L’Etat escroque les bénéficiaires de l’aide sociale
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Pierre-Y. MAILLARD
Président du Canton de Vaud, socialiste, ex syndicaliste
Taxe d’exemption du service militaire Les services de l’Etat de Vaud violent la Législation fédérale et escroquent les bénéficiaires de l’aide sociale La   Loi   fédérale   sur   l’armée   et   l’administration   militaire   (LAAM)   stipule   les   principes selon lesquels tout Suisse est astreint au service militaire (Art. 2). Service   de   protection   civile,   service   civil   de   remplacement   et   taxe   d’exemption   de l’obligation de servir sont réglés par des lois fédérales particulières. Les   interprétations   faites   de   la   loi   fédérale   sur   la   taxe   d’exemption   de   l’obligarion   de servir   (LTEO)   sont   l’objet   des   escroqueries   pratiquées   à   l’encontre   des   bénéficiaires de   l’aide   sociale   (RI)   du   Citoyen   que   nous   allons   prendre   ici   comme   exemple.   Mais ils sont probablement des centaines, voire des milliers dans la même situation. Le principe LTEO veut : que   tout   Citoyen   suisse   qui   n’accomplit   pas   ou   qu’en   partie   sont   obligation   de servir, doive fournir une compensation pécuniaire (Art. 1). que   l’assujettissement   à   la   taxe   commence   au   début   de   l’année   au   cours   de laquelle la personne astreinte atteint l’âge de 20 ans (Art. 3). L’exonération   de   la   taxe   au   sens   de   l’Art.   4   soit   accordée   pour   des   raisons   de santé. L’objet   du   conflit   provient   du   Chapitre   2   LTEO,   relatif   au   revenu soumis à la taxe. Au   sens   de   l’art.   11 ,   la    l égislation   sur   l’impôt    fédéral    direct   (IFD) , règle   le   mode   de   calculation   de   la   taxe,   en    fonction   du   revenu   net   total que l’assujetti réalise en Suisse et à l’étranger. L’art.   12    précise   les   déductions   prises   en   compte   pour   définir   le   revenu   net soumis à la taxe selon le chapitre 2 LTEO. Le Chapitre 2 LTEO, définit le calcul de la taxe L’art.   13    définit   le   taux   d’imposition,   à   savoir   CHF   3.-   par   tranche   de CHF    100.-   du   revenu   soumis   à   la   taxe ,   étant   précisé   qu’elle   est   d’au   moins CHF 400.-. Comment se calcule l’Impôt fédéral direct (IFD) Il   est   impératif   à   ce   stade,   de   comprendre   ce   qu’est   l’impôt   fédéral   direct   et   que selon   le    barême   IFD ,   la   taxation   n’intervient   qu’à   partir   d’un   revenu   de   CHF 17’800.-.    Il   faut   aussi   savoir   qu’en   fonction   des   déductions   précisées   dans   l’art.   12, même   si   le   contribuable   déclare   un   revenu   imposable   de    CHF   1.00,   il   pourrait quand   même   avoir   obtenu   au   minimum   un   revenu   effectif   imposable   de   CHF 17’800.- .   C’est   pour   cette   raison   que   la   LTEO   précise   que   la   taxe   perçue   est d’au moins CHF 400.-. mais du revenu IFD .  
BernLeaks
Pierre-Y. MAILLARD
Ministre des finances du Canton de Vaud Radical ex directeur de banque (BCV)
Pascal BROULIS
Ils ont tous les deux été informés des pratiques en cours et ne sont pas intervenus. Ils n’ont même pas pris la peine de répondre ! A noter que ces deux Ministres sont les locomotives de la réforme fiscale vaudoise RIE III qui consistait à réduire de 40 % l’imposition du bénéfice des entreprises en compensation d’améliorations sociales dans le Canton (allocations familiales, plafonnement des primes maladie, etc.
