Béchir SEBEI c-VAUDOISE Assurances
© Official site for the takeover of the economy financed by royalties FERRAYE - 2016
Worldcorruption.info
Gerhard ULRICH fait la lumière sur le régime de l’oligarchie occulte de la franc-maçonnerie et  de ses clubs de services (Rotary, Lions Club, Kiwanis, etc.),  qui  dirigent le système judicaire actuel et les pouvoirs politiques. Le citoyen qui passe à la moulinette de la machine judiciaire bien huilée, ressent instinctivement qu’il est Victime d’un complot. Mais il est incapable de le prouver, car le système cultive soigneusement la non transparence. Si une telle personne invoque l’aide des politiciens, on se débarrasse d’elle sous prétexte du dogme  de la séparation des pouvoirs. Les dogmes ont toujours servi à asservir les peuples. L’auteur de ces révélations observe depuis 16 ans le dysfonctionnement judiciaire, archivant systématiquement les résultats dans sa base de données, devenue volumineuse. A l’opposé d’autres critiques du régime, il s’est montré jusqu’à présent prudent concernant ses attaques au sujet de la Franc-maçonnerie. Il était conscient que ses connaissances de ce qui se passe dans nos prétoires, étaient assez modestes. Cependant, la persévérance et un travail continu lui permettent aujourd’hui de rejoindre la position de Marc-Etienne BURDET sur le sujet Le dossier de la Victime Béchir SEBEI démontre une fois de plus les conséquences des coups protés aux Victimes par les Francs-Maçons qui occupent les sièges du pouvoir judiciaire. Leur activité crasse en faveur de leurs “Frères” de Secte, contribue à mettre les justiciables dans des situations insoutenables. Pour les Victimes judiciaires, il est peine perdue de vouloir prouver à leurs bourreaux qu’elles sont dans leur bon droit... C’est seulement en démontrant à l’Opinion publique que les magistrats détracteurs sont indignes et ne sont pas légitimés à exercer leurs fonctions que les choses changeront ! Nous lançons un APPEL AU PEUPLE POUR METTRE FIN À CETTE TYRANNIE !
BernLeaks
La Vaudoise assurances Affaire de corruption ayant profité à l’assureur
Gerhard ULRICH
Frank TIÈCHE
Daniel PACHE
Mathias KELLER
Dominique JAUNIN LUCIANI
Aleksandra FAVROD
CONCLUSIONS Un   accident   sur   un   chantier   d’AAX,   survenu   le   22.01.08   à   Lausanne,   a   causé l’invalidité   de   Béchir   SEBEI,   père   de   famille   ruiné,   suite   à   une   farce   judiciaire    du stéréotype   vaudois.   Le   bureau   d’architectes   AAX    était   assuré   en   responsabilité civile   par   la   Vaudoise   ASSURANCES,   à   qui   cette   corruption   judiciaire   a   joliment profité   ( 1.5   mio   de   CHF    de   prétentions   civiles   économisées).   Si   SEBEI   avait   été assuré   auprès   de   la   SUVA,   la   mafia   judiciaire   vaudoise   aurait   eu   à   faire   à   elle comme   partie   durant   ce   procès.   Difficile   d’imaginer   que   la   SUVA   se   serait   laissée rouler aussi facilement dans la farine. Le   magouilleur   en   chef   dans   cette   affaire   est   le   «juge»   COLELOUGH.   Il   est   franc maçon.   Il   est   par   conséquent   logique   de   déduire   que   ce   crime   judiciaire   a   été commis en bande organisée par le réseau occulte des frères maçonniques Voici   la   cordée   des   hommes   de   loi   vaudois   ayant   œuvré   aux   dépens   de   Béchir SEBEI   (marqué   en   bleu   pour   les   multirécidivistes   en   matière   de   corruption   =   liens activés): le «juge» VD Philippe COLELOUGH les procureurs Dominique JAUNIN LUCIANI  et Franz MOOS les   «juges»   cantonaux   VD   Aleksandra   FAVROD ,   Bertrand   SAUTEREL    et Marc PELLET le «juge» fédéral vaudois Christian DENYS les avocats Frank TIÈCHE , Daniel PACHE  et Mathias KELLER MOOS ,   COLELOUGH ,   SAUTEREL ,   PELLET    et   DENYS    ont   un   casier   de   crimes judiciaires   très   chargé.   