Fribourg tangue
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Victime   du   pouvoir   judiciaire   Franc-Maçon   fribourgeois, D.   C.   résiste   depuis   plus   de   20   ans   pour   faire   valoir   ses Droits,   se   faire   indemniser   et   pour   être   réhabilité   après les crimes judiciaires qu’il a subis. Suite   à   un   nouveaux   procès   dans   lequel   les   plaignants et   les   Victimes   étaient   tous   des   Francs-Maçons,   D.   C. vient   d’être   convoqué   pour   une   nouvelle   incarcération   de 4    mois,    en    sus    des    42    mois    d’une    condamnation précédente...   Et   tout   ça   pour   avoir   refusé   de   se   faire escroquer   par   des   Francs-Maçons   et   membres   de   Clubs : Rotary, Lions Club, Kiwanis, Ambassador, etc. Incarcéré Samedi 9 avril 2016 Signez la Pétition sous
D.   C.   a   recouru   contre   l’ordre   d’incarcération   du   15   janvier   2016    en   adressant   au   Service   d’application   des peines, le 25 janvier 2016, une demande d’ajournement  de la sanction. En   date   du   6   mars   2016,   les   “autorités”   judiciaires   Franc-Maçonnes   fribourgeoises   qui   obéissent   au   Conseil d’Etat,   n’ont   même   pas   pris   la   peine   de   lui   répondre...   Preuve   s’il   en   faut   du   mépris   que   les   “autorités”   cantonales portent aux Victimes du Crime Organisé Franc-Maçon auxquel elles sont soumises... D.   C.   n’a   pas   de   répit   pour   dénoncer   les   abus   d’autorité,   l’arbitraire,   et   les   escroqueries   dont   il   est   et   a   été Victime   depuis   plus   de   20   ans   maintenant.   Après   avoir   pillé   son   patrimoine   de   quelque   2.0   millions    de   francs au   cours   des   deux   “procès”   dignes   des   meilleures   dictatures   de   la   planète,   les   plaignants   contre   lui,   tous juges   et   avocats   Francs-Maçons,    se   sont   faits   octroyer   par   leur   “Frères”   de   céans,   plus   de   CHF   293’000.-   de dépens ! Les Francs-Maçons en colère Lors   d’une   distribution   de   flyers   début   février   2016   dénonçant   la   Franc-Maçonnerie   et   les   conséquences de   son   influence   politique   et   judiciaire   sur   les   Victimes,   D.   C.   a   été   interpellé   par   deux   personnes   étrangères de type basané se disant d’une religion. Ils lui proposaient le baptême. Tout   en   parlant   avec   ces   deux   missionnaires,   Il   a   observé   à   distance   un   autre   Franc-Maçon   qui   l’avait   déjà intercepté   auparavant   devant   les   bureaux   du   Conseiller   d’Etat   GODEL   où   il   distribuait   ses   flyers,   qui   les   filmait.   Le   Franc-Maçon   en   question   s’était   présenté   plus   tard   comme   étant   M.   Stéphane   T.   (adresse   et   téléphone   nous sont connus). Par   la   suite,   les   deux   missionnaires   précités   ont   rappelé   à   plusieurs   reprises   D.   C.,pour   le   convaincre   de   se   faire baptiser, en lui rappelant à chaque fois qu’ils priaient beaucoup pour lui. D.   C.   n’a   jamais   totalement   démontré   une   opposition   à   leur   proposition   de   baptême,   suspectant   -   à   juste   titre   on le   verra   plus   loin   -   un   lien   avec   la   Franc-Maçonnerie.   C’est   le   fait   d’avoir   vu   Stéphane   T.   les   filmer   qui   l’avait rendu suspicieux. Il   a   donc   laissé   ces   2   missionnaires   croire   qu’ils   l’avaient   appâté.   Dès   lors   ils   ont   fait   pression   pour   fixer   la   date du   baptême   au   12   mars   2016.   D.   C.   était   réticent   et   il   a   eu   droit   à   une   morale   “d’enfer”,   lors   de   laquelle   les missionnaires   lui   ont   précisé   qu’ils   avaient   dû   travailler   dur   pour   obtenir   cette   séance   de   baptême   et   qu’il   ne pouvait plus faire marche arrière. Finalement,   face   à   son   refus   de   se   rendre   le   12   mars   2016   dans   un   lieu   qu’il   ignore   encore,   D.   C.   a   été   menacé lors   d’un   appel   téléphonique   !   