Birgit SAVIOZ
© Site officiel pour la prise de contrôle de l’économie financée par les royalties FERRAYÉ - 2018
Worldcorruption.info
BernLeaks
mise   sous   tutelle.   Selon   l’avocat   bullois,   Birgit   SAVIOZ   aurait   versé   quelque   CHF   80’000.-   sur   les   comptes   UBS 416.416.03   P    et   UBS   416.416.M1   R .   Dans   les   faits,   sur   la   seule   base   des   documents   en   notre   possession   et nous   ne   disposons   pas   de   tous   les   relevés   bancaires,   on   constate   que   Birgit   SAVIOZ   a   concrètement   versé CHF   104’300.-   sur   le   compte   03   P   et   CHF   12’600.-   sur   le   compte   M1   R,   soit   un   montant   total   de   CHF   116’900.- contre les CHF 80’000.- annoncés au Tribunal. »   Michel   TINGUELY   poursuit   en   affirmant   que   durant   la   même   période   1983-1988,   UBS   avait   débité   le   compte hypothécaire   UBS   416.416.H1   C    de   CHF   75’005.85   et   qu’Aldo   FERRAGLIA   avait   quant   à   lui   versé   seul   CHF 131’732.15   sur   le   même   compte.   On   se   demande   ce   que   ce   débit   a   à   voir   avec   la   capacité   de   paiement   d’Aldo FERRAGLIA. Un débit de compte hypothécaire ne signifie que facturation d’intérêts et d’amortissements. »   Contrer   la   dernière   affirmation   sur   les   CHF   131’732.15   versés   par   Aldo   FERRAGLIA   aurait   pu   être   difficile   à formuler,   puisque   nous   ne   disposons   pas   des   relevés   bancaires   pour   le   compte   hypothécaire,   hormis   les   avis d’échéance périodiques à partir de 1987, comme on le voit sur le fichier UBS 416.416.03 P  précité. »   Mais   deux   choses   ressortent   clairement.   Birgit   SAVIOZ   a   versé   CHF   104’300.-   sur   ee   compte   03   P   et   Aldo FERRAGLIA   laisse   quant   à   lui   apparaître   un   solde   débiteur   de   CHF   159.85.   Il   a   donc   plus   retiré   que   ce   qu’il   a payé. Le paiement total des transformations apparaissant sur ce compte totalisant CHF 116’911.65. »   Une   autre   observation   à   relever   est   que   malgré   le   financement   presque   total   des   transformations   par Birgit   SAVIOZ,   le   solde   du   compte   03   P   laissait   apparaître   au   moment   de   la   consolidation,   un   solde débiteur de   CHF 154’845.80. »   L’astuce   d’UBS   pour   rembourser   les   dettes   d’Aldo   FERRAGLIA   en   spoliant   astucieusement   Birgit   SAVIOZ   a consisté   à   faire   figurer   l’achat   de   la   propriété   pour   un   montant   de   CHF   300’000.-   et   l’hypothèque   initiale   de CHF   220’000.-,   sans   y   inscrire   l’augmentation   hypothécaire   du   15   juin   1987   de   CHF   90’000.-,    portant   le   crédit hypothécaire   à   CHF   320’000.-.   Ce   crédit   avait   été   mis   à   disposition   sur   le   compte   courant   UBS   416.416.04   K   d’Aldo   FERRAGLIA   pour   ses   besoins   personnels   et   on   verra   plus   bas   que   les   Banksters   d’UBS   SA   ne manquent pas d’astuce et d’imagination pour escroquer leurs clients. »   Mais   auparavant   revenons   au   compte   03   P.   La   consolidation   de   CHF   177’544.-    comprenait   non   seulement   la différence   de   CHF   80’000.-   entre   les   CHF   300’000.-   pour   l’achat   de   la   propriété   et   le   crédit   hypothécaire   initial de   CHF   220’000.-,   mais   comprenait   aussi   l’augmentation   du   crédit   hypothécaire   du   15   juin   1987   de   CHF 90’000.-.   