Swissleaks - HSBC
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
La   Hongkong   and   Shanghai   Banking   Corporation   (HSBC)    avait   son   siège   à Hong   Kong   jusqu’en   1993   où   il   a   été   transféré   à   Londres.   L’expansion   de   HSBC   a réellement   débuté   en   1992   avec   l’escroquerie   des   royalties   sur   les   brevets   de FERRAYÉ. Les   royalties   sur   la   vente   des   brevets   de   Joseph   FERRAYÉ   -   d’extinction   et   de blocage   des   puits   de   pétrole   -   ont   été   réalisées   principalement   à   partir   de   la “French   Trade   Week”   organisée   du   23   au   29   septembre   1991   à   Koweit-City   dès la    fin    de    l’extinction    des    puits,    après    l’opération    “Tempête    du    Désert”.    Il    était question   de   plus   de   USD   2’000   à   3’000   milliards   à   l’époque.   L’onglet   “historique”   détaille   cette   période.   Les   systèmes   avaient   également   été   présentés   lors   du   “Sommet   sur   l’environnement   et   le Développement qui qu’était tenu du 3 au 14 juin 1992 à Rio de Janeiro. Dans   un   premier   temps   en   1991   et   1992,   les   royalties   ont   été   escroquées   par   les   mandataires   et   les   associés   de Joseph    FERRAYÉ,    grâce    à    la    complicité    des    membres    du    Gouvernement    français    et    de    sociétés gouvernementales   telles   que   ELF,   FINA,   TOTAL,   FORASOL,    etc.   Rappelons   que   c’est   le   Ministre   de   l’INPI Dominique STRAUSS-KAHN qui avait dévoilé les brevets, à l’insu de Joseph FERRAYÉ. Des   dizaines   de   banques   sur   tous   les   Continents   ont   contribué   à   l’escroquerie   des   capitaux   concernés,   mais nous   n’allons   reprendre   ici   que   celles   en   lien   avec   HSBC ,   parmi   lesquelles   les   plus   grandes   banques   privées   de Suisse. Edmond SAFRA   (ami intime de Me Marc BONNANT) fondateur des banques suivantes : RNB Republic National Bank of New York (Suisse) SA à Zürich  inscrite en date du 1er février 1988 et radiée le 22 août 2006, sous le numéro RC CH-020.9.900.967-3. RNB Republic National Bank of New York (Suisse) SA à Genève  inscrite en date du 3 août 1989 et radiée le 12 avril 2002, sous le numéro RC CH-660.0.102.988-2. RNB Republic National Bank of New York (Suisse) SA à Lugano  inscrite en date du 26 février 1988 et radiée le 23 mai 2001, sous le numéro RC CH-514.9.009.030-0. Safra SA à Genève inscrite en date du 17 décembre 1984 et radiée le 8 décembre 2004 sous le numéro RC CH-660.0.768.984-2. Après   la   vente   des   banques   “RNB”   citées   plus   haut   à   HSBC,   Edmond   SAFRA   est   allé   s’installer   à   MONACO où il a été assassiné le 03 décembre 1999. Le    29    décembre    1999,    3    semaines    après    l’assassinat    de Edmond   SAFRA,   HSBC   a   repris   la   Royal   New-york   Corp   et   la Safra    Republic    Holdings    SA    pour    le    prix    de    USD    9.85 milliards - valeur 1999. L’infirmier   américain   Ted   MAHER   a   été   reconnu   coupable   et condamné   pour   le   meurtre   d’Edmond   SAFRA   et   d’avoir   été l’auteur   de   l’incendie.   Ce   n’était   qu’une   mise   en   scène   Envers l’Opinion   publique.   En   réalité,   le   corps   d’Edmond   SAFRA   a   été retrouvé    avec    les    testicules    arrachés    et    fourrés    dans    la bouche,   ce   qui   semblait   être   la   signature   de   la   mafia   russe.   De l’ADN   masculin   non   identifié   a   du   reste   été   retrouvé   sous   les ongles de SAFRA. Selon   un   témoin,   au   lendemain   de   la   mort   d'Edmond   SAFRA, sa    fille    a    convoqué    la    gouvernante    de    ses    enfants,    pour s'occuper   d'eux   pendant   que   la   famille   discutait   du   drame   dans la   pièce   d’à   côté.   C'est   à   cette   occasion   que   la   Gouvernante   a appris    que    le    corps    de    SAFRA    avait    été    retrouvé    selon    la description faite plus haut. Apparemment, des   hommes   armés   avaient   fait   sauter   une   trappe   dans   le   toit   et   avaient   pénétré   en   moins   de   deux   minutes   dans l'appartement.   