Les   missionnaires   qui   voulaint   le   baptiser   (sic!)    lui   ont   dit   qu’ils   ne   voulaient   plus le   voir   mettre   les   pieds   et   afficher   ses   flyers   sur   le   territoire   de   Fribourg ,   que   Fribourg   leur   appartenait   !   Son interlocuteur était très énervé. Ce   n’est   que   ce   jour,   3   mars   2016   à   09.11   H,   suite   à   une   mauvaise   manipulation   sur   son   portable,   que   l’un   des deux missionnaires a appelé D. C. suite à un message qu’il lui avait malencontreusement fait parvenir. D.   C.   a   profité   de   cet   appel   pour   obtenir   de   manière   plus   précise   des   informations   sur   son   interlocuteur   et   c’est   à ce   moment-là   que   sans   vouloir   lui   donner   son   nom   et   son   origine,   il   lui   a   précisé   qu’il   travaillait   pour   l’Eglise   de Jésus   Christ   des   Saints   des   dernier   jours    et   qu’il   appartenait   à   l’organisation   des   Mormons.    Il   lui   a   conseillé de   visiter   le   Site   www.lds.org .   C’est   aussi   lors   de   cet   entretien   qu’il   lui   a   précisé   que   son   organisation   soutient   la Franc-Maçonnerie   et   que   de   nombreux   adhérents   sont   Francs-Maçons.   On   notera   sur   le   Site   en   question   les astuces pour obtenir des informations sur la personnalité des internautes et de leur famille... C’est   sauf   erreur   dans   la   vidéo   de   William   (Bill)   SCHNOEBELEN    (repenti   après   avoir   atteint   le   degré   90   sur   96 FM)    que   sont   dénoncés   les   liens   structurels   existants   entre   les   Mormons   et   la   Franc-Maçonnerie   et   ses   Clubs   de service. D.   C.   ajoute   encore   que   pour   terminer,   son   interlocuteur   lui   a   précisé   qu’il   n’avait   pas   intérêt    à   faire   mention   que   ce   soit   du   lien   Mormon   avec   les   Francs-Maçons.    Que   doit-on   penser   de   telles   menaces   de   la   part   de missionnaires...   Qu’est-ce   qui   remplace   l’eau   bénite   dans   un   tel   baptême,   quand   les   prêtres   Francs- Maçons veulent éliminer un de leurs détracteurs ? Il   faut   préciser   qu’ayant   pressenti   lors   de   leur   entretien   du   3   mars   2016,   qu’une   dénonciation   pouvait   être   en préparation   à   leur   encontre,   le   missionnaire   s’est   rétracté   sur   l’interdiction   qu’il   avait   formulée,   d’interdire   de remettre les pieds à Fribourg, et il a averti D. C. qu’il nierait toutes ses déclarations. La Constitution fédérale  contre la “constitution” Franc-Maçonne L’Art.   16   Cst   instaure   la   Liberté   l’opinion   et   d’information   et   le   droit   à   toute   personne   d’exprimer   et   de   répandre librement son opinion. Cet   article   constitutionnel   garantit   au   surplus   le   droit   de   recevoir   librement   des   informations,   de   se   les   procurer aux sources généralement accessibles et de les diffuser. Dès   lors,   que   penser   de   l’attitude   des   policiers   qui   viennent   dissuader   les   passants   de   prendre   les   flyers, q uand   D.   C.   informe   l’Opinion   publique   ?   Qu’en   est-il   de   ces   mêmes   policiers   qui   arrachent   les   flyers   disposés sur des places d’affichage officielles ? Les   policiers   en   question   employés   par   les   communes   de   Monthey   VS   et   de   Collombey-Muraz   VS   obéissent   à leurs Présidents de Communes qui sont des Francs-Maçons membres de Clubs de service... Roger MORISOD - GESSIMO SA Monthey Les   menaces   de   l’Administrateur   de   GESSIMO   SA   à   Monthey   qui   a   ouvertement   déclaré   son   appartenance   à   la Franc-Maçonnerie sont significatives de la dangerosité de ces individus... Le   lundi   9   novembre   2015   vers   11.35   H,   D.   C.   a   reçu   un   appel   téléphonique   sur   son   portable,   provenant   du   079   ............   