Charlie Hebdo
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
Je ne suis pas Charlie Je pense, donc je suis et je ne veux pas être instrumentalisé ! Posons-nous les bonnes questions
L a   L i b e r t é   d e x p r e s s i o n Voilà   bien   une   valeur   qui   devrait   pouvoir   être   défendue   noblement dans   une   Démocratie,   mais   dont   la   manifestation   dans   notre   monde pluriculturel    exacerbe    tellement    les    sensibilités,    qu’elle    devient    la cause de conflits ethniques. 17    morts    ont    été    décomptés    jeudi    7    janvier    2015    parce    que    les sensibilités   des   uns   ont   été   blessées   par   la   “Liberté   d’expression” des     autres.     On     le     verra     plus     bas,     lorsque     les     membres     du Gouvernement   sont   directement   touchés,   leur   tolérance   vis-à-vis   de   la “liberté d’expression” est alors inexistante. Charlie   Hebdo    est   décrit   sur   “Wikipedia”   comme   un   journal   hebdomadaire   satirique   français.   Faisant   une   large   place   aux illustrations   et   notamment   aux   caricatures   politiques,   il   pratique   aussi   le   journalisme   d'investigation   en   publiant   des   reportages   à   l'étranger   ou sur des domaines comme les sectes, l'extrême droite, le catholicisme, l'islam, l'islamisme, le judaïsme, la politique, la culture. 1969   à   1981   :   En   1969,   l'équipe   de   Hara-Kiri,   rassemblée   par   François   Cavanna,   décide   de   créer   un   hebdomadaire   auquel   se   joignent   Gébé   et Cabu. En février 1969, Hara-kiri-hebdo est lancé et en mai 1969, il est renommé L'hebdo hara-kiri. En   novembre   1970,   le   Général   de   GAULLE   meurt ,   alors   que   dix   jours   auparavant   un   incendie   dans   une   discothèque    à   Saint-Laurent-du   Pont avait   fait   146   morts.    L'hebdo   titre   en   couverture,   de   façon   sobre,   sans   aucun   dessin,   avec   un   seul   encadré   noir,   «   Bal   tragique   à Colombey   -   un   mort   » .   L'hebdo   hara-kiri   est   interdit   de   paraître   par   le   ministre   de   l'Intérieur,   Raymond   Marcellin.   Faisant   fi   de l'interdiction,   l'équipe   décide   que   le   journal   doit   continuer   à   paraître   et   trouve   la   parade   en   le   relançant   sous   un   autre   titre,   celui   de   Charlie Hebdo. Le 23 décembre 1981, faute de lecteurs réguliers en nombre suffisant, la parution s'arrête au numéro 580. En   1992   Jean   Cabut      (1938),   Philippe   Val   (1952),   Georges   Wolinski      (1934),   Bernard   Maris      (1946)   et   Renaud   (Renaud   Séchan   -   1952), financent   le   capital   pour   le   1er   Numéro   Charlie   Hebdo   et   créent   la   société   SARL   Kalachnikov.   Se   sont   joints   ensuite   à   eux   Charb      (Stéphane Charbonnier - 1967), Renald Luzier (1972) et Tignous  (Bernard Verlhac - 1957). Après   les   attentats   du   11   septembre   2001,   Charlie   Hebdo   se   désolidarise   de   certains   courants   d'extrême   gauche   qui,   par   antiaméricanisme, n'ont   pas   condamné   les   islamistes.   Dans   son   éditorial   du   15   novembre   2003,   Philippe   Val   dénonce   une   rhétorique   immuablement   semblable   à celle   qui   innerva   l’Europe   d’avant-guerre    et   qui,   a   de   quoi   alarmer   tous   ceux   qui   savent   comment   meurent   la   paix   et   la   démocratie .   Il   affirme que Tariq Ramadan est un propagandiste antisémite . Philippe   VAL   est   assurément   un   pion   du   Gouvernement   au   service   d’Israël. Après   le   décès   de   Gébé,   Philippe   VAL,   toujours   rédacteur   en   chef, lui   succède   comme   directeur   de   la   publication.   La   vente   est   d'environ   80   000   exemplaires,   elle   tombera   à   55   000   après   l'affaire   du   licenciement du caricaturiste Maurice SINET. L'affaire   Siné   (SINET)   est   une   polémique    fondée   sur   une   accusation   d'antisémitisme    à   l'encontre   du dessinateur   et   caricaturiste   politique   français   Siné,   de   son   vrai   nom   Maurice   SINET.   L'affaire   SINET débute   le   2   juillet   2008   avec   une   chronique   de   Siné   parue   dans   l'hebdomadaire   Charlie   Hebdo.   Le dessinateur    y    critique    J ean    SARKOZY    fils    du    président    nouvellement    élu,    Nicolas    SARKOZY. Philippe   VAL,   alors   directeur   de   la   publication   du   journal,   annonce   son   licenciement   au   dessinateur   le   15 juillet   2008.   