Ils   couvrent   notamment   la   corruption   dans   le   canton   de Vaud.   Ces   criminels   en   robe   noire   doivent   être   envoyés   devant   un Tribunal   pour   être mis   face   à   leurs   responsabilités.   Leurs   fortunes   doivent   être   confisquées   afin   de dédommager Béchir SEBEI et leurs autres victimes La cordée de magistrats vaudois francs-maçons criminels cités plus haut : L’analyse de cette farce judiciaire du stéréotype vaudois Béchir   SEBEI   (né   en   1955,   naturalisé   Suisse)   possédait   une   entreprise   de   plâtrerie peinture   à   Lausanne.      Fin   2007,      le   bureau   d’architectes AAX ,   agissant   en   qualité d’entreprise   générale   pour   la   réfection   de   l’immeuble   sis   à   l’avenue   de   France   1   à Lausanne,   a   adjugé   les   travaux   de   plâtrerie-peinture   à   l’entreprise   de   SEBEI   pour un montant de CHF 444'818.65, TVA incluse ( pièce 1 ). Les   employés   et   architectes   André   ROCHAT   (associé   d’AAX   et   responsable   du chantier)   et Ana   Filipa   FERREIRA   CARDOSO   HUGONNET   (seule Administratrice   et associée   de   la   société,   selon   le   RC,   main   droite   de   André   ROCHAT,   affectée   à   la réfection à l’avenue de France 1) étaient responsables de la sécurité du chantier.
Cette   dernière   dirigeait   et   coordonnait   sur   place   les   activités   des   divers   corps   de   métier.   AAX   possédait   une assurance responsabilité civile à la VAUDOISE ASSURANCES ( pièce 2 ). Le   22.01.2008,   à   10   h,   Béchir   SEBEI   entamait,   en   accord   avec   les   instructions   reçues,   des   travaux   dans   un appartement   au   2ème   étage.   Puisqu’il   faisait   sombre   dans   la   pièce,   il   a   voulu   placer   un   éclairage.   Hélas,   le plancher   avait   été   enlevé   la   veille   ( pièce   14 )   et   une   couche   de   marin   (une   sorte   d’isolant,   ressemblant   à   une chape)   restait   entre   les   solives.   Sous   le   poids   de   SEBEI,   la   couche   de   marin   instable   a   cédé   et   il   a   fait   une chute   de   3.4   m   sur   le   sol   du   1er   étage   (10h38   ?).   Il   fut   transféré   d’urgence   à   l’hôpital   (le   CHUV,   pièce   3 ).   Suite à   cet   accident,   il   vit   aujourd’hui   avec   des   séquelles   qui   ne   lui   permettent   plus   de   reprendre   son   activité professionnelle.   En   tant   qu’indépendant   professionnel,   il   n’était   pas   assuré   auprès   de   la   SUVA   pour   les   risques d’accident   et   n’avait   qu’une   assurance   maladie   couvrant   les   soins   dus   aux   accidents.   Sans   la   protection   de   la SUVA,   SEBEI   est   devenu   la   proie   idéale   de   la   mafia   judiciaire   vaudoise.   Ce   père   de   famille,   ayant   3   enfants   à charge, est aujourd’hui financièrement aux abois. Le   19.02.08,   avec   presque   1   mois   de   retard,   l’agent   0208   de   la   Police   de   la   Ville   de   Lausanne,   NICOLIN,   a   écrit son   rapport   ( pièce   4 ).   Curieusement,   ce   rapport   ne   fut   pas   adressé   au   juge   d’instruction,   bien   que   les   accidents graves   sur   chantiers   doivent   être   poursuivis   d’office.   Ce   laxisme   a   permis   aux   responsables   du   chantier   de modifier   l’état   du   lieu   de   l’accident,   avant   toute   enquête.   Les   photos   prises   lors   de   ce   constat   policier   ont disparu,  on ne sait pas où. Le   11.06.2008,   Me   Alain   VOGEL,   mandaté   par   Béchir   SEBEI,   a   requis   auprès   du   juge   de   paix   de   Lausanne l’établissement    d’un    constat    d’urgence    ( pièce    5 ).    