Michel BURDET
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
BernLeaks
banquiers suisses
des escrocs par métier
Historique Vente   de   gré   à   gré   illégale   Art   143b   LP   -   Escroquerie   (Art.   146   ss   CPS   -   Atteinte   astucieuse aux   intérêts   pécuniaires   d’autrui   Art.   151   ss   CPS   -   Gestion   déloyale   Art.   158   CPS   -   Faux   dans les titres Art. 251 ss CP - Fausse déclaration d’une partie en justice Ar. 306 ss CP  
Jacqueline  DE QUATTRO Cons. d’Etat Sécurité DSE Trois Maîtres chanteurs PLR à la tête du Pouvoir AEMISEGGERHeinz BATTISTOLO Blaise COLELOUGH Philippe CREUXDominique COTTIEREric de MONTMOLLINFrançois DEMYSChristian DESSAUXFrançoise EPARDMurielle FONJALLAZJean HOHLFabienne MERMOUDEric MEYLANJean-François NORDMANNUrsula PELLETMarc RASELLINicolo REEBBertrand ROULEAUSandra SAUTERELBertrand WINZAPPierre-Henri WIPRÄCHTIGER Hans
de : CHF 1’834’816.10 Un   des   objectifs   de   la   LDFR   consiste à    ne    pas    démanteler    un    domaine agricole.    Or,    on    constate    dans    la présentation         faite         lors         de l’assemblée     des     créanciers     (voir lien   précédent) ,   que   le   Préposé   de l’OPF     Gilbert     LAURENT     tenait justement   à   démanteler    les   deux domaines,    “principalement    celui de Valeyres-sous-Ursins” ... Rien     jusqu’à     ce     jour,     ne     nous permettait de comprendre pourquoi !   Le Préposé Gilbert LAURENT et François GRIN, frère de l’acquéreur, cousin de la Préfète Pierrette ROULET-GRIN, sont  Francs-Maçons et membres de la Loge “Fraternité” d’Yverdon-les Bains ! Ce   n’est   que   le   27   décembre   2016 en   apprenant   que   François   GRIN,   le frère   de   l’acquéreur   des   terrains   de Valeyres   est   Franc-Maçon,   que   tout est subitement devenu très clair... Le     9     septembre     1999 ,     Gilbert LAURENT   a   déposé   une   demande de   démantèlement    des   domaines   à la      Commission      Foncière,      sous prétexte    que    cette    solution    était    le seul    moyen    qui    allait    permettre    de dédommager les créanciers... Le   23   novembre   1999 ,   une   offre   a été   réceptionnée   au   nom   de   Philippe GRIN   (voir   remarque   en   rouge    plus bas),    qui    soulève    l’éventualité    d’un faux    dans    les    titres    et    usurpation d’identité : 1. L’expéditeur se présente comme     M. Philippe GRIN dans l’adresse. 2. La lettre avec timbre de réception     du 23.11.1999 n’est pas signée 3. Elle fait référence à plusieurs     entretiens 4. Sur la page 2 de l’offre, l’écriture    détaillant les parcelles est celle     d’un collaborateur  du Registre     foncier ou de l’OPF, mais la     dernière ligne manuscrite est     celle de François GRIN, frère
En    parlant    d’éthique    et    de    morale aux     assemblées     des     actionnaires d’ UBS   SA    et   de   CREDIT   SUISSE , Marc-Etienne   Burdet   avait   provoqué quelques   applaudissements.   Mais   il     pensait     ne     pas     avoir     réussi     à ébranler    les    deux    Présidents    des banques    helvétiques.    En    tant    que petit    actionnaire,    il    s’était    fixé    la mission     de     démontrer     aux     deux Présidents      Rainer      E.      GUT       de CREDIT    SUISSE    et   Alex    KRAUER d’UBS      SA,      que      leurs      services avaient    abusivement    consolidé    des crédits      en      blanc      (crédits      sans garantie)   sous   forme   d’hypothèques pour   les   transférer   ensuite   à   Michel BURDET,    grâce    à    la    complicité    du Député    vaudois    et    Franc-Maçon Michel MOUQUIN. La    donation    négative    totale    selon acte    du    29    décembre    1992     s’est montée à : CHF 1’310’183.65 Totalité   des   dettes   après   déduction de la valeur de rendement : CHF 870’500.65 La    LDFR    (Loi    fédérale    sur    le    droit foncier    rural)    en    vigueur    en    1991. interdisait   pourtant   l’acquisition   d’une entreprise    agricole,    lorsque    le    prix était surfait (Extrait LDFR) . Au   surplus,   après   une   séance   de   la Commission   Foncière   Rurale   (CFR) du   1er   mai   1987,   une   interdiction d’aliéner       avait      été      inscrite      au Registre    Foncier    le    2    février    1988 avec   restrictions   au   sens   de   la   L oi fédérale    sur    le    D ésendettement    de D omaines     A gricoles     (LDDA).     