Un   an   plus   tard   Philippe   VAL   rejoignait   Radio   France.   Ce   qu’il   est   intéressant   de   relever encore   à   son   sujet,   c’est   que   dans   un   article   de   Media   libre”    du   4   novembre   2011,   Philippe   VAL,   est décrit   come   le   “Neocon   qui   soutient   plus   ou   moins   indirectement   les   menées   du   Nouvel   ordre mondial”   (le   thème   est   repris   plus   bas) .   C’est   donc   une   confirmation   pour   comprendre   que   Philippe VAL est au service de la finance juive. Pour   rester   sur   le   sujet   de   l’ouverture   du   Gouvernement   français   face   à   la   “Liberté   d’expression”    -   qu’ils   confondent   temps   à   autres   avec   la “Liberté   de   censure”    -   arrêtons   nous   sur   les   comportements   pour   le   moins   ambigüs   de   la   Garde   des   Sceaux.   Christiane   TAUBIRA ,   Garde des   sceaux   s’est   lancée   dans   un   véritable   plaidoyer   pour   la   liberté   d'expression    lors   des   obsèques   de   Tignous   jeudi   15   janvier   2015.   On peut   tout   dessiner,   même   un   prophète   !   Dans   la   France   de   Voltaire   et   de   l'irrévérence,   on   peut   se   moquer   de   toutes   les   religions. Quelque   chose   était   en   train   de   s'avachir   en   nous...   Ce   tocsin   nous   rappelle   nos   ambitions   trop   souvent   abandonnées   de   la   justice sociale,   de   l'éducation,   de   l'attention   à   l'autre.   Nous   devons   retrouver   cette   intransigeance    qui   caractérisait   Tignous.    Elle   s’est exprimée   en   ces   termes   pour   répondre   très   probablement   à   une   déclaration   en   relation   avec   les   attentats,   de   Sa   Sainteté   le   Pape François. En   visite   aux   Philippines,   le   pape   François    était   revenu   sur   l'attaque   de   "Charlie   Hebdo"   et   avait   défendu   la   liberté   d'expression   tout   en estimant   qu'il   n'était   pas   bon   de   provoquer   les   autres   en   insultant   leur   foi,   faute   de   quoi   une   réaction   est   à   "attendre".   Il   a   aussi   ajouté   que   "tuer au nom de Dieu" était une "aberration". Christiane   TAUBIRA   était   beaucoup   moins   ouverte   d’esprit   quand   elle   a   été   elle-même   exposée   aux   caricatures.   Souvenons   nous   que le   tribunal   correctionnel   a   en   partie   suivi   les   réquisitions   du   parquet   concernant   la   une   de   Minute,    qui   avait   comparé   la   ministre   de   la   Justice, Christiane   TAUBIRA,   à   un   singe.   Le   directeur   de   l’hebdomadaire   d’extrême   droite,   qui   devait   répondre    «d’injure   publique   à   caractère racial», a été condamné à verser 10 000 euros d'amende. Il   est   trop   facile   d’obtenir   une   condamnation   quand   on   est   Garde   des   sceaux,   Madame   la   Ministre.   Où   finit   la   caricature,   et   où   commence l’injure   ?   Votre   comportement   est   indigne   et   vous-même   n’êtes   pas   digne   de   représenter   le   Droit   au   sein   de   la   République.   Vous   utilisez   la Justice   pour   vos   besoins   personnels.   Vous   n’appliquez   que   trop   bien   la   fable   de   La   Fontaine   :   selon   que   vous   serez   puissant   ou   misérable,   les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Il est certain que ce n’est pas cela que les françaises et les français attendent de vous. Démissionnez Madame ! Les   attentats   ont   été   commis   le   7   janvier   2015   et   le   11   janvier   2015   déjà,   une   Marche   Républicaine   mobilisait   la   France   entière,   mais   au-delà des frontières, dans toutes l’Europe. Ce   n’est   pas   tellement   cette   spontanéité   des   Citoyens   qui   m’interpelle,   elle   démontre   au   contraire   la   compassion   des   uns   envers   les   autres   et   le respect   des   Citoyens   d’où   qu’ils   soient   envers   ceux   d’un   Peuple   qui   est   meurtri.   Ce   qui   interpelle   davantage,   c’est   la   réaction   excessive      du Gouvernement   français   qui   coulait   dans   les   bas-fonds   des   sondages.   Une   démarche   qui   n’entre   plus   dans   le   cadre   de   la   spontanéité   que   l’on peut attendre lors d’un événement grave, mais qui au contraire tend à démontrer que l’événement était attendu. Alors posons-nous la question de savoir à qui ont vraiment profité ces attentats : La Communauté musulmane ? certainement pas ! Elle a au contraire été stigmatisée sans être responsable La Communauté chrétienne ? Elle a été meurtrie dans sa Chair La   Communauté   juive   ?   