Dûment    mandaté    par    le    juge    de    paix,    l’expert    Michel BALITZER   s’est   rendu   sur   les   lieux   de   l’accident   le   17.06.08. A   ce   moment-là,   le   lieu   de   l’accident   avait   déjà   été modifié.   Confronté   à   cette   situation,   et   en   toute   logique,   l’expert   s’est   entretenu   sur   place   avec   le   lésé,   SEBEI, et   avec   2   responsables   du   chantier,   ROCHAT   et   FERREIRA   CARDOSO   HUGONNET   ( pièce   6 ).   Il   a   opté essentiellement   pour   la   version   telle   que   décrite   par   SEBEI,   car   c’était   la   seule   version   plausible   lui   permettant d’établir son constat d’urgence. Secoué   par   ce   qui   lui   était   arrivé,   le   blessé   a   déposé   sa   plainte   pénale   seulement   le   11.08.08.   L’affaire   fut attribuée   à   la   juge   d’instruction   Dominique   JAUNIN   LUCIANI.    Elle   a   décidé   le   14.08.2008   d’instruire l’affaire en la forme sommaire... Les aiguillages pour une enquête bâclée étaient mis en place  ( pièce 7 ). Les interrogatoires des protagonistes commencèrent un an après l’accident et eurent lieu aux dates suivantes : 12.01.09 – l’architecte  ROCHAT, responsable du chantier pour AAX ( pièce 8 ) 12.03.09 – le lésé, Béchir SEBEI ( pièce 9 ) 25.05.09 – le maçon Manuel DA CUNHA de l’entreprise DENTAN ayant enlevé le plancher en question,         sur demande d’Ana Filipa FERREIRA CARDOSO HUGONNET ( pièce 10 ) 25.05.09 – l’architecte Ana Filipa FERREIRA CARDOSO HUGONNET, affectée à la surveillance des         travaux ( pièce 11 ) 25.05.09 – Roland Ingold, patron de la charpenterie du même nom ( pièce 12 ) 16.07.09 – Fethi HAMDI, employé de Béchir SEBEI ( pièce 13 ) 24.08.09 – Alireza LASHGARI, employé charpentier d’Ingold ( pièce 14 ) La   «   juge   »   d’instruction   Dominique   JAUNIN   LUCIANI    a   donc   traîné   pendant   une   année   avant   de   terminer ces   interrogatoires.   Bien   que   les   contradictions   récoltées   permettent   facilement   de   reconnaître   les mensonges    de   ROCHAT,      FERREIRA   CARDOSO   HUGONNET   et   DA   CUNHA   sur   la   base   des   déclarations   des autres    personnes    interrogées,    la    «    juge    »    d’instruction    n’a    plus    rien    instruit    pendant    les    4    années suivantes,    ignorant    les    requêtes    d’instruction    du    plaignant.    La    requête    insistante    d’ordonner    une expertise   judiciaire   fut   tout   simplement   ignorée.   La   seule   mission   de   la   «   juge   »   était   de   laisser   traîner   le dossier.   DA   CUNHA   avait   avoué   avoir   enlevé   le   plancher,    mais   prétendait   avoir   cloué   des   panneaux   de coffrage   sur   les   solives.   De   plus,   il   aurait   averti   les   ouvriers   de   SEBEI   du   danger   et   leur   aurait   dit   de   ne   pas travailler   à   cet   endroit.      Pourtant,   si   des   panneaux   de   coffrage   avaient   vraiment   été   cloués   solidement sur les solives, un tel avertissement n’avait alors pas de sens.  Il s’agit d’une contrevérité.   Photo      prise      par      FERREIRA      CARDOSO HUGONNET   juste   après   l’accident,    montrant le   trou,   causé   par   la   chute   de   SEBEI,   qu’elle   a versé    au    dossier    judiciaire.    