Les termes    de    cette    Loi    abrogée    en 1991,   ont   été   repris   dans   la   LDFR. Ces    contraintes    étaient    exécutoires comme   on   le   voit   sur   les   extraits RF concernés . Alors,    comment    le    Notaire    Michel MOUQUIN,   de   surcroît   Député   PLR , a-t-il     pu     en     1992,     d’abord     faire enregistrer    des    hypothèque    sur    un bien agricole surendetté ? D’autant plus      que      les      parcelles      étaient frappées   d’une   interdiction   d’aliéner avec     un     endettement     bloqué     en
fonction de la valeur de rendement . Ensuite,   comment   le   Député   Notaire Michel    MOUQUIN    a-t-il    pu    ensuite transférer   ce   domaine   hypothéqué   et surendetté,    à    un    nouvel    exploitant, alors que la LDFR l’interdisait ? Par    ce    comportement    criminel,    le Député    et    Notaire    MOUQUIN    -    en qui   Michel   BURDET   avait   placé   sa confiance     -     a     réalisé     les     chefs d’accusations   d’Infractions   contre   le patrimoine,   au   sens   des   Art.   137   ss CPS   et   de   Gestion   déloyale   Art.   251 ss du Code Pénal Suisse. Le   Député   MOUQUIN   n’ignorait   pas que     l’Etat     de     Vaud     endosse     la responsabilité       des       agissements criminels de ses Notaires... Avec   un   tel   surendettement,   il   était évident      pour      tout      professionnel (Prometerre      -      CFR      -      Registre Foncier,    etc.)    qui    ont    couvert    cette donation    négative,    que    le    nouvel exploitant     n’avait     aucune     chance d’assumer     les     charges     de     son exploitation. Trois    ans    après    la    donation,    les premiers   commandements   de   payer sont    arrivés.    Michel    BURDET    avait réussi    à    assumer    les    intérêts    de plus   de   CHF   100’000.-   par   an ,   mais la    chute    des    revenus    des    produits agricoles est passée par là... L’office   des   Poursuites   dirigée   alors par   le   Préposé   Gilbert   LAURENT, Franc-Maçon     membre    de    la    Loge Fraternité    d’Yverdon-les-Bains    (rue Pestalozzi   7)   avait   été   chargé   de   la saisie   des   deux   domaines   situés   à Orzens   (ferme   photo   ci-dessus)   et   à Valeyres-sous-Ursins. Valeurs estimées : Orzens : CHF 1’187’000.-. Valeyres : CHF 700’000.-. Valeurs    de    rendement    globale    des domaines (selon lien précité) : CHF 440’000.-. L’état    de    collocation     présenté    à l’assemblée      des      créanciers      du 27.07.1999,   faisait   état   d’un   passif
    Franc-Maçon de Philippe     GRIN, acquéreur au final du     domaine de Valeyres. Le   26   février   2000,   Michel   BURDET avait   eu   un   entretien   chez   lui   avec Philippe   GRIN   qui   lui   avait   annoncé vouloir    retirer    son    offre.    Quelques jours   plus   tard,   le   retrait   n’ayant   pas été   confirmé,   Michel   BURDET   lui   a téléphoné.    L’épouse    de    Philippe GRIN   lui   a   répondu   que   son   mari n’avait      jamais      déposé      d’offre écrite ! Le Préposé aux Poursuites Gilbert LAURENT magouille en faveur d’un Frère de Loge Pour   justifier   la   vente   des   terrains   de Valeyres   à   la   famille   de   son   “Frère” de   Loge,   le   Préposé   Franc-Maçon, Gilbert     LAURENT     a     dû     jouer astucieusement... On    a    vu    ci-dessus    les    estimations des    domaines    fixées    par    l’OPF    en 1998.   