Elle   est   aujourd’hui   apeurée,   mais   par   contre   son   Gouvernement   a   trouvé   là   une   nouvelle   occasion   de condamner ses ennemis jurés et le moyen de faire émigrer les Juifs d’Israël dans leur Pays. Le   Gouvernement   français   est   assurément   le   grand   gagnant   de   ces   attentats.   La   cote   de   François   HOLLANDE   qui   était   au   plus bas   à   doublé,   Manuel   VALLS   se   voit   accorder   tous   les   budgets   nécessaires   pour   renfoncer   la   sécurité   et   mettre   un   peu   plus   encore   les Citoyens   sous   contrôle,   car   ne   nous   leurrons   pas,   toutes   ces   nouvelles   lois   qui   vont   être   instaurées   ne   seront   pas   utiles   seulement contre   le   terrorisme.   C’est   le   contrôle   de   la    “Liberté   d’expression”    à   l’encontre   de   tous   les   Citoyens   résidant   en   France,   que   les “dirigeants” au pouvoir veulent aujourd’hui instaurer... Ils veulent verrouiller leur Pouvoir ! Deux   autres   sujets   mènent   aussi   à   la   réflexion.   Alors   que   des   rencontres   du   G8,   du   G20,   du   Forum   de   Davos,   etc   nécessitent   des   mois   de préparation   pour   assurer   la   Sécurité   des   participants,   comment   en   trois   jours   seulement,   y   compris   le   jour   de   l’attentat,   la   sécurité   pour la venue de 50 Chefs d’Etats a-t-elle pu être organisée et assurée ? Ils n’en avaient matériellement pas le temps ! Quelles ont été alors les sources qui ont dirigé  les deux jeunes terroristes dans ce massacre ? Et   puis   tous   ces   Chefs   d’Etats   subitement   disponibles...   N’ont-ils   aucun   agenda   et   attendaient-ils   paisiblement   derrière   leur   bureau   qu’un attentat se produise sur la Planète pour courir témoigner leur soutien à leur “homologue” concerné ? Quant   au   niveau   sécuritaire,   pour   comprendre   le   mode   de   fonctionnement   des   organisations   terroristes,   l’un   des   points   cruciaux   pour   mener cette   guerre   implacable   contre   le   terrorisme   est   de   pouvoir   interroger   les   criminels   sur   le   parcours   qui   les   a   conduits   à   leurs   actes...   Dans   le   cas des   deux   frères,   Chérif   et   Saïd   KOUACHI   étaient   retranchés   dans   une   imprimerie   où   seul   se   trouvait   un   Citoyen   dont   les   deux   frères   ignoraient la présence. Le danger était donc minime, alors pourquoi une telle puissance de feu pour les abattre ? Il   est   incompréhensible   de   constater   que   des   forces   de   l’ordre   surentraînées   et   en   surnombre   présentes   sur   place,   avec   les   moyens   techniques dont   ils   disposaient,   ont   été   incapables   de   déloger   et   d’arrêter   vivants   deux   jeunes   terroristes,   même   si   ceux-ci   étaient   armés.   Il   était   capital de   les   interroger   sur   leur   parcours   au   sein   du   Djihad.   A    moins   évidemment   qu’îl   ait   été   dangereux   que   les   sources   qui   ont   dirigé   ces deux jeunes hommes dans ce massacre ne soient révélées et puisse être connues du Public ! Il   faut   se   souvenir   que Amedi   Coulibaly    avait   rencontré   Nicolas   SARKOZY   en   2009   et   qu’il   était   donc   un   “agréé”   du   Gouvernement   et qu’il   a   été   dit   qu’il   avait   agit   pour   soutenir   les   frères   KOUACHI.   Pourquoi   soutenir   des   terroristes   s’il   ne   s’était   pas   senti   trahi   ? Souvenons-nous de la similitude avec l’affaire Mohamed MERAH auteur des attentats de mars 2012 à Toulouse... La   seule   hypothèse   plausible    en   réponse   à   ces   incompréhension   serait   qu’il   ne   fallait   surtout   pas   que   ces   trois   hommes   puisse   révéler une   situation   qui   nous   échappe   à   tous.   Il   fallait   les   faire   taire   à   tout   jamais...   Encore   une   fois,   c’est   ainsi   déjà   que   les   forces   de   l’ordre avaient pratiqué dans l’affaire Mohamed MERAH dont les liens avec les services de renseignements français avaient été établis ! Le   Site   WORLDCORRUPTION.INFO   démontre   qu’on   ne   peut   pas   faire   confiance   au   Gouvernement   de   la   France   dont   la   plupart   des   Ministres à   l’instar   de   Laurent   FABIUS   (ou   onglet   Présidentielle   2017)   étaient   ou   sont   encore   actifs   dans   l’escroquerie   et   le   blanchiment   des   royalties de Joseph FERRAYÉ et que comme le disait Me COLLARD dans l’émission “Sans aucun doute” ( voir vidéo )  : La plus grande escroquerie du siècle, escroquerie incroyable, enjeu colossal; On ne joue plus avec des rigolos, on joue avec de vrais tueurs, des hommes prêts à tout sous prétexte qu’un Etat a des intérêts qui sont reliés par d’autres Etats”... Bien   entendu,   la   majorité   de   la   Presse   actuelle   financée   par   le   blanchiment   précité   fournira   tout   son   appui   au   Gouvernement   pour   assurer   à celui-ci   qu’aucune   bavure   ne   sera   révélée.   