D'après   un   autre   témoin   qui   s'était   quelque   temps   auparavant   rendu   à   la   villa   de   SAFRA,   40 agents spéciaux du MOSSAD veillaient en permanence sur la sécurité du banquier. Il   est   avéré   que   SAFRA   vendait   des   armes   aux   indépendantistes   Tchétchènes,   probablement   pour   le   compte d'ISRAEL   et   des   ETATS-UNIS   qui   au   lendemain   de   l'effondrement   de   l'Union   soviétique   avaient   intérêt   à détourner l'agressivité débridée des russes dans des confits au Caucase. Or,   la   RTS   (Télévision   Suisse   française)   qui   a   couvert   le   procès   à   MONACO,   a   rapporté   les   faits   tronqués suivants   :   «   le   3.12.1999   vers   4   h   45, Ted   MAHER,   infirmier   employé   par   Edmond   SAFRA   depuis   quelques   mois, s’est   donné   plusieurs   coups   de   couteau   faisant   croire   à   l'irruption   dans   l'appartement   de   deux   agresseurs   armés et   cagoulés   […]   Ce   n'est   que   vers   7   h   45,   près   de   trois   heures   après   le   début   des   faits,   que   les   secours parvinrent   jusqu'à   la   pièce   où   ils   retrouvèrent   Edmond   SAFRA   et   son   infirmière,   Viviane   TORRENTE,   morts asphyxiés par la fumée ». Contradiction : selon le policier Olivier JUDE, Viviane TORRENTE avait été retrouvée étranglée… Edmond   SAFRA   était   atteint   de   la   maladie   de   Parkinson   et   dépendait   de   son   infirmier   pour   se   déplacer.   Au moment   de   la   procédure   à   Monaco,   c’est   Me   Marc   BONNANT   qui   a   assurait   la   défense   de   SAFRA.   Avant   leur audition,   les   témoins,   femmes   de   chambre   et   personnel   d’intendance,   avaient   été   préparé   aux   questions   qui allaient   être   posées   et   chacun   avait   reçu   les   réponses   qu’il   devait   donner.   Des   témoins   peuvent   confirmer   ce   qui précède. Me   Marc   BONNANT   a   monté   tout   ce   scénario   pour   couvrir   son   complot   et   dissimuler   le   fait   qu’il   avait   utilisé   le réseau des banquiers privés et le réseau BEN LADEN pour détourner les fonds provenant des royalties. La   signature   des   Tchétchènes   dans   l’assassinat   d’Edmond   SAFRA   démontre   la   volonté   de   BEN   LADEN   avec l’aide des Tchétchènes de se venger contre ceux qui avaient utilisé ses réseaux bancaires. Comme   relevé   plus   haut,   Me   Marc   BONNANT   était   ami   intime   de   Edmond   SAFRA.   Mais   il   est   fort   probable selon   les   investigations   bancaires,   que   BONNANT   n’a   été   au   courant   de   l’implication   de   son   ami   dans   les détournements   opérés   depuis   1991   par   le   MOSSAD,   par   ELF   et   MOTTU   et   consorts   -   qui   s’étaient   adressés   à   la Republic   National   Bank   of   New   York    pour   faire   transiter   les   fonds   escroqués   -   qu’après   les   séquestres obtenus en 1996. Rapelons   que   suite   aux   séquestres   de   janvier   1996   obtenus   par   Daniel   LEVAVASSEUR,   ex   Agent   de   la   DGSE au   service   de   Joseph   FERRAYÉ,   sur   plainte   de   l’Inventeur   rédigée   par   Me   Marc   BONNANT   et   son   associé Dominique   WARLUZEL,   que   les   deux   avocats   précités   de   FERRAYÉ   -   se   sont   faits   corrompre   et   que   dès   lors Marc   BONNANT   a   déclaré   qu’il   ne   fallait   pas   que   Joseph   FERRAYÉ   touche   un   seul   dollar,   parce   qu’il   l’utiliserait pour les faire tous mettre en prison... Les   Présidents   George   W.   BUSH   et   Bill   CLINTON   et   les   membres   des   Gouvernements occidentaux,   France   en   tête,   ont   mis   le   feu   aux   poudres   et   enflammé   les   Peuples   Islamistes pour   couvrir   leurs   crimes...   Pour   les   USA   et   Barack   OBAMA   la   seule   manière   de   rétablir   la situation est d’admettre la Vérité et poursuivre les responsables. Réseau financier d’Oussama BEN LADEN pour blanchir les royalties FERRAYÉ Les   attentats   successifs   de   Oussama   BEN   LADEN    contre   la   HSBC    prouvent   l’implication   de   cette banque   dans   les   détournements   des   fonds   FERRAYE.   Au   surplus,   la   procédure   engagée   entre   Jacob   SAFRA (frère   d’Edmond)   et   l’épouse   d’Edmond   SAFRA,   dont   le   défenseur   de   l’épouse   était   à   nouveau   Marc   BONNANT, tente   à   démontrer   qu’un   conflit   était   survenu   après   la   mort   d’Edmond   SAFRA,   concernant   l e   partage   des montants   escroqués .   