Cette   consolidation   ne   comprenait   pas   le   crédit   du   22   avril   1983   dont   Birgit   SAVIOZ   n’avait jamais   été   mise   au   courant   et   qui   avait   été   mis   à   disposition   d’Aldo   FERRAGLIA   pour   son   compte courant. »   A   noter   qu’après   la   consolidation   de   CHF   177’544.-,   Aldo   FERRAGLIA   a   encore   prélevé   CHF   12’150.-   pour ses besoins personnels. Regardons   maintenant   brièvement   les   virements   effectués   sur   le   compte   hypothécaire   dont   il   est   fait   mention dans   la   demande   du   15   mars   1995    de   Me   TINGUELY,   pour   faire   croire   que   son   Client   était   solvable.   Michel TINGUELY   nous   dit   qu’Aldo   FERRAGLIA   a   versé   seul   CHF   131’732.15. Alors   retenons   ce   qui   suit   :   On   observe sur   le   compte   transformations   416.416.03   P,   des   débits   pour   un   montant   de    CHF   54’559.00 .   En   outre   CHF 123’015.30     figurent    comme    retraits    d’espèces    sur    le    compte    UBS    416.416.04    K.    Ceci    nous    démontre qu’Âldo   FERRAGLIA   n’assumait   ses   charges   que   par   des   crédits   et   transferts   d’un   compte   à   un   autre. Des crédits qui ont été finalement mis à charge de Birgit SAVIOZ. »   On   voit   dès   lors    que   l’argumentation   de   Michel TINGUELY   selon   laquelle Aldo   FERRAGLIA   a   versé   seul   CHF 131’732.15   n’était   qu’un   enfumage   auquel   s’est   prêté    le   Tribunal   pour   justifier   la   mise   sous   tutelle   de   Birgit SAVIOZ dans le but qu’elle ne puisse pas revenir sur la procédure illégale de vente. Les Banksters d’UBS SA escroquent par métier »   Il   faut   observer   les   deux   confirmations   d’hypothèque   des   22   avril   1983   et   15   juin   1987   pour    trouver   l’astuce.   UBS   SA   a   accordé   le   22   avril   1983    à   l’insu   de   Birgit   SAVIOZ,   un   premier   crédit   supplémentaire   de   CHF 80’000.-   qui   portait   ainsi   le   crédit   hypothécaire   à   un   total   de   CHF   320’000.-.    Ensuite,   en   date   du   15   juin 1987   lors   de   la   consolidation   du   compte   transformations,   un   nouveau   crédit   supplémentaire   de   CHF   90’000.-   a   été   octroyé.   Mais   cette   fois-ci   par   magie,   malgré   l’augmentation,   le   total   annoncé   du   crédit   hypothécaire n’augmente pas. Il continue à stagner toujours à CHF 320’000.-. »   C’est   seulement   aujourd’hui,   suite   à   l’appel   déposé   par   Michel   TINGUELY    contre   Marc-Etienne   BURDET et   Gerhard   ULRICH   dont   l’audience   a   été   fixée   au   13   mai   2016,    que   le   dossier   a   été   repris   dans   son   ensemble et il faut reconnaître que l’escroquerie à laquelle Michel TINGUELY a contribué, était astucieuse. »   Par   ce   procédé   voyou,   les   Banksters   d’UBS   SA    opèrent   des   transactions   comptables   criminelles   qui   leur permettent   d’escroquer   leurs   Clients   sans   qu’ils   comprennent   comment.   Ensuite,   avec   la   complicité   des   juges et   des   avocats   verreux,   ils   le   font   dès   lors   en   toute   impunité   et   pire   encore,   ils   arrivent   à   faire   condamner publiquement   les   Clients   qui   veulent   faire   valoir   leurs   droits,   afin   de   dissuader   tout   le   monde   d’entreprendre   de telles démarches. » Cette planification systématique du Crime Organisé en Bande  n’a qu’un nom : La Franc-Maçonnerie ! »   Ce   système   a   ainsi   permis   aux   Banksters   d’UBS   SA   et   à   leurs   Larbins   juges   et   avocats    de   mettre   à charge   de   Birgit   SAVIOZ   un   crédit   “en   blanc*   de   CHF   80’000.