Et   le   quotidien   “Libération”    dont   le   Groupe   ROTHSCHILD   (capitaux   juifs)    est   majoritaire   et   qui “héberge” Charlie Hebdo, en fait partie... La citation plus bas de John SWAITON du New York Times le confirme. “Je   suis   Charlie”   Le   slogan   aurait   été   créé   par   Joachim   RONCIN   âgé   de   39   ans,   journaliste   et   directeur   artistique   pour   le   magazine Stylist. Apparemment   sincère   dans   sa   démarche   Il   a   déclaré   :   “c'est   juste   un   symbole,   un   slogan   d'un   mouvement   populaire,   c'est   tout.   C’était uniquement   dans   le   but   de   rendre   hommage   aux   victimes   de   la   tragédie”.   Son   slogan,   court,   intelligible   et   efficace,   est   devenu   le   symbole   du refus   du   terrorisme   et   de   la   défense   de   la   liberté   d'expression,   et   s'est   répandu   en   France   et   dans   le   monde   entier   comme   une   traînée   de poudre. Cependant,   le   magazine   “STYLIST”   de   par   sa   capitalisation   peut   éveiller   des   soupçons   qui   ne   sont   pas   anodins.   Il   fait   partie   d’un   réseau financier impliqué à de nombreux niveaux dans le blanchiment des royalties FERRAYÉ. “Je suis Charlie = Je suis Israël” Le Palindrome  de “Je suis Charlie” signifierait en Hébreux “Je suis Israël” Si   l’on   est   conscient   de   la   puissance   des   images   subliminales    et   de   l’effet   de   ce   slogan   en   faveur   d’Israël   qui   est   aujourd’hui   dirigé   par Benjamin   NETANYAHOU,   un   homme   qui   devrait   être   poursuivi   pour   crimes   de   guerre,   alors   des   dizaines   de   millions   de   personnes   s’associent peut-être   à   une   propagande   qu’ils   n’ont   pas   souhaitée.   Quelques   commentaires   relevés   sur   les   réseaux   sociaux    proches   d’Israël   font   froid dans le dos... Il   fallait   un   attentat   pour   que   la   France   ait   l’opportunité   pour   procéder   au   durcissement   de   son   service   de   sécurité   et   pour   cela   il   était   nécessaire que le peuple s’indigne et que les médias soufflent sur les braises. Dominique   STRAUSS-KAHN    Ministre   de   l’INPI   qui   a   escroqué   les   brevets   de   Joseph   FERRAYÉ   pour   les   dévoiler   et   escroquer   les   royalties,   a été   Président   du   FMI    (Fonds   Monétaire   International)   qu’il   a   quitté   après   des   accusations   de   viol.   Christine   LAGARDE    ancienne   Ministre française   de   l’Economie,   des   Finances,   de   l’Industrie   et   de   l’emploi   dans   les   Gouvernement   de   François   FILLON   a   succédé   à   Dominique STRAUSS-KAHN   au   FMI   qui   est   très   certainement,   à   l’instar   de   la   BCE,   la   meilleure   organisation   internationale   de   blanchiment   d’argent   sous cautionnement   des   Etats.   En   outre,   Christine   LAGARDE   avait   également   été   invitée   à   une   réunion   du   CFR    (Council   on   Foreign   Relations)    le 22 octobre 2007 pour promouvoir les intérêts français. Les portraits des Ministres peuvent être consultés sous l’onglet “Présidentielle 2017” . C’est   avec   le   soutien   et   sur   recommandation   du   CFR    (Council   on   Foreign   Relations)   que   Christine   LAGARDE   a   été   élue   à   la   Direction   du FMI et ce n’est un secret pour personne, que ces deux organismes sont sous contrôle de la finance juive. David    Rockefeller    membre    du    du    CFR     (Council    on    Foreign    Relations)    avait    déclaré    :    “Nous    arrivons    vers    l'émergence    d'une transformation   globale.   Tout   ce   dont   nous   avons   besoin,   c'est   de   LA   CRISE   MAJEURE   et   le   peuple   acceptera   le   nouvel   ordre mondial”. D’autres   citations   célèbres   significatives   des   représentants   dégénérés   qui   contrôlent   la   finance   sont   accessibles   sur   ce   lien.    