Au   sens   de   l’Art.   143b   LP,   des ventes   de   gré   à   gré   ne   pouvent   donc pas     être     envisagées     si     tous     les intéressés   n’y   consentent   pas   et   si les      offres      sont      inférieures      aux estimations de l’OPF. Pour contourner cette clause impérative en faveur de la famille de son “Frère” de Loge, Gilbert LAURENT a cherché le moyen d’agir très astucieusement. Après   la   prolongation   du   concordat, Michel   BURDET   s’était   approché   de l’Agent      Immobilier      BOBST      pour trouver      un      acquéreur      pour      la propriété    de    Valeyres,    soit    pour    la seule   parcelle   RF   19   qui   comportait la   maison   d’habitation   un   rural   et   un pré.    Il    aurait    ainsi    pu    continer    à exploiter      le      domaine      sans      le démanteler. Un   couple   était   sur   le   point   de   signer les    actes    d’achat.    Par    cette    vente,
l’endettement    global    aurait    alors été   réduit   à   CHF   820’000.-,   montant agréé    par    la    CFR     et    la    Banque Cantonal    Vaudoise    avait    d’ores    et déjà     donné     son     accord     pour     la reprise       des       hypothèques       aux créanciers     gagistes     existants,     les Voyous UBS et Credit Suisse. Au    mois    de    Juillet    1998,    l’Agent immobilier     BOBST     avait     organisé une   rencontre   à   l’OPF   avec   toutes les   parties,   pour   obtenir   l’accord   du Préposé    à    cette    vente.    Tous    les créanciers   auraient   été   payés   avec cette solution... Fourberies de Gilbert LAURENT Acquéreurs insultés Gilbert   LAURENT   est   entré   dans   une fureur        terrible,        accusant        les acquéreurs     potentiels     de     vouloir démanteler    un    domaine    qui    n’avait pas   lieu   de   l’être.   Il   allait   pourtant   (on l’a     vu     plus     haut),     déposer     une demande     de     démantèlement      le 09.09.1999   pour   en   faire   profiter   la famille    de    son    “Frère”    de    Loge    et “enregistrer”   une   offre   dans   ce   sens, celle-là   même   non   signée   que   l’OPF a réceptionnée le 23.11.1999 ... Le    Préposé    a    ensuite    menacé    de faire    sauter    le    dossier     si    Michel BURDET   insistait   dans   le   sens   de cette    vente.    Il    entendait    par    activer    directement    la    procédure de faillite... Les   parents   BURDET,   présents   pour donner    leur    accord    pour    l’abandon de     leur     droit     d’habitation     et     qui auraient   dû   quitter   la   maison   cas   de vente   de   vente      (habitation   de   toute manière     trop     grande     pour     eux   compte     tenu     de     leur     âge),     ont ensuite    été    utilisés    comme    excuse du   Préposé   LAURENT   qui   a   tenté   de les   instrumentaliser   selon   les   termes suivants...     Monsieur     et     Madame BURDET,   il   y   a   combien   de   temps que   vous   êtes   dans   votre   maison   ? Vous    pensez    vraiment    que    je    vais
vous    laisser    mettre    dehors    comme ça ? Il n’y aura jamais rien à vendre. Abassourdis   et   sans   comprendre   ce qui    leur    tombait    sur    la    tête,    les acquéreurs    potentiels    ont    quitté    le bureau     du     Préposé     Franc-Maçon LAURENT. Vente de gré à gré Créanciers trompés Vente illégale - Faux dans les titres Pour        obtenir        l’accord        des créanciers    pour    la    vente,    Gilbert LAURENT   a   commis   un   faux   dans les titres... Il   ne   fallait   pas   éveiller   les   soupçons des   créanciers   qui   auraient   pu   réagir en    cas    de    vente    de    gré    à    gré    en dessous     de     la     valeur     fixée     par       l’OPF. Pour   tromper   et   pour   éviter   toute question       des       créanciers,       