-   accordé   à Aldo   FERRAGLIA   le   22   avril   1983   et mis   à   disposition   sur   le   compte   UBS   416.416.04   K    sans   que   Birgit   SAVIOZ   n’en   ait   été   informée.   Il   faut comprendre   que   suite   à   la   consolidation   de   1987   le   crédit   de   1983   n’était   plus   un   crédit   hypothécaire   mais   un simple   crédit   en   blanc...   Toutes   ces   opération   ont   été   pratiquées   sur   la   base   de   faux   dans   les   titres   dissimulés pendant    10    ans    à    Birgit    SAVIOZ    en    la    nommant   Titulaire    et    responsable    de    comptes    dont    elle    ignorait l’existence...   C’est   certainement   la   raison   pour   laquelle   Birgit   SAVIOZ   n’a   jamais   disposé   des   relevés   des comptes   hypothécaire   et   courant   UBS   416.416.H1   C   respectivement   UBS   416.416   04   K,   contrairement   à   ce que veut nous faire croire Me TINGUELY dans ce qu’il déblatère. »   Continuons   la   lecture   de   sa   demande   de   tutelle   du   15   mars   1995.   Michel   TINGUELY   relève   l’existence   des deux   comptes   UBS   416.416.H1   K    et   UBS   416.416.03   B    apparus   dans   les   pièces   et   dont   Birgit   SAVIOZ   n’avait aucun   connaissance.   En   fonction   des   actes   cités   plus   haut   par   les   Banksters   et   autres   complices   qui   sont intervenus   dans   cette   cause,   nous   sommes   toujours   persuadés   aujourd’hui   encore   qu’en   ce   qui   concerne   le compte   UBS   416.416.H1   K    au   moins,   il   a   existé.   Nous   soupçonnons   que   l’attestation   sollicité   par   Michel TINGUELY   du   15   novembre   1994    établie   par   UBS   SA,   n’était   qu’une   manipulation   de   plus   de   l’avocat   pour parvenir à ses fins. »   On   retrouve   effectivement   le   crédit   de   CHF   220'000.-   figurant   sur   l’ordre   de   transfert,   crédité   sur   le   compte UBS   416.416.03   P   en   date   du   26.5.1983.   Lors   de   l'octroi   du   crédit   2e   rang   de   CHF   80'000.-   supplémentaires accordés   à Aldo   FERRAGLIA   et   mis   à   sa   disposition   sous   forme   de   compte   courant   (416.416.04   K)   utilisable   à son   gré,   la   lettre   de   confirmation   ne   fait   aucune   mention   à   un   premier   rang...   Ce   compte   UBS   416.416.H1   K correspondait   probablement   à   un      compte   antérieur   au   416.416.H1   C   qui   était   en   lien   avec   l'hypothèque   2e rang   mentionnée   dans   l'octroi   du   27   avril   1983.   Notons   aussi   la   mention   d'une   hypothèque   préexistante   de CHF   20'000.-.   S’agissait-il   d'un   premier   rang   existant   à   l'époque,   puisque   les   CHF   240'000.-   sont   accordés   en 2e   rang...Tout   laisse   penser   que   le   cpte   416.416.H1   K   a   bel   et   bien   existé   et   que   les   Banksters   d'UBS   SA   ont menti dans leur lettre du 15.11.1994 requise tout spécialement par Michel TINGUELY. »   Enfin,   pour   terminer   les   points   soulevés   dans   le   courrier   du   15   mars   1995   de   Me   TINGUELY,   relevons   le millier    de    pages    de    mémoires    et    pièces    (dixit   TINGUELY    page    3)    auxquelles    il    fait    allusion.    Me    Michel TINGUELY   déclare   que   Birgit   SAVIOZ   répète   des   sottises    qu’elle   transforme   en   Leitmotive   obsessionnels, comme   une   sorte   de   litanie   incantatoire    qui   n’est   plus   le   fait   d’une    personne   sensée    en   mesure   de   défendre ses indérêts et d’occuper les magistrats et avocats. »    On    a    là    l’impression    que    Michel   TINGUELY    se    trouve    face    à    son    propre    miroir...    