Pour    induire    la justice   en   erreur,   la   date   de   la   photo   a   été coupée    et   elle   a   ajouté   à   l’envers   en-bas   à gauche la fausse date manuscrite du  31.05.07 Ana   Filipa   FERREIRA   CARDOSO   HUGONNET   est   allée   jusqu’au   mensonge   selon   lequel   SEBEI   aurait   déclaré aux   policiers   intervenus   sur   le   chantier,   avoir   enlevé   lui-même   des   panneaux   de   coffrages   protecteurs   du   sol (situation   que   seuls   DA   CUNHA   et   elle   avaient   imaginée...).   Même   le   «   juge   »   Philippe   COLELOUGH    dira   que c’est   chronologiquement   une   impossibilité,   puisque   SEBEI   a   été   évacué   par   les   secours   avant   l’arrivée   des   flics. Lors   de   son   interrogatoire,   ROCHAT   a   prétendu   que   le   plancher   original   était   encore   en   place   juste avant l’accident. Ceci contredit les déclarations de toutes les autres personnes interrogées. Le   25   mai   2009,   FERREIRA   CARDOSO   HUGONNET   a   déclaré   que   le   plancher   n’avait   pas   été   enlevé. Avec   la photo   truquée   ci-dessus,   elle   a   ensuite   insinué   que   le   plancher   avait   été   renouvelé   une   demi-année auparavant    et,   lors   du   procès   en   janvier   2015,   elle   s’est   finalement   alignée   sur   la   version   de   DA CUNHA    selon   lequel   celui-ci   aurait   fixé   des   panneaux   de   coffrage   après   avoir   enlevé   le   plancher   ( pièce   23 , page   9   in   medio).   Elle   a   aussi   déclaré   le   25.05.2009   que   le   plancher   se   trouvait   sur   les   solives   ( pièce   11 ,   en page   1   in   fine),   pour   se   contredire   un   moment   plus   tard.   Questionnée   pour   savoir   comment   le   plâtrier   SEBEI aurait   pu   fixer   les   rails   métalliques   sur   les   solives   en   cet   état,   elle   prétendait   soudain   que   le   plancher   se   trouvait à   cet   endroit   entre   les   solives   ( pièce   11 ,   page   2   in   initio).   On   constate   que   cette   dame   a   changé   de   version   en s’adaptant aux failles. Aucun homme de loi impliqué n’a voulu voir ce tissu de mensonges ! Le    témoignage    du    charpentier    LASHGARI    est    déterminant.    Il    a    témoigné    être    entré    dans    la    pièce    en question   à   08h30   le   22.01.2008   (le   jour   de   l’accident)   et   avoir   constaté   que   le   plancher   avait   été enlevé   par   le   maçon   DA   CUNHA.   En   professionnel   aguerri,   il   a   marché   sur   les   solives   pour   prendre   ses mesures   selon   les   instructions   de   FERREIRA   CARDOSO   HUGONNET.   Avant   de   quitter   le   chantier,    il   a   averti la   direction   des   travaux   du   danger   existant   dans   cette   pièce.   Manifestement,   la   faute   du   plancher   enlevé incombe à DA CUNHA et a fortiori à FERREIRA CARDOSO HUGONNET et à son supérieur ROCHAT. Entre   le   21.06.2012   et   le   16.09.2014,   le   défenseur   de   SEBEI,   l’avocat   Frank   TIÈCHE,   a   entrepris   6   démarches dociles   pour   aviser   les   «enquêteurs»   que   le   dossier   prenait   un   «   retard   inquiétant   »   (pièces   15   –   20).   Dès   le 22.05.2013,   le   «   procureur   »   Franz   MOOS    était   aux   commandes   pour   laisser   traîner   le   dossier   encore plus   longtemps.   Enfin,   le   28.10.2014,   MOOS    a   rédigé   l’acte   d’accusation   contre   les   architectes   ROCHAT   et FERREIRA   CARDOSO   HUGONNET   pour   lésions   corporelles   graves   par   négligence   et   violation   des   règles   de l’art   de   construire   par   négligence   ( pièce   21 ).   Il   a   volontairement   oublié,   avec   préméditation,   d’inculper   le démolisseur   DA   CUNHA.   Cet   acte   d’accusation   est   un   chef-d’œuvre   d’instruction   bâclée.    Il   ne   contient aucun   repère   horaire   du   déroulement   des   activités   le   jour   de   l’accident.   