le Préposé      Gilbert      LAURENT      a inversé la valeur des domaines. Il   l’a   fait   au   départ   sur   l’inventaire de   faillite    daté   du   3   mai   1999    que les    créanciers    pouvaient    consulter, puis   sur   le   rapport   présenté   à   la   2e assemblée   des   créanciers   qui   s’est tenue le 27 juillet 1999. Les “juges” Francs-Maçons complices des crimes Dénoncé   dans   les   plaintes   pénales qui    ont    suivi,    Gilbert    LAURENT    a déclaré   aux   juges   d’instructions,   qu’il s’agissait   «d’une   erreur   de   plume», argumentation     que     les     magistrats «Frères»    de    Loge,    ont    immédiate ment   pris   comme   argent   comptant   ! Le    dossier    a    été    confié    au    “juge” d’instruction       cantonal       en       chef Jacques   ANTENEN ,    devenu   depuis lors     Commandant     de     la     Police cantonale    vaudoise,    mais    aussi, comme     on     le     verra     plus     bas, accessoirement “Maître chanteur”...
Jean-Philippe BLOESCH Orzens Offre d’achat du 23.02.2000 Pour     poursuivre     sa     stratégie     de démantèlement,     Gilbert     LAURENT devait      disposer      de      l’offre      d’un acquéreur     qui     correspondrait     aux chiffres     inversés     (CHF     700’000.-) qu’il   avait   stipulés   sur   l’inventaire   de faillite. Il   était   important   aussi   que   la   vente d’Orzens   puisse   se   faire   en   premier, puisque   en   vendant   le   domaine   au prix   du   domaine   de   Valeyres,   il   allait ensuite        pouvoir        proposer        le démantèlement      du      domaine      de Valeyres,   pour   que   les   créanciers   ne se     rendent     pas     compte     de     sa supercherie. C’est   pour   cette   raison   que,   selon   les propres     aveux     de     Jean-Philippe BLOESCH,     Gilbert     LAURENT     a refusé   la   première   offre   écrite   de CHF   900’000.-    soumise   à   l’OPF.   Le Préposé    a    demandé    à    ce    qu’il    la reformule   sur   la   base   d’un   montant de   CHF   700’000.-   correspondant   à   la valeur     conforme     d’estimation     de l’OPF. C’est     pour     cette     raison     que     les calculs    par    parcelle,    détaillés    dans l’offre   BLOESCH   du   23.02.2000 , ne correspondent      plus      à      rien,      en fonction      des      surfaces      qu’il      se propose       d’acheter.       Même       les surfaces sont fausses. Jean-Philippe   BLOESCH   s’est   dès lors   rendu   coupable   de   complicité d’atteinte   astucieuse   aux   intérêts pécuniaires             d’autrui             et d’escroquerie   au   sens   des Art.   146 et 151.1 CP. La   vente   de   gré   à   gré   par   l’OPF   en faveur   de   Jean-Philippe   BLOESCH a   été   finalisée   par   l’acte   de   vente du 13.09.2000
Philippe GRIN Valeyres-sous-Ursins Offre d’achat du 22.11.1999 Philippe   GRIN   n’était   pas   intéressé par     la     ferme     de     Valeyres,     mais seulement     par     les     parcelles     de terrain.   C’est   ainsi   pour   faire   plaisir   à son   “frère”   de   Loge,   que   le   Préposé LAURENT   a   démantelé   le   domaine de Valeyres-sous-Ursins. La    totalité    des    terrains    agricoles    a ainsi   été   cédée   pour   un   montant   total de   CHF   272’683.-.   L’acte   de   vente   a été signé le 02.11.2000. La    parcelle    RF    19    comprenant    la ferme    et    7’168    m2    de    terrain,    a ensuite    été    cédée    pour    le    prix    de CHF   240’000.-,   alors   que   le   Préposé Franc-Maçon       LAURENT       avait refusé     la     vente     de     la     même parcelle     aux     acheteurs     trouvés plus   tôt   par Michel   BURDET,   qui eux    s’étaient    engagés    à    verser CHF 930’000.