France
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2017
Worldcorruption.info
République Française   Voilà   un   vocabulaire   qui   correspond   bien   aux   discours   politiques ou électoraux, mais qui a perdu tout son sens. Liberté La   définition   selon   LAROUSSE   est   la   suivante   :   Condition   d’un Peuple qui se gouverne en pleine souveraineté. Que    reste-t-il    de    cette    souveraineté,    alors    que    le    Peuple s’égosille    à    démontrer    sa    souffrance,    ses    frustrations,    son insatisfaction,     son     dépouillement     et     sa     lassitude     à     son Gouvernement   et   que   celui-ci   feint   d’entendre   et   poursuit   ses abus.
Égalité Absence   de   toute   discrimination   entre   les   êtres   humains,   sur   le   plan   de   leurs   Droits.   Égalité   politique,   civile et sociale. Un   Etat   dans   lequel   le   Droit   est   appliqué   en   fonction   du   statut   social   du   Citoyen,   dans   lequel   le   Pouvoir   judiciaire bafoue   les   principes   du   Droit   et   de   son   application,   dans   lequel   les   Citoyens   les   plus   démunis   deviennent   les instruments   des   dirigeants   pour   piller   l’argent   public,   cet   Etat   dont   les   privilèges   sont   restreints   à   la   classe   dirigeante, est à l’encontre de la démocratie, soit une Oligarchie ou dans les cas plus graves une  Dictature. Fraternité Lien   de   solidarité   qui   devrait   unir   tous   les   membres   de   la   famille   humaine.   Un   lien   qui   unit   les   personnes   qui appartiennent et participent au même idéal. La   Fraternité   dans   une   Oligarchie   comme   l’est   devenue   la   France   n’existe   pas   !   Qand   le   Pouvoir   (gauche   et   droite confondues)   sacrifie   les   classes   sociales   moyennes   jusqu’aux   plus   démunis,   pour   permettre   aux   proches   du   Pouvoir et   aux   capitaines   de   l’économie   qui   financent   leurs   élections,   d’accéder   sans   partage   à   tous   les   privilèges   et   à   tous les   revenus   de   l’économie,   de   s’enrichir   égoïstement   au   détriment   du   pouvoir   d’achat   du   Peuple,   un   tel   Pouvoir (Gouvernement et Parlement) doit être mis hors d’état de nuire. Réflexions La   Constitution   française   du   4   octobre   1958   décrétait   son   attachement   aux   principes   des   Droits   de   l’Homme   et   aux principes   de   la   souveraineté   nationale.   La   volonté   de   disposer   d’institutions   nouvelles,   fondées   sur   l’idéal   commun   de liberté, d’égalité et de fraternité, conçues en vue de leur évolution démocratique... Quel   Citoyen   vivant   en   France   et   qui   ne   fait   pas   partie   de   l’ Oligarchie   en   place   ou   de   la   classe   des   nantis   proches des   Oligarques,   peut-il   faire   le   lien   entre   le   contexte   de   survie   dans   lequel   il   évolue   -   de   par   le   jeu   politique   mis   en place par son Gouvernement - et les Droits qui lui sont garantis constitutionnellement ? Les   Membres   du   Pouvoir   comme   on   le   voit   plus   sous   l’onglet   “Etat   sans   Droit”   n’ont   plus   aucune   étique,   aucune morale,   aucun   respect   du   Citoyen.   Leurs   discours   ne   sont   que   mensonges   et   tromperies.   Quand   les   Membres   d’un Gouvernement    sont    capables    de    détourner    à    leurs    profits,    des    revenus    provenant    de    brevets    dont    ils    ont    la responsabilité, pour les dévoiler et escroquer les royalties qui en découlent, ils doivent être présentés à la Justice ! Quand   cette   “justice”   cautionne   et   participe   au   crime   dénoncé,   il   y   a   alors   machination   et   dans   le   cas   des royalties de Joseph FERRAYÉ, il faut constater une escroquerie den bande organisée au sein même de l’Etat .   