Au   surplus   Marc   BONNANT   était   membre   du   conseil   d’administration   de   plusieurs   des sociétés SAFRA… L’Opinion   publique   a   été   intoxiquée   par   la   désinformation   et   les   fausses   déclarations   en   lien   avec   les attentats du 11 septembre 2001 aux USA. Lors   des   perquisitions   en   Suisse   et   en   France, dans   les   locaux   de   Yeslam   BEN   LADEN   (frère d’Oussama)    suite    aux    attentats,    les    autorités judiciaires    ont    établi    l’existence    d’un    compte UBS ouvert jusqu’en 1997. Yeslam   BEN   LADEN,   a   déclaré   que   ce   compte représentait   l’héritage   de   leur   père   réparti   entre les 54 enfants de feu Mohammed BEN LADEN. Or,   comme   en   témoigne   l’extrait   ci-dessous   d’un article   du   12   octobre   2001,   le   père   de   Yeslam   et d’Oussama   BEN   LADEN   est   décédé   en   1968 dans     un     accident     d’hélicoptère     -     Le     Point 12.10.2001 Yeslam   BEN   LADEN   aurait   indiqué   au   magistrat français   Renaud   VAN   RUYMBEKE   que   deux   de ses   frères   avaient   ouvert   ce   compte   à   l'Union   de banques   suisses   (UBS   à   Genève),   sur   lequel   il avait    un    pouvoir,    pour    y    recueillir    l'héritage familial.   Héritage   redistribué   ensuite   sur   autant de     comptes     qu'il     y     avait     d'héritiers,     dont Oussama ben Laden… Ainsi,   l’héritage   aurait   été   distribué   plus   de   30 ans   après   le   décès   du   père…   de   qui   se   moque t-on ? Comme   on   le   voit   plus   bas,   ce   compte   aurait justifié   un   solde   de   plus   de   16   mia   de   dollars. Les   juges   genevois   ont   donc   monté   de   toute pièce   cette   désinformation   pour   couvrir   «   leur implication     et     leur     responsabilité     dans     les attentats    »    et    garantir    la    sécurité    de    leur complice   Yeslam…   En   récompense,   ce   frère   de terroriste   a   obtenu   la   naturalisation   suisse   des autorités genevoises… Yeslam   BEN   LADEN   avait   expliqué   que   ce   compte   bancaire   avait   servi   à   recueillir   l'héritage   familial   avant   d'être redistribué    entre    les    héritiers.    Il    était    entendu    comme    témoin    assisté    dans    une    enquête    ouverte    pour    « blanchiment   »   à   Paris.   Le   juge   VAN   RUYMBEKE   était   saisi   depuis   décembre   2001   d'une   enquête   sur   des mouvements   financiers   entre   différentes   sociétés   appartenant   à   Yeslam   BEN   LADEN,   naturalisé   suisse   pour qu’il ne soit pas « livrable »… Les   autorités   genevoises   ont   ainsi   protégé   leur   complice   contre   toute   extradition,   à   l’image   de   Marc   RICH   (voir Onglet   USA) ,    le   criminel   économique   condamné   à   325   ans   de   prison   aux   Etats-Unis,   mais   grâcié   par   Bill CLINTON sur simple demande de Pierre DE WECK de l’UBS… au titre d’entraide CRIMINELLE… Au   sein   du   Crime   organisé   étatico-bancaire   tout   va   très   vite…   La demande    DE    WECK     a    été    adressée    au    Président    CLINTON    le 4.12.2000    et   la   grâce   présidentielle   est   intervenue   dans   le   même mois   comme   en   témoigne   l’article   de   Presse   accessible   ICI.    On peut   être   assuré   que   si   Hillary   CLINTON   se   présente   à   l’élection 2016, elle n’aura aucune difficulté à financer sa campagne... Les    détournements    opérés    l’ont    été    en    complicité    avec    les    Pays pétroliers, ABB   Vetco   Gray   (RUMSFELD   au   conseil   d’administration), ELF,    FORASOL    (Sté    de    forage    à    Paris),    GEOSERVICE    (Sté    de forage    appartenant    à    Jean-Christophe    MITTERAND),    PIPELINE SERVICES,   agissant   tous   sous   couverture   de   ARAMCO   (Arabian American   Company)   appartenant   à   l’Etat   d’ Arabie   Saoudite,   Etat   qui ne   reconnaît   pas   à   ce   jour   le   Droit   de   propriété   intellectuelle.   Les investigations   ont   mis   en   lumière   déjà   des   centaines   d’entreprises   en Europe   liées   aux   détournements   et   la   liste   grandit   chaque   jour. Toutes seront   poursuivies   pénalement,   tout   comme   les   membres   de   leurs conseils   d’administration   depuis   1991.   Ce   dernier   point   contribue   à donner   la   mesure   de   la   responsabilité   financière   des   Sociétés   et des Etats  qui ont été complices du détournement des brevets. Dans   un   autre   article   du   «   Réseau   Voltaire   »,   on   voit   que   Oussama BEN   LADEN   a   touché   sa   part   du   Saudi   BEN   LADEN   Group   et   non   l’héritage   prétendu   par Yeslam,   en   1994   pour un montant de USD 300 millions. Si   chacun   des   54   frères   et   soeurs   de Yeslam   BEN   LADEN   a   touché   le   même   montant   de   USD   300   millions,   ceci représente un total de USD 16'200'000'000.-. (USD 16.2 milliards). Or,   dans   ses   deux   déclarations   des   6   février   1996    et   3   avril   1996 ,   le   Notaire   Pierre   MOTTU   auteur   des conventions   de   transferts   des   royalties   séquestrées   a   déclaré   (03.04.1996   page   5),   que   17   milliards   de   dollars faisaient   l’objet   des   indemnisations   qui   devaient   être   versées   à   Joseph   FERRAYE.   