEIDER   ont   tout   de   suite   été   levées   par   la   "juge"   Marianne   GANI du    Tribunal    d'arrondissement    de    Nyon,    cautionnée    au    niveau    cantonal        par    les    "juges"    Jean-Jacques ROGNON,   Blaise   BATTISTOLO   et   Dominique   CARLSSON...   Soulignons   au   passage   que   ces   quatre   "pseudo- juges"   sont   bien   connus   pour   leurs   CRIMES   JUDICIAIRES   dans   de   très   nombreux   dossiers,   dont   celui   des royalties FERRAYÉ ! Gerhard   ULRICH   accusé   de   contrainte   par   les   juges   fédéraux   Heins   AEMISEGGER   et Roland Max SCHNEIDER, devant le Tribunal Pénal Fédéral (TPF) de Bellinzone «   Madame   la   juge   pénale   fédérale   Miriam   FORNI,    au   lieu   de   citer   mes   témoins   à   décharge,   vous   vous   êtes acharnée   à   redemander   à   la   police   cantonale   VD,   s’il   y   avait   eu   délit   de   ma   part.   Mais   celle-ci   a   confirmé encore   une   fois   par   lettres   du   02.   et   03.02.10   (=   annexe   3,   respectivement   annexe   4)   que   je   n’avais   commis aucune    infraction    pendant    la    période    qui    nous    intéresse.    Ceci    démolit    la    crédibilité    de    vos    “témoins“ Aemisegger    et   Schneider   [Rédac.:juges   fédéraux   (sic   !) ] .   Ceux-ci   ont   colporté,   sans   pour   autant   l’étayer concrètement,   que   je   les   aurais   menacés,   et   ont   insinué   des   contraintes.   Jamais   ils   n’ont   précisé,   où,   quand, et   comment   cela   se   serait   passé,   car   il   s’agit   de   déformations   de   faits   ou   carrément   d’inventions.   Dans   le langage quotidien, on désigne de tels propos comme des mensonges  » . L’entier du Procès-verbal de l’audience du TPF des 13 et 14 avril 2010 est accessible ICI Auf Deutsch   HIER Gerhard ULRICH a finalement été acquitté des accusations portées contre lui. Complément du 21 juillet 2016 au PV précité : Au   mois   d’avril   2016,   Gerhard   ULRICH   a   rencontré   l’architecte   Erhard   KELLER,   victime   des   escroqueries   du   « juge   »   fédéral   SCHNEIDER,   6   années   après   le   procès   décrit   ci-dessus.   Il   a   alors   compris   que   le   Ministère public   de   la   Confédération   (MPC)   et   l’Office   des   juges   d’instruction   fédéraux   ont   recouru   à   ses   dépens dans   cette   affaire,   à   la   pratique   strictement   illicite    du   «   double   dossier    »    :    l’un   accessible   à   l’accusé,   et l’autre, plus volumineux, exploité en exclusivité par les sbires. Dans le cadre de l’enquête menée contre Gerhard ULRICH pour prétendue contrainte de juges fédéraux, la «   chambre   noire   de   la   nation   »    (Ministère   public/Office   des   juges   d’instruction   fédéraux)   ont   pratiqué   le «double   dossier» .   L’architecte   Erhard   KELLER,   victime   des   escroqueries   du   «   juge   »   fédéral   Roland   Max SCHNEIDER,    fut    cité    à    Berne.    Il    confirma    point    par    point    l’exactitude    de    mes    publications    sur    Internet concernant   la   corruption   et   les   escroqueries   de   SCHNEIDER.   C’était   contraire   aux   intentions   de   vouloir condamner   Gerhard   ULRICH.   C’est   pour   cette   raison   que   les   «   magis-rats   »   fédéraux   ont   fait   recours   au dossier double, en versant cette preuve gênante à décharge, dans une case inaccessible à l’accusé. Hélas,   ils   se   sont   piégés   eux-mêmes,   car   ainsi,   le   test   de   plausibilité   de   la   corruption   et   des   escroqueries   de Schneider   a   été   réalisé   d’office.   Erhard   KELLER   était   affirmatif.   Il   peut   le   confirmer   –   joignable   sur   le   numéro de son portable (tenu à disposition sur demande adressée à www.worldcorruption.info/contact.htm Le Conseil Fédéral complice Le   15   mars   2013,   Gerhard   ULRICH   dénonçait   l’escroquerie    ( deutsche   Version )   pratiquée   par   le   juge fédéral   Roland   Max   SCHNEIDER   contre   la   Zürich Assurances,   avec   le   consentement   (complicité)   de   l’ami   du juge directeur de la société d’assurance. L’escroquerie   est   un   crime   poursuivi   d’office   et   lorsqu’un   Conseiller   Fédéral   y   a   été   rendu   attentif,   on   pourrait attendre pour le moins qu’une enquête soit ouverte. Tel   n’a   pas   été   le   cas   jusqu’à   ce   jour   (08.2016)   et   cette   situation   nous   donne   une   fois   de   plus   la   preuve   que   la séparation   des   pouvoirs   n’existe   pas   !   Roland   Max   SCHNEIDER   est   un   juge   fédéral   nommé   sous   la   bannière UDC .   Ueli   MAURER   est   Conseiller   fédéral   UDC   et   nous   avons   confirmation   que   les   politiciens   de   l’UDC   « convoquent   régulièrement   leurs   juges   pour   les   sermonner   et   leur   expliquer   comment   juger   »...   Ce   qui est contraire à l’Etat de Droit et au Droit constitutionnel ! Une   fois   de   plus,   seule   la   mise   en   application   des    7   requêtes   déposées    l e   23   mai   2015   au   Conseil Fédéral pourra rétablir la situation, et devient urgente ! Tout   ce   context   fait   état   de   la   dégénérescence   de   nos   Institutions.   Nous   ne   devons   plus   accorder   aucune confiance,   ni   aucun   crédit   à   ceux   qui   dirigent   et   administrent   le   Pays.   Ils   sont   aujourd’hui   presque   en   totalité sous   le   contrôle   d’une   organisation   criminelle   internationale   qui   ne   peut   évoluer   que   par   le   secret   qu’elle impose à ses membres et le serment à leur propre “constitution” qu’ils sont obligés de prêter. Ce serment contrevient à la Consititution fédérale et place nos dirigeants en situation de trahison !
BernLeaks