Le   procès   fut   fixé   pour   la   période   allant du   06   au   12.01.2015   (à   10   jours   de   la   prescription).   Les   débats   auraient   dus   êtres   présidés   par   le   juge   Thomas DE   MONTVALLON.   Il   s’est   récusé,   ne   voulant   pas   toucher   à   une   affaire   qu’on   avait   laissée   pourrir   à   ce   point. Le « juge » Philippe COLELOUGH  n’a pas hésité à mener à bien ce cas manifeste de corruption. Le   11   décembre   2014,   COLELOUGH   a   annoncé   à   l’avocat   TIÈCHE   que   le   témoin   clé   LASHGARI   serait   absent, étant   à   l’étranger.   Son   client   devait   se   déterminer   dans   les   12   heures.    Soit   il   renonçait   à   ce   témoin,   soit   il optait   pour   le   renvoi   de   l’audience   et   tombait   dans   la   prescription   ( pièce   22 ).   La   mafia   judiciaire   vaudoise avait   manœuvré   pour   ne      laisser   à   SEBEI   que   le   choix   entre   peste   et   choléra.   Jusqu’à   ce   point,   «   le retard   inquiétant   »   pouvait   s’expliquer   à   la   rigueur   par   le   Olé-Olé   habituel   des   Vaudois.   A   partir   de   là,   on   peut légitimement      présumer   qu’ il   s’agissait   d’un   coup   monté,   car   TIÈCHE   a   renoncé   à   ce   témoin,   sans l’accord   de   son   client.    COLELOUGH    avait   préparé   d’autres   surprises.   Pendant   l’audience,   il   a   annoncé que   les   témoins   DA   CUNHA   et   INGOLD   ne   s’étaient   pas   présentés   non   plus.   Il   a   interrompu   la   séance, soi-disant   pour   aller   téléphoner   depuis   son   bureau,   pour   revenir   ensuite   annoncer   hypocritement   l’échec   de   ses téléphones   aux   témoins.   Quand   SEBEI   protesta   vivement   du   fait   de   l’absence   de   DA   CUNHA,   le   «   procureur   » MOOS     gueula    à    son    tour    que    DA    CUNHA    n’était    nullement    un    prévenu ,    mais    un    simple    témoin. Evidemment,   MOOS    avait   tout   manigancé   dans   ce   sens.    Par   contre,    COLELOUGH    a   généreusement permis    aux    accusés    d’assigner    un    expert    de    complaisance    et    des    témoins    sans    rapport    avec l’accident, pour meubler les débats . Aux   plaidoiries,    MOOS    a   laissé   tomber   les   accusations   «   au   bénéfice   du   doute   »,   assisté   par   les avocats   Daniel   PACHE   (pour   ROCHAT)   et   Mathias   KELLER   (pour   FERREIRA   CARDOSO   HUGONNET),   suivi dans   cette   trahison   par   le   défenseur   de   SEBEI,   l’avocat   Frank   TIÈCHE.   La   farce   judiciaire   était   jouée   et   le   même   12.01.2015,   Philippe   COLELOUGH ,   probablement   le   juge   suisse   le   plus   corrompu,   a   rédigé   son jugement   de   49   pages   de   fausses   «   vérités   »   procédurales   perverses    ( pièce   23 ),   approuvé   par   la   suite par   copier/coller   le   20.04.2016   (arrêt   de   38   pages   de   fausses   «   vérités   »   procédurales   Coleloughiennes)   reprises   par   les   «   juges   »   cantonaux   VD   Aleksandra   FAVROD ,   Bertrand   SAUTEREL    et   Marc   PELLET    selon la   pièce   24 .   qui   avaient   rejeté   toutes   les   requêtes   d’instruction,   déjà   sabotées   par   le   trio   JAUNIN   LUCIANI /MOOS/COLELOUGH.   Aucun   de   ces   «   lérudits   »   ne   s’est   étonné   que   le   premier   juge   n’ait   pas   cherché à   établir   un   déroulement   chronologique   des   faits   le   jour   de   l’accident.   