Le   Procureur   général   de Genève   Bernard   BERTOSSA,   les Avocats   BONNANT   et   WARLUZEL   et   le   Notaire   MOTTU,   semblent   avoir   alors accordé   les   droits   consentis   par   les   commanditaires   du   complot,   (le   gouvernement   français)   à   Yeslam   BEN LADEN,   le   nouveau   citoyen   suisse   chéri   des   genevois   grâce   au   réseau   financier   duquel   ils   ont   détourné   les fonds pour les rendre non retraçables ! Dès   lors   la   guerre   de   Oussama   BEN   LADEN   contre   les   Etats-Unis   était   déclarée.   En   qualité   de   Musulman   pure, Oussama   BEN   LADEN   n’a   pas   toléré   que   le   Crime   organisé   occidental   ait   utilisé   son   réseau   financier.   Les premiers   attentats   contre   le   World   Trade   Center   en   1993,   puis   ceux   contre   les   ambassades   américaines   de Nairobi   et   de   Dar   es-Salaam   en   1998,   ceux   de   Dharan,   du Yémen   (le   navire   USS   Cole   en   octobre   2000),   portent sa marque, tout comme les attentats successifs partout dans le monde contre la HSBC. C’est   probablement   ce   contexte   qui   a   donné   l’idée   au   Gouvernement   républicain   BUSH   de   commanditer   les attentats   du   11   septembre   2001   en   faisant   porter   la   responsabilité   à   Oussama   BEN   LADEN...   Assurément,   le Gouvernement BUSH avait sous estimé les conséquences de ses actes ! Oussama   BEN   LADEN   a   déclaré   la   guerre   aux   Etats-Unis   à   partir   du   moment   où   les   commanditaires   du   complot ont    pillé    l’IRAK    (pays    islamique)    en    augmentant    le    coût    des    extinctions    par    2.6    selon    les    révélation    de BERTOSSA.   En   février   1996   après   le   séquestre   des   capitaux   sur   plainte   de   Joseph   FERRAYÉ   quand   des milliers   de   milliards   ont   été   découverts,   BEN   LADEN   a   lancé   un   appel   à   s'attaquer   aux   intérêts   américains partout dans le monde. Il devenait dès lors l’ennemi public N°1 officiel des États Unis. 4'000   enquêtes   pénales   étaient   ouvertes   au   sein   des   tours   concernant   des   transactions   boursières   louches   et portant   sur   le   blanchiment   d’argent.   Des   articles   parus   ont   également   confirmé   que   le   WTC   abritait   les   archives informatiques    de    WALL    STREET…    Ainsi,    par    l’anéantissement    du    WTC,    le    gouvernement    BUSH    a    fait disparaître   l’ensemble   des   preuves   de   son   implication   dans   le   détournement   des   quelque   USD   2’000   à   3’000 milliards des fonds encaissés pour les systèmes FERRAYE ! Etait-ce   suffisant   pour   que   le   Gouvernement   américain   commandite   un   attentat   qui   a   coûté   la   vie   à   2’977   de   ses Citoyens   et   en   a   blessés   6’300   autres   ?   L’Argent   et   la   peur   de   devoir   assumer   leurs   responsabilités   ont-ils poussés  des dirigeants à de telles atrocités ? Cette   période   correspond   à   la   date   de   l’utilisation   du   réseau   d’Oussama   BEN   LADEN,   par   son   frère   Yeslam   et les   commanditaires   du   complot   –   Etat   français   et   République   et   Canton   de   Genève,   Les   Cantons   de   Vaud, Zürich,   Argovie,   Bâle   et   Zug   en   tête   –   sont   donc   les   premiers   responsables   du   terrorisme en   occident .   Ont   suivi   ensuite   tous   les   Cantons   Suisses   pour   opérer   le   blanchiment   et   comme l’a   dit   le   Conseiller   National   PDC   (Parti   des   corrompus)    fribourgeois   Dominique   DE   BUMAN   devant   la   Presse   :   “Tout   est   pourri   chez   nous   !   Si   je   révélais   ce   que   je   sais,   c’est   toute   la Suisse fédérale qui tremblerait ...”  ! C’est   peut-être   aussi   pour   ça   que   le   Président   de   la   Commission   Européenne   Jean Claude   JUNCKER    relèche   tous   ceux   qui   le   côtoyent,   à   commencer   par   Simonetta SOMMARUGA ,   la   Présidente   de   la   Confédération   suisse   qui   a   l’air   de se   délecter...   Et   les   femmes   n’ont   pas   l’exclusivité   des   câlins   JUNCKER si   l’on   en   croit   l’étreinte   faite   au   nouveau   Premier   Ministre   Grec   Alexis TSIPRAS.      Jean      Claude      JUNCKER      était      Premier      Ministre luxembourgeois au moment de l’escroquerie des royalties. En   1996,   au   moment   de   la   levée   des   séquestres   des royalties    escroquées,    la    Chambre    de    compensation    CEDEL    sise    au    Luxembourg    avec succursale    à    Genève,    est    devenue    CLEARSTREAM.     