Un   individu   très   excité   qui   s’est   annoncé   du   nom   de   MORISOD   lui   a   fait   d’entrée   de   cause   des menaces   de   mort ,   lui   faisant   comprendre   que   ses   flyers   l’agaçaient   fortement.   Il   l’a   averti   qu’il   connaissait parfaitement son nom et son domicile et il a bouclé le téléphone. D. C. a essayé de rappeler le numéro, sans que personne ne réponde. Faisant   ménage   commun   avec   sa   compagne   et   des   enfants   étant   régulièrement   à   leur   domicile,   D.   C.   a immédiatement évalué la dangerosité de la situation. Il   s’est   alors   présenté   au   poste   de   gendarmerie   et   après   insistance   a   pu   obtenir   du      gendarme   de   service, l’adresse   de   M.   MORISOD   qui   correspondait   au   numéro   de   téléphone   affiché   sur   son   portable.   Il   s’est   avéré   qu’il s’agissait alors de Roger MORISOD, administrateur de GESSIMO SA, à Monthey. A   la   demande   de   D.   C. ,   le   gendarme   a   signifié   à   M.   MORISOD   de   les   rejoindre   au   poste   de   police   pour   tirer   au clair ses menaces, ce qu’a refusé l’intéressé. D.   C.   a   alors    pris   le   risque   de   se   rendre   dans   les   bureaux   de   GESSIMO   SA   pour   se   confronter   à   cet   individu   dont il n’avait jamais entendu parler et qui le menaçait de mort gratuitement. D.   C.   avait   dans   l’intention   de   le   calmer   et   prévenir   tout   acte   irréversible,   tout   en   lui   expliquant   l’importance   de dénoncer la Franc-Maçonnerie par ses flyers, pour l’intérêt public et celui des Victimes. Il   a   cependant   été   confronté   à   un   individu   surexcité    qui   lui   a   réaffirmé   ses   menaces ,   ajoutant   encore   qu’il n’allait pas s’impliquer lui-même, mais « donnerait le boulot à un autre ». MORISOD   a   encore   ajouté   «   que   cela   fait   plus   de   10   ans   que   nous    les    emmerdons   avec   nos   dénonciations »…  Tout en confirmant que lui et son père sont bien Francs-Maçons ! D.   C.    de   son   côté   a   précisé   que   ça   ne   faisait   pas   10   ans   que   nous   dénonçons   la   Franc-Maçonnerie   et   ses   Clubs de service, mais depuis quelques mois seulement. Roger   MORISOD   lui   a   alors   demandé   de   sortir   immédiatement   de   son   bureau   ou   il   le   faisait   évacuer   par   l’aide   de la   police.   Puisque   la   proposition   lui   était   si   gentiment   faite,   D.   C.    lui   a   confirmé   qu’il   optait   pour   la   deuxième proposition   et   c’est   là   que   MORISOD   a   appelé   la   police   qui   est   arrivée   quelques   minutes   plus   tard,   tous   feux allumés. Si   D.   C.   a   opté   pour   que   la   police   vienne,   c’est   parce   que   MORISOD   lui   avait   confirmé   que   ses   menaces étaient   bien   réelles   et   qu’il   commanditerait   ses   actes   par   un   tiers,   d’où   le   risque   d’atteinte   de   sa   famille.   A ses   yeux,   l’intervention   de   la   police   devenait   une   nécessité   pour   protéger   son   entourage   et   procéder   à   une arrestation immédiate de celui qui avait lancé les menaces. Lorsque   les   gendarmes   sont   arrivés,   D.   C.   a   voulu   leur   expliquer   que   M.   MORISOD   avait   confirmé   ses   menaces et   qu’en   plus   il   voulait   les   faire   exécuter   par   une   tierce   personne.   Les   gendarmes   n’ont   rien   voulu   savoir, prétextant   que   ça   ne   les   regardait   pas   et   que   D.   C.    devait   quitter   les   lieux   exactement,   comme   le   souhaitait   leur   « supérieur   »   indirect,   le   Franc-Maçon   MORISOD…   Preuve   s’il   en   faut   que   la   police   Montheysanne   dirigée   par   le Président    de    la    Commune    Stéphane    COPPEY,    ami    de   Yannick    BUTTET    Président    de    la    Commune    de Collombey-Muraz    (voir   page   25)    est   aux   ordres   de   la   Franc-Maçonnerie.   Ces   deux   Présidents   de   Commune sont   amis   et   Francs-Maçons   et   obéissent   aux   règles   Franc   Maçonnes.   