L’audition    du    19    novembre    2002     de    Me    Eric    DE    LA    HAYE-ST-HILAIRE,    Notaire    parisien    au    service    du Gouvernement   français,   est   significative   de   l’absence   de   l’Etat   de   Droit   en   France.   Il   y   fait   référence   à   Me   LE MAZOU,   spécialiste   du   Droit   dans   le   domaine   de   la   propriété   intellectuelle.   Il   y   relève   en   page   2,   qu’il   avait   refusé d’instrumenter   les   actes   sur   France,   en   raison   de   la   “possible”   implication   de   l’Institut   français   du   pétrole,   comme responsable   des   détournements   dont   Joseph   FERRAYÉ   était   victime.   C’est   pour   cette   raison   que   Me   DE   LA   HAYE- ST-HILAIRE   avait   sollicité   la   collaboration   de   Me   Pierre   MOTTU,   Notaire   à   Genève.   Le   Notaire   parisien   confirme encore   l’existence   des   références   des   comptes   des   “autres”   protagonistes   de   cette   affaire   et   la   procédure   pénale ouverte en France contre les anciens partenaires de Joseph FERRAYÉ. Où   cela   devient   intéressant,   c’est   lorsqu’il   déclare   que   Me   DE   LA   HAYE-ST-HILAIRE   et   Me   LE   MAROU   ont   réfléchi   à un   schéma   juridique   élaboré,   à   savoir   un   acte   de   cession   des   droits   litigieux   de   M.   FERRAYÉ   à   une   entité   tierce dénommée   Wildrose   (WR),   qui   aurait   eu   comme   fonction   de   se   mettre   en   rapport   avec   les   anciens   partenaires   de   M. FERRAYÉ    pour    trouver    une    solution    transactionnelle.    Dans    ce    schéma,    le    détenteur    des    brevets    devait recevoir   un   pourcentage    des   montants   récupérés   par   WR,   l a   contrepartie   étant   la   fin   de   la   procédure   pénale   ouverte   dans   le   Sud   de   la   France,   intimée   par   Joseph   FERRAYÉ.    Il   est   confirmé   aussi   que   ce   concept   a   été   mis   en place et signé par devant Me MOTTU à Genève en sa présence et que tout s’est bien passé. Enfin,   dans   une   seconde   phase,   cette   fois-ci   en   l’absence   de   M.   FERRAYÉ,   Me   Eric   DE   LA   HAYE-ST-HILAIRE confirme   que   lui   et   Me   Pierre   MOTTU   disposaient   des   comptes   qu’ils   avaient   présentés   aux   associés   et   mandataires de   Joseph   FERRAYÉ    qui   avaient   escroqué   les   royalties   et   que   durant   les   transactions,   les   montants    (il   s’agissait de   dizaines   de   milliards   de   dollars)   étaient   restés   bloqués   sur   les   comptes   “soit   chez   MOTTU,   soit   chez BRUPPACHER,  correspondant zurichois de LE MAZOU” . Pour   terminer   avec   Me   Eric   DE   LA   HAYE-ST-HILAIRE,   il   faut   savoir   que   lors   de   l’audience   du   25   juin   2007   (Procès MOTTU   <>   BURDET   pour   calomnies),   Me   ST-HILAIRE   a   témoigné   qu’il   avait   pu   voir   les   extraits    de   copies   de relevés   de   comptes   des   100   milliards   de   royalties   versées   par   le   KOWEIT.   (Ces   100   milliards   ne   concernaient   pas   la vente    des    systèmes    lors    de    la    French   Trade    Week    du    23    au    29    novembre    1991    à    KOWEIT-City),    mais    de l’indemnisation du KOWEIT pour l’extinction de ses puits. Etat dénaturé L’audition   précitée   de   Me   Eric   DE   LA   HAYE-ST-HILAIRE   nous   démontre   d’une   part   que   les   royalties   avaient   bel   et bien   été   séquestrées,   et   qu’elles   étaient   sur   les   comptes   du   Notaire   Pierre   MOTTU   et   de   l’Avocat   associé   de   LE MAZOU,   Me   C.   Mark   BRUPPACHER   à   Zürich.   