Elle    était    alors    dirigée    par    André LUSSY,   ex   UBS…    CLEARSTREAM   offrait   toute   l’opacité   nécessaire   aux   trafics   menés   par les   criminels.   Et   JUNCKER   n’a   pas   fait   que   blanchir   l’évasion   fiscale   avec   son   Gouvernement, il   a   contribué   à   l’escroquerie   et   au   blanchiment   des   centaines   de   milliards   de   dollars   des royalties   FERRAYÉ.   Ernest   BACKES,   complice   dans   ces   détournements   à   l’encontre   de FERRAYE     et     cosignataire     du     livre     Révélation $      était     employé     de     CEDEL     devenue CLEARSTREAM.   Il   connaissait   les   rouages   et   a   été   licencié,   ce   qui   l’a   conduit   à   dénoncer. Toutefois,   BACKES   a voulu   négocier   ces   révélations   et   c’est   pour   cette   raison   qu’après   avoir   promis   à   FERRAYÉ   de   l’aider   et   lui remettre   tous   les   documents   utiles,   il   a   fini   par   «vendre”   l’inventeur   et   a   donné   les   documents   au   Procureur suisse   de   Genève   Bernard   BERTOSSA.   Il   a   ainsi   été   corrompu   directement   par   BERTOSSA.   Les   centaines   de milliards     escroqués     sur     les     brevets     FERRAYÉ,     sont     ainsi     directement     la     source     de     «     L’AFFAIRE CLEARSTREAM » depuis 1992. C'est   intéressant   de   relever   que   le   18   février   2015 ,    une   perquisition   a   été   ordonnée   par   le   Procureur général   de   Genève   Olivier   JORNOD,   au   siège   de   HSBC.    La   perquisition   s'est   faite   par   le   Procureur général   Olivier   JORNOD   et   le   Procureur   Yves   BERTOSSA,   le   fils   de   Bernard   BERTOSSA    qui   a   contribué à   escroquer   les   royalties   FERRAYÉ...   C'est   comme   ça   que   fonctionne   la   "justice"   genevoise   où   TOUT EST   CORROMPU   !   Il   est   important   pour   le   Crime   organisé,   de   veiller   à   ce   qu'aucune   brèche   ne   laisse révéler les crimes qu'ils ont commis ! CLEARSTREAM   sert   à   masquer   les   flux   financiers,   qu’ils   soient   licites   ou   criminels.   Révélation $   de   Denis ROBERT    et    d'Ernest    BACKES     démontre    que    «Les    motifs    de    ces    dissimulations    de    transferts    bancaires internationaux    sont    nombreux.    Ils    peuvent    aller    de    la    simple    recherche    de    confidentialité    dans    le    cadre d`opérations   commerciales   au   blanchiment   d`argent   sale   en   passant   par   le   délit   d`initiés,   la   corruption,   le blanchiment   d’argent   ou   l`évasion   fiscale.»   Le   moyen   de   cette   occultation   est   la   pratique   des   «comptes   non publiés». CLEARSTREAM   s’est   mis   à   ouvrir   des   comptes   non   publiés   qui   se   seraient   multipliés   depuis   le   début   des années   nonante    –   Les   détournements   des   centaines   de   milliards   de   FERRAYE   sont   survenus   dès   juillet   1991. Au   nombre   de   1900    chez   CLEARSTREAM   en   1995,    ces   comptes   auraient   été   au   nombre   de   quelque   7500,   cinq   ans   plus   tard,   soit   l`équivalent   de   la   moitié   de   tous   les   comptes   gérés   par   la   société   du   Suisse   André LUSSI   ex   responsable   UBS   SA…   Et   ceci   au   moment   même   où   quelque   2’000   à   3’000   milliards   de   dollars   (cours de   l’époque)   étaient   escroqués...   La   vidéo   ci-dessous   est   significatife   du   mode   de   fonctionnement   de   HSBC dans ces transactions. Compte   tenu   des   rendements   des   capitaux   pendant   20   ans,   ce   montant   peut   avoir   été   multiplié   par   10,   sans compter les dommages et intérêts. Une   étude   de   Christian   CHAVAGNEUX,   auteur   de   «   Economie   et   politique   internationale   »   titrait   dans   le   journal « Alternatives économiques » N° 194 de juillet 2001 « 4000 milliards d'euros d'argent sale » « L'affaire CLEARSTREAM a bouleversé les estimations réalisées jusqu'à présent du montant d'argent sale circulant dans le monde. L'histoire   commence   en   février   dernier,   quand   sort   le   livre   de   Denis   ROBERT   et   d'Ernest   BACKES,   Révélation $ (éd.   Les   Arènes).   Il   explique   comment   la   société   privée   CLEARSTREAM   organise   une   comptabilité   parallèle (des comptes « non publiés ») qui enregistre des transferts financiers internationaux en partie douteux  Bernard SABRIER   fondateur des banques suivantes rachetées par les banques SAFRA : Outre   le   fait   que   Bernard   SABRIER   a   été   administrateur   des   trois   banques   “RNB”   d’Edmond SAFRA   citées   plus   haut,   il   a   été   également   le   fondateur   des   banques   UNIGESTION ”   dont   l’une   a été   rachetée   par   RNB   Republic   National   Bank   of   New   York   d’Edmond   SAFRA   après   la   levée des   séquestres.   