France - Gouvernement
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Premiers Ministres de 1991 à 2007 :
CHIRAC Jacques ROCARD Michel CRESSON Edith
BEREGOBOY Pierre BALLADUR Edouard
RAFFARIN Jean-Pierre de VILLEPIN Dominique
AUBRY Martine CHARASSE Michel (Budget) COHEN Hubert (Techn.) DELABARRE Michel DOUBIN François (Comm.) DUMAS Roland (AE)
Ministres de 1991 à 1992 hormis les Pemiers-Ministres cités ci-dessus, lors de l’escroquerie des brevets : (GdS = Garde des Sceaux)
JUPPÉ Alain JOSPIN Lionel
DURIEUX Bruno (CE) GUIGOU Elisabeth (UE) JOXE Pierre (Déf) KIEJMAN Georges (AE) KOUCHNER Bernard (Hum.) LANG Jack (Comm.)
LALONDE Brice (Environ.) MALLET Henri (GdS) MALVY Martin (Budget) MARCHAND Philippe (Int.) Poperen Jean ROYAL Ségolène (Environ.)
SAPIN Michel (Justice + Fin.) SOISSON Jean-Pierre STRAUSS-KAHN Dominique (INPI + Comm. ext.) TAPIE Bernard VAUZELLE Michel (DdS)
L’implication des Gouvernements successifs (Gauche - Droite confondues)
Ministres    de   1993   à   2007   (Période   durant   laquelle   l’escroqurie   s’est   poursuivie   et   durant   laquelle   les   centaines   de milliards   provenant   de   la   vente   des   systèmes   (French   Trade   Week   du   23   au   29   novembre   1991   à   KOWEIT   City) ont   été   séquestrés,   avant   que   le   séquestre   ne   soit   levé   par   le   Pouvoir   judiciaire   suisse   dès   lors   corrompu.   Le Procureur   suisse   Bernard   BERTOSSA   a   procédé   à   la   levée   de   ce   séquestre   en   1995.   Ensuite   a   débuté   la   période du blanchiment qui se poursuit encore à ce jour.
JUPPÉ Alain (Secr. gén. RPR) mène conjointement avec Valéry GISCARD D’ESTAING la liste RPR-UDF aux élections EU
ALLÊGRE Claude (Rech. + Techn.) ALLIOT-Marie Michèle (Défense + GdS) ALPHANDÉRY Edmond (Eco.) ARTHUIS Jean (Eco. + Fin.) AUBRY Martine (Emploi) BARNIER Michel (Envir. + UE) BAYROU François BORLOO Jean-Louis (Emploi) BRETON Thierry (Eco. + Finances) CLÉMENT Pascal (GdS) COPÉ Jean-Fr. (Secr. d’Etat + Budget) CARIGNON Alain (Comm.) CHEVÈNEMENT Jean-P. (Int.) CLÉMENT Pascal (Rel. AN + GdS) DELEVOYE Jean-Paul (Réf. Etat) DEBRÉ Bernard (Coop.) DEBRÉ Jean-Louis (Int.) de VILLEPIN Dominique (AE) DONDOUX Jacques (Com. ext.) DONNEDIEU de VABRES Renaud (UE) DOUSTE-BLAZY Philippe (AE) ESTROSI Christian (Terr.)
FABIUS Laurent (Eco. Fin. Ind.) FILLON François (Rech. Techn.) GUIGOU Elisabeth (GdS) GALLAND Yves (Industrie) GOASGUEN Claude (Réf. Etat) GODFRAIN Jacques (Coop.) HORTEFEUX Brice (Int.) HUWART François (Com. ext.) JUPPÉ Alain (AE) KOUCHNER Bernard (Santé) LAGARDE Christine (Eco. + Finances) LAMASSOURE Alain (UE) LAMBERT Alain (Budget) LANG Jack (Educ.) LEBRANCHU Marylise (GdS) LÉOTARD François (Déf.) LEPAGE Corinne (Envir.) LONGUET Gérard (Industr.) MADELIN Alain (Eco. + Fin.) MÉHAIGNERIE Pierre (GdS) MÉLANCHON Jean-Luc (Ens.) MER Francis (Eco. + Fin.)
MILLON Charles (Défense) MOSCOVICI Pierre (UE) PARLY Florence (Budget) PASQUA Charles (Int.) PERBEN Dominique (GdS) PIERRET Christian (Industrie) QUEYRANNE Jean-Jack (Int.) RAFFARIN Jean-Pierre (Com.) RICHARD Alain (Défense) ROSSI José (Industr.) ROUSSIN Michel (Coop.) ROYAL Ségolène (Ens. Emploi) SAPIN Michel (Réf. Etat) SARKOZY Nicolas (Budget + Int.) SAUTTER Christian (Eco + Fin.) STRAUSS-KAHN Dominique (INPI + Eco. Finances + Ind.) TOUBON Jacques (GdS) VAILLANT Daniel (Int.) VÉDRINE Hubert (AE) VEIL Simone
Ministres de la Justice Responsables à titre individuel et de la République française.