La    seule    demande d’expertise    psychiatrique    requise    contre    lui    par    Me   Alain    VUITHIER    au    nom    de    Marc-Etienne    BURDET démontre    à    quel    point    les    sottises     qu’il    dénonce,    le    Leitmotive    obsessionnels     ou    encore    la    litanie incantatoire lui sont propre et comme il le dit si bien ne sont plus les faits d’une personne sensée. »   Dès   lors   un   fait   est   certain...   s’il   y   a   eu   un   sot   dans   toute   cette   procédure   et   un   malade,   le   seul   qui   aurait dû être mis sous tutelle était Me Michel TINGUELY lui-même. Lancement judiciaire de la procédure de tutelle »   Ensuite   de   la   demande   du   16   mars   1995   à   laquelle   il   se   réfère,   le   Président   du   Tribunal   de   la   Gruyère Philippe   VALLET    s’est   adressé   par   courrier   du   21   mars   1995   à   la   Justice   de   Paix    de   Bulle,   pour   lancer   la procédure de mise sous tutelle et demander une expertise psychiatrique de Birgit SAVIOZ. »   La   réponse   de   Birgit   SAVIOZ   du   23   mars   1995    adressée   à   Philippe   VALLET   suite   à   la   convocation   du   Juge de   Paix   démontre   qu’elle   est   loin   d’être   une   personne   sotte   selon   la   description   faite   par   Michel   TINGUELY   et qu’elle a toute sa raison dans la synthèse des faits qu’elle présnte. Les   juges   Francs-Maçons   fribourgeois   indiquent   un   faux   délai   de   recours   pour   empêcher ensuite toute voie de recours contre leurs crimes... »   Le   23   novembre   1995,   après   avoir   entendu   Birgit   SAVIOZ,   les   premiers   juges   ont   rejeté   son   recours   formé contre   la   décision   de   la   Justice   de   paix   du   IIIème   cercle   de   la   Gruyère   à   Bulle,   qui   ordonnait   une   expertise psychiatrique dans le cadre d’une éventuelle interdiction civile. »   La   Chambre   des   tutelles   d’arrondissement   a   indiqué   qu’il   pouvait   être   recouru   contre   cet   arrêt   à   la   Chambre des   tutelles   du   Tribunal   cantonal   dans   les   30   jours    dès   sa   réception.   L’arrêt   a   été   notifié   au   mandataire   de Birgit   SAVIOZ   le   9   janvier   1996.   Le   7   février   1996,   par   l’entremise   de   son   mandataire,   Birgit   SAVIOZ   a   déclaré recourir   contre   ledit   arrêt   dont   elle   a   conclu   à   l’annulation.   Le   lendemain   8   février   1996,   Birgit   SAVIOZ   a   posté le même mémoire signé par elle-même. »   Le   22   juillet   1996,    la   Chambre   des   tutelles   du   Tribunal   Cantonal   a   conclu   au   rejet   du   recours,   considérant que   le   délai   était   dépassé.   Que   les   premiers   juges   avaient   indiqué   par   erreur   un   délai   de   recours   de   30 jours,   alors   que   selon   la   législation   le   délai   accordé   n’était   que   de   10   jours .   Que   le   mandataire   de   Birgit SAVIOZ aurait dû s’apercevoir de l’erreur... »   Après   un   recours   perdu   au   Tribunal   Fédéral   jugé   par   je   “Frère”   Fribourgeois   Georges   SCYBOZ,   Birgit SAVIOZ   a   fini   par   déposer   plainte   pénale   en   date   du   09   janvier   1997    auprès   du   Tribunal   Pénal   de   la   Sarine. Etaient   alors   dénoncés   le   “Frère”   Louis   SANSONNENS,   le   “Frère   Philippe   VALLET   et   les   “Frangins*   de   la Justice    de    Paix    du    IIIème    Cercle    de    la    Gruyère,    tous    pour    actes    illicite,    complicité    d’escroquerie    et détournement de fonds, etc. »   Cette   dernière   plainte   n’a   pas   dû   plaire   à   la   Confrérie   Franc-Maçonne   Fribourgeoise   qui   a   dû   faire   pression sur   Me   Michel   TINGUELY,   auteur   de   l’initiative   de   la   mise   sous   tutelle.   