Compte   tenu toutefois   du   thème   de   cette   page,   apprécions   cependant   celle   du   Journaliste   du   New   York   Times   John   SWAITON   qui   décrit   tellement bien l’absence de toute éthique, morale et déontologie de nos journalistes : “La   presse   libre   n’existe   pas. Aucun   de   vous   n’oserait   donner   son   avis   personnel   ouvertement.   Nous   sommes   les   pantins   qui   sautent   et qui   dansent   quand   ils   tirent   sur   les   fils.   Notre   savoir   faire,   nos   capacités   et   notre   vie   même   leur   appartiennent.   Nous   sommes   les   laquais des   puissances   financières   derrière   nous.   Nous   ne   sommes   rien   d’autre   que   des   intellectuels   prostitués.   Le   travail   du   journaliste   est   la destruction   de   la   vérité,   le   mensonge   patent,   la   perversion   des   faits   et   la   manipulation   de   l’opinion   au   service   des   Puissances   de l’Argent.   Nous   sommes   les   outils   obéissants   des   Puissants   et   des   Riches   qui   tirent   les   ficelles   dans   les   coulisses”.   ( John   Swaiton, l’éditeur   du   New   York   Times ,   lors   de   son   discours   d’adieu   (fin   de   carrière   et   retraite,   réaction   lorsqu’un   confrère   pendant   le   drink d’adieu a proposé de lever leur verre à la liberté de la presse! ). Les expressions opposées Dans   son   édition   du   18   janvier   2015,   “Le   Matin   Dimanche”    hebdomadaire   suisse,   présentait   sur   deux   pages   une   interview du   journaliste,   écrivain,   polémiste   et   réalisateur   franco-algérien   Mohamed   SIFAOUI   :    “Un   croyant   n’a   pas   à   être   ébranlé par   un   coup   de   crayon”.   Il   y   faisait   état   de   son   sentiment   amer   d’avoir   échoué   alors   que   depuis   des   années   il   tentait d’alerter sur le danger qui se profilait : cette radicalisation que l’on pouvait constater et que certains ne voulaient pas voir. J’ai   trouvé   la   nouvelle   une   de   Charlie-Hebdo   très   gentille.   Mais   cela   ne   m’étonne   pas   d’eux.   Parce   que   ce   sont   vraiment   des gens   très   gentils.   Moi   j’aurais   caricaturé   le   Prophète,   mais   peut-être   autrement...   Car   il   ne   faut   surtout   pas   céder   sur   cette question-là.   Ce   n’est   pas   de   la   provocation   :   les   gens   qui   disent   cela   sont   d’une   indécence   extraordinaire.   En   tant   que personne   issue   de   l’immigration,   de   culture   musulmane,   citoyen   européen,   je   réclame   l’égalité   des   traitements.   Le   jour   où   l’on   arrêtera   de caricaturer   les   autres   religions,   qu’on   arrête   alors   de   caricaturer   l’islam.   Tant   que   la   norme   de   la   liberté   d’expression,   de   la   laïcité   et   de   la démocratie,   tant   que   le   droit   autorise   la   critique,   y   compris   excessive,   des   dogmes   des   religions,   je   ne   souhaiterais   pas   que   l’islam   soit   mis   à part.   Cela   voudrait   dire   que   c’est   aux   intégristes   de   donner   le   ton   de   la   liberté   d’expression.   Et   d’autre   part,   ce   serait   un   signe   que   l’on   enverrait à   tous   les   démocrates   de   culture   et   de   confession   musulmanes,   par   lequel   on   leur   dirait   qu’ils   sont   finalement   différents,   incapables   de comprendre   l’humour   et   la   satire.   Je   suis   ainsi   sidéré   par   les   médias   anglo-saxons   qui   émettent   des   doutes   sur   l’opportunité   de   ces   dessins.   Je pèse   mes   mots   :   c’est   une   attitude   honteuse.   Elle   cache   par   ailleurs   un   tempérament   culturellement   raciste,   condescendant,   laissant   croire   par exemple    que    les    musulmans    seraient    inaptes    à    comprendre    un    certain    nombre    de    valeurs    auxquelles    les    grandes    démocraties occidentales   sont   très   attachées.   [...]   Car   il   ne   faut   pas   oublier   la   nuance   que   représente   Charlie-Hebdo   :   si   ce   journal-là   a   été   frappé,   ce n’est   pas   au   hasard.   Les   terroristes   prétendaient   s’attaquer   à   un   journal   raciste   envers   les   musulmans   :   quelle   supercherie   !   Alors   qu’il   s’agit précisément   d’un   journal   antiraciste.   Quand   on   vous   dit   que   les   terroristes   ciblent   ceux   qui   les   provoquent,   i l   est   troublant   que   les   racistes européens   soient   beaucoup   plus   tranquilles    que   les   démocrates,   face   au   terrorismes   islamiste.   C’est   tout   de   même   curieux   que   ces fanatiques   ne   visent   jamais   ou   très   rarement   les   vrais   racistes   ou   xénophobes .   