Les   ministres   de   la   Justice   désignés   ci-contre   ont tous   cautionné,   encouragé   et   participé   au   crime organisé    en    rejetant    systémanitquement    toutes les   plaintes   de   Joseph   FERRAYÉ   qui   voulait   faire valoir ses droits. Plus   grave,   alors   que   l’escroquerie   était   reconnue, les   garants   du   Droit,   au   plus   haut   niveau   de   la république,    ont    tenté    de    faire    mettre    Joseph FERRAYÉ   sous   tutelle   pour   l’empêcher   d’agir   en justice.   L’expertise   psychiatrique   du   Dr.   Bertrand RICONO   de   Nice,   faite   à   la   demande   du   Juge Joël   ESPEL,   est   significative   sur   ce   point.   Le   Dr. Bernard   RICONO   qui   avait   rédigé   cette   expertise sans   avoir   rencontré   FERRAYÉ,   a   finalement   été condamné    le    11    janvier    1995    par    l’Ordre    des Médecins,   Les   “juges”   ont   cependant   continué   à utiliser    cette    pseudo    expertise    à    l’encontre    de Joseph   FERRAYÉ,   alors   qu’une   contre-expertise, celle-ci   rendue   le   8   novembre   1999   par   le   Prof. Henri    AMOROSO,    contredisait    la    première    et confirmait     le     caractère     équilibré     de     Joseph FERRAYÉ.   Il   n’y   a   besoin   de   nulle   autre   preuve pour   confirmer   le   fait   que   les   membres   du   Pouvoir judiciaire   sont   directement   partie   intégrantes   du Cime organisé. Par    leur    attitude    abusive    les    Magistrats    de    la République   qui   ont   tenté   de   couvrir   les   crimes   de leurs   gouvernements   successifs,   gauche   et   droite confondues,     sont     à     l a     base     même     de     la responsabilité      que      l’Etat      français      devra assumer envers Joseph FERRAYÉ.
C’est   une   créance   qui   se   chiffrera   en   dizaines   de   milliards   d’Euros   que   Joseph   FERRAYÉ   présentera   à   la France, si des accords ne peuvent être convenus. Si   le   Gouvernement   français   a   été   l’initiateur   du   détournement   des   brevets   de   Joseph   FERRAYÉ   et   de l’escroquerie   des   royalties   versées   pour   ces   brevets,   les   fonds   escroqués   ont   transité   par   les   banques   de Suisse, de France, mais aussi d’autres Pays d’Europe, du Canada et des USA. C’est    dans    ce    contexte    que    les   Autorités    judiciaires    et    politiques    de    Suisses,    de    France,    du    Luxembourg, d’Allemagne,    de    Grande    Bretagne,    de    Belgique,    du    Canada,    des    USA,    etc.    se    sont    également    prêtées    au cautionnement du crime organisé. Le   secret   bancaire   suisse   a   été   un   atoût   majeur   pour   couvrir   les   transactions   illégales   et   les   opérations   de blanchiment,   avec   la   complicité   de   la   DEA   aux   USA.   Des   Collaborateurs   de   l’Administration   des   Etats-Unis   à l’instar   de   Patrick   DAWSON   (alias   Dave   ROWE),   Chef   de   la   DEA   pour   la   France,   résidant   à   Gland   VD   en   Suisse à   l’époque   de   l’escroquerie,   ont   été   très   actifs   pour   légaliser   les   transferts   internationaux,   afin   qu’ils   échappent   aux Autorités de surveillance des Etats. Pour   la   petite   histoire,   il   faut   se   souvenir   qu’ Oliver   SARKOZY   (Pierre-Olivier   en   réalité),   frère   de   l’ex   Président français   Nicolas   SARKOZY ,   a   été   Managing   Director   de   Crédit   Suisse   First   Boston   de   1992   à   2003    (période de   l’escroquerie   des   royalties),    avant   de   rejoindre   UBS    dont   l’ancienne   société   SBG   avait   également   contribué   à l’escroquerie.   La   fusion   SBV   -   SBG   (en   français   SBS-UBS)   d’où   est   nées   la   nouvelle   UBS   SA   était   du   reste   un moyen   de   dissimuler   les   preuves   des   milliards   escroqués...   Au   cours   de   cette   fusion,   la   banque   SBG   précitée faisait   partie   de   la   fusion.   Pourtant,   elle   n’a   été   dissoute   que   8   ans   plus   tard,   ce   qui   signifie   que   durant   ces   8   ans, elle   a   pu   opérer   en   toute   illégalité,   sans   aucun   contrôle   !   Aujourd’hui,   Oliver   SARKOZY   est   Managing   Director   & Head   pour   CARLYLE   Group   (proche   de   la   famille   BUSH)   et   gère   un   fonds   de   placement   de   centaines   de milliards   de   dollars...   Quant   au   CEO   de   la   FINMA   (Organe   fédéral   du   contrôle   des   banques   suisses)   Mark BRANSON,   il   a   travaillé   pour   SBC   Warburg   (ancienne   UBS),   avant   de   rejoindre   le   siège   SBS   de   Zürich   Il   a   été ensuite   CEO   de   UBS   pour   le   Japon,   avant   d’intéger   le   siège   d’UBS   Zürich   pour   le   contrôle   des   risques...   Autant dire   qu’avec   Mark   BRANSON   à   la   tête   de   la   FINMA ,   les   banquiers   suisses   peuvent   dormir   sur   leurs   deux   oreilles... Ce sujet est plus détaillé dans l’onglet “Suisse”. Pour   revenir   à   la   France   il   faut   se   rendre   à   une   évidence.   La   République   française   est   aujourd’hui   sous   le   contrôle d’une    Oligarchie     sans    scrupule,    sans    morale    et    sans    éthique    et    à    consulter    la    liste    des    prétendants    à    la prochaine   élection   présidentielle,    force   est   de   constater   que   ce   n’est   pas   prêt   de   changer.   À   moins   que   le Peuple   souverain    français   ne   se   réveille   et   lutte   farouchement   contre   ces   Oligarques   qui   le   conduisent   à   sa perte...
C’est   sous   la   Présidence   de   François   MITTERAND   et   avec   sa   complicité,   que   les brevets   déposés   par   Joseph   FERRAYÉ   ont   été   escroqués.   Etaient   alors   Ministres français :