C’est   bien    aussi   pour   cette   raison   que   le   législateur   n’a   pas   voulu   baser   le   calcul   de   la   taxe   de   perception   sur   le revenu   fiscal   cantonal,   mais   bien   sur   le   revenu   IFD    qui   exempt   de   toute   taxe   les   revenus   inférieurs   au minimum de CHF 17’800.-. Cas pratique de Vincenz T. (Nom d’emprunt) Suite   à   un   parcours   de   vie   difficile,   Vincenz T.   est   au   bénéfice   du   Revenu   d’insertion   (RI)   depuis   2009    et   touche une   indemnité   mensuelle   de   survie   de   CHF   1’110.-,   qui   est   non   imposable.   Ses   déclarations   fiscales    laissent donc apparaître un revenu cantonal, à l’instar du revenu IFD, de CHF 0.00 . Nous   nous   bornerons   à   ne   prendre   en   considération   que   les   échanges   intervenus   pour   la   taxation   des   années 2013   et   2014,   qui   relatent   l’ensemble   des   aberrations   perverses   qui   ont   servi   d’argumentation   des   décisions prises   par   M.   Laurent   JACCARD,    chef   de   la   taxe   d’exemption   de   l’obligation   de   servir.    Les   décisions   du   même fonctionnaire   vaudois   étaient   identiques   pour   les   années   2011   à   2014,   tout   comme   nos   déterminations   contre cette   taxe.   Mais   comme   on   le   verra   aussi,   les   recours   au   Tribunal   cantonal   vaudois   et   au   Tribunal   fédéral violent tous les Droits constitutionnels. Chronologie des faits : 01 - 20.11.2014  Opposition de Vincenz T. à la taxe 2013 02 - 01.12.2014  Transmission de l’opposition au Tribunal cantonal comme objet de sa compétence 03 - 28.01.2015  A la demande du Tribunal cantonal, la division a transmis sa détermination 04 - 13.02.2015  Vincenz T. a déposé son mémoire en réponse à la détermination précitée 05 - 03.07.2015  Arrêt Tribunal cantonal - Rejet recours taxe 2013 06 - 13.07.2015  Recours adressé au Tribunal Fédéral / Conseil Fédéral 07 - 27.07.2015  Arrêt du Tribunal Fédéral - Rejet du recours en 10 jours... (No comment !) 08 - 13.07.2015  Opposition de Vincenz T. à la taxe 2014 09 - 05.08.2015  Service taxation demande justificatifs des revenus 10 - 07.09.2015  Décision de maintenir la taxe 2014 Dans   le   courrier   du   5   août   2015 ,    relatif   à   la   taxe   2014,   Laurent   JACCARD    écarte   d’entrée   de   cause   la réclamation   du   13   juillet   2015   par   laquelle   il   était   fait   opposition   à   la   perception   de   la   taxe   minimale   requise   de CHF   400.-,   considérant   que   la   IIe   Cour   du   Tribunal   Fédéral    avait   déjà   statué   sur   le   principe   selon   son   arrêt du 27 juillet 2015 (taxe 2013). Nous   reviendrons   plus   loin   sur   l’illégalité   de   l’arrêt   du   Tribunal   Fédéral    auquel   il   est   fait   référence,   compte tenu   d’une   jurisprudence   de   la   Haute   Cour   sur   l’intangibilité   du   droit   au   minimum   vital.   Cette   situation   nous démontre   à   quel   point   les   décisions   de   justices   au   niveau   de   toutes   les   instances,   peuvent   être   corrompues lorsqu’il   s’agit   de   donner   raison   à   un   “Frère”   Franc-Maçon   ou   à   un   service   de   l’Etat   contrôlé   par   la   Franc- Maçonnerie...   Notons   que   l’arrêt   précité   rendu   en   quelque   10   jours...   était   une   manière   pour   les   “juges” Francs-Maçons   de   montrer   leur   mépris   pour   le   recourant...   Dans   l’ordinaire   les   décisions   du   Tribunal Fédéral prennent plusieurs mois ! En   croyant   ainsi   pouvoir   se   référer   à   l’arrêt   du   Tribunal   Fédéral   pour   écarter   le   fond   du   problème   selon   lequel un   impôt   quel   qu’il   soit   peut   être   exigé   d’un   Citoyen   qui   n’a   pas   de   revenu   imposable,   Laurent   JACCARD   fait assurément   fausse   route.   