S’agissait-il   d’effacer   toute   trace   de   la   complicité   dans   l’escroquerie   des   royalties ? Banque Unigestion SA  inscrite en date du 3 juin 1971 et radiée le 22 mars 2000, sous le numéro RC CH-020.9.900.967-3. Actifs repris par RNB Republic National Bank of New York (Suisse) SA à Genève Unigestion Holding  SA  inscrite en date du 11 août 1988 sous le numéro RC CH-660.0.627.988-7 Liens avec les protagonistes qui ont initié l’escroquerie des royalties Ce   qu’il   est   intéressant   d’observer   dans   le   cadre   des   deux   banquiers   (SAFRA   plus   haut   et   SABRIER),   ce   sont les   intervenants   administrateurs   de   ces   banques,   qui   sont   directement   liés   aux   protagonistes   qui   ont   initié l’escroquerie des royalties FERRAYÉ. Le   fichier   pdf   accessible   par   ce   lien    (143   pages)   donne   une   idée   de   l’ampleur   du   réseau   de   blanchiment SAFRA   et   Consorts,   sans   prendre   en   compte   les   sociétés   propres   à   HSBC   que   nous   verrons   plus   loin.   Mais   le plus   grave   est   que   toutes   ces   informations   ont   été   fournies   aux   Autorités   pénales   fédérales   suisses    qui   n’ont constaté   aucun   soupçon   d’irrégularités...   De   multiples   sociétés   avec   le   même   nom,   créées   sous   des   N°   RC différents   ne   semble   intéresser   aucun   procureur...   Est-ce   parce   que   des   homonymes   de   ces   procureurs   figurent en   nombre   dans   notre   BD   du   blanchiment   ?   Ceci   dénote   en   tout   cas   le   niveau   de   corruption   des   institutions suisses   jusqu’au   sommet   de   l’Êtat,   tout   comme   pour   la   France   du   reste...   L’Etat   de   Droit   a   été   cédé   sa   place   au Crime Organisé ! La    vidéo    ci-contre    “comprendre    en    3    minutes    le    fonctionnement    de HSBC”   donne   une   idée   concrète   sur   la   manière   par   laquelle   tous   les membres     de     cette     organisation     gigantesque     du     crime     organisé échappent à des poursuites pénales. Mais   au-delà   et   grâce   à   la   Presse,    comment   ils   vont,   avec   l’aide   des gouvernements   corrompus,   mettre   en   place   une    nouvelle   stratégie   pour blanchir    définitivement    les    capitaux    escroqués,    qui    se    calculent    en milliers   de   milliards   d’Euros,   de   USD   ou   de   CHF,   etc.   Cette   stratégie   doit permettre   aux   détenteurs   des   royalties   escroquées   (Personnes   physiques   ou   morales)   de   devenir   officiellement titulaire   des   capitaux   cachés   (escroqués),   moyennant   une   petite   amende   substantielle   pour   laisser   croire   au   bon Peuple que la “justice” fait son travail... C’est   bien   pour   cette   raison   que   dans   aucun   Pays,   pour   aucun   des   cas   dénoncés   dans   la   Presse,   les   Ministères publics   ou   autres   organes   de   “justice”   ne   recherchent   ou   plutôt   ne   veulent   enquêter   sur   la   provenance   des capitaux qui ont ainsi échappé au fisc. HSBC est-elle la machine à laver l’argent sale de CREDIT SUISSE et d’UBS ? Prenons l’exemple de “ HSBC Private Bank (Suisse) SA  à Genève RC CH-660.0.074.001-4” créée le 09.01.2001 3 Admin. lors de la création : Junod Charles-André, de Sainte-Croix, à Chêne-Bougeries, adm. président Jacquemoud Jean-Pierre, de Genève, à Genève, adm. vice-président Marcos Ezra, de Genève, à Genève, adm. secrétaire Les   liens   qui   ressortent   du   présent   fichier   pdf    (469   pages)   démontrent   comment   une   poignée   d’individus   se sont   organisés   -   après   avoir   escroqué   des   milliers   de   milliards   de   royalties   -   pour   prendre   le   contrôle   de l’économie   mondiale.   On   y   croise   bien   sûr   les   noms   de   Marc   BONNANT,   Pierre   MOTTU,   Alexandre   ZELLER qui   a   suivi   les   fonds   depuis   leur   escroquerie   (CREDIT   SUISSE,   BCV,   HSBC),   Jean-Paul   AESCHIMANN,   Anton AFFENTRANGER (UBS) de nombreux francs-maçons, politiciens, banquiers, etc. Devons-nous   alors   nous   étonner   des   dérives   de   l’économie   lorsque   celle-ci   est   en   mains   d’individus sans   aucune   morale,   qui   ignorent   l’éthique   et   sont   sans   aucun   scrupule,   sachant   que   les   politiciens   qui cherchent   à   se   faire   élire,   ne   le   font   que   pour   bénéficier   des   retombées   que   le   Crime   organisé   dispense pour ne pas être inquété ? Les “petits copains” de la place de Genève, contrôlent la finance européenne Le   lien   pdf   ci-dessus   nous   a   présenté   quelques-uns   des   “petits   copains”   genevois   qui   ont   totalement   perdu   la tête   lorsque   la   manne   financière   de   centaines   de   milliards   de   dollars   a   été   mise   entre   leurs   mains...   