Ils   visent   au   contraire   les   démocrates   et   les   républicains, ceux qui croient aux valeurs universelles. On le relèvre trop rarement. Tariq Ramadan accuse Charlie de lâcheté et de faire de l’argent avec l’islam (Extrait Le Temps lundi 12  janvier 2015) Depuis   l’attentat   contre   Charlie   Hebdo,   Tariq   Ramadan   multiplie   les   interviews   et   les   débats   contradictoires   pour   dire   tout   le   mal   qu’il   pense   de Charlie Hebdo, de la lâcheté de ses dessinateurs et de la recherche du gain de l’hebdomadaire satirique. Tariq   Ramadan   n’aimait   pas   et   n’aime   pas   Charlie   Hebdo   :   ce   n’était   un   secret   pour   personne   et   il   s’en   était   expliqué   dans   des débats avec son rédacteur en chef lui-même, le défunt Charb. C’est   le   8   janvier   tout   d’abord,   et   sur   la   RTS   suisse,   au   19h30,   que   le   professeur   d’Oxford   dégaine.   Après   les   condoléances d’usage   en   pareille   circonstance,   fermement   martelées,   il   déclare   à   Darius   Rochebin   qui   lui   demande   s’il   est   lui   aussi   Charlie:   « Non   je   ne   dis   pas   +Je   suis   Charlie+.   Je   dis   que   je   suis   pour   la   liberté   d’expression.   [Charlie]   avait   le   droit   d’aller   jusqu’au   bout (…)   mais   ils   n’ont   pas   arrêté   de   faire   de   l’humour   sur   les   musulmans   et   j’ai   dit   que   cet   humour-là   était   un   humour   de   lâche.   Donc   je   suis   pour   la liberté   d’expression   ;   je   ne   suis   pas   pour   son   usage   lâche   (…)   je   ne   vais   pas   cautionner   des   attitudes   (…)   pas   très   bienveillantes,   pas   très courageuses, en dessous de tout et parfois assez vulgaires. » Dans   l’émission   américaine   Democracy   Now,   même   topo,   mais   Tariq   Ramadan   ajuste   sa   munition   au   débatteur   qu’il   a   en   face   lui.   Il   est   dans une   discussion   contradictoire   avec   le   légendaire   cartoonist Art   Spiegelman,   le   créateur   de   Maus,   le   fils   de   juif   polonais   rescapé   de   l’Holocauste. L’attaque   est   donc   frontale   :   Tariq   Ramadan   sort   de   sa   manche   l’affaire   de   la   chronique   antisémite   de   Siné   (voir   plus   haut),    qui   valut   à l’humoriste d’être licencié de Charlie Hebdo par le directeur d’alors, Philippe Val. Pour   Tariq   Ramadan,   deux   poids   deux   mesures   :   Charlie   Hebdo   sanctuarise   le   tabou   de   l’antisémitisme,   mais   laisse   libre   cours   à   la   verve islamophobe.   Ce   que   le   professeur   suisse   appelle   la   politique   du   double   standard.   Sous-entendu   :   qui   profite   toujours   aux   islamophobes, jamais aux antisémites. Et   comment   Tariq   Ramadan   s’explique-t-il   ce   double   standard   à   Charlie   Hebdo   ?   Réponse   :   «   Vous   le   savez   bien   sûr,   pour   être   clair   sur   ce point,   ils   avaient   [entendez   Charlie   Hebdo]   des   problèmes   financiers,   et   ces   controverses,   ces   controverses   récurrentes,   ils   en   faisaient   de l’argent.   Et   je   ne   dis   pas   cela   comme   quelqu’un   d’extérieur.   Cela   a   été   dit   par   beaucoup   […]   Alors   ne   venez   pas   me   dire   aujourd’hui   qu’ils étaient   courageux,   ça   non   […]   C’était   avant   tout   une   question   d’argent.   Ils   étaient   en   faillite   depuis   deux   ans.   Et   ce   qu’ils   tiraient   de   ces controverses   visant   l’Islam   d’aujourd’hui   et   les   musulmans,   était   une   manière   de   faire   de   l’argent.   Cela   n’a   rien   à   voir   avec   le   courage.   Cela   a   à voir avec faire de l’argent et viser les gens marginalisés de la société ». Et puis il y a les interventions de Tariq RAMADAN sur facebook : 7 janvier 2015 Charlie Hebdo : NON! NON! NON! Contrairement   à   ce   qu'ont   apparemment   dit   les   assassins-criminels   dans   l'attentat   des   bureaux   de   Charlie   Hebdo,   ce   n'est   pas   le   Prophète   qui a   été   vengé,   [par   cet   acte]   c'est   notre   religion,   nos   valeurs   et   nos   principes   islamiques   qui   ont   été   trahis   et   souillés.   Une   condamnation   absolue et une colère profonde (saine et mille fois justifiée) contre cette horreur !!! 11 janvier 2015 Et si j'étais M.Sifaoui ? On   connaît   les   mensonges   de   M.   Sifaoui   sur   son   passé,   son   engagement   trouble   en Algérie   (avec   les   corrompus   de   l'armée   et   les   Services   de renseignements),   on   sait   aussi   ses   libertés   avec   l'honnêteté   et   l'éthique   journalistique.   