Ce   cas   confirme   une   fois   de plus   mon   expérience:   se   désintéresser   de   la   chronologie   du   déroulement   d’un   crime/délit   est   le standard chez les Vaudois qui leur permet d’agir criminellement en toute impunité... Le   recours   au Tribunal   fédéral   fut   saboté   par   le   «juge»   fédéral   vaudois   Christian   DENYS ,   qui   a   prétexté   que   la victime   de   cette   corruption   judiciaire    n’aurait   pas   prouvé   sa   ruine   matérielle   pour   bénéficier   d’une   procédure judiciaire   gratuite.   C’est   aberrant   car    l’indigence   du   recourant   était   attestée    d’office   par   le   jugement   de COLELOUGH   et   par   l’arrêt   des   «   juges   »   cantonaux,      donc   par   les   pièces   que   les   juges   fédéraux   étaient censés   examiner.      DENYS    a   condamné   SEBEI   à   payer   CHF   4'000   d’avances   de   frais   par   ordonnance 6B_566/2016   du   21.07.16    ( pièce   25 ).   Précisons   que   le   Tribunal   fédéral   rend   ses   arrêts   en   règle   générale sans   avoir   reçu   d’acompte.   Evidemment,   le   grugé   n’a   pas   pu   payer   cette   somme   donnant   à   DENYS l’excuse   inexcusable   de   déclarer   ledit   recours   irrecevable   par   ATF   6B_566/2016   du   03.10.16   ( pièce 26 ). L’auteur   a   observé   que   le   Tribunal   fédéral   a   adopté   ce   procédé   abominable   aux   dépens   d’autres victimes   matériellement   ruinées   par   des   accidents   graves.   Ce   phénomène   établit   la   dégénérescence de nos Institutions ! Echanges de correspondance avec le Directeur général de la Vaudoise Assurances : Gerhard ULRICH , Dissident suisse    Avenue de Lonay 17 1110 Morges 021 801 22 88   catharsisgu@gmail.com M. Philippe HEBEISEN Directeur général VAUDOISE ASSURANCES Avenue de Cour 41 1007 Lausanne Copies : Aux hommes de loi Philippe COLELOUGH, Dominique JAUNIN LUCIANI, Frank TIÈCHE, Daniel PACHE, Mathias KELLER, Franz MOOS, Aleksandra FAVROD, Bertrand SAUTEREL, Marc PELLET, Christian DENYS cc: Béchir SEBEI, chemin des Eterpeys 11, 1010 Lausanne 077 927 49 78  appolitique@gmail.com Concerne : La mafia judiciaire vaudoise Cher Monsieur HEBEISEN, Ci-joint, je vous soumets pour information mon projet de publication sur Internet : Affaire de corruption ayant profité à la VAUDOISE ASSURANCE Tous   les   justiciables   ont   le   droit   de   montrer   leur   dossier   judiciaire   à   une   tierce   personne.   C’est   ce   qu’a   fait Monsieur SEBEI. Cependant,   mon   projet   de   publication   de   son   dossier   n’engage   que   son   auteur   Gerhard   ULRICH   sur   le   plan   du droit pénal. M. SEBEI n’y est pour rien. Evidemment,    le    titre    projeté    et    son    contenu    ne    peuvent    que    vous    déplaire    en    tant    que    dirigeant    de    La VAUDOISE   ASSURANCES.   C’est   pour   cette   raison   que   je   vous   offre   l’opportunité   de   compléter   ce   projet   par votre son de cloche. Vos commentaires seront incorporés dans la publication à venir. Outre   la   hard   copie,   je   joins   la   version   virtuelle   sur   la   clé   USB   ci-jointe.   Cela   vous   permettra   de   visionner   toutes les   pièces   du   dossier   et   de   vous   renseigner   sur   les   personnalités   peu   fréquentables   de   notre   justice   malade   qui se   sont   mouillées   dans   cette   affaire   (leurs   noms   sont   activés   en   bleu   –   les   liens   vous   amènent   à   l’évaluation   de ces protagonistes). En fait, je projette de mettre ce dossier en ligne sous un joli nom de domaine, par exemple www.VAUDOISE.org  ou www.je-suis-vaudoise.com Veuillez   donc   me   faire   parvenir   votre   prise   de   position   d’ici   au   10.05.2017,   car   la   mise   en   ligne   de   ce   dossier   ne tolère aucun retard. Si   vous   désirez   acquérir   la   maîtrise   du   portail,   vous   devez   faire   vos   offres   à   M.   