C’est   assurément   pour   cette   raison   que le   18   mars   1997   Michel   TINGUELY    tentait   une   conciliation...   Birgit   SAVIOZ   n’y   donnera   aucune   suite.   Le   24 juillet   2007,   le   “Frère”   André   PILLER   claissait   la   plainte   de   Birgit   SAVIOZ   jugeant   que   toutes   les   procédures avaient   été   scrupuleusement   respectés...   ( sic   ! ).   Encore   heureux   qu’il   n’ait   pas   considéré   la   plainte   comme étant abusive »   Par   prononcé   du   4   février   1999 ,   le   Président   Pascal   L’HOMME   a   fini   par   levé   la   procédure   de   mise   sous tutelle de Birgit SAVIOZ, reconnaissant qu’en aucun cas celle-ci ne devait être reconnue comme irresponsable. »   Il   faut   donc   conclure   de   ce   qui   précède,   que   l’acte   de   vente   signé   par   Patricia   GRAND   au   nom   de   Birgit SAVIOZ,   à   la   requête   de   Me   Michel   TINGUELY,   doit   être   considéré   comme   illégal.   Qu’au-delà   du   fait   que   Birgit SAVIOZ   ne   devait   pas   être   écartée   de   l’acte   de   vente,   l’attestation   du   1er   décrmbre   1994   avant   même   la   fin   du délai à respecter, rendait déjà cette inscription illégale. »   Il   faut   également   considérer   que   les   intervenants   dans   cette   procédure   illégale   ont   agit   dans   le   seul   but d’escroquer Birgit SAVIOZ, en abusant des droits que leur conférait leur fonction. »   La   plupart   de   ces   individus   se   sont   en   outre   portés   plaingants   contre   les   VICTIMES   et   les   lanceurs   d’alertes, pour   les   faire   condamner   pour   “calomnies   et   diffamations”   alors   que   TOUS   LES   FAITS   DENONCES   étaient réels   et   démontrés.   Ils   n’ont   pas   hésité   à   faire   refuser   les   preuves   de   la   Vérité   en   instruction,   pour   que   la Confrérie Franc-Maçonne puisse garantir l’impunité à ses “Frères” criminels. »   Ceci   nous   démontre   qu’il   est   aujourd’hui   URGENT   de   radier   le   point   3   de   l’Art.   173.1   du   Code   Pénal concernant   les   délits   contre   l’honneur   qui   prévoit      que      3.   L'inculpé   ne   sera   pas   admis   à   faire   ces   preuves   et   il sera   punissable   si   ses   allégations   ont   été   articulées   ou   propagées   sans   égard   à   l'intérêt   public   ou   sans   autre motif   suffisant,   principalement   dans   le   dessein   de   dire   du   mal   d'autrui,   notamment   lorsqu'elles   ont   trait   à   la   vie privée ou à la vie de famille”.   »   On   constate   dans   TOUS   LES   DOSSIERS   mis   en   ligne   sur   WORLDCORRUPTION,   que   cet   article   n’a   pour objectif   que   de   garantir   aux   Criminels   Francs-Maçons   qui   cancérisent   les   Institutions   suisses,   d’être préservés   de   toute   procédures   pénales   à   leur   encontre   pour   les   crimes   qu’ils   commettent   au   bénéfice de   leur   Secte   Satanique.   Cette   clause   ne   figure   dans   les   textes   du   Code   Pénal ,   que   pour   leur   garantir leur impunité ! Conclusion »   Les   VICTIMES   ne   peuvent   retrouver   la   sérénité   qu’à   partir   du   moment   où   le   crime   commis   contre   elle   a   été publiquement   reconnu.   