Ce   fonctionnaire   du   service   de   la   taxation   démontre   une   perversité   et   une   volonté farouche   de   se   placer   au-dessus   de   la   Loi,   sans   aucun   regard   pour   les   conséquences   de   ses   actes envers les Victimes qu’il enfonce encore, alors qu’elles sont déjà dans l’indigence. Comme   beaucoup   de   fonctionnaires   qui   ont   une   responsabilité   supérieure   au   sein   de   l’Êtat,   Laurent JACCARD   fait   preuve   d’une   intransigeance   par   laquelle   il   démontre   qu’il   est   incapable   de   se   remettre en   question.   Ces   comportements   sadiques   et   pervers,   sont   particulièrement   représentatifs   de   l’attitude des Francs-Maçons. Ils sont absolument intolérables !   Par   son   courrier   du   5   août   2015    cité   plus   haut,   Laurent   JACCARD   a   simplement   voulu   faire   croire   à   une pseudo    conscience    professionnelle    en    laissant    croire    qu’il    allait    examiner    une    éventuelle    réduction    de    la taxation en fonction de jusfificatifs relevant de la situation financière de l’assujetti. Il   avait   déjà   statué   sur   ce   principe   dans   une   décision   du   16   août   2013    relative   à   la   taxe   2012.   Mais   encore,   Laurent   JACCARD   était   dans   l’erreur,   puisque   l'objet   du   conflit   n'était   pas   la   situation   particulière   de Vincenz   T.,   mais   le   principe   selon   lequel   la   taxe   doit   être   basée   sur   le   revenu   IFD   (min.   17'800.-   /an)   et   sur   le Droit intangible au minimum vital, dont fait partie le revenu d'însertion (RI) Encore   une   fois,   l’illégalité   de   la   perception   de   cette   taxe   relève   du   fait   que   celle-ci   ne   doit   pas   être calculée   en   fonction   de   la   déclaration   de   taxation   cantonale   sur   la   base   de   laquelle,   même   avec   un   revenu   null, l’assujetti   devrait   être   astreint   au   minimu   de   taxe   de   CHF   400.-.   Qu’au   contraire,   selon   la   LTEO,   la   taxe   se calcule   en   fonction   du   revenu   IFD   qui   n’est   calculé   qu’à   partir   d’un   revenu   annuel   imposable   de   CHF 17’800.-,   ce   qui   signifie   bien   que   le   Législateur   a   voulu   exempter   les   Citoyens   qui   ont   un   revenu   inférieur.   C’est cette   base   de   revenu   de   CHF   17’800.-   qui   autorise   l’administration   fiscale   à   prélever   la   taxe   minimal   de   CHF 400.-.   Cette   approche   du   problème   rejoint   du   reste   la   jurisprudence   du   Tribunal   Fédéral   sur   l’intangible   Droit   au minimum vital, comme on le voit dans le sujet ci-dessous. Au-delà   des   abus   de   droit   cités   plus   haut,   les   fonctionnaires   pervers   vaudois   n’ont   pas   hésité   à   faire incarcérer   Vincenz   T .    pour   démontrer   qu’il   n’avait   aucun   intérêt   à   contester   leur   “autorité”   ou   plutôt   la Dictature imposée par la Secte tout puissante de la Franc-Maçonnerie qui a pris le contrôle de l’Etat ! Rappelons   que   pour   un   emprisonnement   indû ,   le   Tribunal   Fédéral   avait   accordé   à   Christian   PIDOUX (rapt    LAGONICO)    -    fils    de    l’ex    Conseiller    d’Etat    vaudois    Philippe    PIDOUX    -    une    indemnisation journalière de CHF 2’000.- pour chaque jour passé à tort en prison. Dès   lors,   les   fils   d’Oligarques   n’ont   pas   à   être   indemnisés   au-delà   de   n’importe   quel   Citoyen.   En conséquence,   la   même   indemnité   doit   être   versée   à   tous   ceux   qui   auront   été   emprisonnés   illégalement   en fonction   de   leurs   jours   de   séquestration.      Dans   le   cas   présent,   Vincenz   T.   réclame   une   indemnisation   à hauteur de CHF 8’000.