Ils   ont   cru prendre   le   contrôle   du   Monde   et   aujourd’hui   le   boomerang   revient   à   eu.   Il   est   temps   de   construire   de   nouvelles prisons. Selon   contrat   de   fusion   du   10.04.2001   HSBC   Privat   Bank   (Suisse)   SA   Genève   (CH-660.0.074.001)   créée   le   9 janvier   2001    a   repris   les   actifs   de   HSBC   Republic   Bank   (Suisse)   SA   Genève    (Nouveau   nom   de   la   RNB Republic   National   Bank   of   New   York   (Suisse)   SA   de   SAFRA ,   avec   des   actifs   de   CHF   24'658'630'000    et   un passif envers les tiers de CHF 23'575'504'000, soit un actif net de CHF 1'083'126'000. Parallèlement   (3   à   à   la   même   date   de   fusion)   les   établissements   suivants   étaient   repris   par   HSBC   Republic Bank (Suisse) SA Genève : HSBC Bank USA Singapour CHF   89'742'000 - 10.04.2001 HSBC Bank USA Hong Kong CHF 120'806'000 - 10.04.2001 HSBC Investment Bank Asia Ltd Hong Kong CHF 319'273'000 - 10.04.2001 Crédit Commercial de France Genève CHF   26'599'802 - 24.02.2003 HSBC Private Bank Luxembourg CHF 124'956'000 - 05.09.2008 CHF 681’376’802 Le   but   visé   par   ces   multiples   fusions   était   assurément   de   faire   disparaître   tout   trace   de   transferts   des fonds escroqués sur les royalties. Cette   situation   nous   conduit   à   comprendre   que   la   RNB   Republic   National   Bank   of   New   York   (Suisse)   SA Genève   ex   propriété   d’Edmond   SAFRA,   inscrite   sous   le   N°   RC      CH-660.0.074.001-4   détenait   4   fois   plus   de fonds   que   l’ensemble   des   HSBC   dans   le   monde...   Et   ça   Me   Marc   BONNANT   et   son   associé   Dominique WARLUZEL,   avocats   à   Genève   ont   dû   très   vite   s’en   rendre   compte   après   la   plainte   qu’ils   avaient rédigées pour Joseph FERRAYÉ, qui avait conduit au séquestre des capitaux. C’est   assurément   pour   cette   raison   que   les   deux   Avocats   genevois   BONNANT   ET   WARLUZEL   -   encensés depuis   20   ans   par   la   Presse   et   les   télévisions   suisses   françaises   qui   sont   à   leurs   ordres   et   qui   vont endosser   une   lourde   responsabilité   due   à   leur   désinformation   publique   -   ont   trahi   leur   Client   et   pris   le contrôle   de   l’escroquerie,   en   complicité   avec   les   banquiers,   le   Notaire   Pierre   MOTTU,   l’Avocat   zurichois   Mark BRUPPACHER, les Avocats et membres du Gouvernement français, etc. CREDIT SUISSE reprend le contrôle des “petits copains” de la place de Genève Le   Schweizerische   Kreditanstalt,   aujourd’hui   CREDIT   SUISSE   a   été   impliqué   dès   le   début   dans   l’escroquerie des   royalties,   par   Rainer   E.   GUT    -      fichier   pdf    (2’834   pages)   qui   en   était   le   Président   et   qui   avait   également   la signature   dans   la   société    offshore   EVERTON   Enterprise   Ltd    aux   Iles   Vierges   britaniques   créée   pour   faire transiter   les   royalties   escroquées.   Dans   ce   dernier   lien,   par   la   présence   de   Josef   ACKERMANN,   on   prend conscience   de   la   corruption   et   du   blanchiment   à   l’international,   comment   des   individus   peuvent   provoquer   le grounding   d’une   compagnie   nationale   (SWISSAIR) ,   le   2   octobre   2001,   dans   le   seul   but   de   blanchir   des milliards   qu’ils   ont   escroqués,   sans   tenir   compte   à   aucun   moment   des   conséquences   économiques   pour   les populations. Le   3   décembre   2008,   CREDIT   SUISSE   veut   prendre   le   contrôle   de   l’équipe   des   “petits   copains”   de   la   finance genevoise   et   près   de   8   ans   après   la   création   de   la   HSBC   Privat   Bank   (Suisse)   SA   Genève,   CREDIT   SUISSE place      son   pion Alexandre   ZELLER   à   la   tête   de   HSBC.   C’est   sous   sa   direction   que   de   nombreuses   données   ont été soustraites par le lanceur d’alerte Hervé FALCIANI. Quatre   mois   plus   tard,   HSBC   Guyerzeller   Bank AG   Zürich   avec   succursale   à   Genève,   inscrite   au   RC   le   28   avril 1939   avec   un   capital   de   CHF   5’000’000.