Cette   audition   nous   démontre   également   que   la   “justice”   française avaient   bien   le   contrôle   des   Associés   et   Mandataires   de   Joseph   FERRAYÉ   qui   avaient   escroqué   les   royalties,   par une procédure ouverte dans le Sud de la France. Dès   lors,   comment   dans   un   Etat   de   Droit,   peut-on   mettre   en   place   un   “schéma”   pour   “céder   des   droits litigieux”   à   celui   qui   a   été   escroqué,   alors   que   la   législation   prévoit   en   cas   d’escroquerie,   la   condamnation des escrocs et la restitution des valeurs saisies à celui à qui elles reviennent ! Cette   situation   nous   démontre   clairement   et   avec   certitude,   que   si   Me   Eric   DE   LA   HAYE-ST-HILAIRE   qui   était   Notaire de    l’Etat    français,    a    voulu    touver    un    “schéma    plus    élaboré”,    c’était    pour    soustraire    les    ESCROCS    à    des poursuites   pénales,    sachant   que   le   milieu   politique   avait   été   arrosé   copieusement   dans   cette   escroquerie.   Daniel LEVAVASSEUR,   membre   du   RPR   et   ancien   agent   de   la   DST   qui   avait   retrouvé   les   comptes   sur   lesquels   se trouvaient   les   royalties,   avait   confié   à   Joseph   FERRAYÉ   son   intention   de   régler   le   problème,   sans   que   les politiciens   ne   soient   touchés.   Il   faut   savoir,   qu’après   la   vente   des   systèmes   à   tous   les   Pays   producteurs   de   pétrole, les royalties se calculaient en milliers milliards de dollars (de l’époque). Place à la VI e  République Le   18   octobre   2006,   Joseph   FERRAYÉ   a   déposé   plainte   pénale   auprès   du   Tribunal   de   Grande   Instance   de Nanterre,   plainte   enregistrée   sous   la   référence   N   06   291   0047   avec   timbre   du   Procureur   de   la   République... Près   de   10   ans   après   le   dépôt   de   cette   plainte   dont   le   mémoire   comportait   200   pages    et   177   preuves   des crimes   commis,   aucune   suite   n’y   a   jamais   été   donnée.   La   responsabilité   de   la   France   dans   cette   procédure, se calcule en dizaines de milliards d’Euros ! La   confiance   dans   les   autorités   politiques   françaises   ne   pourra   plus   jamais   être   rétablie.   La   preuve   est donnée   ici   que   les   Autorités   -   Gauche   et   Droite   confondues   -   sont   capables   d’escroquer   et   de   s’approprier les   valeurs   d’autrui,   sur   lesquelles   elles   n’ont   aucun   droit.   On   doit   alors   se   poser   la   question   de   ce   qu’elles vont   faire   des   avoirs   vieillesse   qu’elles   contrôlent,   des   cotisations   à   la   santé   publique,   des   avoirs   bancaires, sachant   que   les   banques   ont   été   les   instruments   financiers   qui   ont   permis   cette   escroquerie   cautionnées   par l’Etat   et   que   maintenant,   ces   capitaux   gigantesques   ont   permis   à   ceux   qui   les   ont   escroqués   et   qui   les détiennent, de prendre le contrôle de l’économie. Aucune    Loi    dans    la    Législation    actuelle    ne    fait    état    d’articles    condamnant    des    Magistrats    ou    autres détenteurs   du   Pouvoir   judiciaire   s’ils   violent   la   loi   et   c’est   bien   pour   ça   que   ces   criminels   au   service   du Pouvoir judiciaire, peuvent poursuivre leurs crimes en toute impunité. Quand   ils   détiennent   le   pouvoir   de   condamner   des   crimes,   les   Magistrat   qui   les   pratiquent   eux-mêmes devraient   être   poursuivis   avec   des   possibilités   de   condamnation   10   fois   supérieures   à   celles   prévues   pour un   citoyen   lambda.   Ce   sont   de   nouvelles   bases   légales   qu’il   faut   mettre   en   place,   Modifier   la   Constitution   qui n’a   pas   prévu   de   telles   crapuleries,   parce   qu’au   temps   du   Général   DE   GAULLE,   un   tel   mépris   du   Peuple   était impensable. Il est l’heure de faire place à la VI e  République