Dès   lors,   la   police   n’est   plus   au service   du   Peuple   pour   garantir   sa   sécurité,   elle   est   devenue   le   pouvoir   exécutif   des   Francs-Maçons   pour exécuter leurs basses besognes en toute impunité… Comme   nous   l’avons   vu   plus   haut,   en   prétendant   que   «   cela   fait    plus   de   10   ans   que   nous   les   emmerdons avec   nos   dénonciations   »,      Roger   MORISOD   a   très   certainement   fait   référence   aux   dénonciations   faites   sur   le détournement   des   royalties   FERRAYÉ.   Cette   thèse   peut   être   accréditée   par   les   mandats   d’administrateur   de Roger   MORISOD   dans   différents   Registres   du   Commerce,   comme   en   témoignent   les   liens   d’influence   respectifs dont nous disposons. Il   faut   préciser   dans   ce   contexte,   qu’outre   Roger   MORISOD   dans   le   RC   de   GESSIMO   SA,   on   retrouve   le Président   de   la   Commune   de   Monthey   Stéphane   COPPEY ,   mais   aussi   Gilles   BORGEAUD,   le   Président   du Tribunal   de   Police    de   la   Ville   qui   ne   cesse   de   condamner   D.   C.   par   des   amendes   au   tarif   d’usurier   pour   les flyers affichés… Ceci   nous   démontre   que   la   Franc-Maçonnerie   utilise   les   services   et   autorités   publiques   pour   régler   ses propres affaires administratives. Ainsi, les fonds publics servent à des intérêts privés ! Banque Cantonale de Fribourg Le   2   mars   2016   à   15.26   H,   D.   C.   a   reçu   un   appel   téléphonique   provenant   du   N°   0848   223   223,   d’un   individu   qui s’est   annoncé   comme   étant   M.   GALLEY   et   a   menacé   D.   C.   de   lui   brûler   les   mains   s’il   continuait   à   afficher ses flyers  sur son bâtiment contrôlé par des caméras vidéo. Et il a bouclé ! Le   choc   encaissé   et   après   réflexion,   D.   C.   a    rappelé   le   N°   précité   à   15.41   H   et   il   a   été   très   surpris   d’être   en communication avec la Banque Cantonale de Fribourg… D.   C.   a    communiqué   à   la   standardiste   les   informations   sur   les   menaces   qu’il   venait   de   recevoir   et   a   souhaité obtenir   davantage   de   renseignements   concernant   ce   M.   GALLEY.   Après   quelques   minutes,   on   lui   a   passé   la personne   en   question   et   D.   C.    lui   a   demandé   s’il   allait   mettre   ses   menaces   à   exécution   (lui   brûler   les   mains)   dans le but de l’empêcher de déposer les flyers, car c’est lui (le concierge) qui devait les enlever. Dans   un   premier   temps,   M.   GALLEY   a   confirmé   que   ce   serait   bien   le   cas   et   après   que   D.   C.   ait    pu   lui   faire comprendre   que   ses   propos   relevaient   de   menaces   au   sens   du   code   pénal,   que   de   plus   il   l’avait   appelé   au   nom de   la   Banque   Cantonale   de   Fribourg   par   le   N°   officiel   cité   plus   haut,   son   correspondant   a   pris   la   mesure   de   ses menaces et s’est excusé. Le   problème   dans   le   cas   présent   ne   relève   pas   de   M.   GALLEY,   mais   bien   de   la   Banque   Cantonale   de   Fribourg qui   a   certainement   invité   son   concierge   à   faire   cette   démarche.   A   moins   d’être   abruti,   personne   ne   pourra soupçonner   qu’un   concierge   puisse   prendre   l’initiative   d’ utiliser   le   Numéro   officiel    d’une   banque    comme   la Banque   Cantonale   de   Fribourg   pour   faire   une   telle   démarche.   Les   excuses   ne   lui   ont   du   reste   pas   paru   du   tout sincères. Cette   situation   précise   nous   laisse   en   outre   entrevoir   les   liens   de   membres   de   la   Franc-Maçonnerie    au   sein même de la Banque Cantonale de Fribourg…  C’est   ainsi   qu’outre   Mme   Solange   BERSET,   mère   du   Conseiller   Fédéral,   de   M.   Georges   GODEL   Conseiller d’Etat   qui   sont   les   principaux   à   bloquer   toute   évolution   visant   à   résoudre   le   Crime   judiciaire   contre   D.   