Qu'il   soit   encore   invité   sur   les   plateaux   est   atterrant   et   en dit   long   sur   la   rigueur   professionnelle   des   journalistes.   Passons...   Aujourd'hui,   néanmoins,   il   m'a   fait   beaucoup   sourire...   Il   parle   au   nom   de Charlie Hebdo et écrit : "Donc   au   nom   de   toute   l'équipe   de   Charlie   Hebdo,   je   tiens   vraiment   à   remercier   Ramadan   de   ne   pas   être   Charlie.   De   toute   manière,   il   n'aurait pas   pu.   Malgré   son   intelligence,   il   lui   aurait   fallu,   comme   dirait   Tignous,   6   kilos   de   neurones   supplémentaires,   pour   comprendre   ce   qu'est Charlie".   Puis   il   conclut   :   "Aujourd'hui,   même   si   un   chien   avait   été   parmi   les   victimes.   J'aurais   été   aussi   un   chien.   Car   je   préfère,   de   loin,   être   le plus affreux des chiens que le meilleur des islamistes (terroriste ou pas)..." Je   voulais,   personnellement,   faire   part   de   la   nouvelle   à   notre   poids   lourd   en   neurones,   M.   Sifaoui.   Oui,   effectivement,   un   chien   a   été   tué   et   est   à compter   au   nombre   des   victimes.   Aie!   Vous   êtes   donc,   euh,   selon   votre   propre   dénomination,   un....   Non,   cela   ne   se   peut,   sans   doute   aviez vous bu un peu trop de Bordeaux avec BHL qui comme vous, définit ainsi "les musulmans modérés". 11 janvier 2015 Charlie Hebdo... une marche, un malaise... Marcher   pour   la   dignité,   pour   la   liberté,   contre   la   terreur.   Oui,   trois   fois   oui.   Et   pourtant...   marcher   avec   qui   ?   Difficile   de   marcher   avec   (ou derrière)   des   leaders   dont   les   idéologies   et   les   décisions   politiques   ont   tué   des   milliers   d'enfants,   de   femmes   et   d'hommes   et   sont   l'une   des causes   des   extrémismes.    Ils   marchent   à   Paris   pour   la   dignité   humaine   et   la   liberté   d'expression   alors   que   leur   gouvernement   tue, torture et détruit. Benjamin   Netanyahu,   Ali   Bongo...   parmi   d'autres   soi-disant   "humanistes"   et   "démocrates"!   Un   grand   grand   malaise.   Pourtant,   il   faut   dire   et répéter   notre   attachement   aux   valeurs   de   dignité,   de   liberté   et   de   justice.   Au-delà   de   cette   marche   aujourd'hui,   notre   fidélité   à   ces   dernières consistera,   demain,   à   montrer   que   nous   ne   sommes   pas   dupes   des   instrumentalisations   :   faire   une   pause   pour   communier avec   le   coeur   blessé   de   plusieurs   centaines   de   milliers   marchant   en   silence...   et   demain,   avec   raison   et   conscience, questionner les politiques, leurs responsabilités et leurs trahisons. 12 janvier 2015 Qui est français, qui est européen, qui est occidental ? Aux   millions   de   Français,   Européens   et   Occidentaux   qui   affirment   et   prouvent   tous   les   jours   -   par   leur   présence   citoyenne   et leur   participation   -   qu'ils   sont   occidentaux,   européens   et   français,   on   ne   cesse   de   faire   comprendre   qu'ils   ne   le   sont   pas   tout à fait. Qu'ils doivent le prouver davantage, montrer patte blanche, avec ou sans terrorisme. Et   alors   que   François   Hollande   vient   payer   le   tribu   de   la   Nation   aux   Français   juifs   assassinés   durant   la   prise   d'otages, Benjamin   Netanyahu,   premier   Ministre   d'un   Etat   qui   a   tué   plus   de   deux   mille   civils   l'été   dernier,   lance   aux   juifs   de   France que   leur   patrie   est   Israël   (qu'ils   devraient   penser   à   rentrer   "chez   eux"   donc...)   et   cela   ne   choque   personne...   Silence,   Silence   oui,   assourdissant silence. Ne nous laissons pas instrumentaliser et posons-nous les bonnes questions ! La   première   chose   qu’il   est   à   retenir   depuis   le   7   janvier   2015,   c’est   cette   ferveur   humaine   qui   a   témoigné   l’attachement   de   tous   à   la   Liberté d’expression    et   au-delà   de   cette   Liberté,   au   respect   que   doivent   avoir   les   adeptes   d’une   Culture,   envers   les   autres   Cultures.   