- . Préposé aux poursuites Gilbert LAURENT (aujourd’hui retraité) pratiquait l’escroquerie par métier Le   Préposé   aux   Faillites   d’Yverdon les-Bains   pratiquait   l’escroquerie   par métier      et      l’Etat      de      Vaud      est responsable      civilement,      de      ses crimes. Dans    une démarche    du    23    mars 2000 ,   Michel   BURDET   avait   requis de   pouvoir   reporter   la   date   de   vente de    son    bétail.    Le    Démantèlement des   domaines   allait   alors   offrir   des opportunités     qui     auraient     permis, selon    les    propres    estimations    du Préposé,    de    couvrir    la    totalité    des créances.    L’exploitant    aurait    alors pu   garder   son   outil   de   travail   et   c’est ce    qu’il    expliquait    dans    la    lettre précitée. Gilbert   LAURENT   qui   était   expert   en manipulations     voulait     servir     son
«Frères»   de   Loge   et    n’a   pas   hésité   à escroquer Michel BURDET. Gilbert LAURENT a dissimulé des actes pour garantir la vente à un « Frère » de Loge Lors   de   l’entretien   du   20   mars   2000 dont    il    est    fait    mention    dans    le courrier    du    23    mars    2000,    Gilbert LAURENT     savait     déjà     que     les créanciers     gagistes     avaient     été sensibles    aux    démarches    à    leur encontre, par la famille BURDET. Ceux-ci    voulaient    éviter    une    trop mauvaise       Presse       et       avaient abandonné        la        majorité        des créances,   dans   un courrier   daté   du   3 mars   2000    réceptionné   le   6   mars   à l’OPF. La     réponse     de     LAURENT     à     la demande   de   Michel   BURDET   a   été sans   appel...   un   «   NIET   »   singlant comme   il   le   dit   dans   son   courrier du    24    mars    2000 ,    dans    lequel    il prétend   qu’il   n’a   aucune   raison    ni aucune   intention   de   modifier   en   quoi que     se     soit     le     programme     des réalisations. Gilbert     LAURENT     avait     pourtant toutes    les    raisons    d’ajourner    les ventes,   puisque   sur   la   base   de   cette lettre,       la       faillite       devait       être abandonnée.   Michel   BURDET   avait déjà   obtenu   les   crédits   de   la   BCV   et l’accord   de   la   Commission   Foncière (CFR),   et   aurait   pu   poursuivre   son activité   sur   une   base   saine   et   tous les        créanciers        auraient        été indemnisés... A   cause   de   Gilbert   LAURENT,   et des   «   magistrats   et   politiciens   » Franc-Maçons       complices,       les créanciers   au   3e   rang   ont   perdu des     centaines     de     milliers     de francs      et      Michel      BURDET      a récolté    des    actes    de    défauts    de biens en conséquence.
de MESTRALLaurent ECKERTEric NICOLETYves Vous avez sa photo ?  Envoyez-la nous
Jacques ANTENEN 1er Juge d’Instr. Commandant Police VD
Le   «   Mémoire   »   du   13   mars   2002    donne   une   idée   des   dizaines   de   plaintes   et   autres   procédures   judiciaires engagées pour faire valoir leurs Droits par la famille BURDET. Toutes   les   Instances   judiciaires,   du   Ministère   Public   (Juges   d’Instructions   cantonaux)   jusqu’au   Tribunal   Fédéral,   en passant   par   les   Tribunaux   d’arrondissement,   le   Tribunal   Cantonal,   le   Tribunal   Neutre,   le   Grand   Conseil,   le   Conseil d’Etat...   Tous   ont   eu   connaissance   de   ce   dossier   complet   et   se   sont   rendus   complices   des   crimes   commis   par   le Préposé Gilbert LAURENT. Un   des   fils   BURDET,   Inspecteur   de   la   Police   de   sûreté   qui   a   prêté   le   SERMENT    de   servir   les   Constitutions   Fédérale et   Cantonale   et   qui   lui,   n’obéit   pas   à   la   “constitution”   Franc-Maçonne,   a   voulu   s’interposer   contre   les   CRIMES   commis au   sein   de   l’Etat   par   des   fonctionnaires   qui   sont   de   vrais   criminels.   Il   a   subi   un   chantage   au   licenciement   après près de 30 ans de bons et loyaux services !