C.   et   sa famille,   on   remarque   également   la   présence   de   Urs   SCHWALLER ,   l’ex   Conseiller   aux   Etats,   Président   du Groupe PDC  à Berne… Rappelons qu’Urs SCHWALLER  a été nommé Président de « La Poste » en Suisse... ! Urs   SCHWALLER    occupe   une   place   prépondérante   dans   le   fichier   mis   en   ligne   pour   le   dossier   de   la   Police Fédérale   «   FedPol    »    lié   directement   à   l’escroquerie   et   au   blanchiment   des   milliards   des   royalties   FERRAYÉ.   On le   retrouve   dans   les   liens   du   fribourgeois   Jean-Luc   VEZ ,   qui   a   rejoint   depuis   2014   en   qualité   de   Directeur,   la Mecque   Franc-Maçonne   du   World   Economic   Forum ,   dont   la   Direction   est   située   à   Cologny   GE   et   dont   les   liens d’influence sont astronomiques... Nous   comprenons   donc   maintenant   les   raisons   qui   ont   conduit   un   petit   concierge   à   menacer   D.   C.   de   lui   brûler les mains, et savons sur l’influence de qui il agissait… Et   pour   la   petite   histoire,   tout   ceci   est   la   preuve   que   les   dénonciations   de   Dominique   DE BUMAN    du   24   mai   2006   étaient   bien   réelles.   Le   Conseiller   National   Dominique   DE   BUMAN , vice-Président    du    PDC     Suisse    dont    on    peut    légitimement    attendre    d’un    tel    personnage politique   qu’il   savait   peser   ses   mots   lorsqu’il   s’exprimait,   s’était   adressé   à   deux   reprises    à   la Presse et avait déclaré : «    La    société    est    complètement    pourrie.    Cela    ne    fonctionne    que    par    les    petits    copains.    Il    y    a    des problèmes   partout.   La   société   fribourgeoise   n’est   pas   exempte   d’histoires   de   corruption   ou   de   copinage ».    […]   «   J’ai   eu   vent   de   certaines   choses   qui   ont   été   couvertes,   c’est   vrai,   je   le   sais   ».   Et   d’ajouter   qu’il   « savait   que   les   Autorités   étaient   complètement   corrompues,   mais   que   ça   ne   s’arrêtait   pas   là   et   que   s’il dénonçait   ce   qu’il   savait,   ce   n’était   pas   seulement   le   Canton   de   Fribourg   qui   en   tremblerait,   mais   la Suisse entière ». Il suffit de consulter le fichier de son frère Jean-Luc DE BUMAN , pour savoir de quoi il parlait... Dans   un   Etat   de   Droit,   Ministère   Public   de   la   Confédération   et Tribunal   Pénal   Fédéral   se   seraient   rués   sur ces   informations    pour   connaître   les   éléments   qui   avaient   conduit   le   Conseiller   National   à   déclarer   publiquement des accusations aussi graves et l’intéressé aurait immédiatement été placé au secret pour éviter toute collusion. Mais   dans   unu   République   bananière   comme   est   devenue   la   Suisse,   dans   laquelle   l’Etat   de   Droit   n’est plus   qu’une   illusion   et   où   les   Dirigeants   et   les   Magistrats   ne   font   qu’appliquer   les   directives   impératives instaurées   par   la   Franc-Maçonnerie,   rien   !   Nada   !    Bien   au   contraire,   toutes   les   pressions   utiles   ont   été   faites pour que le Conseiller National PDC  Dominique DE BUMAN se rétracte et s’excuse. Alors maintenant nous savons que : Les révélations de Dominique DE BUMAN étaient vraies ! Dominique   DE   BUMAN   avait   connaissance   des   milliards   blanchis   en   Suisse   dans   le   cadre   de   l’escroquerie des royalties sur les brevets FERRAYÉ Les   noms   «   DE   BUMAN   Jean-Luc   et   DE   BUMAN   Nicolas   (Ernst   &   Young   et   HSBC   entre   autres)    »   dans notre   base   de   données   de   l’escroquerie   et   du   blanchiment   des   royalties,   donnent   peut-être   un   début   de réponse... Dominique   DE   BUMAN   avait   connaissance   des   milliers   de   Victimes   opressées   dans   chaque   Canton   par   la Franc-Maçonnerie qui contrôle les pouvoirs politiques et judiciaires ! Rappelons-le   une   fois   de   plus   :   dans   un   Etat   de   Droit   les   Services   judiciaires   compétents   auraient   obtenu les   réponses   aux   questions   qu’a   provoquées   le   Conseiller   National   PDC    Dominique   DE   BUMAN ,   mais dans   un   Etat   diabolique   dominé   et   contrôlé   par   la   Franc-Maçonnerie    qui   est   commanditaire   du   Crime Organisé   en   bande   et   de   l’escroquerie   et   du   blanchiment   par   métier   (patrimoine   D.   