- à charge du Canton de Vaud. L’intangible droit au minimum vital Dans   un   arrêt   du   20   août   2014    (8C_752-2013)    les   Juges   du   Tribunal   Fédéral    avaient   statué   sur   l’intangible droit au minimum vital. On   comprend   donc   mal   que   11   mois   plus   tard,   d’autres   juges   de   la   même   instance   désavouent   leurs   Frères   de “Cour”   et   décident   subitement   je   cite   :   “Contrairement   à   ce   qu’affirme   le   recourant,   le   Tribunal   Cantonal   a, à    raison,    retenu    que    le    montant    minimum    fixé    par    cette    disposition    ne    vise    pas    uniquement    les contribuables   présentant   un   revenu   imposable   IFD,   mais   s’applique   en   tant   que   minimum   légal   absolu    à tout   contribuable,   indépendamment   de   son   revenu   ou   de   sa   fortune” .   Cette   interprétation   est   totalement contraire au texte LTEO ! D’un   revers   de   main,   les   Juges   de   Mon-Repos   ont   écarté   l’essence   même   de   la   base   de   calculation   de   la   taxe d’exemption   militaire,   en   déclarant   que   ce   calcul   s’applique   en   tant   que   minimum   légal   absolu   à   tout contribuable...   Une   telle   interprétation   d’une   Loi   en   vigueur,   de   la   part   de   “pseudo   juges”   de   la   plus   haute   Cour   du   Pays, des   Francs-Maçons   aguerris   Crime   organisé   en   bande,    nous   donne   la   preuve   que   notre   Institution   judiciaire est    contrôlée    par    une    Secte    satanique    qui    n’a    plus    aucune    considération    du    respect    de    la    Législation constitutionnelle. Ce   comportement   est   d’autant   plus   grave   que   onze   mois   plus   tôt,   des   juges   de   ce   même   Tribunal   Fédéral, faisaient jurisprudence sur  l’intangible droit au minimum vital. Face   à   un   tel   autogoal,   à   une   telle   violation   du   Droit,   il   appartient   aux   Chambres   fédérale   et   à   la Commission   de   Justice   fédérale,   de   destituer   immédiatement   ces   “juges   fédéraux”   et   de   les   poursuivre pénalement   pour   violation   du   devoir   de   fonction,   entre-autres,   haute   trahison   au   service   du   crime   organisé en bande (Franc-Maçonnerie) et violation du Droit constitutionnel ! La   place   de   VOYOUS   n’est   pas   à   la   tête   de   l’Institution   judiciaire    suisse et encore moins sur un siège de la plus haute Cour du Pays ! Suivi du dossier Dans   le   cadre   de   la   taxation   2015,   l’Office   cantonal   de   la   taxe   militaire   a   lancé   une   procédure   de   poursuite   à l’encontre de Vincenz T. à laquelle il a été fait opposition totale. Vincenz   T.   s’est   déterminé   le   13   juin   2016 ,   contre   la   requête   de   mainlevée   de   l’opposition   à   la   poursuite   en concluant au rejet de la requête déposée par l’Office de taxation. Les    principaux    arguments    mettaient    en    évidence    le    Devoir    d’application    des    Art.    9,    12    et    35    de    la Constitution   Fédérale   par   le   Magistrat   chargé   de   la   cause.   Il   fallait   comprendre   que   même   si   le   Tribunal Fédéral   avait   antérieurement   rendu   un   jugement   en   faveur   de   l’Office   de   taxation   et   que   si   ce   jugement   de   la haute   Cour   relevait   d’une   INJUSTICE,   il   appartenait   alors   au   Magistrat   en   charge,   de   rétablir   la   situation en considérant l’INJUSTICE sur le fond. C’est   ce   qu’a   fait   Madame   la   Juge   de   Paix   Anna   BOURQUIN   dans   son   arrêt   du   7   juillet   2016.    Nous ignorons   au   moment   de   la   mise   en   ligne   de   ce   complément   de   page,   si   l’Office   Cantonal   de   taxation   a déposé une demande de motivation en vue d’un recours. Une Plainte pénale a été déposée le 12 décembre 2016
Pierre-Y. MAILLARD