Tous les niveaux de l’appareil judiciaire sont touchés. Il en est de même de l’Etat politique et administratif. Dans ces conditions, faire confiance à des « Autorités » quelles qu’elles soient, serait suicidaire ! Pour   préserver   nos   droits,   nous   ne   devons   plus   nous   présenter   devant   un   quelconque   «   juge   »   jusqu’au rétablissement   de   l’Etat   de   Droit   dans   les   sens   des   7   requêtes   adressées   au   Conseil   Fédéral.      La   motivation de récusation en bloc des autorités judiciaires est accessible ICI Etat Voyou et criminel et Banquiers suisses escrocs par métier voir aussi les dossiers suivants : www.worldcorruption.info/gutknecht.htm www.worldcorruption.info/savioz.htm www.worldcorruption.info/vogt.htm www.worldcorruption.info/romanens.htm www.worldcorruption.info/vaudoise.htm www.worldcorruption.info/elections.htm www.worldcorruption.info/corruption_ch.htm www.worldcorruption.info/lauber.htm www.worldcorruption.info/fedpol.htm www.worldcorruption.info/bonnant.htm www.worldcorruption.info/panama_papers.htm www.worldcorruption.info/swissleaks-hsbc.htm www.worldcorruption.info/moneyplane.htm
Il   était   alors   convaincu   que   les   responsables   du   dossier   n’avaient   pas   compris   la   situation   et   était   beaucoup   trop empreint   des   valeurs   de   l’Etat   de   Droit   au   service   duquel   il   a   consacré   près   de   30   années,   pour   imaginer   la   réalité   de la situation... J’ignore   même   si   aujourd’hui   il   a   pris   conscience   que   l’Etat   de   Vaud   n’est   en   définitive   gouverné   et   administré   que par   des   voyous   et   des   criminels   qui   n’hésitent   pas   à   jouer   les   Maitres   chanteurs   lorsque   leurs   implications   dans   les crimes peuvent être dévoilées. Ces   individus   se   croient   au-dessus   des   Lois   et   ils   crachent   sur   l’Etat   de   Droit.   Une   récente   plainte   pénale   déposée au   Tribunal   Pénal   Fédéral   le   24   décembre   2016    démontre   au   point   5    de   la   plainte,   comment   les   trois   individus précités   ont   fait   chanter   un   Inspecteur   assermenté   de   la   Police   Cantonale   vaudoise,   pour   couvrir   leur   «   Frère   » Franc-Maçon. Jacqueline   DE   QUATTRO    a   été   la   première   avec   son   arrogance   habituelle,   à   lancer   la   salve   pour   faire   licencier l’Inspecteur   assermenté   de   Police   qui   ne   voulait   que   faire   son   travail   et   respecter   le   SERMENT   pour   lequel   il   s’est engagé .   C’est   elle   qui   a   pris   la   décision   de   le   licencier   s’il   respectait   son   Devoir   de   fonction.   C’est   sur   ordre   du Conseiller   d’Etat   Philippe   LEUBA   (un   vrai   Dictateur) ,   comme   on   le   voit   dans   le   rapport   de   la   Conseillère   d’Etat du 20 mai 2009  (page 3), que DE QUATTRO a agi. Philippe LEUBA , membre du ROTARY et Zofingien  à la fois - comme l’était son père Jean-François LEUBA - est lui aussi   un   individu   arrogant   et   colérique   qui   se   croit   au-dessus   des   Lois   constitutionnelles.   Elu   Conseiller   d’Etat   le   1er avril   2007,   il   a   pris   la   tête   du   Département   de   l’Intérieur   (DINT)   le   1er   juillet   de   la   même   année.   C’est   lors   de   l’arrivée de   Philippe   LEUBA   au   DINT   que   le   Département   concerné   a   repris   le   Service   pénitentiaire,   les   Archives   cantonales et   l’Autorité   de   surveillance   des   fondations ...   (les   fondations   sont   un   excellent   moyen   de   blanchir   des   fonds escroqués). Jean-François   LEUBA ,   père   de   Philippe   ( ROTARY   et   Zofingien   lui   aussi) ,   après   avoir   été   Conseiller   d’Etat vaudois,   a   été   Conseiller   National   de   1987   à   1998.   Dans   ce   cadre,   il   a   présidé   le   groupe   libéral   de   1991   à   1994   et   a présidé   le   Conseil   National   en   1995.   Il   n’est   pas   inutile   de   préciser   que   c’est   durant   cette   période   que   les   royalties FERRAYÉ   ont   été   escroquée   et   que   c’est   à   partir   de   1995   que   les   conventions   de   transfert   des   royalties   ont   été établies par le Notaire genevois Pierre MOTTU , complice de l’Avocat Marc BONNANT , eux aussi Libéraux... Il   est   un   fait   que   comme   Président   du   Conseil   National,    proche   du   Conseiller   Fédéral   Jean-Pascal   DELAMURAZ (RAD)   de   surcroît,   Jean-François   LEUBA   ne   pouvait   pas   ignorer   les   dessous   de   l’escroquerie   des   royalties   et   la présence   de   son   nom   dans   bon   nombre   de   sociétés   en   lien   direct   avec   l’escroquerie   et   le   blanchiment   des fonds escroqués, en est une démonstration irréfutable. Dès   lors,   je   n’ai   aucune   peine   à   faire   le   lien   entre   la   progression   économique   de   la   Suisse,   de   Vaud   en   particulier avec   le   blanchiment   des   royalties.   Ce   n’est   du   reste   pas   le   fait   du   hasard   si   Philippe   LEUBA   est   aujourd’hui   chef   du Département de l’Economie du Canton de Vaud. C’est   encore   moins   le   fait   du   hasard,   quand   l’on   sait   que   les   trois   individus   cités   plus   haut,   sont   des   Maîtres chanteurs   à   l’encontre   d’un   Fonctionnaire   de   Police   assermenté,   qui   ne   voulait   que   faire   son   travail   en   respectant   le Serment qu’il a prêté. Empêcher   et   menacer   par   un   chantage,   un   Fonctionnaire   assermenté   qui   veut   dénoncer   des   criminels   qui agissent   en   bande   organisée,   faire   chanter   ce   Fonctionnaire   pour   préserver   leurs   intérêts   personnels   ou ceux   de   membres   d’une   organisation   à   laquelle   ils   appartiennent,   relève   de   l’abus   d’autorité   (crime   poursuivi d’office),   mais   aussi   de   haute   trahison   et   leur   comportement   démontre   des   personnalités   criminelles   qui rejette l’Etat de Droit et mettent en danger la Démocratie et la sécurité du Pays. En   conséquence,   les   pratiques   de   DE   QUATTRO,   LEUBA   et ANTENEN   mettent   en   évidence   que   l’Etat   de   Droit dans le Canton de Vaud n’a plus cours. Dès lors, nous vivons dans une Dictature ! L’absence de l’Etat de Droit c’est aussi lorsque les “juges” et “Procureurs” sont des criminels complices Ils   sont   tous   complices   de   l’escroquerie   et   des   déboires   de   la   Famille   BURDET   et   se   sont   organisés   en bande pour parvenir à leurs fins et couvrir leurs crimes (alphabétiquement - liste non exhaustive) :
Philippe LEUBA Cons. d’Etat Dépt Intérieur
Jacques    ANTENEN     était    1er    juge    d’instruction    cantonal lorsque   les   plaintes   à   l’encontre   des   escroqueries   et   des   faux dans   les   titres   commis   par   le   Préposé   Gilbert   LAURENT   ont été déposées. Il est aujourd’hui Commandant de la police VD. Il   était   alors   assisté   par   le   juge   d’instruction   cantonal   Nicolas CRUCHET . Lorsque   les   juges   ont   refusé   d’ouvrir   les   plaintes,   l’Inspecteur BURDET   a   contacté   le   bureau   des   juges   d’instructions   pour obtenir des explications.