-   a   été   fusionnée.   Ce   n’est   qu’au   31   janvier   2002    (blanchiment   après levée   des   séquestres)   que   le   capital   de   la   banque   précitée   avait   passé   à   de   CHF   5’000’000   CHF   55’000’000, puis   ensuite   à   CHF   95’000’000   trois   mois   plus   tard   le   25   avril   2002.   C’est   à   ce   moment-là   qu’étaient   réalisées   les fusions   avec   le   Crédit   commercial   de   France   (Suisse)   SA   à   Genève   et   la   Handelsfinanz-CCF   Bank   à   Genève aussi.   HSBC   Guyerzeller   Bank AG   Zürich   a   été   reprise   par   HSBC   Privat   Bank   (Suisse)   SA   Genève   par   contrat de fusion du 12 mars 2009. Pour   mémoire,   en   2000,   HSBC   avait   acquis   le   Crédit   commercial   de   France   (CCF).   Le   9   novembre   2005,   le CCF   et   certaines   de   ses   filiales   (Banque   Hervet,   Banque   de   Baecque   Beau,   Banque   de   Picardie   et   UBP   Union de   Banques   Paris)   ont   changé   leur   raison   sociale   pour   apparaître   sous   la   marque   HSBC.   Au   cours   du   1er semestre   2008,   HSBC   a   revendu   aux   Banques   Populaires   ses   sept   banques   régionales   n'apparaissant   pas   sous la   marque   HSBC   :   SMC,   Banque   de   Savoie,   Chaix,   Marze,   Dupuy   de   Parseval,   Pelletier   et   CCSO.   Le   1er   août 2005,   l'ex-CCF,   la   Banque   Hervet,   la   Banque   de   Baecque   Beau,   l'UBP   et   la   Banque   de   Picardie   ont   fusionné juridiquement sous le nom de HSBC France (Extrait wikipedia). Conclusion A   l’instar   de   ce   qu’était   la   BCCI   (Bank   of   Credit   and   Commerce   International)   basée   une   fois   de   plus   au Luxembourg,   avant   sa   faillite   retentissante   en   1972,   HSBC   est   assurément   l’établissement   financier   qui   offre   la meilleure structure au Crime organisé. Quel   que   soit   le   “Corporate   governance”   officiellement   fourni   par   la   banque   et   ses   satellites   multiples,   HSBC offre   toutes   les   options   pour   contourner   les   Lois,   escroquer   les   Citoyens   (Libor,   Euribor,   Subprime,   etc),   HSBC trempe   dans   toutes   les   magouilles.   Et   là,   encore   une   fois   rien   d’étonnant,   quand   l’on   sait   que   la   banque   en question   a   fondé   sa   stratégie   sur   l’escroquerie   et   le   blanchiment   de   centaines   de   milliards   au   travers   de protagonistes sans scrupule et sans foi ni Loi. Il   est   temps   de   mettre   un   terme   à   cette   banque   de   Voyous   et   nous   allons   prendre   le   contrôle   de   tous   ses   avoirs en compensation du préjudice subi.
Etude Bonnat - Warluzel Genève
ICIJ   The International Consortium of Investigative Journalists (180 journalistes à travers le monde) SwissLeaks.   OffshoreLeaks,   etc.   nous   parlent   constamment   de   “Fraude   d’évasion   fiscale”...   Posons- nous   alors   la   question   de   savoir   pourquoi   ces   “super   journalistes”   ne   cherchent   jamais   à   comprendre d’où proviennent les fonds détenus sur les comptes dont ils ont eu connaissance... Quels   sont   les   “Titres”   qui   participent   aux   révélations   de   l’ICIJ   ?   Le   Washington   Post,   la   BBC,   le Guardian, le Süddeutsche Zeitung. En France Mediapart, Le Monde, en Suisse Le Temps (Tamedia) etc. Pour   la   France   et   la   Suisse   en   tout   cas,   il   est   évident   que   les   titres   concernés   ont   été   financés   par   le blanchiment    de    l’escroquerie    des    royalties    FERRAYÉ.    Dès    lors,    doit-on    s’étonner    que    l’information donnée   (exemple   4   pages   dans   Le   MATIN   Dimanche   du   15.02.2015)   ne   soit   qu’un   sujet   traité   de   manière cosmétique et un pur blanchiment de l’information... ? Pourquoi   CREDIT   SUISSE   dont   le   lien   direct   avec   HSBC   Private   Bank   SA   est   évident,   n’est-elle   jamais citée ?
André LUSSY
La   Villa   Léopolda   a   été   acquise   en   1999    par   Edmond   SAFRA.   Elle.est située   sur   les   hauteurs   de   Villefranche-sur-Mer   et   Beaulieu-sur-Mer,   au lieu-dit    Col    de    Caire,    entre    Nice    et    Monaco.    Elle    possède    une    vue panoramique   sur   le   Cap   Ferrat   et   la   mer   Méditerranée.   Elle   est   entourée d’un    parc    de    8    hectares,    planté    de    plus    de    1200    arbres    d’essences diverses   (oliviers,   cyprès,   citronniers,   orangers   et   pruniers)   et   nécessite pour   son   entretien   plus   d'une   cinquantaine   de   jardiniers.   Valeur   estimée   à CHF 700’000’000.- à sa plus haute estimation.