SEBEI,   étant   le   propriétaire   du dossier.    Quant    à    moi,    mes    efforts    pour    faire    écrouler    le    système    judiciaire    actuel    irrémédiablement dégénéré  sont purement bénévoles, dans l’intérêt public. Au   plaisir   de   pouvoir   vous   annoncer   prochainement   la   mise   en   ligne   du   futur   portail   du   Web   Premium,   et   en attendant   vos   commentaires   d’ici   au   10.05.2017,   je   vous   présente,   cher   Monsieur   HEBEISEN,   mes   sentiments distingués Gerhard Ulrich Dissident suisse Annexe : Affaire de corruption ayant profité à la VAUDOISE ASSURANCE (Projet en hard copie et sur clé USB) Réponse   de   Philippe   HEBEISEN,    le   surlendemain.   On   notera   l’absence   de   toute   empathie   pour   la   victime   de la corruption de la Vaudoise Assurances. HEBEISEN écrit sans état d’âme :   Sûr   et   certain,   HEBEISEN   est   membre   du   Rotary   ou   du   Lions   Club,   et   en   tant   que   membre   de   cette   secte secrète, il soigne les façades de do-gooders.  Réplique:   Complément de Marc-Etienne BURDET Défenseur   et   bénéficiaire   à   50   %   du   produit   de   l’escroquerie   et   blanchiment   des   royalties   FERRAYÉ (+ de 3’000 milliards de dollars en 1991). Quelques précision sur le Groupe VAUDOISE Assurances :       Paul-André SANGLARD  Philippe HEBEISEN       Président du Conseil d’Adm.           Directeur général       ROTARY  ROTARY Les sociétés du Groupe VAUDOISE : Vaudoise Assurances Holding SA CH-550.0.091.601-6 Mutuelle Vaudoise Société coopérative CH-550.0.091.233-2 Vaudoise Générale Cie d'Assurances CH-550.1.004.930-7 Vaudoise Vie CH-550.1.005.089-4 Fondation financement de la Caisse de pension Vaudoise Assurances CH-550.0.092.814-7 Caisse de pension Vaudoise Assurances CH-550.0.152.229-0 Paul-André SANGLARD est    en    outre    vice-Président    de    la    Banque    Cantonal    vaudoise     CH-550.1.000.040-7,    qui    est partenaire des Retraites Populaires vaudoises  CH-550.0.051.645-4. Le   Groupe   VAUDOISE   Assurances   a   procédé   au   nettoyage   de   ses   Registres   du   Commerce   accessibles sur   le   Site   Internet   vaudois.   C’est   ainsi   qu’ont   disparus   certains   administrateurs   du   Groupe   VAUDOISE, liés   directement   à   l’escroquerie   et   au   blanchiment   des   royalties   FERRAYÉ   que   je   défends   et   dont   je   suis bénéficiaire à 50 %. Je   ne   cite   là   que   l’une   des   principale   actrice   active   dans   cette   escroquerie    de   milliers   de   milliards   de dollars   en   1991   et   1992,   en   la   personne   de   Martine   BRUNSCHWIG-GRAF ,   qui   était   alors   Conseillère d’Etat   à   Genève   quand   le   Canton   encaissait   plus   de   CHF   22   millions   de   Droits   de   timbres   sur   les conventions signées par Joseph FERRAYÉ. Voir le mémoire - pièce 167  page 4. On   comprend   mieux   pourquoi,   par   courrier   du   24   août   2005 ,   Martine   BRUNSCHWIG-GRAF   considérait ma   plainte   (et   non   une   dénonciation   puisque   je   suis   partie   à   la   procédure)   dénuée   de   tout   fondement... Elle   a   donc   engagé   directement   la   responsabilité   de   l’Etat   de   Genève   dont   la   mise   en   faillite   n’est   qu’une histoire de temps si des arrangements ne sont pas négociés. Martine BRUNSCHWIG-GRAF  ( PLR ) est membre du ROTARY . Elle a siégé au Conseil d’Etat genevois de 1993 à 2005, après avoir été Députée. Elle   était   en   outre   vice-Présidente   de   la   Fondation   WILSDORF   CH-660.0.033.945-4 (propriétaire   de   ROLEX)   aux   côté   du   Président   et   Notaire   Pierre   MOTTU,   membre du    PLR   et   du   ROTARY ,   mais   aussi   et   surtout   auteur   des   conventions   qui   ont permis   d’escroquer   les   royalties   citées   plus   haut.   