C.   ,   royalties FERRAYÉ, etc.), il était capital d’étouffer cette affaire. Franc-Maçon   atteignable   au   079   301   85   44   qui   s’est   présenté   d’Yverdon,   sans   préciser   son nom. Après   avoir   vu   nos   flyers   en   ville   de   Payerne,   l’interlocuteur   atteignable   au   N°   précité   avait   appelé   D.   C.   fin décembre   2015   pour   démontrer   son   mécontentement   en   s’étonnant   que    compte   tenu   des   dénonciations faites, D. C.   n’ait pas encore été « supprimé »… Que   compte   tenu   de   l’activité   de   D.   C.   (dénonciation   et   distribution   des   flyers),   cet   interlocuteur   allait   faire part   de   nos   dénonciations   aux   grands   maîtres   des   loges   Alpina    pour   la   Suisse   et   de   L’Orient    pour   la France. D.   C.a   voulu   savoir   pourquoi   il   allait   le   dénoncer   en   France   pour   des   affaires   suisses   qu’il   dénonçait   et   il   a eu pour réponse, que la Franc-Maçonnerie n’a pas de frontières !!! Il a nié vouloir menacer D. C. par cette démarche. Droit à l’information publique Dans   le   cadre   de   nos   recherches,   nous   avons   établi   que   la   Presse   est   aujourd’hui   muselée   et   au   service de la Franc-Maçonnerie (ex. André KUDELSKI – Edipresse / Affaire VIOLIER – Bilan). C’est   pour   cette   raison   que   nous   ne   pouvons   plus   attendre   une   quelconque   objectivité   des   Médias   suisses et   que   nous,   les   Victimes,   sommes   contraintes   de   dénoncer   nous-mêmes   les   crimes   commis   à   notre encontre. Dès    lors,    toute    mesure    administrative    ou    pénale    prise    à    notre    encontre    dans    ce    cadre,    va    à l’encontre de nos Droits fondamentaux au sens de l’art. 16 Cst. La   dernière   votation   du   28   février   2016   a   clairement   démontré   dans   le   cadre   de   l’initiative   UDC,   que   le Peuple Suisse VEUT que l’Etat de Droit garantisse l’application de la Législation. Tous   les   Citoyens   que   nous   rencontrons,   qui   comprennent   que   l’Etat   de   Droit   qui   prévaut   actuellement   en Suisse est dans les faits sous contrôle d’une Secte administrée par des Oligarques, sont scandalisés. Ils   comprennent   alors   que   les   Francs-Maçons,   qui   n’ont   légalement   pas   la   compétence   d’agir   dans   leur fonction   confiée   par   l’Etat,   au   vu   du   Serment   qu’ils   ont   prêté   envers   leur   propre   “constitution”   satanique,   ne doivent    pas    pouvoir    occuper    des    postes    de    magistrats    dans    nos    Institutions    judiciaires    ou    nos Gouvernements et Parlements. L’Etat   de   Droit   ne   peut   être   confié   qu’à   des   personnes   qui   auront   comme   seule   valeur,   le   respect   de l’application de la Constitution fédérale et de la Législation qui en découle ! Les    fonctions    en    relation    avec    l’application    de    l’Etat    de    Droit    -    qu’il    s’agisse    des    Institutions judiciaire   ou   des   Gouvernements   ou   encore   des   Parlements   -   doivent   être   proscrites   pour   tous   ceux qui   font   obédience   à   la   Franc-Maçonnerie   et   à   ses   règles   secrètes,   qui   sont   contraires   à   notre Constitution fédérale. Ces gens-là sont le « Cancer » de notre Société ! Ils   doivent   en   être   éradiqués   du   système   par   une   chirurgie   massive   pour   le   bien   non   seulement   des Victimes, mais pour la sécurité de tout le Peuple suisse.
BernLeaks
Cliquer l’image pour agrandir