Ce   sera   donc   en   condamnant   les   criminels   directs   qui   ont   oeuvré   dans   l’escroquerie contre   Birgit   SAVIOZ   que   cette   sérénité   pourra   être   retrouvée.   Mais   ce   n’est   pas   tout   !   Il   faut   aussi   que   ceux qui    ont    abusé    de    leur    autorité     en    condamnant    les    lanceurs    d’alertes,    pour    garantir    l’impunité    aux criminels,    soient   également   reconnus   coupables.    Citons   tous   particulièrement   dans   le   cas   présent   le Président   Pierre-Henri   WINZAP   et   les   juges   Elisabeth   VERMEIL,   Georges   BORER   et   Jean-François VUILLEUMIER. »   Ensuite,   ll   revient   à   l’Etat,   responsable   des   actes   des   Criminels   Francs-Maçons   à   son   service,   d’indemniser les VICTIMES en fonction des préjudices qu’elles ont subi, tant au niveau matériel que moral. »   Mais   la   réparation   ne   doit   pas   s’arrêter   là...   La   dénonciation   des   crimes   commis   contre   Birgit   SAVIOZ   a   valu aux   lanceurs   d’alerte   des   peines   de   prison   ferme   diverses,   Chacun   d’eux   a   dû   assumer   au   minimum   2   ans   de séquestration. »   L’heure   est   donc   aujourd’hui   au   décompte   des   indemnisations.   Pour   un   emprisonnement   indû ,   le Tribunal   Fédéral   avait   accordé   à   Christian   PIDOUX   (rapt   LAGONICO)   -   fils   de   l’ex   Conseiller   d’Etat vaudois   Philippe   PIDOUX   -   une   indemnisation   journalière   de   CHF   2’000.-   pour   chaque   jour   passé   à   tort en prison. »   Dès   lors,   les   fils   d’Oligarques   n’ont   pas   à   être   indemnisés   au-delà   de   n’importe   quel   Citoyen.   En conséquence,   la   même   indemnité   doit   être   versée   à   tous   ceux   qui   auront   été   emprisonnés   illégalement   en fonction   de   leurs   jours   de   séquestration. A   titre   d’exemple,   pour   2   ans,   l’indemnisation   qui   ne   comprend   pas   le tort   moral   et   les   autres   préjudices,   correspond   à   un   montant   de   CHF   1’460’000.-.   non   compris   les   intérêts   au taux de 10 % depuis le jour de l’arrestation. »    La    réparation    pécuniaire    pour    les    années    de    crime    judiciaire    enduré,    pour    le    tort    moral    et    la réhabilitation    publique    devront    également    faire    partie    du    programme    de    réparations    auquel    nous devrons adhérer. »   Le   “nettoyage”   du   casier   judiciaire,   suppression   du   fichier   des   empreintes,   photos   de   détenus,   etc. seront    aussi    des    conditions    impératives,    tout    comme    l’annulation    des    frais    judiciaires    et    des poursuites et actes de défauts de biens pour les procédures.
Avocat à Bulle FR ex juge militaire Michel TINGUELY a été dénoncé dans les années 2002 à 2006 par Marc-Etaenne BURDET et l’association Appel-au-Peuple lanceurs d’alertes dans le cadre de l’escroquerie de Birgit SAVIOZ domiciliée alors dans le Canton de Fribourg Outre Birgit SAVIOZ spoliée pour des centaines de milliers de francs et condamnée pour avoir “osé” dénoncer ceux qui l’avaient escroquée, les lanceurs d’alerte ont été aussi condamnés sur plaintes pour calomnie et diffamation lors d’un procès arbitraire dit d’Appel-au-Peuple. Lors de cet “abattage” digne de la pire dictature, Présidé par le Franc-Maçon Pierre-Henri WINZAP, “Juges” et plaignants étaient tous Francs-Maçons. Ils ont requis des centaines de milliers de francs au civil.   Principales Victimes de Michel TINGUELY : M-E Burdet - 18 mois G. Ulrich - 21 mois B. SAVIOZ - 7 mois (sursis) D. CONUS - 50 mois alors qu’il n’est jamais intervenu dans la dénonciation du dossier SAVIOZ...