Voir   les   dossiers   suivants,   tous en lien avec l’escroquerie et le blanchiment des royalties : Royalties - Historique  / Escroquerie des brevets  / Sociétés écrans Panama-Papers SwissLeaks - HSBC Money Plane Marc Bonnant Corruption suisse FedPol  (Police fédérale) Michael Lauber  (Procureur de la Confédération) Giroud Vins Dans    les    liens    de    LA    VAUDOISE   Assurances    au    préjudice    de    Béchir    SEBEI,    il    est    impératif    de    relever également   le   fait   que   le   Président   du   Groupe   Paul-André   SANGLARD    est   aussi   vice-Président   de   la   Banque Cantonal   vaudoise .   Il   dispose   donc   de   liens   d’influence   évidents   auprès   de   leur   partenaire   les   Retraites Populaires vaudoises.   Or,   on   peut   relever   au   RC   de   la   société   précitée,   l’inscription   en   date   du   20   mars   2007,   de   Mme   Patricia COLELOUGH ,   qui   n’est   autre   que   l’ex   épouse   du   «   juge   »   vaudois   Philippe   COLELOUGH    ex   «   juge   » cantonal.   Il   est   aisé   d’en   déduire   que   les   magouilles   et   autres   crimes   économico-politico-judiciaires,   se   traitent en famille ! J’ai   l’intime   conviction   -   et   elle   vaut   bien   celle   du   voyou   complice   de   criminels   qui   occupe   le   siège   de   Procureur général   du   Canton   de   Vaud   -   que   LA   VAUDOISE   Assurances   a   contribué   massivement,   au   même   titre   que   la Banque   Cantonale   vaudoise   dirigée   par   le   CREDIT   SUISSE ,   au   blanchiment   des   royalties   FERRAYÉ.   Voir aussi Convention Mossack Fonseka  / ( Panama-Papers ). Dès   lors,   je   forme   d’ores   et   déjà   mes   réserves   civiles   solidairement   contre   tous   les   intervenants   dans   cette escroquerie et blanchiment, à l’encontre de l’ensemble des sociétés du Groupe VAUDOISE et de ses réviseurs. Mes   responsabilités   civiles   s’étendent   solidairement   également   à   tous   les   acteurs   membres   des   Conseils d’administration   et   membres   des   Directions   respectives.   La   responsabilité   solidaire   des   royalties   escroquées, est   estimée   actuellement   à   plus   de   CHF   30’000   milliards   de   francs.   Cette   valeur   sera   bien   entendu   adaptée   en cas de sous-estimation. Les offices de cotations - bien que complices - seront informés de ce qui précède. Compte   tenu   du   Crime   judiciaire   dont   il   est   Victime   et   du   fait   qu’il   ne   pourra   pas   faire   valoir   ses   Droits   tant   et aussi   longtemps   que   le   pouvoir   judiciaire   vaudois   sera   en   main   d’une   Mafia   criminelle   contrôlée   par   la   Franc Maçonnerie,   Béchir   SEBEI   dépose   également   par   l’intermédiaire   de   ce   Site,   ses   réserves   civiles   contre   tous   les intervenants qui ont violé ses Droits et contre l’Etat de Vaud.
Les « vérités » procédurales
selon la « justice » vaudoise
Les « vérités » procédurales selon la « justice » vaudoise
Les   Clubs   de   services   ( ROTARY ,   LIONS Club,     KIWANIS,     etc.     obligent     leurs membres    à    prêter    le    même    serment secret    sur    leur    vie,    que    les    Loges maçonniques.   Ces   Clubs   ont   soumis   aux   mêmes   règles secrètes    que    la    Franc-Maçonnerie     et ne    sont    en    définitive    qu’une    branche anticonstitutionnelle     inférieure    de    la Secte satanique.
Translation is coming soon