Ce   mouvement Citoyen   a   démontré   l’opiniâtreté   farouche   des   Peuples   à   vouloir   vivre   en   paix   et   que   ni   les   terroristes,   ni   les   gouvernements   ne   parviendront   à briser cette volonté extraordinaire de placer le respect des uns envers les autres  comme valeur essentielle de notre cohabitation. Aujourd’hui,   d’une   part   des   familles   souffrent,   parce   qu’elles   ont   perdu   des   êtres   chers   et   d’autre   part   c’est   toute   une   Communauté   qui   se   sent stigmatisée.   Mais   dans   toutes   les   Communautés,   de   toutes   Confessions,   des   Citoyens   se   posent   la   question   :   “Comment   en   sommes-nous arrivés là ? Pour   ceux   qui   ont   eu   la   patience   de   lire   cette   page   jusqu’au   bout,   plusieurs   éléments   tendent   à   nous   convaincre   que   nous   ne   sommes   que   les jouets   de   gouvernements   qui   n’ont   plus   aucun   respect   des   valeurs   fondamentales.   Au-delà   de   cette   page,   c’est   l’entier   de   ce   Site   (ex.   page USA   -   rubrique   G.   W.   BUSH   ou   France   -   Présidentielle   2017)   qui   prouve   que   nos   gouvernements   sont   capables   de   tout,   même   du   pire   pour couvrir   leurs   crimes,   piller   leurs   Concitoyens,   piller   des   Pays,   assassiner   des   Citoyens,   etc.   Alors   à   partir   de   là,   devons-nous   encore   croire   à des   coïncidences   ?   Et   ce   n’est   certainement   plus   à   la   Presse,   laquais   des   gouvernements,    que   nous   pouvons   accorder   notre confiance pour obtenir la vérité ! Dans   nos   Démocraties   occidentales,   L a    L i b e r t é    d e x p r e s s i o n   fait   partie   des   valeurs   fondamentales   qui   nous   sont   inculquées   dès   notre plus jeune âge et nous devons veiller à préserver cet acquis qui n’est pas un Droit naturel et qui mérite d’être défendu. De   nombreux   Peuples   ne   bénéficient   pas   de   nos   privilèges,   ne   comprennent   pas   notre   système   démocratique   comme   nous   l’entendons   en Occident.   Certaines   Cultures   préservent   leurs   valeurs   ancestrales   et   pratiquent   une   ouverture   sur   le   monde   différente   de   la   nôtre.   Mais   quelle que soit notre manière de vivre, où que nous vivions sur la planète, nous méritons tous que notre point de vue soit respecté. On   a   vu   plus   haut   qu’en   novembre   1970,   après   la   mort   du    Général   de   GAULLE   l’hebdomadaire   satirique   avait   été   interdit   à   la   suite   d’un   article qui   avait   choqué   l’Opinion   publique.   Cette   situation   qui   s’est   déroulée   en   France,   nous   démontre   que   la   Liberté   d’expression   est   directement liée   à   l’aspect   émotionnel   des   lecteurs   à   un   point   et   à   un   moment   donné   et   que   quand   la   norme   émotionnelle   supportable   est   dépassée.   la réaction ne se fait pas attendre. Or   en   1970,   l’Internet   n’existait   tout   simplement   pas   !    La   parution   n’était   que   locale   (la   France)   et   toutes   les   autres   Cultures   n’ont   très certainement   jamais   entendu   parler   de   cette   affaire.   Mais   tel   n’est   plus   le   cas   aujourd’hui   et   par   l’Internet,   dès   le   moment   où   une   parution   est mise   en   ligne   en   France   ou   ailleurs,   elle   peut   être   lue   à   l’autre   bout   du   monde.   Le   problème   dès   lors   réside   dans   le   fait   que   la   parution   en question   est   rédigée   selon   des   normes   locales   avec   un   sentiment   local   et   qu’elle   sera   en   partie   lue   par   des   membres   d’autres   Cultures   à   l’autre bout du monde avec un ressenti totalement différent en fonction de ses modes de vie. Alors qui a raison ou qui a tort ? En définitive personne ! C’est   tout   simplement   parce   que   l’interprétation   de   L a    L i b e r t é    d e x p r e s s i on   doit   tenir   compte    du   ressenti   émotionnel   de   ceux   qui prennent   connaissance   d’un   article   publié   hors   de   leur   culture   où   que   ce   soit   dans   le   monde,   que   la   responsabilité   du   respect   de   l’autre,   doit revenir à ceux qui rédigent l’article selon un ressenti et des appréciations “Régionales”. En définitive, Sa Sainteté le Pape François a tout résumé : En   visite   aux   Philippines,   le   pape   François    était   revenu   sur   l'attaque   de   "Charlie   Hebdo"   et   avait   défendu   la   liberté   d'expression tout   en   estimant   qu' il   n'est   pas   bon   de   provoquer   les   autres   en   insultant   leur   foi,   faute   de   quoi   une   réaction   est   à "attendre". Il a aussi ajouté que "tuer au nom de Dieu" est une "aberration".
Cliquez l’image