Complot Maçonnique au service du “Frère” Michel TINGUELY : Trop c’est trop ! Affaire Birgit SAVIOZ Suite Tutelle »   La   vente   signée   par   acte   du   17   août   1994   dans   lequel   Patricia   GRAND   secrétaire de   la   Notaire   Emmanuelle   MÜRITH-KAELIN   avait   été   substituée   à   Birgit   SAVIOZ contre   le   gré   de   la   co-propriétaire,   celle-ci   n’avait   pas   l’intention   de   laisser   ce   crime impuni et Michel TINGUELY l’avait bien compris. »   Sans   nouvelle   sur   la   vente   de   son   immeuble,   la   Notaire   MÜRITH-KAELIN   ne   lui ayant   pas   transmis   les   actes,   Birgit   SAVIOZ   s’était   adressée   au   Registre   foncier   en date   du   14   mars   1995 ,   comme   le   démontre   la   quittance   de   CHF   20.-   des   frais acquittés pour avoir une copie. »   Le   ROI”   TINGUELY    qui   ne   supporte   pas   qu’on   s’oppose   à   lui   ou   qu’on   lui “désobéisse”...   devait   avoir   prévu   l’intervention   de   Birgit   SAVIOZ   et   organisé   son service   de   renseignements    au   sein   de   l’Etat.   A   la   minute   où   Birgit   SAVIOZ   a requis   une   copie   de   l’acte   de   vente   au   Registre   Foncier,   il   en   a   été   informé.   Dès   le lendemain,   il   a   sollicité   ses   “Frères”   du   Tribunal   de   la   Gruyère,   pour   que   Birgit SAVIOZ soit mise sous tutelle et ainsi hors d’état de lui nuire ! »   La   demande   du   15   mars   1995    de   Michel   TINGUELY   (page   5)   ne   laisse   aucun doute sur ses intentions comme le démontre l’extrait ci-dessous : »   Fidèle   à   son   comportement,   Me   Michel TINGUELY   n’a   pas   hésité   à   trahir   les   faits, non   plus   pour   défendre   son   Client   Aldo   FERRAGLIA,   mais   bien   pour   se   couvrir   de tous   les   abus   qu’il   avait   commis   pour   obtenir   la   vente   illégale    de   la   propriété   de Birgit   SAVIOZ.   L’illégalité   de   cette   vente    avait   du   reste   été   confirmée   par   le   Prof. Denis   PIOTET,    aujourd’hui   Juge   assesseur   au   Tribunal   Cantonal   du   Canton   de Vaud dans une expertise du 28 octobre 2006. »    Cette    expertise    établie    pour    libérer    les    lanceurs    d’alerte    lors    du    procès    dit d’Appel-au-Peuple   du   30   octobre   2006,   tous   accusés   de   calomnie   et   diffamation,   a été   écartée   par   le   Tribunal   de   l’Arrondissement   de   Lausanne,   constitué   de   juges Francs-Maçons qui voulaient la peau des dénonciateurs... »   De   nombreuses   irrégularités   sont   mises   en   évidence   dans   la   rédaction   de   la demande du 15 mars 1995 citée plus haut. »    Nous    devons    tout    d’abord    reprendre    les    décomptes    fantasques    de    Michel TINGUELY donnés en page 2 de ses arguments mensongers pour requérir la mise
Birgit SAVIOZ
accès 1ère Partie
Transform.
Michel TINGUELY